Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 03:11

 

Etre un vrai intellectuel,

c'est avoir le courage d'être à contre-courant !

 

charlie-manipule.jpg

 

 

Introduction de Chantal Dupille.

La Presse en question

 

 

En attendant mon article "Charlie Hebdo, la grande manipulation - La stratégie du choc", voici un article sur le journal qui devient le chou-chou des Français après avoir été interdit pour ses outrances. Dis moi qui sont tes valeurs, je te dirai qui tu es ! En l'occurrence, la fRANCE d'aujourd'hui à ses idoles : Le torchon Charlie Hebdo, les cinglées Pussy Riot (la fondatrice, Ukrainienne, est notre Marianne sur nos timbres !!!), ou l'homme-femme Caroline Fourest qui plaide toujours pour la "laïcité" sioniste et islamophobe.


 

charlie-hendo-dessinateur.jpg

 

Toute la Presse salue unanimement le plus infect canard français, présenté comme "bon enfant" ! Mais plusieurs de ses collaborateurs ont fini par le fuir, et Alain Gresch, du Monde Diplomatique, a mis en avant la proximité de Charlie Hebdo avec Israël. Le journal qui devient la vitrine de la France dégénérée réussit le tour de force d'être à la fois grossier, outrancier, caricatural, provoquant, gaucho-marxiste devenu néoconservateur, libéral-libertaire (comme l'affreux rouquin D. Cohn-Bendit), raciste, islamophobe, haineux, agitateur...

 

 

charlie-hebdo-islamophobie-antisemite.jpg

 

Les dessins du dessinateur brésilien Carlos Latuff

 

 

Voici quelques tweets que j'ai faits hier sur notre Presse :

 

" Le Nouvel Ordre Mondial (NWO) qui progresse si vite, c'est aussi le contrôle total de tous, et CharlieHebdo, indirectement, fait avancer la dictature
Charlie Hebdo pour faire avancer la liberté ? Qu'en pense l'HUMORISTE Dieudonné ? Asselineau censuré ? Mon blog contre désinfo défiguré ?

Pauvre France ! Voici son plus infect canard, si infect qu'il a été interdit pour son outrance provocatrice, désormais vitrine de la France

Les idoles de la fRANCE sont aujourd'hui anars et sionistes: CharlieHebdo, ou encore D.C.Bendit... C'est ça, la France ? Non, disons-le !

Un Million d'euros débloqués par Paris (qui a de l'argent !) pour Charlie Hebdo. Faut bien qu'il continue à cracher son venin, non ?

Charlie Hebdo va devenir le fleuron de la presse sioniste. Il sera le canard spécialisé dans l'islamophobie, et donc chouchouté par le Système.
Pour commenter l'actualité sur les Musulmans, je constate que sur BFMTV, on passe des Lévy au Cohen. Pas très rassurant pour la neutralité ! 

Extra lucidité : Demain, Caroline Fourest va être sur tous les plateaux pour plaider pour la laïcité islamophobe et sioniste !

La Presse française. Le Monde devient le journal de l'OTAN, Libé passe de Sartre à Rothschild, Charlie Hebdo de Siné à des sionistes. "

 

 

Soyons sûrs que si le torchon Charlie Hebdo est rentré dans la "cour des grands", c'est qu'il est totalement soumis au Système mondialiste et sioniste ! Et l'Oligarchie qui programme les événements, en choisissant ce torchon (ou des égéries comme les Fourest ou les Pussy Riot) sait ce qu'elle fait : Elle brouille les repères, elle détruit les valeurs les plus suranées, les plus belles ! Illustration de ce que j'écris maintenant : Sur Politique Hebdo LCP, la mort des journalistes de Charlie Hebdo se vautrant dans la boue est comparée à celle de Jaurès. Comme si on pouvait comparer un géant de l'Histoire, assoiffé de Justice, avec des provocateurs allumeurs d'incendies, des briseurs de la paix sociale ! 

 

Voici un excellent article sur le canard qui doit devenir notre préféré, et peut-être au moins momentanément, le plus vendu, en distillant l'islamophobie, donc le racisme, à chaque page. A quand des éditoriaux de Marine Le Pen ?

 

En tous cas, le terrorisme "islamique" est la nouvelle invention (monstrueuse) de l'Oligarchie pour se maintenir au pouvoir coûte que coûte, et écraser toujours plus les peuples. La bête immonde est d'ailleurs partie des pays ciblés par elle (Irak, Libye, Syrie, Yemen...) pour se répandre. L'immense Kadhafi a été assassiné par BHL-Sarkozy, Daesch l'a remplacé pour le malheur de l'humanité, et le profit ignoble des Oligarchies. En attendant, l'état "policier", totalitaire, menace le monde plus encore que tous les terrorismes !

 

Cordialement, chantal dupille

 

TAGS : Charlie Hebdo, Siné, Presse, islamophobie, racisme...

 

En allant un instant sur le compte twitter ce matin, je trouce ceci, très parlant :

 

Pour se maintenir au pouvoir l'oligarchie capitaliste a l'imperieux besoin de détruire la démocratie...c'est en cours et les moutons bêlent.

 L'oligarchie va poursuivre la destruction de nos libertés fondamentales tout en menant des relations cordiales avec l'Arabie saoudite. Cqfd.

  beau travail ton article sur Charlie hebdo. Ça m'a aidé à comprendre bcp de choses.

Quelle presse en France ?!  Elles sont toutes à la bottes de l'Empire

 

Nous sommes face à une société produisant des monstres !  Le Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon et sioniste (flanqué des toutous européens) rôde... et étend ses tentacules diaboliques. Résistons à l'atroce, totalitaire, haineux, raciste, inique, prédateur, broyeur des progrès sociaux et de la paix sociale, de vies, finalement - et de Dieu. Un monde sans le Dieu d'Amour et de Justice est condamné. Quand l'homme se fait Dieu, le mal commence... Une affirmation qui évidemment dérange ! Ch. D.

 

Charlie-Hebdo-liberte---islamophobie.jpg

 

Une histoire de Charlie Hebdo

par Mathias Reymond, le 8 septembre 2008


La récente « affaire Philippe Val et consorts », dont Siné a été la cible [1], est la conséquence, voire la conclusion, de seize années d’involution, d’un hebdomadaire, Charlie Hebdo [2]. Du hold-up sur un titre par Philippe Val au détournement de son orientation éditoriale avec le concours des plus jeunes : retour sur la normalisation de Charlie Hebdo.

Eté 1992. Charlie Hebdo, journal « mythique » des années 70, mort en décembre 1981 et enterré le 2 janvier 1982, chez Michel Polac sur TF1, renaît de ses cendres. A l’essentiel de l’équipe des anciens (Cavanna, Cabu, Gébé, Willem, Wolinski, Delfeil de Ton et Siné), s’ajoutent des nouveaux (Charb, Luz, Riss, Honoré, Bernar, Tignous, Plantu, Olivier Cyran, Oncle Bernard, etc.), des artistes du music-hall (Renaud et Patrick Font), et le chansonnier et ex-rédacteur en chef de La Grosse Bertha : Philippe Val. Le programme s’annonce alléchant. Un absent de marque toutefois : Georges Bernier, alias le Professeur Choron. Un signe.

Eté 2008. Le journal « mythique » des années 70 n’est plus que la pâle copie de ce qu’il était seize années plus tôt. Figure emblématique de l’hebdo, le dessinateur Gébé est mort, ainsi que Bernar et Pasquini. Des journalistes de talent ont pris la porte : au revoir Olivier Cyran, au revoir François Camé et Anne Kerloc’h, au revoir Michel Boujut, au revoir Mona Chollet… Un dessin de Lefred Thouron sur Patrick Font (en procès pour pédophilie) ne passe pas : Lefred quitte le navire (le dessin sera publié après son départ, avec un mot de Philippe Val). Renaud, un des principaux actionnaires, abandonne aussi l’hebdo. Patrick Font, condamné à une peine de prison, disparaît rapidement des photos de son ex-comparse, Philippe Val. Wolinski dessine pour Paris Match, Le Journal du Dimanche et les publicités St Yorre, Cabu donne ses meilleures caricatures au concurrent d’en face, le Canard Enchaîné et les jeunes (Jul, Charb, Tignous, etc.) font la queue pour griffonner pour la télévision, dans des émissions de bas de gamme.

Engraissée par les euros et les repas mondains, notabilisée par les soirées chez Ardisson et les cocktails avec BHL, glorifiée avec le procès des caricatures et la montée des marches à Cannes, l’équipe de Charlie Hebdo décide, à la quasi-unanimité, de renvoyer Siné pour propos prétendument antisémites [3].

On ne rigole plus à Charlie Hebdo. Avec son impertinence, l’équipe restante a aussi gommé de sa mémoire ses éclats de rire d’autrefois et les nôtres par la même occasion... Ainsi de cette brève parue dans son numéro 1, le 1er juillet 1992 : « Les premières mesures de la gauche au pouvoir en Israël : pour pallier la pénurie de calamars, le gouvernement lance une grande campagne de récupération des prépuces. » Une brève qui, selon le rédacteur en chef adjoint, Charb, avec lequel nous nous sommes entretenus par téléphone, « ne passerait plus aujourd’hui » [4].


Pourquoi, et comment, un hebdomadaire satirique, mariant humour acide et critique sociétale, a-t-il subi une telle dérive ?


I. Le ver était déjà dans le fruit


Le processus de normalisation avait déjà commencé au sein de la Grosse Bertha, avant même la renaissance du titre Charlie Hebdo.


Les dessous de La Grosse


Hebdomadaire satirique et « bordélique », La Grosse Bertha est née au début de la guerre du Golfe, en janvier 1991. Quelques mois après le lancement, Philippe Val, tout droit venu de la scène, emprunte l’habit de rédacteur en chef. Et les querelles ne se font pas attendre : « On était partis avec “Un éclat de rire par page” et on se retrouvait sermonnés au nom du précepte : “Il faut des indignations.” » [5] Certains rédacteurs sont mis sur la touche. Et l’autoritarisme de Val en irrite (déjà) plus d’un. « Un jour, Godefroy [Jean-Cyrille Godefroy était le directeur de la publication] eut la surprise d’entendre de la bouche du rédacteur en chef : “Je te préviens, au prochain conflit entre nous, je te vire.” Un rédac’ chef virant le propriétaire du journal [6], c’eût été une grande date de l’histoire de la presse. Du coup, Godefroy demanda à Philippe Val de rentrer dans le rang, pour que le journal retrouve son ambiance déconnante, sa joyeuse anarchie, l’excitation des bouclages où tout te monde dit son mot sur la couverture. » Val reste inflexible : « Refus outré. À notre grand désarroi, nous vîmes alors le doux Cabu faire bloc avec Val, ce génie méconnu, accusant Godefroy et quelques autres d’entraîner le journal “à droite”. Une accusation dont les lecteurs peuvent vérifier après coup la stupidité… Sidérés, ne comprenant pas grand-chose au conflit dont ils étaient pour la plupart éloignés, beaucoup de copains de la rédaction virent Cabu claquer la porte et appeler les masses à le suivre, avec un mauvais rictus qu’on ne lui connaissait pas. Quelques jours plus tard, l’opinion étonnée vit sortir du caveau le défunt Charlie Hebdo, un titre d’ailleurs piqué sans vergogne à son propriétaire, le professeur Choron. » [7]


La suite, on la connaît. Philippe Val, Cabu et les anciens, et avec le renfort de quelques jeunes talents, lancent Charlie Hebdo, deuxième époque. « Pour faire quel journal ? », s’interroge Val. «  Eh bien nous avons fait un sondage représentatif de mille cons, pour solliciter leur avis, et on a fait le contraire. [8] » Le contraire, vraiment ?

Quinze ans plus tard, Charb ne semble pas en être convaincu. Devant ses potes, lors du festival de Groland en septembre 2007, il affiche son désaccord : « Le truc qui est dur pour les gens de Charlie c’est que Val est tellement atypique dans Charlie Hebdo... c’est lui le directeur et c’est lui qui ressemble le moins au journal quasiment [9] (...) Si j’étais directeur d’un journal et si j’avais les moyens de faire un journal, il n’y aurait pas Val dans le journal. En tout cas, ce qu’il exprime dans le journal, ça n’existerait pas . » [10]

Extrait de « Charlie Hebdo se fait Hara-Kiri », montage de Pierre Carles, à voir sur le site du Plan B.

Il affiche son désaccord… Mais il reste rue Turbigo. Contacté par Acrimed, il s’explique : « Dire que Charlie Hebdo est le journal parfait dans lequel je rêve de travailler est évidemment faux (…). Mais j’ai moins de liberté dans des journaux qui me sont plus proches politiquement que dans un journal dirigé par Val. » Nous voilà rassurés.


Les coulisses de Charlie


A peine paru en 1992, le journal écope d’un procès. Delfeil de Ton, aujourd’hui chroniqueur au Nouvel Observateur, membre de l’équipe du premier Charlie Hebdo, présent lors de la création du deuxième, fait état de souvenirs que nous ne pouvons pas vérifier, mais qui témoignent de l’opacité du contexte : « Bernier (alias Professeur Choron) proteste mais, en fait, il n’avait pas la propriété, le titre n’ayant jamais été déposé. Procès. Nous témoignons tous, sur le conseil de l’avocat Richard Malka, que Cavanna a inventé le titre. En réalité, bien malin celui qui pourrait dire qui l’a inventé. Tout le monde a tout de suite pensé à faire un « Charlie- Hebdo », en 70, quand « l’Hebdo hara-kiri » a été interdit, puisque outre le mensuel « Hara-Kiri » on avait un autre mensuel qui s’appelait « Charlie », que j’avais d’ailleurs fondé. » (Le Nouvel Observateur, 14 août 2008) « L’astuce de Malka, poursuit Delfeil de Ton, c’était que, comme il n’y avait pas de propriété commerciale établie, il fallait jouer le droit d’auteur. Donc, tous ensemble, lettres au tribunal, comme un seul homme et tous fabulateurs : « C’est Cavanna qui a inventé le titre. » Voilà Cavanna proclamé auteur du titre par le tribunal. Conséquemment, il se retrouve également propriétaire de la valeur patrimoniale de « Charlie-Hebdo », de la marque « Charlie-Hebdo » comme disent les économistes. »

Et la conception de Charlie Hebdo nécessite un capital. Au début de 2 000 francs, « il est aujourd’hui de 240 euros, précise Le Monde [11], chacune des 1 500 parts valant symboliquement 16 centimes. » Les actionnaires de départ sont Gébé, Val, Cabu, Bernard Maris et Renaud. Le départ de Renaud et la mort de Gébé ont réorganisé la répartition : 600 parts pour Val, 600 pour Cabu, 200 pour Maris et 100 pour Eric Portheault, le comptable. La situation est telle, qu’en 2006, « les Editions Rotative, éditrices de Charlie Hebdo, ont enregistré un résultat bénéficiaire de 968 501 euros. (…) [Et] 85% de cette somme ont été redistribués en dividendes. » [12] Ainsi, Val et Cabu ont chacun perçu 330 000 euros en 2006. Une broutille.

Comment en est-on arrivé là ? Delfeil de Ton replonge dans ses souvenirs [13] : « Un jour, Cavanna, Val et moi, on se retrouve chez Malka. Pour Cavanna et moi, il était notre avocat à tous. En fait, il était l’avocat de Cabu et Val. Nous lui demandons de préparer des statuts à la manière de ce que nous pensions être ceux du Canard enchaîné  : les sept (dont Cabu) fondateurs encore vivants de Hara-Kiri hebdo (notre premier titre), puis de Charlie Hebdo, plus Val, seraient propriétaires temporaires à parts égales. Chaque part reviendrait à un collaborateur du journal choisi par les survivants après chaque décès. (…) Les semaines succèdent aux semaines et rien ne vient. Je fais irruption chez Malka. Je lui demande où il en est de ces statuts pour une société. Il me sort un brouillon de charte. J’ai compris qu’on se foutait de nous. » [14] Le ver était déjà dans le fruit. Et l’hégémonie du chef ne s’affaiblissait pas… « Comme, déjà, l’autoritarisme de Val m’était insupportable, sa morgue, sa prétention, à quoi s’ajoutait l’ennui qui régnait dans la salle de rédaction, j’ai foutu le camp sans phrase, après cinq mois de collaboration, me contentant un dimanche de bouclage de ne pas envoyer mon article. Le mardi je recevais par la poste, sans un mot d’accompagnement, un « pour solde de tous comptes ». C’était en mars 1993. »

Charlie Hebdo, hebdomadaire décalé, bête et méchant ? Non. Charlie Hebdo, parodie de satire, et réelle entreprise capitaliste.


II. Et le fruit a pourri le panier


Adaptations à l’air du temps et normalisation interne produisent leurs effets : Charlie se transforme en hebdomadaire recentré, consensuel, convenable, déontologique, respectable.

 

- Recentré. Dans le Charlie Hebdo du 21 mai 1997, avant les élections législatives, un sondage interne au journal dévoilait : « A "Charlie", 9 votent Vert, 7 PC, 4 s’abstiennent, 1 LO, 1 LCR et ... 2 PS », et un personnage dessiné par Charb s’inquiétait déjà : « 2 PS ? Merde... Je pensais pas que la droite avait infiltré "Charlie". » [15] Une inquiétude ironique largement confirmée depuis, puisqu’une brève du 18 avril 2007 signale que « sur 38 collaborateurs de Charlie Hebdo : 18 votent Royal , 9 votent Voynet, 3 votent Buffet, 3 votent Besancenot, 3 votent Bayrou , 1 vote Bové, 1 vote blanc. » Soient 21 collaborateurs qui votent à « droite » et 16 à gauche. Charlie Hebdo, de droite ? Oui, si l’on en croit Philippe Val lui-même, puisque ce dernier, en juin 1998 écrivait que « la vraie droite aujourd’hui, c’est le PS. » Neuf ans plus tard, le 9 février 2007, il lâche chez Pascale Clark sur Canal+ (« en aparté ») : « Je voterai pour le candidat de gauche le mieux placé. » Le mieux placé ? Comprendre Ségolène Royal.


- Consensuel. Sur les principales questions internationales, Charlie hebdo reproduit peu à peu les positions dominantes. Ainsi sur le Kosovo. Alors que dans les années 70, Cabu s’insurgeait « contre toutes les guerres » et collectionnait les procès intentés par l’armée, en 1999, il soutient, avec toute l’équipe de Charlie Hebdo, exception faite de Siné et Charb, l’intervention militaire de l’OTAN au Kosovo. Dans le n°361 de Charlie Hebdo (19 mai 1999), en lieu et place de la chronique de Charb, un texte de Riss (qui n’écrit pas d’ordinaire) reproche même aux pacifistes d’être des collabos ! De même sur le traité constitutionnel européen : si d’autres voix que celle de Philippe Val se font entendre, c’est lui qui conduit une campagne véhémente et caricaturale contre les partisans du « non » au référendum.


- Convenable. La normalisation du journal s’accompagne donc d’une réorientation de la ligne éditoriale. Celle-ci prend pour cibles prioritaires l’islamisme et le mouvement de contestation de la mondialisation libérale, généreusement amalgamés. Cette dérive a été renforcée avec l’arrivée en force de Caroline Fourest et Fiammetta Venner, toutes deux en lutte contre « l’islamo-gauchisme ». Des positions qui plaisent. Ajoutez à cela, le procès des caricatures de Mahomet, et pour tout soutien celui, sans risques, à des causes très populaires – Ingrid Betancourt, Florence Aubenas, Ayaan Hirsi Ali… Et vous ne tarderez pas à voir rappliquer les mondains, Bernard-Henri Lévy en tête. BHL adore les livres de Caroline et de Philippe, et c’est réciproque. Il est loin le temps où le philosophe des beaux quartiers, « l’Aimé Jacquet de la pensée », selon Val, était hebdomadairement croqué par Luz et raillé par Val. « Prononcer le nom de nos têtes pensantes – BHL, PPDA, Finkielkraut, Luc Ferry, Johnny Hallyday, Comte Sponville, Alain Minc… - dans un amphi d’université, écrivait alors le patron de Charlie Hebdo, aujourd’hui, provoque à tous les coups une hilarité libératrice. (…) Le film de BHL avec Alain Delon, promu par tous les médias, a fait un bide. Le livre de Bourdieu sur la domination masculine, promu par personne, fait un triomphe. Si ça ne vous rend pas joyeux au point d’éclater de rire, c’est que vous avez vraiment mauvais caractère. » (« Les BHL se rebiffent », Charlie Hebdo, 23 septembre 1998) Charlie Hebdo est devenu convenable.


Libres aux journalistes de Charlie Hebdo et aux lecteurs d’approuver sans haut-le-cœur cette nouvelle « offre politique » et cette entrée par la petite porte dans la cour des « grands ». Mais force est de constater qu’il s’agit d’un détournement d’héritage qui n’a pas été sans conséquences.

Ce glissement politique de gauche à droite, de la paix vers la guerre, de la subversion vers l’orthodoxie, s’est fait progressivement, mais sûrement. On voit ainsi disparaître, dans le silence quasi-général, des signatures talentueuses (Cyran, Camé, Boujut,…) au profit de plumes conventionnelles et/ou médiatiquement plus « reluisantes » : le dessinateur Joan Sfar, l’ex-patron de France Inter Jean-Luc Hees, le sociologue médiatique Philippe Corcuff (lui même acculé à démissionner [16]), Renaud Dély venant de Libération, Philippe Lançon du même, Anne Jouan du Figaro, etc.


- Respectable. Cette normalisation contribue à une notabilisation du journal que Philippe Val justifie comme un choix majeur en 2005 : « J’ai de la chance, explique le patron de Charlie Hebdo, car j’ai en quelque sorte “hérité” d’un titre légendaire que j’exploite. [...] Son image est assez complexe et pas toujours porteuse. Son existence est légitime, mais son contenu pas toujours. C’est le paradoxe. [...]  » (Entretien accordé au magazine TOC en février 2005). Parmi les options destinées à dénouer ce paradoxe, celle-ci : «  légitimer le titre aux yeux des gens qui constituent le milieu de l’information et avec qui j’entretiens des rapports cordiaux . » [C’est nous qui soulignons] Pour entretenir les « rapports cordiaux » avec les « gens » qui permettent de légitimer le titre, non seulement il faut émousser voire taire toute critique, mais surenchérir dans la dénonciation de la critique des médias. A quoi Philippe Val s’emploie dans ce même entretien, comme on peut le lire ici même sous le titre « Philippe Val, critique, stratège et ... psychiatre », et dans l’ensemble de son œuvre [17].

Telle est la dure loi du « milieu de l’information »  : les arrivistes doivent payer au prix fort leur arrivée.


- Déontologique. Au prix fort… En effet l’évolution conjointe des positions politiques et du positionnement médiatique n’a pas été sans effet sur les pratiques journalistiques de l’hebdomadaire, et, au premier chef, de Philippe Val lui même : calomnies et mensonges (notamment sur Noam Chomsky), fausses rumeurs (par exemple sur le Forum social européen), diffamations de membres de l’Observatoire français des médias, refus des droits de réponse, que nous avons plusieurs fois relevés ici-même [18]…


- Pacifié. De telles pratiques journalistiques, la normalisation du journal et les prises de position de Val, auraient pu, auraient dû, susciter réaction et rébellion à Charlie Hebdo, et l’exclusion de Siné aurait peut-être permis à ceux qui pensaient tout bas, de sortir tout haut du rang. Il n’en a rien été. Même le rédacteur en chef adjoint du journal et (ex-)ami de Siné, Charb, est resté silencieux. Parce qu’il est celui qui semblait être le plus indomptable de tous, ses choix personnels, entre compromis et compromission, ont donc valeur d’exemple…  

 Charb a estimé, le 16 juillet 2008, que Siné avait porté – c’est un comble - « atteinte » aux « valeurs essentielles » de Charlie Hebdo. Et c’est pourtant le même Charb qui dans sa chronique « Charb n’aime pas les gens » datée du 30 juillet 2008 écrit : « Personne n’a dit que Siné était antisémite (…) parce que ça n’a jamais été le sujet du débat. Aurait-on travaillé durant seize ans avec un antisémite ? Moi, non. » Si cela n’a jamais été le sujet du débat, alors pourquoi Philippe Val, dans son éditorial du même jour se pose la question et ressort une affaire vieille de 26 ans ? « Antisémite, Siné ? Ce n’est pas à moi d’en juger. Mais au lendemain de l’attentat de la rue des Rosiers, en 1982, c’est lui-même qui déclarait sur la radio Carbone 14 : "Je suis antisémite et je n’ai plus peur de l’avouer. Je vais faire dorénavant des croix gammées sur tous les murs… Je veux que chaque juif vive dans la peur, sauf s’il est pro palestinien. Qu’ils meurent." [19] » Le prétendu antisémitisme de Siné, a bien été le sujet du débat à Charlie Hebdo et le prétexte de son exclusion.

Dans la même chronique, Charb écrit : « Val aurait cessé de publier les chroniques de Siné parce qu’il critiquait la politique d’Israël dans les territoires occupés, (…) je serais parti du journal. » Cependant, dix ans auparavant, Siné a écrit une chronique sur le conflit israélo-palestinien, qui était passée à la trappe (n°319, 29 juillet 1998). Le libelliste a ensuite publié une version modifiée – plus courte et plus édulcorée - dans sa zone du 5 août 1998 (n°320). Charb n’avait pas démissionné pour autant. Compromis indispensable ? [20]


De même, lorsqu’on rappelle à Charb ses positions sur les médias, celui-ci explique : « Je ne suis pas un spécialiste des médias (…). Quant au travail de Pierre Carles, l’affiche que j’ai faite pour son film [« Enfin Pris ? »], etc. Je ne renie rien et puis suivant ce que les uns et les autres sortent ou produisent … ça m’arrive de bien aimer leur boulot encore. Je n’ai pas changé de position là-dessus. Je n’ai pas l’impression que ce soit moi qui ai changé de position. C’est sûr qu’on ne me demande plus d’affiche pour Pierre Carles, mais enfin pourquoi pas ? » [21] Pourtant, quand Val prend violemment à parti Serge Halimi en 2004, alors qu’il l’avait soutenu 7 ans plus tôt [22], Charb regarde ailleurs.

Avant, Charb n’aimait pas les gens, mais maintenant, il a accepté, avec la pacification très relative de Charlie Hebdo, de monter les marches du festival de Cannes en compagnie de BHL et de Joffrin, de pérorer chez Ardisson ou de dessiner pour Marc-Olivier Fogiel… et, finalement, de renvoyer Siné.

 

Epilogue


L’exclusion de Siné pourrait bien sonner le glas de Charlie Hebdo.

Siné s’est toujours rangé du côté des « damnés de la terre », des « insoumis » et des « dominés », et toujours contre « tous les curés » et « les connards » du monde entier. Prendre prétexte d’une phrase pour le virer de Charlie Hebdo est donc lourd de signification. Relisons-là (une dernière fois) : «  [Jean Sarkozy] vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! » Aurait-elle suscité tant de haine et tant de passion si Siné avait écrit : «  [Jean Sarkozy] vient de déclarer vouloir se convertir à l’Islam avant d’épouser sa fiancée, musulmane , et héritière des puits de pétrole d’Arabie Saoudite. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »  ? Aurait-on vu les BHL, Adler, Bruckner, Badinter, Wiesel, Delanoë, Voynet et consorts prendre leur plume et signer dans Le Monde un texte contre Siné[1er août 2008..]] ? Non et non. Il n’était pas question de religion, mais simplement d’opportunisme. Les bien-pensants n’ont rien compris.

En 1981, Siné écrivait dans Charlie Hebdo, une phrase qui résume assez bien ses parti-pris : « J’aime le pognon mais pas les riches, j’aime la paix mais je suis prêt à tuer, (…) j’aime les juifs pas Israël, les arabes pas les émirs, les prolos pas le PC. » A près de 80 ans, celui qui avait fondé Siné Massacre pendant la guerre d’Algérie (dont la maquette inspira l’Hebdo Hara-Kiri, 7 années plus tard) et qui a créé L’Enragé en mai 68, s’apprête à sortir un nouveau journal. Son nom ? Siné Hebdo, naturellement.

 

Et Charlie Hebdo ? De Charlie Hebdo, il ne reste que le titre…

 

Mathias Reymond

Notes

[1] Voir ici-même, « Quand Philippe Val, Charlie Hebdo et BHL maltraitent la liberté d’expression... Acrimed soutient Siné ».

[2] Sur cette histoire, lire aussi la tribune de Stéphane Mazurier publiée sur le site de Télérama, le 24 juillet 2008, sous le titre « L’honneur perdu de Charlie Hebdo ».

[3] Seuls Tignous et Willem ont signé la pétition de soutien à Siné. Michel Polac et Cavanna semblent également avoir été réticents à l’exclusion de Siné, mais se sont soumis, sans mettre leur démission dans la balance.

[4] L’entretien avec Charb a eu lieu le 22 août 2008.

[5] « Les dessous coquins de La Grosse », La Grosse Bertha, 29 août 1992, trouvé sur presselibre.net (mais le lien n’est plus accessible - août 2010) et reproduit sur le site « Le Blog de Philippe V., éditorialiste martyr ».

[6] D’après Philippe Val, le titre a été trouvé par Gébé, mais a été déposé par Godefroy.

[7] Ibid.

[8] Charlie Hebdo, 1er juillet 1992.

[9] Merci au correspondant qui nous a signalé l’omission de cet adverbe qui, lisible sur la vidéo) nuance le sens de la phrase (Acrimed, 17 août 2009).

[10] « Charlie Hebdo se fait Hara-Kiri », montage de Pierre Carles, disponible en ligne sur le site du Plan B, 2008.

[11] 30 juillet 2008.

[12] Ibid.

[13] Le Nouvel Observateur, article cité.

[14] Cette version des faits est contestée par Cabu et Val dans un long droit de réponse (publié, lui, à la différence de certains qui sont adressés à Charlie Hebdo) paru dans Le Nouvel Observateur du 4 septembre. Le texte de Val (et Cabu) est contestable sur plusieurs points sur lesquels nous ne reviendrons pas non plus. D’ailleurs, Delfeil de Ton maintient l’essentiel de sa version.

[15] Cité par Le Plan B, juin 2007.

[16] Mais qui prend soin de préciser : « Mon départ ne change rien à ma solidarité avec la rédaction en général et avec Philippe Val en particulier face aux insultes répétées et aux informations erronées [lesquelles ?] diffusées par PLPL » et qui, conformément à ce type d’engagement, s’est courageusement abstenu de défendre Siné, préférant travailler « du côté des tonnelles ombragées de notre mélancolie politique ». Lire sur son blog : « Périls sur l’antiracisme en France : du Proche Orient à "l’affaire Siné" » (pour les plus pressés, et les moins courageux, se rendre directement au post scriptum).

[17] Lire ici même : Philippe Val : « la critique radicale des médias alliée du grand capital » - Philippe Val recycle son éditorial purificateur sur France Inter - Philippe Val, épurateur chronique ; - Droit de réponse à Philippe Val, psychiatre, historien et patron de presse ; - Philippe Val se charge de l’épuration de l’Observatoire français des médias.

[18] Echantillon : « Philippe Val, propagateur de calomnies et docteur ès déontologies » suivi de « Philippe Val sur France Inter : un récital de mensonges et de calomnies contre Chomsky » - « Elle court, elle court la rumeur », suivi de « Charlie Hebdo court après les rumeurs qu’il répand ».

[19] Sur cette affaire, Siné, qui s’était excusé le plus sobrement possible, s’explique sur le site de Rue89,.

[20] Son positionnement (stratégique ?) dans le renvoi de Siné, n’est-il pas dû alors au projet d’éditions qui anime l’équipe de Charlie ? La société d’éditions « Les Echappés », qui compte comme actionnaires principaux Riss, Luz, Catherine et Charb, et dans une moindre mesure Val et Cabu, aurait-elle pu voir le jour si Charb était allé au charbon et avait soutenu son « pote » Siné ? « Cela n’a rien à voir, répond-il, la maison d’éditions c’est un truc marginal par rapport à mon rôle dans Charlie Hebdo. »

[21] Peut-être fera-t-il celle du film « Charlie Hebdo se fait Hara Kiri », cité plus haut, dont il est le héros (involontaire) ?

[22] Voir quand Philippe Val se charge de l’épuration de l’Observatoire français des médias et le droit de réponse de Serge Halimi : Droit de réponse à Philippe Val, psychiatre, historien et patron de presse.

 

http://www.acrimed.org/article2960.html

Observatoire des médias

Une histoire de Charlie Hebdo - Acrimed | Action Critique ...

 

  .

 

OB-pub-panneau.jpg

 

Pour ne plus voir les sales pubs

que désormais, soudain, over-blog impose EN MASSE

au mépris complet des Lecteurs :

téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !

 

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Médias - désinformation
commenter cet article
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 23:28

 

langue10.gif

Le blog d' Eva, R-sistons à l'intolérable


La vérité contre le mensonge

Par Chantal Dupille

Le pouvoir appartient à quelques-uns.

Les pays et les peuples doivent être soumis.

Gare aux hommes libres, gare aux pays indépendants ! S'ils ne rentrent pas dans le rang, ils sont discrédités, censurés, diffamés, "black-listés", voire éliminés... Par une énorme inversion des rôles, les journalistes honnêtes ou les dissidents sont traités de "conspirationnistes" pour que leurs analyses lucides ne soient pas prises en cosidération. En mettant en place mon premier blog, R-sistons à l'intolérable (au départ contre la désinformation, blog aujourd'hui non alimenté), je savais que la source du malheur des peuples plongeait ses racines dans les médias, pouvoir suprême de manipulation donc d'asservissement. Ainsi, si l'on en croit les presstitués, nous devons "réformer", "moderniser" - comprenez, renoncer à tout ce que nos aïeux ont conquis souvent de haute lutte afin d'améliorer notre niveau de vie : Juste pour rembourser une dette de papier virtuelle, inique, frauduleuse ! Et tout le monde accepte cette escroquerie monumentale ?

Ceux qui savent, intellectuels, journalistes ou simplement individus ayant une conscience, ont le devoir de braver les diffameurs, les menteurs, les persécuteurs, les voyous peuplant tous les centres de pouvoir ou de désinformation ! Le sayan Valls déplorait que les intellectuels ne se lèvent pas pour défendre les "victimes de l'antisémitisme", en oubliant par exemple toutes les victimes de l'islamophobie, ou plus généralement, toutes les victimes des mensonges des médias et des politiques mises en place par des Macron-Rothschild pour le seul profit d'une toute petite minorité cupide, égoïste, arrogante et prédatrice.

Oui nous avons le devoir de traquer les mensonges partout où ils prospèrent, de dénoncer les "complots" partout où ils germent, de crier haut et fort la vérité qui libère ! Pour ne pas être anéantis par les Merlin l'enchanteur peuplant les meRdias, les Centres de pouvoir, anesthésiant tout esprit légitime de résistance à l'intolérable.

 

La plus grande menace pesant sur nos vies, c'est le mensonge, source de tous nos maux !

 

Chantal Dupille

 

 

conspiration-arme-destruction-UPR.jpg

Complotisme et coca cola

 

 

  Ci dessous un montage vidéo dont la qualité informative est très  intéressante. C'est un assemblage de séquences où apparaissent des personnages politiques divers...  François Asselineau (président de l'UPR , parti affichant clairement ses objectifs: sortir de l'OTAN, sortir de l'Euro, sortir de l'Europe ) , Deniaud, Chevènement, le vice président de la BEI, MFrance Garaud, Onfray, Quatremer..
Félicitations
à l'artisan de cette compilation d'extraits vidéos pour mettre en évidence, par la conjonction des analyses évoquées, les  manipulation de propagande  atlantiste-européiste des sauveurs de la "démocratie" sauce ketchup.


La-derniere-des-Andrews-Sisters-vous-sal




Mais avant , pour la petite histoire , sourions à cette manipulation - décoiffante- de l'AFP à propos d'une rencontre Chavez- Ahmadinejad, aux alentours de janvier 2010 (notons qu'aucun communiqué de presse "libre" ou "nouveaux chiens de garde" (un documentaire édifiant: suivez le lien)   n'a fait démenti cette "plaisanterie" diffusée largement .
Etonnons nous de cette confession  récente de ce journaliste - Udo Ulfkotte -  d'une grande presse allemande , dont le livre récemment paru, remporte un succès remarquable.
Ne cachons pas notre surprise en apprenant qu'il semble bien que les presses occidentales sont "aiguillées" par des instances outre-atlantiques , pour fournir - par exemple- un modèle d'argumentaire anti russe, pendant la campagne pour convaincre les états de l'UE de soutenir les sanctions à la Russie, décrétées par les USA...

 

Et puis, pour clore ce préambule, n'hésitons pas à applaudir la lucidité de Charles de Gaulle, sur les journalistes (De Gaulle tome 1 par Alain Peyrefitte) :

 

Extrait:
"Si le Figaro ou l'imMonde me soutenait, je considérerais que c'est une catastrophe nationale"
Salon doré ,16 janvier 1963
Le général me répète, avec encore plus d'énergie, ce qu'il m'a dit déjà plusieurs fois au sujet des journalistes : « Peyrefitte, je vous supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération. Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l'étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d'imaginer une pareille bassesse – et en même temps une pareille inconscience de bassesse.
« Nos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d'avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n'importe quel abaissement de la nation. Déjà en 1940, elle était derrière Pékin, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national. Quel émerveillement ! Pétain était un grand homme. Pas besoin d'austérité ni d'effort ! Pétain avait trouvé l'arrangement.
Tout allait se combiner à merveille avec les Allemands. Les bonnes affaires allaient reprendre.
« Bien bien entendu, cela représente 5 % de la nation, mais 5 % qui ,jusqu'à moi, ont dominé. La révolution française n'a pas appelé au pouvoir le peuple français, mais certains artificiels que la bourgeoisie. Cette place qui se fait de plus en plus abâtardie, jusqu'à devenir traîtresse à son propre pays. Bien entendu, le populo ne partage pas du tout ce sentiment. Le populo à des réflexes cinq. Le populo sent où est l'intérêt du pays. Il ne s'y trompe pas souvent.
« En réalité, il y a de bourgeoisie. La bourgeoisie d'argent, celle qui lie le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire. Elles s'entendent pour se partager le pouvoir.
« Cela m'est complètement égal que vos journalistes soient contre moi. Ça m'ennuierait même qu'il ne soit pas. J'en serais navré, vous m'entendez ! Le jour où le Figaro et l'Immonde me soutiendrait, je considérerai que c'est une catastrophe nationale!

"Les Américains se sont infiltrés dans tous les organes de propagande"
A.P. -si nos porte-plumes se veulent frondeur, c'est sans doute qu'ils répondent à l'attente de leur public ? Notre tempérament national nous porte à la critique.
G.d.G. - mais non ! Ce n'est pas un phénomène seulement français. C'est la même chose dans d'autres pays. En Allemagne, par exemple, la presse est également déchaînée. Adenauer m'a raconté qu'il y avait une agence de presse très puissante, en Allemagne, qui ne faisait que distribuer des articles ou des nouvelles rédigées par les Anglais, de manière à favoriser les intérêts anglais. Au cours de mon voyage, en septembre, le peuple allemand était soulevé l'enthousiasme, mais après c'est contre moi, parce que c'était le mot d'ordre des Anglo-Saxons. L'Allemagne est une mauvaise constitution. Elle donne pouvoir aux appareils des partis. Elle a été fabriquée par les Anglais et les Américains. Elle interdit le référendum. C'est-à-dire que le peuple est mis hors circuit.
« c'est la même chose partout. Les Américains se sont infiltrés dans tous les organes de propagande et dans les partis. Ils ont noyauté les structures politiques. Seul le peuple encore des réflexes. En tout cas je ne veux plus de journalistes accrédités à l'Élysée »


Voyons donc cette vidéo

...petit état des lieux de ces derniers temps, avec Asselineau, Deniaud, Chevènement, le vice président de la BEI, MFrance Garaud, Onfray, Quatremer.. (vidéo, voir plus bas)

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/jocegaly/181214/complotisme-et-coca-cola

 

 

 

LA TELEVISION : le JT de la RTBF et de RTL-TVI ou comment générer un électro-encéphalogramme plat chez les citoyens ?

Vous avez dit complotiste ?

par Geronimo Guu Ji Ya (son site)
lundi 15 décembre 2014

 

L'arme préférée des euro-atlantistes ? Ne jamais répondre sur les faits irréfutables présentés et se contenter de ricaner aussitôt en affirmant qu'il s’agirait d’une « théorie du complot ». La dénonciation de la "théorie du complot" est donc devenue dans l'espace médiatique une arme de destruction massive de toute discussion rationnelle.

Leur accusation est un procédé fascisant par excellence, puisque les euro-atlantistes refusent toute discussion rationnelle fondée sur des données que tout le monde peut vérifier et qu'ils tablent grossièrement sur l'ignorance et

l'intimidation pour couper court à toute réflexion. Leur objectif est l'aliénation complète à Washington et aux grands groupes économiques et financiers, ce qui implique la destruction de notre souveraineté, de notre niveau de vie, de notre unité nationale et de notre démocratie.

 

EN 17 MINUTES CHRONO, DÉCOUVREZ À QUEL POINT LE RÔLE CENTRAL DES ÉTATS-UNIS DANS LA « CONSTRUCTION EUROPÉENNE » EST UN FAIT AVÉRÉ QUI N'A RIEN À VOIR AVEC DU « COMPLOTISME ».

 

 

 

 

http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/vous-avez-dit-complotiste-48016

.

.

hitlergeorge

 

Le duc et la duchesse de Windsor en 1937 avec Adolf Hitler.


Jacques Pauwels n’est pas le genre d’historien dont on entend souvent parler dans les médias traditionnels. Il n’est évidemment pas le genre d’« expert » auxquels ils se réfèrent pour vérifier des faits historiques. L’exclusion des événements d’actualité de leur contexte historique constitue en fait un aspect crucial de la propagande médiatique.

Écouter Jacques Pauwels nous fait comprendre d’une part l’ampleur des mensonges dont on nous a gavés sur la Seconde Guerre mondiale, le fascisme et la démocratie, et, d’autre part, comment les mythes liés aux guerres précédentes doivent être entretenus dans le discours dominant afin de satisfaire les besoins d’une incessante propagande de guerre.

Lors d’une conférence le 15 décembre à Montréal, il a expliqué que les Première et Seconde Guerres mondiales avaient essentiellement pour but de d’écraser les mouvements révolutionnaires des masses.


Le mythe de la bonne guerre


myth-good-war.pngChaque fois qu’il est nécessaire d’obtenir l’approbation des Occidentaux pour une guerre, le mythe de la bonne guerre refait surface : la Seconde Guerre mondiale était une bonne guerre, nécessaire pour étancher la soif de sang d’Hitler. Pauwels détruit ce mythe et révéle la nature brutale de l’élite occidentale.

Les raisons de l’implication américaine dans la Seconde Guerre mondiale résident dans les conditions socio-économiques de l’époque, non pas dans un élan de compassion destiné à sauver l’humanité du fascisme. En réalité, l’élite des États-Unis était en faveur du fascisme, un outil très pratique pour écraser le mouvement révolutionnaire de masse incarné par la Révolution russe et l’URSS.

La Seconde Guerre mondiale n’était qu’une continuité de la Première Guerre mondiale. « On nous a toujours dit que la Première Guerre mondiale a commencé avec l’assassinat de l’archiduc Franz Ferdinand, mais ce n’est pas vrai », explique Pauwels. Il s’agit en effet d’un mythe bien établi perpétué par diverses sources d’information, que l’histoire soit écrite par des experts comme c’est le cas dans l’Encyclopédie Larousse, ou par un peu n’importe qui, comme dans Wikipedia :

 

Le déclenchement de la guerre

La cause plus immédiate – qui déclenche le conflit par l’enchaînement des alliances – est l’assassinat à Sarajevo de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche et de son épouse par un nationaliste serbe de Bosnie le 28 juin 1914. (Première Guerre mondiale , Larousse)

L’étincelle qui provoqua la guerre survint le 28 juin 1914, lorsqu’un jeune nationaliste serbe de Bosnie, Gavrilo Princip, parvint à assassiner l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois, et son épouse. Les exigences de vengeance de l’Autriche-Hongrie (fortement encouragée par l’Allemagne) à l’encontre du Royaume de Serbie menèrent à l’activation d’une série d’alliances qui obligèrent plusieurs puissances européennes à s’engager sur la voie de la guerre. Plusieurs de ces nations étaient à la tête d’empires s’étendant sur plusieurs continents, ce qui explique la portée mondiale du conflit. (Première Guerre mondiale, Wikipedia)

Les deux guerres mondiales ont deux dimensions : la dimension verticale, à savoir la rivalité entre les empires, et la dimension horizontale, la lutte des classes, explique Pauwels.

dury.jpgCes guerres étaient le meilleur moyen pour l’élite occidentale de faire face à la croissance des mouvements révolutionnaires et démocratiques, alimentés par des conditions économiques désastreuses et menaçant l’ordre établi.

Pauwels raconte que selon Nietzsche par exemple, « la guerre était la solution contre la révolution, car, dans une guerre, il n’y a pas de discussions, comme c’est le cas en démocratie. Dans une guerre, la minorité, l’élite, décide et la majorité, les prolétaires, obéissent. »

Pour les membres de l’élite comme Malthus, « le système ne pouvait pas être la cause de la pauvreté, car l’élite en profitait. La cause de la pauvreté, c’était les pauvres : il y en avait trop. Par conséquent, la solution à la pauvreté et à la menace des mouvements révolutionnaires était tout simplement d’éliminer les pauvres et quelle meilleure solution que la guerre pour tuer des pauvres? »

Après la Première Guerre mondiale cependant, « la révolution n’était plus une simple idée, elle était devenue quelque chose de concret : l’Union soviétique.  Le fascisme est alors venu à la rescousse. « Le fascisme était l’instrument de l’élite pour atteindre les objectifs de 1914, à savoir mettre un terme aux révolutions et au communisme. »

Le communisme et le socialisme ont gagné du terrain dans le monde entier après la Première Guerre mondiale. « L’élite industrielle et financière allemande voulait écraser le mouvement révolutionnaire et détruire l’Union soviétique. Adolf Hitler était leur outil pour y parvenir. »

Selon la croyance populaire, les dirigeants occidentaux se sont portés à la défense de la démocratie, se sont engagés dans une guerre contre l’Allemagne pour sauver l’humanité du fascisme, et c’est l’implication des États-Unis dans la guerre qui a mené à la chute de la machine de guerre hitlérienne. Rien de plus faux. « Hitler a été soutenu par d’autres pays européens et les États-Unis parce qu’ils voulaient qu’il détruise l’URSS, le berceau de la révolution. » C’est exactement le contraire qui s’est produit : c’est l’URSS qui a vaincu l’Allemagne nazie, perdant plus de 20 millions d’âmes dans la bataille.

Les États-Unis ont même recruté les services des meilleurs scientifiques, techniciens et ingénieurs nazis après la guerre. Cette facette de l’histoire appelée Opération Paperclip (photo ci-dessous) n’a pas encore trouvé sa place dans l’encyclopédie Larousse.

Project_Paperclip_Team_at_Fort_Bliss-102

« La Seconde Guerre mondiale, c’est la victoire de l’impérialisme américain », un terme rarement utilisé aujourd’hui, même si c’est celui qui décrit le mieux la réalité que le monde connait depuis.

Ce qu’il y a de plus surprenant cependant, est la survie du mythe voulant que nous allions à la guerre pour sauver le monde de méchants dictateurs ou de terroristes et que le monde occidental se bat pour la liberté et la démocratie. Grâce aux « sténographes du pouvoir », la tromperie fonctionne encore et ce mensonge est toujours utilisé plusieurs décennies plus tard.

Julie Lévesque

Journaliste

Visitez le site web de Jacques Pauwels au http://www.jacquespauwels.net/about/. Ses articles et ses livres sont disponibles en plusieurs langues. Voir aussi les articles de Jacques Pauwels sur Mondialisation.ca

Article publié initialement en anglais: Fascism and War: Elite Tools to Crush and Kill Dissent

 

A lire aussi.....

.
.
.
.

Étienne Chouard: "Les 99% doivent chercher les complots et les dénoncer"

"On n'est pas fasciste car on s'en prend aux banques et aux complots, c'est tout le contraire".

https://www.youtube.com/watch?v=WlVYUdypoHE&feature=youtu.be


Lors de cet entretien, il conseille quelques lectures. En voici les références:
► "LES IMPOSTEURS DE L'ÉCONOMIE" de Laurent Mauduit.
► "L'IMPOSTURE ÉCONOMIQUE" de Steve Keen.
► "MARAT" de Jean Massin.
► "LES CHAÎNES DE L'ESCLAVAGE" de Marat.

Pour en savoir plus sur Étienne Chouard: http://etienne.chouard.free.fr/Europe...

 

.

La guerre par les médias et le triomphe de la propagande

Publié par Gilles Munier sur 20 Décembre 2014, 15:49pm

Catégories : #Medias

La guerre par les médias et le triomphe de la propagande

Par John Pilger (revue de presse : Investig’Action- 8/12/14)*


Pourquoi tant de journalisme a-t-il succombé à la propagande ? Pourquoi la censure et la distorsion sont-elles la pratique standard ? Pourquoi la BBC est-elle si souvent un porte-parole d’un pouvoir rapace ? Pourquoi le New York Times et le Washington Post trompent-ils leurs lecteurs ? Pourquoi n’enseigne-t-on pas aux jeunes journalistes à comprendre les programmes des médias et à contester la haute prétention et le faible objectif d’une objectivité truquée ? Et pourquoi ne leur enseigne-t-on pas que l’essence de beaucoup de ce qu’on appelle les médias dominants n’est pas de l’information, mais du pouvoir ?


Ce sont des questions urgentes. Le monde est confronté à la perspective d’une guerre majeure, peut-être d’une guerre nucléaire – avec les Etats-Unis clairement déterminés à isoler et à provoquer la Russie et éventuellement la Chine. Cette vérité est tournée sens dessus dessous et à l’intérieur et à l’extérieur par des journalistes, y compris ceux qui ont favorisé les mensonges qui ont conduit au bain de sang en Irak en 2003.


La période que nous vivons est si dangereuse et si faussée dans la perception publique que la propagande n’est plus, comme l’appelait Edward Bernays, « un gouvernement invisible ». C’est le gouvernement. Il règne directement sans crainte de contradictions et son but principal est de nous conquérir : notre sens du monde, notre capacité de séparer la vérité des mensonges.


La période de l’information est en réalité, une période de médias. On a la guerre par les médias ; la censure par les médias ; la diabolisation par les médias ; le châtiment par les médias ; les distractions par les médias – une chaîne de montage surréaliste de clichés dociles et de fausses suppositions.


Ce pouvoir de créer une nouvelle « réalité » est en construction depuis longtemps. Il y a 45 ans, un livre intitulé The Greening of America (La prise de conscience écologique de l’Amérique) avait fait sensation. Sur la couverture, ces mots : « Une révolution est en route. Elle ne sera pas comme les révolutions du passé. Elle tirera son origine l’individu. ».


J’étais un correspondant aux Etats-Unis à cette époque et je me souviens de l’élévation d’un jour à l’autre au statut de gourou de l’auteur, un jeune universitaire de Yale, Charles Reich. Son message était que dire la vérité et l’action politique avaient échoué et que seule « la culture » et l’introspection pouvaient changer le monde.


En quelques années, poussé par les forces du profit, le culte du « moi-isme » avait presque écrasé notre sens d’agir ensemble, notre sens de justice sociale et l’internationalisme. La classe, le genre et la race étaient séparés. Le personnel était la politique, et les médias étaient le message.


A la suite de la Guerre froide, la fabrication de nouvelles « menaces » a complété la désorientation politique de ceux, qui vingt ans plus tôt, auraient formé une opposition véhémente.


En 2003, j’ai filmé une interview à Washington avec Charles Lewis, le distingué journaliste d’investigation américain. Nous avons discuté de l’invasion de l’Irak, quelques mois plus tôt. Je lui ai demandé, « Que se serait-il passé si le média le plus libre dans le monde avait sérieusement contesté George Bush et Donald Rumsfeld et avaient vérifié leurs déclarations, au lieu de transférer ce qui s’est révélé comme de la propagande pure ? » Il a répliqué que si nous, les journalistes avions fait notre boulot « Il y a une très, très grande chance qu’on ne serait pas parti en guerre en Irak. » C’est une déclaration épouvantable, et qui est soutenue par d’autres journalistes fameux à qui j’ai posé la même question. Dan Rather, David Rose anciennement de l’Observer et des journalistes et des producteurs importants de CBS, m’ont fait la même réponse. A la BBC, ceux qui souhaitaient rester anonymes, m’ont fait la même réponse.


En d’autres mots, si les journalistes avaient fait leur boulot, s’ils avaient interrogé et investigué la propagande au lieu de l’amplifier, des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants pourraient être en vie aujourd’hui ; et des millions n’auraient pas fui leur maison ; la guerre sectaire entre Sunnites et Chiites pourrait n’avoir jamais été allumée, et l’infâme Etat islamique ne pas exister maintenant.


Même maintenant, malgré les millions qui sont descendus dans la rue pour protester, la plupart des gens dans les pays occidentaux n’ont qu’une petite idée de l’envergure des crimes commis par nos gouvernements en Irak. Encore moins sont conscients que pendant les 12 ans avant l’invasion, les gouvernements US et britannique avait mis en place une motion d’holocauste en refusant aux populations civiles de l’Irak les moyens d’existence. Tels sont les mots d’un représentant britannique important responsable pour les sanctions en Irak dans les années 1990 – un siège moyenâgeux qui a causé la mort d’un demi million d’enfants de moins de cinq ans, rapporté par l’UNICEF. Le nom du représentant est Carne Ross. Au bureau des Affaires étrangères à Londres, il était connu comme “Mr Irak”. Aujourd’hui il conte la vérité sur comment les gouvernements trompent et comment les journalistes répandent de plein gré la duperie. « Nous alimentions les journalistes de renseignements apparemment factuels ou expurgés, » m’a-t-il dit, « sinon on les excluaient. »


Le principal « whistleblower” pendant cette terrible période de silence était Denis Halliday. A ce moment-là, assistant du Secrétaire général des Nations Unies et une autorité supérieure de l’ONU en Irak, Denis Halliday a démissionné au lieu d’appliquer une politique qu’il a décrit comme génocidaire. Il estime que les sanctions ont tué plus d’un millions d’Irakiens. Ce qui est arrivé alors à Halliday était instructif. Il a été vaporisé. Ou il a été diffamé. Sur le programme d’information de nuit de la BBC, le présentateur Jeremy Paxman lui a crié : « « N’êtes-vous pas simplement un apologiste pour Saddam Hussein ? ». Le Guardian a récemment décrit ceci comme un des « moments mémorables » de Paxman. La semaine dernière Paxman a signé un accord de £1 million pour un livre.


Les servantes de la répression ont bien fait leur travail. Considérez les résultats.

En 2013, un sondage ComRes a trouvé qu’une majorité du public britannique croyait que le taux de victimes en Irak était inférieur à 10.000 – une petite fraction de la vérité. Une traînée de sang qui va de l’Irak à Londres a été nettoyée presqu’à fond.

On dit que Rupert Murdoch est le parrain de la clique médiatique, et personne ne devrait douter de l’augmentation de pouvoir de ses journaux – tous ses 127 journaux, avec une circulation combinée de 40 millions, et son réseau Fox. Mais l’influence de l’empire de Murdoch n’est pas plus grande que son reflet dans le reste des médias.


La propagande la plus effective est trouvée non pas dans le Sun ou sur Fox News – mais sous une auréole libérale. Quand le New York Times a publié des déclarations que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive, on a cru ce faux témoignage parce que ce n’était pas Fox News ; c’était le New York Times. La même chose est vraie pour le Washington Post et the Guardian, qui ont tous deux joué un rôle critique en conditionnant leurs lecteurs à accepter une guerre froide nouvelle et dangereuse. Les trois journaux libéraux ont déformé les événements en Ukraine comme un acte pernicieux de la Russie – quand, en fait, le coup dirigé par des fascistes en Ukraine, était le travail des Etats-Unis, aidés par l’Allemagne et l’OTAN. L’inversion de la réalité est tellement omniprésente que l’encerclement militaire et l’intimidation de la Russie par Washington ne sont même pas contestés. Ce ne sont mêmes pas des nouvelles, mais dissimulée derrière une campagne de diffamation ou pour faire peur, du genre de celle avec laquelle j’ai grandis pendant la guerre froide. Une fois de plus l’empire mauvais s’amène pour nous avoir, dirigé par un autre Staline ou un nouvel Hitler. Nommez votre démon et allez à fond la caisse. La dissimulation de la vérité sur l’Ukraine est un des black-out le plus complet dont je puisse me souvenir. La plus grande construction militaire occidentale dans le Caucase et l’Europe de l’Est depuis la Seconde guerre mondiale est effacée. L’aide secrète de Washington à Kiev et à ses brigades néo-nazis responsables de crimes de guerre contre la population d’Ukraine de l’Est est effacée. Des preuves qui contredisent la propagande que la Russie était responsable du tir contre un avion de ligne malais sont effacées. Et de nouveau, des médias supposés libéraux sont les censeurs. Ne citant pas de faits, pas de preuves, un seul journaliste a identifié un dirigeant pro-russe en Ukraine comme l’homme qui a tiré sur l’avion de ligne et l’a abattu. Cet homme, a-t-il écrit, est connu comme le Démon. C’était un homme effrayant qui avait fait peur au journaliste. C’était la preuve.


Beaucoup de médias occidentaux ont fort travaillé pour présenter la population ethnique russe d’Ukraine comme des étrangers dans leur propre pays, presque jamais comme des Ukrainiens cherchant une fédération à l’intérieur de l’Ukraine et comme des citoyens ukrainiens résistant contre un coup orchestré par l’étranger contre leur gouvernement élu.


Ce que le Président russe a à dire n’a aucune importance ; c’est un pantomime de scélérat dont on peut abuser en toute impunité. Un général américain qui dirige l’OTAN et sort directement de Dr. Strangelove - un Général Breedlove – parle systématiquement d’invasions russes sans l’ombre d’une évidence visuelle. Sa personnalisation avec le Général Jack D. Ripper de Stanley Kubrick est le comble de la perfection. Quarante mille Russes sont massés à la frontière, d’après Breedlove. Cela a été suffisant pour le New York Times, the Washington Post et l’Observer – ce dernier s’étant déjà précédemment distingué lui-même avec des mensonges et des fabrications qui soutenaient l’invasion de l’Irak par Blair, comme l’a révélé son ancien journaliste, David Rose.


C’est presque le jeu d’esprit d’une réunion de classe. Les batteurs de tambour du Washington Post sont exactement les mêmes écrivains d’éditoriaux qui avaient déclaré que les armes de destruction massive de Saddam étaient « des faits vérifiés ».


« Si on se demande, » a écrit Robert Parry, « comment le monde pourrait trébucher dans la Troisième guerre mondiale – en grande partie comme il l’a fait pour la Première guerre mondiale, il y a cent ans – tout ce qu’on a à faire est de regarder la folie qui a enveloppé virtuellement l’entière structure politique/médiatique US au sujet de l’Ukraine où un faux récit de casquettes blanches contre des casquettes noires a été saisi tôt et s’est avéré imperméable aux faits ou à la raison. » Parry, le journaliste qui a révélé l’Iran-Contra, est un des rares qui enquête sur le rôle central des médias dans ce « jeu de poulets », comme l’a appelé le Ministre russe des Affaires étrangères. Mais est-ce un jeu ? Pendant que j’écris ceci, le Congrès US vote la Résolution 758 qui en un mot dit : « Soyons prêt pour une guerre contre la Russie. »


Au 19e siècle, l’écrivain Alexander Herzen décrivait le libéralisme laïc comme « l’ultime religion, bien que son église ne soit pas dans l’autre monde mais dans celui-ci ». Aujourd’hui, ce droit divin est bien plus violent et dangereux que n’importe quoi que le monde musulman crée, bien que peut-être son plus grand triomphe soit l’illusion d’une information libre et ouverte.


Dans les nouvelles, des pays entiers sont appelés à disparaître. L’Arabie saoudite, la source de l’extrémisme et de la terreur soutenue par l’occident, n’est pas un récit, sauf quand elle pousse le prix du pétrole vers le bas. Le Yémen a subi 12 ans d’attaques américaines de drones. Qui sait cela ? Qui s’en soucie ?


En 2009, l’Université de l’Ouest de l’Angleterre a publié les résultats d’une étude de 10 ans de couverture de la BBC du Venezuela. Des 304 reportages diffusés, seuls trois mentionnent des politiques positives introduites par le gouvernement d’Hugo Chavez. Le plus grand programme d’alphabétisation dans l’histoire humaine a à peine reçu une référence en passant. En Europe et dans les Etats-Unis, des millions de lecteurs et ceux qui regardent les TV ne savent pratiquement rien sur les changements de vie remarquables appliqués en Amérique latine, dont beaucoup inspirés par Chavez. Comme la BBC, les informations du New York Times, du Washington Post, du Guardian et le reste des respectable medias occidentaux étaient notoirement de mauvaise foi. On s’est même moqué de Chavez, sur son lit de mort. Comment explique-t-on cela, je me le demande, dans des écoles de Journalisme ?


Pourquoi des millions de gens en Grande Bretagne sont-ils persuadés qu’une punition collective appelée « austérité » est nécessaire ? A la suite du crash économique en 2008, un système pourri a été dénoncé. Pendant une fraction de seconde les banques ont été alignées comme escrocs avec des obligations envers le public qu’elles avaient trahi. Mais, endéans quelques mois, - à part quelques-unes envoyées en l’air pour des « bonus » excessifs – le message a changé. Les photos d’identité judiciaire de banquiers coupables se sont évanouis des journaux et quelque chose appelé « austérité » est devenu le fardeau de millions de gens ordinaires. Y a-t – jamais eu un tour de passe aussi effronté ?


Aujourd’hui beaucoup des prémisses d’une vie civilisée en Grande Bretagne sont démantelées afin de rembourser une dette frauduleuse – la dette d’escrocs. Les coupes de « l’austérité » sont estimées à £83 milliards. C’est presque exactement le montant d’impôts évité par les mêmes banques et des entreprises comme Amazon et Murdoch’s News UK. De plus, on donne aux banques malhonnêtes un subside annuel de £100 milliards en assurance libre et en garanties – un montant qui alimenterait complètement le Service de santé nationale. La crise économique est de la pure propagande. Des politiques extrêmes dirigent maintenant la Grande Bretagne, les Etats-Unis, et une grande partie de l’Europe, du Canada et de l’Australie. Qui se lève pour la majorité ? Qui raconte leur histoire ? Qui met les choses au point à ce sujet ? N’est-ce pas ce que les journalistes sont supposés faire ?


En 1977, Carl Bernstein, fameux pour le Watergate a révélé que plus que 400 journalistes et d’exécutifs d’informations travaillaient pour la CIA. Ils comprenaient des journalistes du New York Times, du Time et de réseaux de TV. En 1991, Richard Norton Taylor du Guardian a révélé quelque chose de semblable dans son pays.

Rien de tout cela n’est nécessaire aujourd’hui. Je doute que quelqu’un ait payé le Washington Post et beaucoup d’autres diffuseurs médiatiques pour accuser Edward Snowden d’aider le terrorisme. Je doute que quelqu’un paie ceux qui systématiquement diffament Julian Assange - bien que d’autres récompenses peuvent être abondantes. Il est clair pour moi que la raison principale pour laquelle Assange a attiré autant de venin, de malveillance et de jalousie est que WikiLeaks a mis par terre la façade d’une élite politique corrompue maintenues en haut par des journalistes. En proclamant une époque extraordinaire de révélations, Assange s’est fait des ennemis en illustrant et faisant honte aux portiers des médias, et pas le moins au journal qui a publié et s’est approprié cette grande exclusivité. Il est devenu non seulement une cible mais une poule aux œufs d’or. Des livres lucratifs et des accords de films à Hollywood ont été conclus et des carrières médiatiques lancées ou démarrées sur le dos de WikiLeaks et de son fondateur. Des gens ont fait beaucoup d’argent, tandis que WikiLeaks a lutté pour survivre.


Rien de tout cela n’a été mentionné à Stockholm, le 1er décembre quand l’éditeur du Guardian, Alan Rusbridger, a partagé avec Edward Snowden le Right Livelihood Award, connu comme un Prix Nobel de la paix alternatif. Ce qui était choquant au sujet de cet événement était qu’Assange et WikiLeaks étaient évaporés. Ils étaient des non-personnes. Personne n’a parlé en faveur de l’homme qui a été le premier à dénoncer digitalement et a fourni au Guardian une des meilleures exclusivités dans l’histoire. De plus, c’était Assange et son équipe WikiLeaks qui ont effectivement et brillamment – sauvé Edward Snowden à Hong Kong et lui ont assuré la sécurité. Pas un mot. Ce qui a rendu cette censure par omission si ironique et poignante et scandaleuse était que la cérémonie se déroulait au Parlement suédois – où le silence veule sur le cas Assange était de connivence avec une grotesque erreur judiciaire à Stockholm.


« Quand la vérité est remplacée par le silence, » disait le dissident soviétique Yevtushenko, « le silence est un mensonge ». C’est ce genre de silence que nous, journalistes, devons briser. Nous devons nous regarder dans un miroir. Nous devons appeler à la responsabilisation un média irresponsable qui sert le pouvoir et une psychose qui menace le monde d’une guerre mondiale.


Au 18e siècle, Edmund Burke a décrit le rôle de la presse comme un Quatrième Etat contrôlant les puissants. Cela a-t-il jamais été vrai ? Cela ne marche certainement plus. Ce dont nous avons besoin est un Cinquième Etat : un journalisme qui contrôle, qui déconstruit et contrecarre la propagande et enseigne aux jeunes à être des agents du peuple, pas ceux du pouvoir. Nous avons besoin de ce que les Russes appelaient perestroika – une insurrection contre la connaissance assujettie. Je l’appellerais le journalisme réel.


On est 100 ans après la Première guerre mondiale. Des journalistes alors ont été récompensés et ennoblis pour leur silence et leur collusion. Au sommet du massacre, le Premier ministre britannique David Lloyd George s’est confié à C.P. Scott, éditeur du Manchester Guardian : « Si les gens savaient vraiment (la vérité), la guerre serait arrêtée demain, mais bien sûr, ils ne savent pas et n’ont pas la possibilité de savoir. »


Il est temps qu’ils sachent.


*Sur Investig’Action (Toute l’info décodée par michelcollon.info) : La guerre par les médias et le triomphe de la propagande

Traduction : Nicolas Caseaux.

Source : http://johnpilger.com/articles/war-...

Photo : Investig’Action


Biographie (Wikipedia) : Pilger a été correspondant de guerre au Viêt-nam, au Cambodge, en Égypte, en Inde, au Bangladesh et au Biafra. L'un de ses premiers films, Year Zero (Année Zéro) a attiré l'attention de la communauté internationale sur les violations des droits de l'Homme commises par les Khmers rouges au Cambodge.

Pilger a obtenu de nombreux prix de journalisme et d'associations des droits de l'Homme (le Prix Sophie en 2003), dont, deux fois, le prix britannique du Journalist of the Year.

Cet activiste anti-guerre n'a de cesse de rappeler la responsabilité de ceux qui savent, des « intellectuels », aux misères et aux violences du monde :

« Briser le mensonge du silence n’est pas une abstraction ésotérique mais une responsabilité urgente qui incombe à ceux qui ont le privilège d’avoir une tribune.1 »

En outre, John Pilger possède son propre site web2 où il communique ses idées et ses craintes.

 

http://www.france-irak-actualite.com/2014/12/la-guerre-par-les-medias-et-le-triomphe-de-la-propagande.html

LA TELEVISION : le JT de la RTBF et de RTL-TVI ou comment générer un électro-encéphalogramme plat chez les citoyens ?

 

Sur le blog ce que lesmédias ne nous disent pas


 

 

 

LA TELEVISION : le JT de la RTBF et de RTL-TVI ou comment générer un électro-encéphalogramme plat chez les citoyens ?.
.
LA TELEVISION : le JT de la RTBF et de RTL-TVI ou comment générer un électro-encéphalogramme plat chez les citoyens ?
..
...
. 
LA TELEVISION : le JT de la RTBF et de RTL-TVI ou comment générer un électro-encéphalogramme plat chez les citoyens ?.
.....

La prochaine guerre mondiale est déjà engagée
par Samir Saul, Université de Montréal

samedi 20 décembre 2014, par Comité Valmy


rev_coloree_libye.jpg

Photo : Mahmud Turkia Agence France-Presse
Les interventions téléguidées dans des révolutions font partie du nouveau arsenal de guerre, aux côté d’une panoplie de moyens.

La prochaine guerre mondiale est déjà engagée

Les conflits par procuration et les perturbations induites sont entrés dans la panoplie des instruments de guerre

L’offensive occidentale déployée contre la Russie en 2014, 100 ans après la conflagration de 1914, marque le point de départ du prochain conflit mondial. Pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, les États-Unis et les leurs sont en campagne contre un pays d’une taille considérable, ayant les attributs d’une grande puissance. Un seuil est franchi. Il ne s’agit plus de l’Afghanistan, de la Somalie, de l’Irak, de la Serbie, de la Libye ou de la Syrie.

La Russie se situe à une tout autre échelle et ses moyens de défense sont à l’avenant. Point n’est besoin de lui inventer des armes de destruction massive — comme l’ont fait Bush, Blair et consorts pour l’Irak en 2003 — elle en est bel et bien dotée. Les adeptes des conquêtes à faible coût sont peu susceptibles de trouver leur bonheur en Russie. Prêteraient-ils attention à l’histoire que les mésaventures de Napoléon en 1812 et les déboires d’Hitler en 1941-1944 leur rappelleraient combien peut être coriace le Russe qui lutte contre l’envahisseur.

L’histoire ne se répétant pas, l’affrontement actuel n’est pas une reprise de l’expédition napoléonienne, une réédition de la Première Guerre mondiale ou un redémarrage de l’opération Barbarossa. L’ère des armées de masse mobilisant des millions de soldats semble révolue.

Guère plus pertinente est l’idée du retour à la guerre froide que d’aucuns évoquent. Le face à face américano-russe s’en écarte, car l’état des deux protagonistes est altéré. Durant la guerre froide se regardaient en chiens de faïence deux superpuissances sûres d’elles-mêmes et s’érigeant en modèles, mais ayant une saine appréciation des capacités de rétorsion de l’autre.

Des règles tacites prenaient en compte les frictions et les heurts à la marge (pays associés, zones tampons, « tiers-monde »), mais écartaient les atteintes sérieuses à l’espace propre ou aux intérêts vitaux de l’autre. De la crise de Berlin à celle de Cuba, des pratiques et des codes se mettaient en place pour réglementer les relations bilatérales et éviter le pire. Paradoxalement, la dissuasion nucléaire et l’« équilibre de la terreur » contribuaient à la sécurité, ne serait-ce que parce que les lignes à ne pas franchir étaient connues et respectées.

D’hier à aujourd’hui

On en est loin aujourd’hui. Ni les États-Unis ni la Russie n’éprouvent l’assurance d’autrefois. Et pour cause. L’économie américaine est en panne, la crise de 2008 ayant étalé les carences du néolibéralisme mondialisé sur lequel repose sa primauté. Son hégémonie menacée, l’« unique superpuissance » s’active pour ralentir sa rétrogradation, désormais sans exclure l’affrontement avec des puissances rétives à son projet. Quant à la Russie, tombée si bas pendant et après l’effondrement de l’URSS, son redressement et le relèvement des conditions de vie de sa population l’empêchent de se plier aux exigences américaines. La Russie n’a pas vocation à s’enfermer dans le rôle qui lui est réservé de satellite fournisseur de matières premières à l’économie mondialisée et d’exécutant de rang subalterne d’une « gouvernance » mondiale hiérarchisée. Des deux côtés, impératifs primordiaux et crainte du lendemain dominent, favorisant la montée des tensions, la multiplication des incidents et un climat anxiogène. Contenue dans des limites reconnues durant la guerre froide, la conflictualité prend le dessus à partir de 2014. L’affrontement n’est plus un tabou.

Les guerres de nouvelle génération

Sans doute la page est-elle tournée sur les guerres à l’image de celles de 1914 et de 1939. Actuellement, le volet militaire est un complément à un conflit politico-économique. Le plus frappant dans la campagne en cours contre la Russie est son caractère familier. Comme par réflexe, les États-Unis recourent au répertoire de méthodes constitué durant les deux décennies d’unilatéralisme qui ont suivi la fin de la guerre froide.

La voie traditionnelle de l’attaque militaire-invasion-occupation ayant échoué en Irak, la boîte à outils privilégie les changements de régime par la déstabilisation, les « révolutions colorées », les ONG à multiples emplois, les guerres irrégulières sous-traitées à des milices (djihadistes, néonazis, etc.), le déchaînement médiatique, les sanctions-embargos, la « promotion de la démocratie et des droits de la

personne », l’« ingérence humanitaire », la « responsabilité de protéger », etc. Cet arsenal s’étoffe depuis un quart de siècle. Il s’étend aux opérations militaires avec ou sans coalition ou aval du Conseil de sécurité (Kosovo, Irak). On y retrouve aussi des conflits par procuration et des guerres combinant bombardements aériens et combats au sol par des supplétifs locaux ou importés (Kosovo, Libye, presque lancée en Syrie en septembre 2013).

Le fait nouveau de 2014 est la soumission de la Russie à un traitement jusque-là conçu pour de petits pays récalcitrants. Comme d’habitude, les auteurs des sanctions antirusses disent leur espoir de voir la population à laquelle ils comptent infliger des privations se retourner contre son gouvernement. Il n’empêche que les opérations de mainmise, de reprise en main ou de mise au pas ont une tout autre portée lorsqu’elles visent une grande puissance capable de riposter.

Un scénario similaire se dessine à l’égard de la Chine. Avec un an d’avance sur la date prévue, son PIB vient de dépasser celui des États-Unis, lesquels perdent leur statut de première puissance économique mondiale acquis en 1872. La Chine pourrait ne plus trouver son compte dans un système mondial centré sur les États-Unis. Elle risque de se lasser de soutenir le branlant édifice financier américain et de détenir des masses de dollars se rapprochant d’une monnaie de singe. L’or qu’elle stocke en dit long. À Hong Kong, elle aussi a droit à un happening protestataire calquant les « révolutions colorées ».

Autant pour la Russie que pour la Chine, l’intention est de les neutraliser de l’intérieur. L’encerclement militaire, les démonstrations de force et le discours martial sont un moyen de pression au service de l’objectif poursuivi : la soumission par la désarticulation interne. Si cette stratégie fait long feu, la voie militaire serait empruntée sans détour. Si, au contraire, le but est atteint, effondrements étatiques, désordres à grande échelle et démembrements de pays s’ensuivront. Déjà, la guerre économique sous forme de sanctions et de plongeon des cours du pétrole fait des dommages « collatéraux » à des économies tierces. Les perturbations induites et les troubles provoqués sont entrés dans la panoplie des instruments de guerre. Dans tous les cas de figure, de fortes turbulences sont prévisibles dans cette guerre mondiale nouveau genre entamée en 2014.


Samir Saul - Professeur d’histoire, Université de Montréal, CERIUM
18 décembre 2014
Texte reçu de l’auteur

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article5399

 

..

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Médias - désinformation
commenter cet article
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 01:47

 

etats-unis-effondrement.jpg

On m'envoie ce très beau texte qui dit tout.

L'Amérique exsangue, aux abois,

devient une bête furieuse qui sème le chaos partout,

et tandis que la France est déjà moribonde,

l'Allemagne relève la tête...

et avec Merckel qu'on fait peut-être chanter,

la perd maintenant.

En route vers l'apocalypse...


Chantal Dupille


2014, l’année où l’Empire a refusé de mourir dans son lit


 

On espérait un peu naïvement que l’Empire US mourrait dans son lit (1). Il n’en est rien. Gangrené par sa faillite financière, morale et sociale, il décline bien sûr comme prévu et le Système atlantiste avec lui. Sauf que tout se passe beaucoup plus vite qu’attendu. Saisi de panique, l’Empire a donc mis à profit l’année 2014 pour semer partout le chaos dans le but de conjurer son déclin, allant jusqu’à construire toutes les conditions d’une Troisième guerre mondiale. Il aura évidemment pris soin de fixer l’épicentre de la chose loin de son sanctuaire (2), avec l’assentiment d’une élite européenne de groupies-technocrates, et autres idiots utiles, encadrés par un proconsul allemand dangereusement rétabli dans sa grandeur (3). 2014 aura donc été l’année d’un emballement stupéfiant et d’une montée aux extrêmes terrifiante, l’année où l’Empire aura refusé de mourir dans son lit, ouvrant une nouvelle séquence historique plus folle que jamais.  


 

annus-horribilis

 

 

Du grand frère protecteur au tortionnaire


Lorsque des clowns formatés dans des écoles de com’ prétendent lui commander, l’Histoire peut se montrer d’une cruauté infinie. Ainsi en va-t-il du dernier POTUS, Barack Hussein Obama, à la fois Prix Nobel de la Paix, geôlier en chef du camp de torture de Guantanamo et artisan d’une nouvelle guerre froide à l’issue potentiellement apocalyptique.

Le mythe hollywoodien du grand frère américain protecteur, un peu couillon mais bienveillant, est bel et bien définitivement enterré, malgré la puissance de la machine de propagande mobilisée pour l’entretenir.

Aujourd’hui, la plupart des peuples du monde sont ainsi passés de la fascination pour l’American Dream au dégoût à l’égard d’une hyperpuissance aussi vorace que brutale, qui n’hésite pas à semer la mort et le chaos pour perdurer dans son être.

2014 fait à ce titre un peu figure de point d’orgue, où l’on aura vu l’Empire étrenner l’année par une alliance avec des groupes néonazis ukrainiens (pour perpétrer le coup d’État que l’on sait), puis la terminer dans la puanteur exhumée de ses habituelles pratiques tortionnaires (4).

Et c’est aux pieds de cet Empire-là que les élites européennes n’en finissent plus de ramper, se soumettant à tous ses diktats, couvrant tous ses crimes, se prêtant à toutes ses manigances les plus folles. 


A cet égard, le cas de l’Allemagne mérite désormais une attention particulière. 

« We’ve beaten the Germans twice, and now they’re back! »

On se souvient des craintes de Mitterrand et de la Dame de fer à l’aube de la réunification allemande, craintes parfaitement résumées par Margaret Thatcher lorsqu’elle s’était écriée : «Quoi, nous avons battu deux fois les Allemands et les voilà encore de retour ! (5)». 

De facto, l’Allemagne est en effet (re)devenue la puissance dirigeante en Europe, au point que certains observateurs, comme Emmanuel Todd, n’hésitent plus à parler d’un Empire allemand reconstitué (6).

 

Or la soudaine adhésion de la chancelière allemande à l’hystérie guerrière antirusse de l’Empire US pose de graves questions. 
Suite au scandale des écoutes perpétrées par la NSA sur son téléphone portable, on pensait pourtant que la lune de miel avec Washington ne serait pas pour demain, la chancelière allemande faisant savoir qu’« entre des amis proches et des pays partenaires, comme le sont la République fédérale d’Allemagne et les États-Unis depuis des décennies, une telle surveillance d’un chef de gouvernement ne saurait exister ». Parlant même d’un « coup sérieux porté à la confiance mutuelle entre les deux pays ».

C’était en octobre 2013, peu avant le début du coup d’État de Kiev. 
Mme Merkel s’était ensuite joint à la meute des toutous pour hurler avec l’Empire contre Moscou, mais toutefois sans excès. Du moins jusqu’au discours de Sidney, le 17 novembre dernier, où la chancelière a attaqué la Russie avec une agressivité inédite, affirmant notamment « que les agissements de la Russie mettaient en péril la paix en Europe » (7).

 

Comme le souligne Philippe Grasset dans dedefensa (8), « aucun élément nouveau décisif, dans les trois ou quatre derniers mois, ne paraît devoir justifier le revirement de Merkel exprimé dans des termes si dramatiques et alarmistes, et encore moins l’expliquer ».

D’où l’hypothèse, de plus en plus répandue, que les écoutes de la NSA ont finalement payé, et que les USA feraient tout simplement chanter la chancelière. Les États-Unis disposeraient donc de « moyens de pression, pouvant aller aussi bien de documents récupérés de l’ex-RDA, par exemple des archives de la Stasi, que de certaines affirmations et confidences de la chancelière interceptées par la NSA ».

C’est bien évidemment possible, la politique étrangère étasunienne relevant davantage du gangstérisme que de la diplomatie.

 

« Une autre guerre en Europe ? Pas en notre nom ! »


Il n’en reste pas moins que la volonté des États-Unis de faire de l’Allemagne leur principal supplétif en Europe ne date pas d’hier, et qu’ils estiment apparemment depuis longtemps déjà qu’Angela Merkel a le profil idéal pour le rôle (9).

 

De son côté, en jouant ainsi la carte US de l’affrontement contre la Russie, l’Allemagne d’Angela Merkel paraît tentée par un nouvel impérialisme (10), qui soulève des questions, il est vrai dérangeantes, compte-tenu de l’Histoire du siècle dernier.

Bien sûr, en Allemagne même, les critiques commencent à fuser. Le Spiegel a ainsi récemment ouvert les feux avec un article fleuve, très mordant contre la politique de la chancelière (11).

Puis ce fut le discours fantastique tenu à la tribune du Bundestag, devant la représentation nationale, par Sahra Wagenknecht (12), vice-présidente du parti Die Linke (La Gauche). Un discours où tout est dit avec les mots les plus justes.

Enfin, il y a eu cet appel lancé par des personnalités allemandes (anciens présidents, intellectuels, artistes ou industriels) dont le titre se passe de commentaire : « Une autre guerre en Europe ? Pas en notre nom ! » (13).


On voit toutefois mal Angela Merkel reculer, à plus forte raison s’il y a chantage.

Aujourd’hui, l’Empire US semble donc avoir trouvé dans l’Allemagne le pivot européen idéal pour articuler sa croisade contre la Russie. Servie par la quasi dissolution d’une France qui ne pèse strictement plus rien en matière de politique étrangère, Berlin peut en effet s’appuyer pour ce faire sur la russophobie « naturelle » d’anciennes républiques soviétiques, qu’elle contrôle largement (14).


L’Empire aux abois


De son côté, l’Empire poursuit furieusement sa montée aux extrêmes. Le 12 décembre dernier, le Congrès US a ainsi autorisé la livraison d’armes létales à l’Ukraine, en votant à l’unanimité un texte, que d’aucuns considèrent comme une véritable déclaration de guerre contre la Russie (15).

Nous en sommes donc là, en cette fin 2014.

En s’appuyant sur les faiblesses, les aveuglements ou les rêves de grandeur inavoués d’acteurs européens parfaitement lamentables dans cette affaire, l’Empire a décidé de privilégier la politique du pire, pour tenter de conjurer son déclin, fixant une guerre en Europe de l’Est, en acceptant avec une inconséquence inouïe la possibilité d’une confrontation militaire entre puissances nucléaires.

C’est peut-être que pour lui le temps presse de plus en plus.

L’offensive menée contre la Russie a en effet convaincu les pays du Brics de passer à la vitesse supérieure, et les rapprochements entre Moscou et Pékin, et même plus récemment New Delhi, font paniquer Washington (16).


Sur le plan intérieur, la situation étasunienne se détériore d’heure en heure. Un Américain sur cinq bénéficie désormais de bons d’alimentation pour vivre (17), et une réplique amplifiée de la crise des subprime de 2008 est d’ores et déjà sur dans les starting blocks.

Pour éviter la rébellion des 99 % contre les prédateurs du corporate power US, c’est-à-dire du peuple contre le gouvernement, l’administration Obama a même exhumé la vieille technique de la division raciale. Noyer le poisson ainsi (18), c’est tout de même un comble pour un premier Président noir US. Mais passons.

La faillite des États-Unis est consommée, tant sur les plans financier, que moral ou social.

Ne reste dès lors que l’Empire en tant que structure, en tant que Système, en tant que machine à dominer et à écraser, dans toute sa froideur et toute sa brutalité.

Un Empire aux abois, qui refuse de mourir dans son lit.


Pierre Vaudan

 

Notes

L’empire et le docteur Kübler-Ross

Enfumage ukrainien, contre propagande

L’Allemagne tient le continent européen

Torture à la CIA, les passages les plus terrifiants du rapport

L’Allemagne, puissance hégémonique à reculons

L’Empire allemand reconstitué

Le grand virage de Sidney

Merkel sous chantage ?

Angela Merkel va-t-elle entraîner l’Europe et le monde dans les prochaines guerres?

10 L’essor de l’impérialisme allemand et la pseudo-menace russe

11 Summit of Failure: How the EU Lost Russia over Ukraine

12 Le discours de Sahra Wagenknecht (sous-titré français)

13 «Une autre guerre en Europe, pas en notre nom»

14 L’Allemagne tient le continent européen

15 Ukraine: la Russie menace les Etats-Unis de mesures de rétorsion

16 Avec la Crimée, l’Inde défie les USA

17 Explosion du nombre d’Américains ayant recours à l’aide alimentaire

18 Du racisme à la révolution

 

Source : 2014, l’année où l’Empire a refusé de mourir dans son lit (entrefilets.com, français, 15-10-2014)

 

Déjà publié de Pierre Vaudan

http://www.vineyardsaker.fr/2014/12/15/2014-lannee-ou-lempire-refuse-de-mourir-dans-son-lit/#more-9239

 

.

Etats-Unis-drapeau-sur-ruines.jpg

.

Le chaos orchestré par l'Empire

De Kiev à Damas, une même folie

 

 

On sentait évidemment le coup venir depuis des semaines. Destinées à émouvoir la ménagère de plus de 50 ans et le militant de base de l’UMPS mondial, les fausses décapitations de citoyens US (1) puaient en effet le casus belli à plein nez. Stopper la barbarie de l’EI/Daech par des frappes forcément chirurgicales en Irak et en Syrie ? Vaste plaisanterie quand nombre de pays de la coalition montée à la hâte par Washington, pour se la jouer « communauté internationale », figurent parmi ses principaux bailleurs de fonds. Vaste fumisterie, lorsque, sous prétexte de sauver des minorités dont on favorise le martyre depuis des années, on cherche surtout à achever la trop résistante légalité syrienne, pour affaiblir la Russie et permettre au Bloc atlantiste de conserver son hégémonie mondiale. 

 

 

Un instrument aussi


Daech ou EI, ou ISIS comme on veut, c’est d’abord le résultat de la deuxième guerre d’Irak et de la dissolution de l’armée de Saddam par le proconsul américain Bremer. Une opération accessoirement lancée elle aussi sans l’aval de l’ONU, elle aussi avec une coalition de bouffons et de petits pays clients, à qui on a tordu les bras.

Daech ou EI, ou ISIS comme on veut, c’est ensuite le financement et l’armement durant trois ans de groupuscules terroristes en Syrie sous couvert de pseudo révolution. Et cela sous les acclamations de l’Occident américanisé et de sa machine de propagande bien huilée.
Daech ou EI, ou ISIS comme on veut, c’est enfin, idéologiquement parlant, le résultat de 100 ans de délire wahhabite saoudien. Cette Arabie saoudite si chère au cœur de notre Bloc atlantiste, dépendance à l’or noir oblige, et pourtant matrice idéologique de ce terrorisme sunnite contre lequel on prétend se défendre.

Mais Daech ou EI, ou ISIS comme on veut, et la franchise al-Qaïda avant lui, c’est aussi un instrument pour le Système atlantiste.
Car dans la version ultime de la terreur pseudo-islamiste (2) qui nous est proposée aujourd’hui, l’horreur atteint un tel degré qu’elle permet désormais toutes les guerres, toutes les frappes, tous les assassinats et toutes les opérations de regime change rêvées par le Système atlantiste, et cela au mépris de la légalité internationale et de la souveraineté des nations.

Car avec ce cynisme affolant et cette inculpabilité qui sont aussi sa marque de fabrique, ce Système, bien que totalement dépassé par l’ampleur soudaine du monstre qu’il a contribué à créer, cherche tout de même à tirer profit de la situation.

 

Un Grand Jeu contre le BRICS

 

Ce n’est donc pas un hasard si on a largement traîné les pieds en attendant les premiers succès concrets de Daech sur le terrain.
Ce n’est donc pas un hasard si des frappes d’une ampleur sans précédent sont désormais menées en Syrie, un an presque jour pour jour après une première tentative avortée (3) de lancer une guerre dans ce pays.

Ce n’est donc pas un hasard si, au premier jour de ces frappes, Israël, qui devrait pourtant craindre le pire de Daech, a jugé bon d’abattre un avion de chasse syrien qui opérait justement contre la nébuleuse terroriste.

L’idée folle, derrière cette vertueuse campagne atlantiste, est probablement d’y voir l’opportunité d’accélérer l’effondrement du régime de Damas, dans l’espoir d’une recomposition favorable au Système atlantiste. Une recomposition qui permettrait de casser l’axe Iran-Syrie (4) et d’infliger ainsi un sérieux revers à la Russie, qui pourrait perdre le contrôle de sa base maritime de Tartous (5).

Et c’est là que s’opère la jonction entre l’Ukraine et Daech, dans le Grand Jeu du Système américaniste pour casser la Russie, et ce faisant,  pour contrer la montée en puissance des pays du BRICS (6).

 

« Guerre contre le terrorisme 2.0 »

 

Enfin, accessoirement, l’avènement de ce nouveau fléau, et la «guerre perpétuelle contre le terrorisme 2.0» qu’il impose, va nécessairement favoriser l’avènement du totalitarisme que nous redoutions en 2012 déjà, dans notre essai «De la bataille contre le Système» (7). Déjà, la censure d’internet est en marche (8), ne reste plus qu’à attendre les inévitables attentats qui vont survenir ici et là au cœur du Bloc, et sa riposte en matière de restriction des libertés.

Dans sa folle entreprise pour «persévérer dans son être» et maintenir son hégémonie, le Système atlantiste a ainsi allumé partout des incendies qu’il ne contrôle plus.

Des incendies qui vont chaque jour le contraindre à se pervertir lui-même un peu plus, jusqu’à renier et invertir toutes les valeurs qu’il prétend défendre, et dont il se réclame.

Jusqu’à la tyrannie ou l’effondrement.


Pierre Vaudan

 

Notes

(1) Sur les fausses décapitations (même les grands merdias ont dû en parler)
(2) Hassan Nasrallah, sur la nature de Daech
(3) Première tentative avortée de guerre contre la Syrie
(4) Sur l’axe Iran-Syrie
(
5) Pourquoi l’Amérique veut-elle toujours la chute de Bashar al Assad ?

(6) Enfumage ukrainien : contre propagande
(7) De la bataille contre le Système
(8) La censure d’internet votée en France

Source : De Kiev à Damas, une même folie (entrefilets.com, 23-09-2014)

 

 

..

Les États-Unis sur le «pied de guerre»: une mesure législative ouvre la voie à la guerre contre la Russie

 

Pourquoi nous allons vers la 3e guerre mondiale (excellente vidéo 13 mn

.

Les États-Unis sur le «pied de guerre» : Une mesure législative ouvre la voie à la guerre contre la Russie

http://www.mondialisation.ca/les-etats-unis-sur-le-pied-de-guerre-une-mesure-legislative-ouvre-la-voie-a-la-guerre-contre-la-russie/5419376

 

 

 

https://www.youtube-nocookie.com/embed/v8O15DogWgg?rel=0

 

..

 

.

.

OB-pub-panneau.jpg

 

Pour ne plus voir les sales pubs

que désormais, soudain, over-blog impose EN MASSE

au mépris complet des Lecteurs :

téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Un monde fou !
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 02:13

 

L'Europe des Régions

et non des Nations,

carte sur le blog de Lucien Pons

 

Derrière la RÉFORME TERRITORIALE, le vrai projet c’est : « SUPPRIMER LA FRANCE ». L’aveu du quotidien « Le Figaro ».

 

 

De la réforme du territoire

à la mort de la Nation française

et au Nouvel Ordre Mondial

 

par chantal dupille

 

 

Il y a peu encore, je ne voyais pas l'utilité du Sénat. J'ai changé d'avis : Il est plus nécessaire que l'assemblée nationale, car il NOUS défend, avec ses élus de terrain et qui refusent d'être des godillots du Gouvernement !

 

Le Sénat est indispensable. Par ex, c'est LUI qui défend nos départements, les territoires ruraux, les communes, les  villages, la proximité, la solidarité. Or le tyran Valls au service des Bilderberg, du Nouvel Ordre Mondial totalitaire, est décidé à imposer la réforme du territoire dont NUL ne veut, ni presque tous les élus, ni la population ! Mais c'est Bruxelles qui commande, et Valls exécute...

 

Le département "Valls" sera amputé des COMPETENCES indispensables, du rôle de la SOLIDARITE avec les citoyens - donc il sera coupé de NOUS TOUS !

 

Au sein du Département, la solidarité est à la fois sociale et territoriale. Les Sénateurs se battent pour le maintien de nos départements.

 

La réforme territoriale ne simplifie pas, elle n'économisera rien, elle ELOIGNERA le pouvoir des citoyens. Ainsi, il faudra faire 300 ou 400 Kms pour une décision en matière de collège. Ce qui est du niveau de la commune montera à l'intercommunalité, ce qui est du département montera à la métropole géante LOIN du terrain, des citoyens.

 

Avec la réforme territoriale, on confiera à la REGION les compétences territoriales, DONC à des urbains coupés de la réalité rurale, etc. Je rappelle que l'identité de la France, RURALE, a été tuée en 14-18, les paysans sont morts et avec eux l'autonomie (alimentaire..). Eh bien, la réforme territoriale achèvera de ruiner l'identité du pays ! Les secteurs ruraux vont souffrir, et puis il n'y aura ni parlementaires, ni conseillers territoriaux, ni pouvoir. Bref, il y aura une France de métropoles géantes, et des déserts. Pour discuter de tout (collèges, routes..), même de la MOINDRE décision, il faudra aussi faire des centaines de Kms ! TOUT sera rigidifié. C'est scandaleux !

 

Nous n'avons pas été consultés pour cette réforme territoriale pourtant majeure, l'avis des élus locaux est piétiné. Valls est un authentique dictateur !

 

La réforme territoriale, c'est le mépris du local, de la proximité, des élus, des citoyens. Ainsi on impose aux ALSACIENS ce qu'ils refusent. La réforme territoriale, c'est aussi le gigantisme qui écrase ce qui est à échelle humaine - comme le super-marché tue le petit commerce ! C'est à l'image de la réforme d'Emmanuel Macron, maquereau de Rothschild : les distances seront grandes avec par ex le regroupement d'avocats, de notaires..  dans les métropoles. Avec toutes ces réformes soi-disant pour des économies, en réalité pour Bruxelles, il faudra aller loin pour accoucher, divorcer, décider...

 

La réforme territoriale, c'est aussi la fin des élus de terrain, identifiables ; ils seront remplacés par des "technocrates" coupés de la réalité et simples pions de Bruxelles.

 

L'intercommunalité, c'est un SEUIL qui passera de 2.000 habitants à 20.000. Bref, distance et rigidité au lieu de proximité et liberté ! L'intercommunalité, c'est aussi la fusion de communes n'ayant pas les mêmes politiques, les mêmes choix, les mêmes intérêts, ayant chacune leur rythme propre, et entre communes qui sont parfois rivales. En fusionnant des communes voisines n'ayant rien de commun, fonctionnant différemment, on crée des situations artificielles, conflictuelles.

 

Par ailleurs, en fusionnant des communes de Droite et de Gauche, on prépare la fusion Droite-Gauche, le Parti unique totalitaire cher à Valls et au Nouvel Ordre Mondial. La réforme territoriale a TOUS les défauts des réformes du NWO : Elle tue la Nation, la proximité, le social, les libertés, les traditions...

 

Ils nous vendent ainsi la réforme : "Les communes, les départements, les Nations seront remplacées par une AUTRE FRANCE (synonyme de destruction de la France), les Métropoles, les Régions, le COUPLE Nation-Europe". Tout sera chambardé ! Pour Bruxelles, comme Bruxelles l'exige (et Rothschild), et tant pis si les Français ne veulent plus de cette Europe, ils n'ont plus leur mot à dire ! 

   

Bon sang, réveillez-vous ! La réforme territoriale menée par Valls pion de Rothschild (comme son compère Macron) tuera la France, le département, la commune, la proximité, la solidarité ! Valls invité par les Bilderberg nous a été imposé par les meRdias laquais pour tuer TOUT ce qui fait l'IDENTITE de la France, sa spécificité. Même les timbres ne mentionnent plus, sans hasard, les mots "République française" !

 

Prenons conscience que la réforme territoriale est imposée par l'UE tremplin du Nouvel Ordre Mondial, et Valls pion de ce NW0 est chargé de tuer notre NATION. Valls est l'ENNEMI de la France. Et c'est un hypocrite qui pour présider (détruire) la France, clame partout qu'il AIME notre pays (et d'ailleurs il "aime" aussi prioritairement le MEDEF, le grand patronat). La réforme territoriale est une réforme MAJEURE ! Ainsi, les Régions (géantes) ne se sentiront plus françaises, mais elles se feront la "guerre" ; là aussi, le maître mot sera la compétitivité, juste la compétition des territoires, et des Nations, dans le cadre de l'Europe avec le regroupement des populations dans d'IMMENSES métropoles. C'est tout simplement effrayant !

 

Dire non à la réforme territoriale, c'est dire OUI à la France, et non au Nouvel Ordre Mondial totalitaire menant au monde unique, avec un seul système, un seul parti, une seule culture (culture "Mac Do"), une seule religion (païenne), un seul genre, etc. Nous ne devons pas accepter l'intolérable !


Chantal Dupille (dite eva R-sistons)

compilation de ses tweets du 9.11.2014

.

Réforme territoriale. La carte des régions ne fait pas que des heureux

http://www.ouest-france.fr/reforme-territoriale-la-carte-des-regions-ne-fait-pas-que-des-heureux-2717447

 

   

Après les vifs et longs débats de la semaine dernière, les députés se prononcent, aujourd'hui, sur le redécoupage territorial. Tout le monde n'y trouve pas encore son compte.

 

Réforme territoriale d’Hollande : Non au partage euro-féodal de la France !

Sur la réforme territoriale annoncée par François Hollande

ils appellent ça le « big bang » territorial…

NON AU PARTAGE EURO-FEODAL DE LA FRANCE

affiche régionale 2010Etrange tribune que celle de François Hollande, diffusée le 3 juin par toute la presse régionale. De la manière la plus centraliste qui soit, sans s’encombrer du moindre mandat populaire, le chef de l’Etat a annoncé la mise à mort de la République une et indivisible issue de la Révolution française.

Mensongèrement, le Président de la Rrépublique fait l’éloge des communes… tout en précisant que désormais, c’est l’Intercommunalité (à 20 000 habitants! au moins , avec recentrage sur les métropoles) qui deviendra l’échelon de proximité : lointaine proximité que voilà en vérité !


En fait de « décentralisation », cette énorme arnaque institutionnelle dissout les municipalités – à peine élues! – dans les métropoles, les départements dans les régions et celles-ci dans d’énormes euro-régions à l’allemande, directement affiliées aux Etats-Unis d’Europe et à l’Union transatlantique en construction: fin annoncée à la fois de la Commune et de l’Etat-nation, voire de l’idée même d’un territoire national puisque plusieurs de ces régions seront « transfrontalières » et qu’elles n’auront même plus à terme le français comme langue de travail !


Dans cet immense et très rétrograde partage euro-féodal de la France, non seulement l’intervention populaire serait très affaiblie, mais les couches populaires seraient durement frappées: par le biais du démantèlement de la fonction territoriale et des services publics de proximité, par le remplacement accéléré du français par le tout-anglais transatlantique (mâtiné de Charte européenne des langues régionales).

 

Tout cela est d’autant plus scandaleux que ces enjeux politiques centraux ont soigneusement été cachés aux électeurs par les partis dominants lors des municipales.

 

Plus grave encore, Hollande annonce que désormais, les euro-régions disposeront seules de la compétence économique: fin de la politique industrielle nationale, qui date en France de… Colbert, concurrence acharnée assurée entre les grandes régions pour briser le social et subventionner le grand capital sous prétexte d’attirer l’emploi. Fin également de la loi républicaine unique, les régions étant autorisées à faire varier la loi et à « expérimenter »… Qu’adviendra-t-il alors des Conventions collectives nationales, des statuts de la Fonction publiques, du SMIC, du Code du travail à l’imitation du contre-modèle allemand ?


Dans ces conditions, le PRCF lance un appel pressant aux forces franchement communistes, franchement syndicalistes et franchement républicaines. La question n’est pas de tomber dans le panneau en réclamant un autre partage de la nation, un autre redécoupage privilégiant telle féodalité UMP ou PS plutôt que telle autre. L’heure est à REFUSER catégoriquement l’euro-dépeçage du pays, de faire le lien entre la casse territoriale et la casse sociale: « saut fédéral européen », « big bang » territorial et plan MErkel-Valls-MEDEF, Pacte transatlantique procèdent d’une seule et même stratégie de casse nationale et sociale. Il faut les rejeter ensemble par l’unité d’action des communistes, l’unité d’action des syndicalistes rouges et l’unité d’action des forces franchement républicaines et anti-UE.

 

le secrétariat politique du PRCF

 

http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/reforme-territoriale-dhollande-au-partage-euro-feodal-france/

 

 

Interview de François Asselineau (GOPE, TAFTA, réforme ... 

www.youtube.com/watch?v=F9WkOavhPKI
3 juil. 2014 - Ajouté par Cercle des Volontaires
Nous sommes allés interroger François Asselineau, président de l'UPR, ... La réforme territoriale ne permet-elle ...

 

Réforme territoriale : Allons-nous laisser détruire la France ? 

https://www.upr.fr/conferences/reforme-territoriale-euro-regions
8 juin 2013 - Euro-régions : Une conférence de François Asselineau sur la destruction programmée des nations par la réforme territoriale.

François Asselineau : GOPE, TAFTA, réforme territoriale ... 

www.agoravox.tv › Actualités › Economie
3 juil. 2014 - La réforme territoriale ne permet-elle pas ne faire des économies nécessaires face à notre mille-feuille administratif des collectivités locales,

lucien-pons.over-blog.com/.../derriere-la-reforme-territoriale-le-vrai-proj...
Derrière la RÉFORME TERRITORIALE, le vrai projet c'est : « SUPPRIMER ... 23 Novembre 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale
Ce que les médias mainstreams ne relatent pas sur les tortures de la CIA à Guantanamo
http://www.huffingtonpost.fr/2014/12/10/torture-cia-passages-terrifiants-rapport-senat-americain_n_6299652.htm
.

La belle "démocratie" américaine. Tortures, prison sans jugement, etc, et maintenant voici les camps pour sdf :

Usa, Caroline du Nord. Les camps de concentration Fema pour les sans domicile fixe

par Massimo Bonato

 

10.12.14 - Nous disons souvent que, à la huitième année de crise économique, et face à d'inutiles tentatives globales de faire repartir "la croissance", il semble amplement démontré que nous naviguons dans une crise de surproduction. Nous rappelons aussi, avec la même fréquence, que cette expression classique doit être entendue exactement comme elle a été pensée par son inventeur : surproduction de capital. Soit non seulement de marchandises, mais surtout d'usines-ordinateurs-bureaux (capital fixe) et force de travail humaine (capital variable).


Fema 

 

Il nous arrive aussi d'écrire que le programme capitaliste pour gérer cette "surabondance" d'êtres humains est définissable comme un vous devez mourir. Il apparaît en effet évident que lorsque depuis le sommet du gouvernement ou de l'Union Européenne ou d'autres organismes supra-nationaux, on nous dit que "l'espérance de vie s'est allongée" et "donc" il faut augmenter l'âge de la retraite, couper la dépense sanitaire, flexibiliser les horaires et les roulements de travail et de repos, effacer les contrats à temps déterminé, éliminer les tutelles du travail, vendre les immeubles à loyer modéré, etc., on est en train de chercher à réduire les dimensions de la population.

 

Naturellement il est difficile de "montrer" - à une humanité désormais habituée à regarder les images plus qu'à raisonner au moyen de concepts - quelque chose qui découle nécessairement d'une série de faits, mais qui ne "se montre" pas encore dans la réalité de tous les jours. Nous ne remercierons donc jamais assez Massimo Bonato et TgValleSusa pour avoir publié l'article qui suit, corrélé par des photos et des références documentaires.

 

On y parle des Etats Unis, soit de l' "empire de la liberté" et de l'initiative privée, le paradis des "opportunités", des "droits humains" et d'autres mots qui ont assumé le poids de lieux communs sur lesquels il n'est plus nécessaire de raisonner ou de s'interroger. Dans ce paradis, les "sans domicile fixe" - les chômeurs qui ont perdu aussi la maison et la possibilité d'avoir un revenu pour en louer une - sont enfermés dans des camps de concentration. En tout égaux à ceux des nazis ou des camps d'enfermement des pays en guerre.

 

Le problème est que aux Etats Unis il n'y a aucune guerre. Mais les sans domicile fixe sont - tacitement ou explicitement - encadrés en tant qu'ennemis combattants. Et enfermés. Sans infraction, sans procès, sans limite temporelle.

 

Force de travail en excès, pour le moment inemployable, donc "stockée" en attente de temps meilleurs. S'ils viendront. Et sinon laissée à macérer sous les aléas atmosphériques comme l'une des mille ghost town qui parsèment le panorama états-unien.

 

Il nous semble évident que le nombre imprécis d'emprisonnés dans les dizaines de camps de concentration Fema ne résultent pas parmi les chômeurs et ne "pèsent " donc pas sur les statistiques officielles (le "taux de chômage" a beaucoup diminué dans les dernières années ; un peu de quantitative easing, un peu de lager et le jeu est fait). Comme il apparaît important que beaucoup de ces lagers fédéraux (soit "publiques") soient gérés par des contractors privés. S'il faut traiter un problème sans passer par la loi ordinaire, et en dehors de toute Constitution, qu'y a-t-il de mieux qu'une belle société privée et de fait secrète ?

 

A vous l'article de Massimo Bonato, donc.

 

*****

 

 

Des camps Fema en Caroline du Nord, on n'en sort qu'en acceptant de se faire enfiler une micropuce sous la peau.

 

Aux sans domicile fixe détenus dans le camp Fema de la Caroline du Nord, a été donné le choix si rester ou s'en aller, mais seulement à condition que leur soit implanté une puce. La Rfid (Radio-frequency identification) servirait à les mettre sous monitorage et à les maintenir sous contrôle, en échange de bénéfices de survie, nourriture, couvertures, vêtements.

 

La nouvelle s'est répandue, pour différentes raisons : d'abord le monitorage, et de fait la limitation des libertés personnelles d'hommes et de femmes détenus sans avoir commis d'infractions, mais seulement parce que homeless, sans domicile fixe, et sans emploi. Mais elle a fait re-émerger de nouveau, aussi, la gestion du chômage aux Usa. Camps Fema. A ceux qui se souviennent du roman de John Steinbeck Les raisins de la colère et le film qui s'en inspira il n'est pas difficile de s'en faire une idée.

 

Qu'est-ce que la Fema ?

 

La Fema est une agence gouvernementale (Federal Emergency Management Agency) née pour la gestion d'émergences humanitaires en 1978, sous la présidence Carter (Wikipedia). Une sorte de Protection civile  sous la supervision du Département pour la sécurité nationale.

 

 

 Fema

 

Après les Twin Towers de 2001, et précisément l'année d'après, le procureur général John Ashcroft annonça le désir d'avoir des camps pour les citoyens états-uniens qu'il considérait comme étant des 'ennemis combattants', et que son plan "lui permettrait d'ordonner la détention à temps indéterminé de citoyens états-uniens et les destituer sommairement de leurs droits constitutionnels et l'accès aux tribunaux, en les déclarant ennemis combattants" (Los Angeles Times). En peu de temps elle se transforma en ce qu'elle est actuellement, et qui fait dire à truthisscary.com que la "Fema est un gouvernement secret, qui peut suspendre la loi, la constitution américaine, les droits civils".

 

Son parcours est tracé par la paranoïa de la prévention : auparavant pour une attaque nucléaire, puis pour des calamités naturelles, puis pour les attaques terroristes. Aujourd'hui dans ses camps elle enferme des sans domicile fixe.


Fema-Camps_1 

 

 

Les camps Fema

 

La Fema a à sa disposition environ 800 camps délocalisés dans tous les Etats Unis et peut détenir jusqu'à 2 millions de personnes : des réfugiés hypothétiques, selon sa mission. Mais pas qu'eux. La relative autonomie a conduit à une gestion pas toujours uniforme de ces camps, pour la plupart maintenus vides et prêts, par exemple en Caroline du Nord dans les années 70, pour une réclusion de masse d'activistes de couleur, au cas où ils se fussent soulevés. 

 

Escogitur.com rappelle les mots exprimés au sujet par le chef de la Fema en 1987, Alonzo Chardy, au "Miami Herald", lequel avait rédigé un ordre exécutif justement destiné à suspendre la Constitution avec la déclaration relative de la loi martiale s'il eut été nécessaire. Une Guantanamo en plus grand, prête entre autres à accueillir aussi en effet des personnes de foi islamique, après les faits du 11 septembre 2001.

 

 Fema Camps_3

 

Les camps Fema reviennent récemment à l'honneur des chroniques, lorsque la Caroline du Nord devient l'exemple de comment seulement le vagabondage pourrait être poursuivi. En août 2013 le Columbia City Council approuve le programme de création de forces spéciales de police qui poursuivent la "quality of life". De fait, il s'agit de patrouilles qui, depuis octobre de la même année ouvrent les portes du camp Fema de Columbia. Ils poursuivent les sans domicile fixe accusés de vagabondage ou surpris dans le sommeil ou à uriner contre une plante, ils les chargent sur des véhicules et les conduisent dans le camp, à quelques kilomètres de la ville. En parlent les sites actifs sur le front des droits humains, comme trueactivist.com, mais peu d'autres sites. La ségrégation s'accompagne du secret. Du moins jusqu'à quand, aux débuts de novembre de cette année, une équipe de la Nbc se retrouve à filmer une prison abandonnée dans les environs de New York, pour un service culturel, sans y parvenir. L'opérateur n'a pas le temps de commencer le tournage que depuis la prison sort un gradé, on ne comprend pas de quelle arme, et ordonne à la Nbc de s'éloigner. C'est un contractor. La prison n'est pas abandonnée, on ne peut pas filmer, et elle n'est pas gérée par un Département d'Etat mais par une police privée (globalresearch.ca).

 

Ce qui en fait deux avec l'histoire de la puce qu'on voudrait implanter sous la peau des sans domicile fixe de Columbia en Caroline du Nord, mais surtout commence à intéresser à ces lieux de détention les Etats-uniens, alors que le Wall Street Journal claironne un jour sur deux la diminution du chômage qui permettrait l'augmentation des taux d'intérêt aux Usa et en Angleterre. Tout en excluant le fait que les paramètres par lesquels on établit le taux de chômage restent secrets (et sous le gouvernement Thatcher en Angleterre ils changèrent jusqu'à 37 fois!), parce que plus que rendre compte d'un phénomène économique et social, ils résultent d'un dispositif d'accréditation politique, voué à instiller plus de confiance à l'étranger, et un espoir majeur et la stabilité à l'intérieur ("Tu ne vas tout de même pas faire la révolution maintenant qu'il y a du boulot!").

 

Mais on s'interroge aussi sur combien ce sens de la "quality of life" aujourd'hui dans les mains de polices urbaines et privées, les contractors, ne soit pas généralisé. En défense non seulement de l'esthétique métropolitaine, mais aussi si ce n'est surtout, de ce gap social qui de plus en plus fait surgir des gated communities, les quartiers privés, équipés de surveillance armée, clôtures et barbelés, pour garder, celles-ci oui, les gens dehors et non pas dedans. Du monde dedans, du monde dehors, à ne pas voir, ou à voir le poins possible, ségréguer pour ne pas éveiller de malaise, pour garder les rues propres.

 

"Mais est-ce celle-là l'Amérique que nous voulons ? " se demandent beaucoup parmi eux.

 

source : 

http://www.tgvallesusa.it

http://www.tgvallesusa.it/2014/12/usa-north-carolina-campi-di-concentramento-fema-per-senza-fissa-dimora/

(reproduction autorisée en citant la source)

 

 

source de l'introduction :

http://contropiano.org/internazionale/item/28010-usa-north-carolina-i-campi-di-concentramento-fema-per-i-senza-fissa-dimora

 

lire aussi :

 

Futurs camps de concentration ? Vol au dessus des nids de la FEMA


par John Lloyds 


lundi 5 janvier 2009

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/futurs-camps-de-concentration-vol-49524

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/segesta3756/101214/usa-caroline-du-nord-les-camps-de-concentration-fema-pour-les-sans-domicile-fixe-par-massimo-bonato

 

...

 

russia-war

 

.

 

Actualité :

 

 

Fabius-BHL-Kouchner-axe-du-mal-copie-1.jpg

Syrie. Des victimes du conflit demandent réparation à Laurent Fabius

Syrie. Des victimes du conflit demandent réparation à Laurent Fabius

 

...

.

 

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 00:58

 

Voici ce que les médias ne veulent pas que vous sachiez (ch. dupille)

 

Vladimir Poutine : Discours présidentiel à l'Assemblée fédérale

 

Première partie du discours : politique extérieure

 

Kremlin, Moscou, 4 décembre 2014

 

  

 

41d52011f26d5315c12d.jpeg?rand=902852424
 


 

Discours original (russe) : http://kremlin.ru/news/47173

Traduction en anglais : http://eng.news.kremlin.ru/news/23341

Version française : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

 

<


https://www.youtube.com/watch?v=goI4JAqAIgQ

Vladimir Poutine : Discours à l'Assemblée Fédérale - 4 décembre 2014 (VOSTFR

 

PRESIDENT DE LA RUSSIE VLADIMIR POUTINE : Chers membres du Conseil de la Fédération, Députés de la Douma, Citoyens de Russie !


Le discours d’aujourd’hui sera consacré, bien entendu, à la situation et aux conditions actuelles du monde dans lequel nous vivons, ainsi qu’aux défis auxquels nous sommes confrontés. Mais je tiens tout d’abord à vous remercier tous pour le soutien, l’unité et la solidarité dont vous avez fait preuve au cours des récents événements historiques et cruciaux qui vont sérieusement influencer l’avenir de notre pays.


Cette année, nous avons été confrontés à des épreuves auxquelles seule une nation unie et mature et un Etat véritablement souverain et fort peuvent résister. La Russie a prouvé qu’elle peut protéger ses compatriotes et défendre l’honneur, la vérité et la justice.


La Russie a pu accomplir cela grâce à ses citoyens, grâce à votre travail et aux résultats que nous avons obtenus ensemble, et grâce à notre profonde compréhension de l’essence et de l’importance des intérêts nationaux. Nous avons pris conscience de l’indivisibilité et de l’intégrité de la longue histoire millénaire de notre patrie. Nous sommes venus à croire en nous-mêmes, à croire que nous pouvions faire beaucoup de choses et atteindre tous nos objectifs.


Aujourd’hui, nous ne pouvons bien évidemment pas ne pas évoquer les événements historiques qui ont eu lieu cette année. Comme vous le savez, un référendum a été organisé en Crimée en mars, dans lequel les habitants de la péninsule ont clairement exprimé leur désir de rejoindre la Russie. Après cela, le Parlement de Crimée il convient de souligner que c’était un parlement tout à fait légitime, qui avait été élu en 2010 a adopté une résolution d’indépendance. Et enfin, nous avons assisté à la réunification historique de la Crimée et de Sébastopol avec la Russie.


Ce fut un événement d’une importance particulière pour notre pays et notre peuple, parce que la Crimée est une terre où vivent nos compatriotes, et que son territoire est d’une importance stratégique pour la Russie car c’est là que se trouvent les racines spirituelles de la Nation russe, diverse mais solidement unie, et de l’Etat russe centralisé. C’est en Crimée, dans l’ancienne ville de Chersonèse ou Korsun, comme les anciens chroniqueurs russes appelaient, que le Grand Prince Vladimir a été baptisé avant d’apporter le christianisme au Rus.


En plus de la similitude ethnique, de la langue commune, des éléments communs de leur culture matérielle, d’un territoire commun – même si ses frontières n’étaient pas tracées et stables –, d’échanges économiques émergents et d’un gouvernement naissant, le christianisme fut une puissante force unificatrice spirituelle qui a contribué à impliquer dans la création de la Nation russe et de l’Etat russe les diverses tribus et alliances tribales du vaste monde slave oriental. C’est grâce à cette unité spirituelle que nos ancêtres, pour la première fois et pour toujours, se considérèrent comme une nation unie. Tout cela nous amène à affirmer que la Crimée, l’ancienne Korsun ou Chersonèse, et Sébastopol, ont une importance civilisationnelle et même sacrée inestimable pour la Russie, comme le Mont du Temple à Jérusalem pour les adeptes de l’Islam et du Judaïsme.

 

Et c’est ainsi que nous les considèrerons toujours.


 

 

41d5200c8927e0721506.jpeg?rand=941348571
 


 


Chers amis,


Aujourd’hui, il est impossible de ne pas revenir sur notre point de vue au sujet des développements en Ukraine et de la façon dont nous avons l’intention de travailler avec nos partenaires à travers le monde.


Il est bien connu que la Russie a non seulement soutenu l’Ukraine et d’autres républiques frères de l’ancienne Union soviétique dans leurs aspirations à la souveraineté, mais qu’elle a aussi grandement facilité ce processus dans les années 1990. Depuis lors, notre position n’a pas changé.


Chaque nation a le droit souverain et inaliénable de déterminer sa propre voie de développement, de choisir ses alliés, son régime politique et la forme d’organisation de sa société, de créer une économie et d’assurer sa sécurité. La Russie a toujours respecté ces droits et les respectera toujours. Ils s’appliquent pleinement à l’Ukraine et au peuple ukrainien frère.


Il est vrai que nous avons condamné le coup d’Etat et la prise violente du pouvoir à Kiev en février dernier. Les développements auxquels nous assistons actuellement en Ukraine et la tragédie qui se déroule dans le sud-est du pays confirment pleinement la justesse de notre position.


Comment tout cela a-t-il commencé ? Je vais devoir vous rappeler ce qui s’est alors passé. Il est difficile de croire que tout a commencé avec la décision technique par le président Ianoukovitch de reporter la signature de l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne. Ne vous méprenez pas sur ce point, il n’a pas refusé de signer le document, mais il a seulement reporté la finalisation de cet accord en vue d’y faire quelques ajustements. Comme vous le savez, cette décision a été prise en pleine conformité avec le mandat constitutionnel d’un chef d’Etat tout à fait légitime et internationalement reconnu.

 

Dans un tel contexte, il n’était pas question pour nous de soutenir le coup de force, la violence et les meurtres. Il suffit de considérer les événements sanglants à Odessa, où des gens ont été brûlés vifs. Comment les tentatives ultérieures de répression des populations du sud de l’Ukraine, qui s’opposent à ce carnage, pourraient-elles être soutenues ? Je répète qu’il nous était absolument impossible de cautionner ces développements. Qui plus est, ils ont été suivis par des déclarations hypocrites sur la protection du droit international et des droits humains. C’est du cynisme à l’état pur. Je crois fermement que le temps viendra où le peuple ukrainien fera une juste évaluation de ces événements.


Comment le dialogue sur cette question a-t-il commencé entre la Russie et ses partenaires américains et européens ? Je mentionne nos amis américains à dessein, car ils influencent continuellement les relations de la Russie avec ses voisins, ouvertement ou en coulisses. Parfois, nous ne savons pas même avec qui parler : avec les gouvernements de certains pays ou directement avec leurs mécènes et sponsors américains ?

 
Comme je l’ai mentionné, dans le cas de l’accord d’association UE-Ukraine, il n’y eut absolument pas de dialogue. On nous a dit que ce n’était pas notre affaire, ou, pour le dire simplement, on nous a dit « où » aller.


Tous les arguments rappelant que la Russie et l’Ukraine sont des membres de la zone de libre-échange de la CEI, que nous avons historiquement établi une coopération profonde dans l’industrie et l’agriculture, et que nous partageons essentiellement la même infrastructure personne ne voulait entendre ces arguments, et encore moins en tenir compte.


Notre réponse a été de dire : très bien, si vous ne voulez pas avoir de dialogue avec nous, nous allons devoir protéger nos intérêts légitimes unilatéralement et nous ne paierons pas pour ce que nous considérons comme une politique erronée.


Quel a donc été le résultat de tout cela ? L’accord entre l’Ukraine et l’Union européenne a été signé et ratifié, mais la mise en œuvre des dispositions concernant le commerce et l’économie a été reportée jusqu’à la fin de l’année prochaine. Cela ne prouve-t-il pas que c’est nous qui avions raison ?


Il faut aussi poser la question des raisons pour lesquelles tout cela a été fait en Ukraine. Quel était le but du coup d’Etat contre le gouvernement ? Pourquoi tirer et continuer à tirer et à tuer des gens ? De fait, l’économie, la finance et le secteur social ont été détruits et le pays a été ravagé et ruiné.


Ce dont l’Ukraine a besoin actuellement est d’une aide économique pour mener des réformes, pas de politique de bas étage et de promesses pompeuses mais vides. Toutefois, nos collègues occidentaux ne semblent pas désireux de fournir une telle assistance, tandis que les autorités de Kiev ne sont pas prêtes à relever les défis auxquels leurs citoyens sont confrontés.


A ce propos, la Russie a déjà apporté une contribution énorme en aide à l’Ukraine. Permettez-moi de rappeler que les banques russes ont déjà investi 25 milliards de dollars en Ukraine. L’année dernière, le ministère russe des Finances a accordé un prêt de 3 milliards de dollars. Gazprom a encore fourni 5,5 milliards de dollars à l’Ukraine et a même offert un rabais qui n’était pas prévu, en exigeant du pays qu’il ne rembourse que 4,5 milliards. Additionnez le tout et vous obtenez de 32,5 à 33,5 milliards de dollars récemment fournis.


Bien sûr, nous avons le droit de poser des questions. Pour quelles raisons cette tragédie a-t-elle été menée en Ukraine ? N’était-il pas possible de régler toutes les questions, même les questions litigieuses, par le dialogue, dans un cadre légal et légitime ?


Mais maintenant, on nous dit qu’il s’agissait de mesures politiques équilibrées et compétentes auxquelles nous devrions nous soumettre sans discussion et les yeux bandés.

 

Cela n’arrivera jamais.


Si pour certains pays européens, la fierté nationale est un concept oublié depuis longtemps et que la souveraineté est trop de luxe, pour la Russie, une véritable souveraineté est absolument nécessaire pour la survie.


Principalement, nous devrions prendre conscience de cela en tant que nation. Je tiens à souligner ceci : soit nous restons une nation souveraine, soit nous nous dissolvons sans laisser de trace et perdons notre identité. Bien sûr, d’autres pays doivent comprendre cela aussi. Tous les acteurs de la vie internationale doivent être conscients de cela. Et ils devraient utiliser cette compréhension pour renforcer le rôle et l’importance du droit international, dont nous avons tellement parlé ces derniers temps, plutôt que d’en plier les normes en fonction d’intérêts stratégiques tiers contraires aux principes fondamentaux du droit et au bon sens, considérant tout le monde comme des gens peu instruits qui ne savent ni lire ni écrire.


Il est impératif de respecter les intérêts légitimes de tous les participants au dialogue international. Alors seulement, non pas avec des mitraillettes, des missiles ou des avions de combat, mais précisément avec la primauté du droit pourrons-nous efficacement protéger le monde d’un conflit sanglant. Alors seulement, il n’y aura pas besoin d’essayer d’effrayer quiconque avec la menace d’un isolement imaginaire et trompeur, ou de sanctions qui sont, bien sûr, dommageables, mais dommageables pour tout le monde, y compris ceux qui les initient.


En parlant des sanctions, elles ne sont pas seulement une réaction impulsive de la part des États-Unis ou de leurs alliés à notre position concernant le coup d’Etat ou les événements en Ukraine, ou même au soi-disant « printemps de Crimée ». Je suis sûr que si ces événements ne s’étaient pas produits – je tiens à le souligner spécialement pour vous, politiciens, présents dans cet auditorium –, même si rien de tout cela ne s’était passé, ils auraient trouvé une autre excuse pour tenter d’endiguer les capacités croissantes de la Russie, de nuire à notre pays d’une quelconque manière, ou d’en tirer quelque avantage ou profit.


La politique d’endiguement n’a pas été inventée hier. Elle a été menée contre notre pays depuis de nombreuses années, toujours, depuis des décennies, sinon des siècles. En bref, chaque fois que quelqu’un pense que la Russie est devenue trop forte ou indépendante, ces mesures sont immédiatement déployées contre elle.


Cependant, parler à la Russie d’une position de force est un exercice futile, même quand elle est confrontée à des difficultés internes, comme ce fut le cas dans les années 1990 et au début des années 2000.


Nous nous souvenons bien de l’identité et de procédés de ceux qui, presque ouvertement, ont à l’époque soutenu le séparatisme et même le terrorisme pur et simple en Russie, et ont désigné des meurtriers, dont les mains étaient tachées de sang, comme des « rebelles », et ont organisé des réceptions de haut niveau pour eux. Ces « rebelles » se sont encore manifestés en Tchétchénie. Je suis sûr que les gens sur place, les forces de l’ordre locales, s’en occuperont de la manière appropriée. Ils œuvrent en ce moment même à stopper un autre raid de terroristes et à les éliminer. Donnons-leur tout notre soutien.


Permettez-moi de le répéter, nous nous souvenons des réceptions de haut niveau organisées pour des terroristes présentés comme des combattants pour la liberté et la démocratie. Nous avons alors réalisé que plus nous cédions du terrain, plus nos adversaires devenaient impudents et leur comportement se faisait de plus en plus cynique et agressif.


Malgré notre ouverture sans précédent alors, et notre volonté de coopérer sur tous les points, même sur les questions les plus sensibles, malgré le fait que nous considérions et vous êtes tous conscients de cela, vous en avez tous le souvenir nos anciens adversaires comme des amis proches et même des alliés, le soutien occidental au séparatisme en Russie, incluant un soutien informationnel, politique et financier, en plus du soutien des services spéciaux, était absolument évident et ne laissait aucun doute sur le fait qu’ils seraient heureux de laisser la Russie suivre le scénario yougoslave de désintégration et de démantèlement, avec toutes les retombées tragiques que cela entraînerait pour le peuple russe.


Cela n’a pas fonctionné. Nous n’avons pas permis que cela se produise.


Tout comme cela n’a pas fonctionné pour Hitler avec ses idées de haine des peuples, qui a entrepris de détruire la Russie et de nous repousser au-delà de l’Oural. Tout le monde devrait se rappeler comment cela a fini.

 

 

41d5200ab88a0842e1a5.jpeg?rand=1763557


 


L’année prochaine, nous allons marquer le 70e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre patriotique. Notre armée a écrasé l’ennemi et a libéré l’Europe. Cependant, nous ne devons pas oublier les défaites amères en 1941 et 1942 afin de ne pas répéter les erreurs à l’avenir.


Dans ce contexte, je vais aborder une question de sécurité internationale. Il y a beaucoup de questions liées à ce sujet. Elles incluent notamment la lutte contre le terrorisme. Nous assistons encore à ses manifestations, et bien sûr, nous participerons aux efforts conjoints pour lutter contre le terrorisme sur le plan international. Bien sûr, nous allons travailler ensemble pour faire face à d’autres défis, tels que la propagation des maladies infectieuses.


Cependant, à ce propos, j’aimerais parler de la question la plus grave et la plus sensible question : la sécurité internationale. Depuis 2002, après que les États-Unis se soient unilatéralement retirés du Traité ABM, qui était une pierre angulaire absolue de la sécurité internationale, un équilibre stratégique des forces et de la stabilité, les États-Unis ont travaillé sans relâche à la création d’un système global de défense antimissile, y compris en Europe. Ceci constitue une menace non seulement pour la sécurité de la Russie, mais pour le monde dans son ensemble précisément en raison de la perturbation possible de l’équilibre stratégique des forces.


Je considère que ce projet est également mauvais pour les Etats-Unis, car il crée une dangereuse illusion d’invulnérabilité. Il renforce la tension vers des décisions qui sont souvent, comme nous pouvons le constater, irréfléchies et unilatérales, et amène des risques supplémentaires.


Nous avons beaucoup parlé de cela. Je ne vais pas entrer dans les détails maintenant. Je dirai seulement ceci – peut-être que je me répète : nousn’avons nullement l’intention de nous engager dans une course aux armements coûteuse, mais en même temps, nous allons garantir de manière fiable et efficace la défense de notre pays dans ces nouvelles conditions. Il n’y a absolument aucun doute à ce sujet. Cela sera fait. La Russie a à la fois la capacité et les solutions innovantes pour cela.


Personne ne pourra jamais parvenir à une supériorité militaire sur la Russie. Nous avons une armée moderne et prête au combat. Comme on dit actuellement, une armée courtoise, mais redoutable. Nous avons la force, la volonté et le courage de protéger notre liberté.


Nous allons protéger la diversité du monde. Nous dirons la vérité aux peuples à l’étranger, de sorte que tout le monde puisse voir l’image réelle et non déformée et fausse de la Russie. Nous allons promouvoir activement les affaires et les échanges humanitaires, ainsi que les relations scientifiques, éducatives et culturelles. Nous le ferons même si certains gouvernements tentent de créer un nouveau rideau de fer autour de la Russie.


Nous n’entrerons jamais dans la voie de l’auto-isolement, de la xénophobie, de la suspicion et de la recherche d’ennemis.


Ce sont là des manifestations de faiblesse, alors que nous sommes forts et confiants.

 

Notre objectif est d’avoir autant de partenaires égaux que possible, à la fois dans l’Ouest et à l’Est. Nous allons étendre notre présence dans ces régions où l’intégration est à la hausse, où la politique n’est pas mélangée avec l’économie (et vice versa), et où les obstacles au commerce,

class="yiv5133800035">à l’échange de technologie et de l’investissement et à la libre circulation des personnes sont levés.


En aucun cas, nous n’allons limiter nos relations avec l’Europe ou l’Amérique. Dans le même temps, nous allons restaurer et étendre nos liens traditionnels avec l’Amérique du Sud. Nous allons poursuivre notre coopération avec l’Afrique et le Moyen-Orient.


Nous voyons à quelle vitesse l’Asie-Pacifique s’est développé au cours des dernières décennies. En tant que puissance du Pacifique, la Russie tirera pleinement parti de de potentiel énorme.


Tout le monde connaît les dirigeants et les « locomotives » du développement économique mondial. Beaucoup d’entre eux sont nos amis sincères et des partenaires stratégiques.


L’Union économique eurasienne va commencer à être pleinement opérationnelle le 1er Janvier 2015. J’aimerais vous rappeler ses principes fondamentaux. Les principes majeurs sont l’égalité, le pragmatisme et le respect mutuel, ainsi que la préservation de l’identité nationale et de la souveraineté de l’Etat de tous les pays membres. Je suis convaincu qu’une coopération étroite sera une puissante source de développement pour tous les membres de l’Union économique eurasienne.


Pour conclure cette partie de mon discours, j’aimerais dire encore une fois que nos priorités sont d’avoir des familles saines et une nation saine, ce sont les valeurs traditionnelles que nous avons héritées de nos ancêtres, combinées avec un accent sur l’avenir, la stabilité comme une condition essentielle du développement et du progrès, le respect des autres nations et États, et la sécurité garantie de la Russie et la protection de ses intérêts légitimes.

 

[…]



41d5200c935e780c3533.jpeg?rand=39341283..

 

 

.

Voir aussi :

 

Poutine à la Douma (Jacques Sapir) + discours 1ère partie

Soudan : Renforcement de la coopération militaire avec la Russie

L’UE se prend une nouvelle gifle par Poutine + liens

 

Poutine aux élites occidentales : fini de jouer

 

 

.

.

Simulation. Un aperçu des possibilités de l’armée russe

http://reseauinternational.net/simulation-un-apercu-des-possibilites-de-larmee-russe/
.
russia-us-missile.jpg

L’irresponsable Congrès Américain « déclare la guerre » à la Russie (Ron Paul) + vidéo
.
.
Derniers posts sur deux de mes autres blogs :

Comment la France a osé traiter le Président Corréa - Silence médias

 

.

.

La guerre froide du XXIe siècle a commencé ; La Chambre des représentants adopte la résolution 758

La guerre froide du XXIe siècle a commencé ; La Chambre des représentants adopte la résolution 758

 

… les USA disent à la Russie d’arrêter de s’auto-isoler

 

Par Esther Tanquintic-Misa


Les États-Unis ont effectivement appuyé sur le bouton de la guerre froide du XXIe siècle. Jeudi, la Chambre des représentants a adopté la résolution 758, un décret disant que les Etats-Unis, l’Europe et leurs alliés « doivent garder la pression de manière agressive » sur la Russie et son président Vladimir Poutine, jusqu’à ce que ces mesures « modifient son comportement ».

Mercredi, le Président américain Barack Obama a affirmé que M. Poutine est « en train de complètement isoler la Russie sur la scène internationale » et qu’il sait que le dirigeant russe ne va pas « soudainement changer son état d’esprit… C’est une des raisons pour lesquelles nous allons continuer à maintenir cette pression ». Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry a exhorté la Russie à ne pas s’isoler, lors d’une réunion des 57 membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe dans la ville de Bâle au nord de la Suisse. La résolution 758 avait demandé le renforcement de l’OTAN et des ventes de gaz naturel étatsunien à l’Europe, sous-entendu, au détriment des exportations énergétiques russes.

La résolution a également donné au gouvernement du Président ukrainien Petro Poroshenko le signal de départ pour lancer des actions militaires contre les « séparatistes » dans l’est de l’Ukraine. La résolution 758 a appelé le Président américain à « fournir au gouvernement ukrainien du matériel de défense, des services et des formations pour défendre efficacement son territoire et sa souveraineté ».

« Ce n’est pas seulement une déclaration de guerre froide US contre la Russie mais c’est aussi une déclaration de guerre de Kiev contre Donetsk et Lougansk, », a déclaré à RT News Daniel McAdams, directeur exécutif à l’Institut Ron Paul. La résolution 758, décrite comme un décret qui condamne fermement les actes d’agression de Moscou contre ses voisins, est un document qui ouvre la boîte de Pandore des conflits militaires mondiaux.

McAdams a déclaré qu’il trouvait la résolution comique dans le sens qu’en accusant la Russie d’organiser des élections frauduleuses en Ukraine, elle justifiait une guerre totale, engageant les forces des Etats-Unis et de l’OTAN alors que, en fait, l’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN. Il a ajouté que le projet de loi mentionne le chapitre cinq du traité de l’OTAN plusieurs fois, mais ce n’est pas sûr que le Congrès comprenne ce que cela signifie. Sous le couvert de la résolution 758, la Chambre des représentants a exhorté M. Obama à vérifier et examiner l’état de préparation des forces armées américaines et de l’OTAN à la lumière du Traité sur les Forces armées conventionnelles en Europe (FCE).

Jeudi, M. Poutine a dit que la résolution 758, qu’il a décrite comme une « politique de dissuasion » contre la Russie par les autres États, venait juste d’être formellement instituée. Mais il croit que la politique de dissuasion a toujours été en place vis-à-vis de la Russie « depuis des décennies, voire des siècles » et devait être immédiatement activée si les autres Etats sentaient que la Russie devenait trop puissante et indépendante.

Il a fustigé les États-Unis, leur reprochant de manipuler les relations entre les voisins de la Russie. « Parfois vous ne savez même pas à qui il vaut mieux s’adresser : les gouvernements de certains pays ou directement à leurs patrons américains ». US House Resolution 758 a été adopté à une écrasante majorité 411 – 10 par le 113èmeCongrès.

 

Esther Tanquintic-Misa – L’auteur peut être joint à e.Misa@ibtimes..com.au

 

Traduction Avic – Réseau International

 

Source : http://au.ibtimes.com/articles/574969/20141205/cold-war-house-resolution-758-russia-isolation.htm#.VIJK4Hs08jj

envoyé par Mufasa

 

Photo : Le Capitole. REUTERS/Gary Cameron

 

http://reseauinternational.net/la-guerre-froide-du-xxie-siecle-commence-la-chambre-des-representants-adopte-la-resolution-758/

.

.

La guerre pour l’héritage soviétique

4 DÉCEMBRE 2014

 

Texte court reprenant un entretien avec Serguei Tcherniakovski, membre du Club d’Izborsk, publié entre autres le 27 novembre 2014 dans les pages de Zavtra.

-  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  -

 

Serguei Felixovich, comment évaluez-vous la situation actuelle dans le conflit entre Russie et Occident, dont le déclencheur fut la victoire de l’euromaïdan, suivie de la guerre civile en Ukraine ? Quel rôle joue le Président de la République Fédérale, Vladimir Poutine, dans ce conflit ? Quelles sont pour vous les éventuelles perspectives de résolution de ce conflit ?

Ce qui se déroule depuis un an en Ukraine et autour d’elle, peut être qualifié de «guerre pour l’héritage soviétique», par analogie aux conflits armés bien connus pour l’héritage espagnol, l’héritage bavarois, l’héritage polonais, etc… En fait, il s’agit d’une guerre pour un nouveau partage du monde, causée par une crise systémique croissante des modes actuels de production et de consommation, portant en elle la nécessité d’une expansion constante, de l’accaparement permanent des actifs réels en vue de stimuler les plus-values des capitaux bancaires.


La raison de ce conflit, en majeure partie, fut le refus des autorités russes de transmettre définitivement le contrôle sur les actifs réels de «l’espace post-soviétique» aux multinationales occidentales.

Ces autorités se présentent comme une dictature de type bonapartiste, forme bien connue en politologie classique, capable de concilier les intérêts de différentes classes et forces politiques dans le cadre d’une société unifiée. Dans le cas de la Russie contemporaine, nous avons affaire à la conciliation des intérêts du grand capital et ceux de l’écrasante majorité de la société «post-soviétique» russienne, humiliée et offensée au cours des «réformes de la démocratie de marché» au cours des années ’90 du siècle dernier.


Il est dès lors compréhensible que le personnage de Poutine joue un rôle extrêmement important, et dans un certain sens, irremplaçable, dans l’État russe actuel. La dictature sans dictateur est impossible, de même que l’empire sans empereur. Ce n’est pas un hasard si nos partenaires occidentaux, comme il est d’usage de les désigner aujourd’hui, dirigent leurs coups précisément contre Poutine, en tant que point de convergence des intérêts nationaux de la Russie, afin de détruire l’unité du système de la communication et des valeurs de la Russie, dans lequel Poutine remplit le rôle clé, en vue d’ukrainiser, de maîdaniser la société de Russie.


A la poursuite de cet objectif, les mass-médias occidentaux sont entrés en action, avec les cinquième et sixième colonnes dans notre pays, ainsi que toutes sortes de structures mercenaires terroristes sous contrôle des services de sécurité occidentaux ; s’y ajoute le jeu de spéculation sur les cours des produits pétroliers, les pressions sur le taux de change du rouble et beaucoup, beaucoup d’autres moyens.

 

De mon point de vue, nous n’avons pas affaire à un «conflit de potentiels», mais à un «conflits des volontés», selon quoi «un troupeau de moutons avec à sa tête un lion vaincra toujours un troupeau de lions avec un mouton à sa tête».

Si au cours des années ’80, alors que la défaite de l’Occident paraissait inévitable face à l’Union Soviétique, la volonté de politiciens tels que Ronald Reagan et Margaret Thatcher vainquit un Politburo soviétique apathique, alors aujourd’hui, la position ferme et cohérente du Kremlin, exigeant encore et toujours de la part de l’Occident le respect des règles du jeu préalablement admises dans l’arène internationale, malgré ce qui paraît être une prééminence totale sur les plans militaires et politiques, sociaux et économiques, financiers et informationnels, dans le chef des États-Unis et de leurs alliés, nous donnera la possibilité de vaincre. Les résultats du récent sommet de Brisbane l’ont clairement montré. Obama et consorts se sont retrouvés isolés, incapables d’élargir leur «front anti-russe» du côté des «pays en voie de développement».

 

Plus encore, tant à Pékin qu’à Brisbane, la République Populaire de Chine s’est affirmée haut et fort en tant que nouveau «centre de forces» global, prenant la place des États-Unis qui font l’expérience d’une profonde crise systémique.


Dès lors, je ne pense pas qu’il faille s’attendre à une catastrophe en Russie, sur les modèles de 1917 et 1991.

 

Source.

http://eurasie.eurasie.ru/archives/181

 

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Grandes figures
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 02:13

 

 

 

FN-et-juifs-i-tele.jpg

 

 

 

De Sarkozy et Hollande à Marine Le Pen,

la même soumission à Israël

 

Par chantal dupille (eva R-sistons)

 

 

En créant mon blog R-sistons à l'intolérable, je voulais dénoncer la désinformation. Puis, sous le règne du roquet Sarkozy, j'ai pris pour cible le nouveau Président qui a d'ailleurs, à peine élu, verrouillé la Presse devenue si (néo)sioniste qu'elle a remporté la triste palme de "Lanterne rouge de l'UE". Et peu à peu j'ai découvert le Nouvel Ordre Mondial totalitaire, follement hyper-technique, eugénique, asexué, esclavagiste, et devenu ma bête noire. En même temps, j'ai réalisé que le sionisme international gangrénait la vie politique française, et mon premier article à ce sujet, audacieux, m'a valu les félicitations d'un Michel Collon et d'une revue de stratégie internationale, comme du belge Jean Bricmont. Et voici en avril 2013 ma vidéo qui en termes simples explique le drame de la France, la fin de sa souveraineté : France colonisée, et pas seulement de plus en plus soumise à Bruxelles et à Washington.

 

 

Tous les journalistes politiques et tous les dirigeants français doivent être estampillés "sionistes". Ainsi, sur France2 la téLévySion, le sayan Pujadas utilise une chaîne publique, donc nos sous, pour régulièrement défendre Israël et les "victimes" juives, et ignorer les Palestiniens ou les présenter comme de dangereux activistes, et aussi pour outrageusement plaider pour Manuel Valls le pion des Bilderberg qui se dit "éternellement lié à Israël", et pour taper sur les Musulmans ou sur la Russie, ou encore pour discréditer les dirigeants qui ne sont pas sionistes, comme François Fillon (ou méconnaître des Français bien de chez nous comme Bruno Le Maire, homme libre). C'est un scandale contre lequel il faut protester !

 

La France étouffe, elle devient l'ombre d'elle-même, sa diplomatie décidée par Tel-Aviv est ridiculisée dans le monde, et les opposants sont de faux opposants. Le petit Nicolas a été présenté comme "Super Sarko" (comme en Italie on a des "super Mario"), Hollande est soi-disant venu apporter "le changement", et Marine Le Pen est présentée comme la "grande opposante". Les Français déséspérés vont de mirage en mirage... Rien ne change, rien ne changera ! Car la source du pouvoir est la même... Ainsi quand un François Asselineau, vrai opposant, a demandé à intervenir sur France2 pour donner son point de vue, il a été éconduit : "Il y a déjà Marine Le Pen comme opposante". Une opposante reçue sur tous les plateaux sionistes... Ca ne vous interroge pas ? Est-elle si opposante que cela ? Bien sûr que non ! Tout est mis en scène...

 

Hier, j'entendais un média dire du FN qu'il était passé de l'antisémitisme du père à l'islamophobie de la fille. Ce que je ne cesse de dire ! Passé d'un racisme à l'autre ! Or l'Islamophobie est la marque de fabrique de Tel-Aviv : L'Islam est son adversaire prioritaire car sa charia prohibe l'usure, l'endettement ; autrement dit, il s'agit d'une finance éthique pouvant risquer de mettre en péril la finance "Rothschild" qui vampirise la planète et l'appauvrit ! Et ce faisant, une finance risquant de couper la source qui alimente Israël et ses projets... Quels projets, au fait ? Mais entre autres propager le chaos total avec des néo-nazis comme en Ukraine, ou avec des Musulmans extrémistes dument appâtés, formés, payés, fanatisés et drogués pour discréditer l'Islam par leur monstrueuse violence. Et Daesh doit aussi viser le Liban oecuménique et paisible : Pour affaiblir le Hezbollah qu'Israël redoute par-dessus tout ! 


 

FN-ami-israel.jpg

 

Et en France, il est désormais impossible d'arriver au pouvoir si l'on n'est pas entièrement soumis à Tel-Aviv. Tous les Partis sont d'ailleurs infiltrés : Attali ou BHL au PS et à l'UMP, Cohn-Bendit chez les Verts, Meyer-Habib à l'UDI... Et le FN a à son tour fait allégeance, avec un Louis Aliot lié à Tel-Aviv, et avec une Marine Le Pen affamée de pouvoir - et qui sait qu'il passe en France par la soumission aux sionistes. Ces derniers ont d'ailleurs tout pour se réjouir : Le FN a fait de l'islamophobie (donc du périlleux choc de civilisations) son fond de commerce ! Il est leur meilleur allié !

 

Déjà Gilbert Collard déclare sa flamme à Israël comme hier Manuel Valls. Et il salue la "démocratie israélienne" !

 

 

LCP Assemblée nationale | "Israël n'est pas un Etat raciste .

Collard-israel.jpg

 

Pas raciste, Israël qui se veut Etat juif, et qui est gouverné par des fanatiques liés aux colons et aux Talmudistes se voyant comme "un peuple élu, une race supérieure devant tout dominer et considérant les goyim, et bien sûr les Palestiniens, comme des animaux" (à exterminer, ou à mettre en esclavage, selon cette doctrine) ? (https://www.youtube.com/watch?v=BGZ8Ufz2Ufw&feature=youtu.be). Il faut ne pas connaître le Talmud pour parler comme Gilbert Collard !

 

 

palestiniens-et-peuple-elu.jpg

 

 

 

En tous cas, de Sarkozy-BHL-Copé etc, à DSK puis Hollande-Valls-Fabius-BHL et à Marine Le Pen-Aliot-Collard, on retrouve les mêmes, profondément sionistes. Les visages changent, la rhétorique aussi, mais les politiques émanent de la même source.

 

Pour berner encore et toujours les Français... et défigurer la France.

 

Réveillons-nous !

 

Chantal Dupille (pseudo eva R-sistons)


TAGS : Israël, FN, UMP, PS, Marine Le Pen, Gilbert Collard, Manuel Valls, Sarkozy, Hollande, Fillon, Liban, Islam, choc de civilisations, France, François Asselineau, Nouvel Ordre Mondial, France2, Pujadas

 

 

 

Le lobby juif contre la démocratie

http://www.mondialisation.ca/le-lobby-juif-contre-la-democratie/5397382
lobby-juif-usa.jpg

 

 

L’affaire Dieudonné a amplement démontré le contrôle du lobby juif sur les médias mainstream. Il a suffi qu’Alain Jakubowicz, le président juif de la LICRA française, affirme que le geste de la quenelle est « un salut nazi inversé », et même « une sodomisation des victimes de la shoah » (1), pour que ce délire de psychopathe soit repris par tous les médias mainstream et présenté comme « une information objective ». Dieudonné a été victime d’une campagne de lynchage médiatique, les journalistes rivalisant de bassesse pour tenter de l’ostraciser et relayant avec complaisance une campagne de calomnies selon laquelle Dieudonné était antisémite, voire sympathisant nazi. Il n’était question que d’interdire à tout prix ses spectacles, au mépris de ses droits et de ceux du public. Même des appels au meurtre de Dieudonné ont été relayés avec complaisance par la radio et la télévision (2). Dans le même temps, les médias à la botte du lobby juif menaient une campagne de persécution à l’encontre des adeptes du geste de la quenelle, se félicitant que tel élève ait été expulsé de son lycée (3) ou que tel salarié ait été licencié de son emploi pour avoir effectué une quenelle qu’aucune loi n’interdisait (4).

 

Dans l’affaire du vol MH17, on retrouve ces mêmes médias à la botte du lobby juif menant une campagne de désinformation et de calomnie à l’échelle mondiale, cette fois contre les séparatistes anti-fascistes ukrainiens et la Russie (5). Des accusations gratuites ont aussitôt été présentées au public comme des faits avérés. Tout ce qui contredisait ces accusations a été passé sous silence ou hypocritement qualifié de « propagande russe ». Ces accusations calomnieuses ont été diffusées et relayées par divers gouvernements occidentaux qui ont pour point commun de faire ostentation de leur allégeance au lobby juif et à Israël.


Non content de propager des calomnies conformément à son habitude, le lobby juif, par l’intermédiaire des médias et des politiciens à sa botte, a soutenu le coup d’Etat fasciste en Ukraine (6), favorisé une campagne de persécution et de massacres à l’encontre de la minorité russophone (7), et s’est même efforcé de provoquer une guerre entre les pays de l’Union européenne et la Russie, cette dernière étant fallacieusement accusée de vouloir envahir l’Ukraine, voire les Etats baltes, pour ne pas dire l’Europe tout entière. Les fascistes pro-Kiev et leurs escadrons de la mort sont présentés comme de sympathiques « pro-européens », tandis que ceux qui leur résistent ne seraient que des mercenaires russes terrorisant la population locale (8). Si tel était réellement le cas, pourquoi les civils visés par les bombardements de leurs localités vont-ils se réfugier en masse en Russie ? (9)

 

Dans ces affaires comme dans tant d’autres, on relèvera la tactique typiquement juive de l’inversion accusatoire : l’oppresseur se prétend victime de l’opprimé, le calomniateur se prétend victime du calomnié et le persécuteur se prétend victime du persécuté. Ainsi, les fascistes pro-Kiev, alors même qu’ils bombardent délibérément les civils des localités russophones, traitent les séparatistes de « terroristes » et n’hésitent d’ailleurs pas à les accuser d’avoir eux-mêmes effectué ces bombardements. Les mensonges les plus éhontés des fascistes pro-Kiev sont présentés comme autant d’informations objectives par les médias à la botte du lobby juif. Au point qu’un convoi humanitaire russe destiné à secourir les victimes de la guerre civile est décrit comme « une invasion » de l’Ukraine par la Russie (10).


Pour quiconque observe attentivement ses activités dans le monde, il ne fait aucun doute que le lobby juif international est une organisation criminelle qui passe son temps à propager l’islamophobie (11), à mener des campagnes de calomnies (12), des campagnes de persécution (13), des campagnes de désinformation, à fomenter des guerres et à corrompre les élus de tous les partis afin d’instaurer partout une dictature juive pour le compte d’Israël (14). Partout où il le peut, le lobby juif impose l’adoption de loi liberticides criminalisant toute critique de ses agissements, des agissements de ses membres et du régime raciste israélien, ces critiques étant systématiquement qualifiées d’« incitations à la haine ».

 

On relèvera que nul n’est plus haineux que ces juifs qui ont continuellement le mot « haine » à la bouche et se prétendent toujours victimes de la haine d’autrui. Ces mêmes juifs, qui sont racistes jusqu’à l’os (le Talmud assimile les non juifs à des animaux (15)), adulateurs du régime raciste israélien, se donnent des airs de références antiracistes et se prétendent victimes du racisme des non-juifs.


Il existe une petite minorité de juifs qui dénoncent le régime israélien et les agissements du lobby juif. Il est clair que ces juifs-là sont parfaitement respectables, mais il s’agit d’une minorité persécutée, injuriée, diffamée, voire même agressée, dont l’existence ne saurait tenir lieu d’alibi à la majorité dont elle subit les persécutions.

 

Le lobby juif opère comme une 5ème colonne israélienne, infiltrant nos médias, nos administrations, nos parlements et nos exécutifs (16), infectant nos sociétés comme une gangrène qui corrompt tout de proche en proche. En le laissant opérer à sa guise, on se retrouve avec des médias transformés en usines à mensonges, des élus au service d’un Etat étranger fasciste et raciste, des finances publiques pillées au profit du shoah business et d’Israël, etc… Ainsi, par exemple, aux Etats-Unis, un Congrès totalement contrôlé par le lobby juif vote une augmentation de l’aide militaire à Israël (17), alors même qu’on taille dans les bons alimentaires destinés aux plus démunis, qu’on ferme des écoles, des hôpitaux, qu’il n’y a plus d’argent pour réparer les routes et que des villes sont en faillite. Les gouvernements allemands successifs se sont laissés extorquer plus de 100 milliards de dollars par le shoah business et ont offert des sous-marins à Israël, tout en taillant dans les indemnités des chômeurs, en diminuant le montant des retraites, etc…

 

Le lobby juif représente la plus grave menace à laquelle la démocratie soit confrontée. Cette menace est d’autant plus grave que, loin d’être combattue, elle n’est même pas reconnue pour ce qu’elle est. Ceux qui devraient combattre le lobby juif comme une mafia sont paniqués à la seule idée de se faire traiter d’antisémites. Il suffit pourtant de prendre cette accusation d’où elle vient et de la considérer comme un compliment.

 

Frank Brunner


Notes :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

.

Marine Le Pen épaulée par Israël ?

Marine Le Pen épaulée par Israël ?

 

 

Quelle différence y a-t-il entre François , Nicolas et Marine Le Pen ? Aucune. Ils vendent tous la au même acheteur, mais par des intermédiaires différents. Si les deux premiers le font par le biais des Etats-Unis, Marine le Pen, elle, a choisi Israël, ces deux pays n’étant que des interfaces complémentaires pour le (ou les) même(s) commanditaire(s).


Une vaste campagne médiatique est menée autour du prêt de 9 millions d’euros accordé au Front National par la First Czech Russian Bank de Roman Popov Yakubovich. Tant de bruits pour un simple prêt sont peut-être destinés à cacher l’essentiel. Dans ce jeu de billard où Marine le Pen vient de jouer un coup à plusieurs bandes, essayons d’y voir un peu plus clair en suivant le déroulement de la campagne.


Tout commence par une révélation de Médiapart. Et les de Médiapart mériteraient que l’on se pose des questions sur leur origine et pourquoi elles atterrissent dans les bureaux de ce journal.


Dans un premier temps, Marine Le Pen passe pour être une pro-Poutine, devenant presque aussitôt une familière de Poutine, ce qui renforce l’image nationaliste du FN, endossant les habits d’un Poutine qui passe pour être un nationaliste pur et dur, puisqu’il défend les intérêts de son pays envers et contre tout. L’étape suivante a été d’inverser les rôles. Puisque Marine Le Pen ressemble à Poutine, donc Poutine ressemble à Marine Le Pen. Christine Ockrent en a tiré les conclusions qu’il fallait, à savoir que le président russe est d’extrême droite. Elle n’a plus qu’à compter sur la diabolisation du FN mise en France depuis des années pour dépeindre Vladimir Poutine sous les traits d’un nouveau Hitler finançant tous les partis extrêmes en , égratignant au passage le nouvel ennemi, la Hongrie, mais oubliant soigneusement les nazis ukrainiens.


Interviews de Christine Ockrent :

https://fr.news.yahoo.com/video/christine-ockrent-il-y-une-081500401.html

ou

http://videos.tf1.fr/infos/2014/pour-ockrent-le-pret-d-une-banque-russe-au-fn-n-est-pas-qu-une-question-8527270.html


A entendre Christine Ockrent, Poutine gère tout, donne des directives partout, accorde ou refuse des prêts, licencie ou nomme qui il veut, dans tous les domaines, etc. à la manière d’un surhomme hollywoodien. Un bon dictateur qui se respecte doit être responsable de tout ce qui se passe dans son pays. Des banques françaises accordent des prêts tous les jours à d’éminents étrangers, mais il ne viendra jamais à l’idée de Mme Ockrent d’incriminer François Hollande dans la transaction. François Hollande n’est pas un dictateur ! Pour Vladimir Poutine, il s’agit bien de passer à une étape supplémentaire dans l’hitlérisation de son image, et Marine Le Pen, volontairement ou non, participe pleinement à cette opération.


Christine Ockrent, que l’on n’a pas vue depuis longtemps, a été embauchée pour la circonstance pour nous éclairer sur la nouvelle ‘’idéologie extrémiste’’ de Vladimir Poutine. Le FN, encore une fois, joue pleinement son rôle pour lequel il a été créé et maintenu jusqu’à aujourd’hui, être un démon auquel on peut vouer toute personne que l’on voudrait diaboliser. Que Christine Ockrent, grande figure du en France, ait été choisie pour cette campagne n’est pas anodin. En effet, à toutes les étapes de l’opération, on sent l’empreinte du .


Le prêt au FN s’est déroulé comme pour tout emprunt de sommes importantes, avec des pourparlers, des intermédiaires, des facilitateurs, etc. Les bruits assourdissants que font les médias autour de cet emprunt, en mettant en avant la soi-disant relation entre Mme Le Pen et la , ne font que couvrir le dessous des . , l’homme clef qui a permis que le prêt se concrétise est Alexandre Babakov, qui a deux caractéristiques dont Christine Ockrent ne parlera jamais : il est président d’un parti de Gauche, le Rodina, et il a une triple nationalité : russe, suédoise et… israélienne. On comprend alors que le tapage médiatique soit bien accueilli, et même amplifié, par Marine Le Pen qui peut ainsi éviter de parler de choses qui pourraient fâcher une partie de son électorat.


Il lui serait, en effet, posé certaines questions auxquelles elle aurait du mal à répondre, dont celle-ci par exemple : quels rapports le FN entretient-il avec un homme de gauche, possédant néanmoins un château en France, portant la nationalité israélienne, sachant qu’un oligarque israélien est forcément sioniste (sinon il n’aurait aucune d’être un oligarque) ?


En définitive, le prêt de 40 millions accordé au FN (les 9 millions dont tout le monde parle ne sont que la première tranche) a été possible grâce au réseau sioniste. En échange de quels services en France ?

 

Avic – Réseau International

 

http://reseauinternational.net/marine-le-pen-epaulee-par-israel/

 

 

Marine Le Pen - la Palestine et «l'électorat juif»

Marine LE PEN et l'ETAT PALESTINIEN

 

 

Ci dessous, position qui peut paraitre rationnelle, mais qui reste tout de même trouble.


Les arguments "CA RISQUE DE CRISTALLISER L'AFFRONTEMENT" sont dépassés par les faits: enfin des voix commencent à prendre le mors aux dents et, cerise sur le gateau, à évoquer les ingérences du CRIF dans la politique de la France. La preuve par l'échange GLAVANY/ MEYER HABIB: "Vous êtes député au parlement Français ou israélien?"

 

 


 

 

Marine Le Pen - la Palestine et «l'électorat juif»

Comment le FN tente de draguer l'électorat juif - 20minutes.fr

Marine Le Pen justifie l'existence de la Ligue de défense juive

Le FN, 'meilleur bouclier' des juifs (M.Le Pen) - Le Figaro

Le Pen choisira le pro-israélien Chauprade pour diriger le ..

Marine Le Pen fait la cour aux juifs - Le Point

FRANCE • Ces Juifs qui votent Le Pen | Courrier internationa

 

EXCLUSIF. Le 500e parrain de Marine Le Pen est un élu... franco-israélien

Le Point.fr - Publié le 14/03/2012 à 11:59

Sylvain Semhoun, élu de l'Assemblée des Français de l'étranger sur la circonscription d'Israël, est un ancien délégué UMP en Israël.

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/said-mahrane/exclusif-le-500e-parrain-de-marine-le-pen-est-un-elu-franco-israelien-14-03-2012-1441114_481.php

 

gaza-destruction

 

 

 

 

Palestine, deux réflexions personnelles :

 

Comment peut-on toujours mettre sur le même plan

l'occupant criminel piétinant le Droit,

et l'occupé qui défend ses droits comme il peut ?

 

Palestine occupée. Quand osera-t-on poser la question principale,

l'extermination progressive par des bombardements massifs ?

Malformations, maladies comme cancers, leucémies, autisme etc...


 

Ch. D.

 

 

Palestine-mere-enfant-TB.jpg

 

 

.


Palestine-Gandhi-en-parle.jpg

 

.

Palestine-carte-DROIT.jpg

.

 

 

Palestine-et-meRdias.jpg

 

 

 

 

Palestine-terrorisme.jpg

 

.....

Roland Dumas, ministre des affaires étrangères de François Mitterrand pendant 7 ans, met les pieds dans le plat.

 

Roland Dumas Roland Dumas, ministre des affaires étrangères de François Mitterrand pendant 7 ans, met les pieds dans le plat

 

L’ancien ministre des affaires étrangères de François Mitterrand vient de mettre les pieds dans le plat dans un entretien accordé au magazine Le Point, en lançant un véritable réquisitoire contre l’actuelle politique étrangère de la France.


Son constat est cinglant :

« En réalité, aujourd’hui, ceux qui commandent sont les États-Unis et Israël. Aujourd’hui, nous sommes dans une alliance où la France n’a plus rien à dire. Nous n’avons plus de politique étrangère indépendante. »

« C’est la droite du Parti socialiste qui gouverne et qui trouve son aise et ses habitudes dans son alliance avec l’Amérique. »

« Le plus à gauche de tous les hommes politiques qui ont gouverné est le général de Gaulle. »

« Nous ne tenons compte d’aucun des engagements qui ont été pris, notamment avec Gorbatchev concernant la conférence de Moscou. L’alliance outre-Atlantique n’a pas tenu ses engagements envers Moscou. Je suis contre l’injustice même en politique internationale. »

Ces propos ont évidemment de quoi donner des vapeurs à tous les larbins de Washington en France, dans la sphère politique et journalistique. À commencer par l’un des promoteurs de l’OTAN à la télévision publique française, la « journaliste » Léa Salamé, qui m’avait reproché de faire de « l‘anti-américanisme primaire » devant 1,55 million de téléspectateurs lors de l’émission ONPC de Laurent Ruquier du 20 septembre 2014.


Quoi qu’il en soit, ces propos de Roland Dumas confirment une partie des analyses de l’UPR et sont l’occasion de souligner à quel point notre mouvement est le seul, sur la scène politique française, à pointer constamment la responsabilité n°1 des États-Unis d’Amérique et de l’OTAN dans le désastre en cours.


On notera au passage que le FN, DLF et autres « souverainistes » de pacotille sont d’une discrétion de violette dès lors que l’on évoque le rôle de Washington sur le sort de la France. Soudain les rodomontades anti-musulmanes de la SARL LE PEN font place à un silence assourdissant.


On doit regretter aussi les silences de Roland Dumas lui-même.

Car il est bien dommage qu’il n’ait pas profité de l’occasion de cet entretien pour rappeler aux lecteurs du Point ce qu’est exactement la prétendue « construction européenne » et la responsabilité écrasante qu’elle porte dans cette disparition de la politique étrangère indépendante de la France qu’il dénonce.


Il faut reconnaître que cette explication serait difficile à faire par Roland Dumas puisqu’il fut le signataire du traité de Maastricht, qui a créé justement une prétendue PESC, la « Politique étrangère européenne et de sécurité commune »…


Comme quoi on ne peut pas vouloir une chose et son contraire.

 

 

.


Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans La Vérité sur la question
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 14:50

 

OB-pub-panneau.jpg

 

Pour ne plus voir les sales pubs

que désormais, soudain, over-blog impose EN MASSE

au mépris complet des Lecteurs :

téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !

 

 

 

Les promesses de 2007, de 2012... ou de 2017!

NS-change.jpg

 

 

Lettre ouverte aux militants de l'UMP

Par Chantal Dupille journaliste-écrivain-blogueuse

 

 

Bonjour !

 

Vous êtes à l'UMP ? Pas moi. Je suis souverainiste de gauche, et membre de rien. Pourquoi je prends ma plume pour vous écrire, alors ? Parce que vous allez participer à un moment historique qui peut être décisif pour l'avenir de la France. Absolument unique, en tous cas, par la personnalité de l'un des candidats. "Guerre des chefs" ? Non, tous ne sont pas à mettre sur le même plan. Et j'ai envie de le dire !

 

Il s'agit d'un article d'opinion, il n'engage que moi qui suis pragmatique, consciente qu'aujourd'hui la politique se décide à Bruxelles, à Washington, à Tel-Aviv - ce que je déplore et que je combats. Plus généralement, les mettant aujourd'hui tous à peu près dans le même sac, je dis non à l'UMPSFNUDIEELV ! Et par ex, même l'UDI infiltrée par le fanatique Meyer-Habib ou EELV par D. Cohn-Bendit, me sont insupportables.   

 

Que les choses soient claires : Je ne suis pas d'accord avec les choix de M. Bruno Le Maire, entre autres libéraux et pro-européens. Mais comme de plus en plus de Français, j'apprécie son intégrité absolue, sa clarté, sa sincérité, sa pugnacité paisible et rayonnante... entre autres.  

 

Ouvrons un vrai débat, libre c'est-à-dire débarrassé du conditionnement permanent des médias laquais et des sondeurs bidons qui osent nous dire comment penser - ainsi CONTRE François Fillon (voir mon analyse ici  Pourquoi on veut tuer politiquement François Fillon. Parti-pris des médias) ou POUR Alain Juppé malgré son passé peu recommandable qui par exemple l'a fait mettre à l'index au Canada plus lucide que nous. Les médias aux ordres (de l'Elite) ont décidé que Juppé doit être élu, comme hier ils avaient décidé que Nicolas Sarkozy devait être élu, et cela alors que les casseroles du Maire de Bordeaux sont bien réelles. La "popularité" de la "star des sondages" est totalement médiatique, fabriquée de toutes pièces. Ne vous laissez pas impressionner par les médias manipulateurs et les sondeurs menteurs !

 

Celui qui sera à la tête de l'UMP pourra naturellement se présenter en 2017. Et vous le savez : Il sera sûr d'être élu face à un PS désormais complètement déconsidéré (car entre autres trahissant ses promesses et passé du social au sociétal), et à un FN qui ne franchira jamais la barre des 30% à une Présidentielle - ce qui est déjà beaucoup compte tenu de ce qu'il est avec Marine Le Pen, c'est-à-dire toujours aussi clivant, raciste et - dans les faits - anti-social, mais aussi (ce qui commence à se savoir grâce à Internet) lié à Tel-Aviv par opportunisme et aussi désormais via M. Aliot. Avec en ligne de mire, un choc de civilisations menaçant pour tous.


Hervé Mariton http://www.assemblee-nationale.fr/14/tribun/fiches_id/2083.asp

Mariton-Herve.jpg

 

Hervé Mariton se présente, avec des convictions claires, et la clarté est certes une vertu. C'est aussi l'homme, entre autres, de l'abolition de l'ISF. En augmentant la TVA impôt le plus injuste, pesant sur tous ? Passons. Nicolas Sarkozy se présente aussi, j'ai constitué un petit dossier à son sujet (qui est-il vraiment ? Et bilan, entre autres) :  L'effroyable bilan de Nicolas Sarkozy, et les affaires. Dossier à relayer).

 

Vous aimez l'énergie de Sarkozy ? Vous êtes-vous demandé à quoi elle servira, quel est son but ? C'est une question importante ! Lié à BHL, il est l'homme de la guerre contre la Libye qui a détruit "un pays de cocagne" (Le Monde, voir ici :
Libye : Le vrai Kadhafi, un grand réformateur sauvagement assassiné) et il poursuivra les guerres néo-conservatrices au service des intérêts de l'Empire. Il est l'homme de Bruxelles qui sacrifie les intérêts des populations au profit de ceux de la Haute Finance (après avoir imposé le Traité dont les Français ne voulaient pas) et celui, "qu'on le veuille ou non" dit-il, qui entraînera la France dans le monstrueux Nouvel Ordre Mondial cher à Attali, totalitaire, asexué, etc (ici il annonce le NWO :  Sarkozy veut imposer le NOUVEL ORDRE MONDIAL (NWO ...)

 

Ouvrez les yeux ! A peine élu, "Super Sarko" comme les médias l'appelaient alors, a créé le bouclier fiscal en faveur des plus riches, et pour ses amis il a permis aux Jeux d'être en ligne au risque de ruiner des familles entières ; il est aussi celui qui plus discrètement, a verrouillé les médias (avec le résultat que l'on connaît aujourd'hui, puisque ils sont désormais Lanterne Rouge en Europe, pire que ceux du temps de Berlusconi !) et qui a "nettoyé" le Quai d'Orsay de ses éléments gaulliens, pour l'arrimer à Washington, à Londres et à Tel-Aviv, et détruire la diplomatie traditionnelle de la France jusqu'ici respectée dans le monde.

 

Donc Nicolas Sarkozy aura été l'homme des affaires, d'un bilan désastreux, et de la perte de l'image de la France à l'étranger. Quelle autorité, d'ailleurs ? Elle est diluée, par exemple face à N. Kosciusko-Morizet ou à N. Morano. L'opportunisme politique du Président sortant est criant, ainsi il dit maladroitement, et vulgairement, ce que la salle des militants anti "Mariage pour tous" voulaient entendre, bref il flatte son public du moment: "Ca vous fait plaisir, ça ne coûte pas cher !" Si, la malhonnêteté coûte cher ! Une fois au pouvoir, le Président sortant oubliera son "engagement". Un avocat sait que les lois ne peuvent être abrogées juridiquement. De toutes façons, la Cour Européenne des Droits de l'Homme imposera sa loi - qui est celle du mariage pour les homosexuels. La logique de lois séparées (un mariage pour homos, un pour hétérosexuels) est discriminatoire. Plus généralement, presque toutes LES positions de Nicolas Sarkozy sont opportunistes.

 

Qu'a fait le Président sortant en deux ans ? Rien, sauf des conférences très juteuses. Et il n'a rien proposé de nouveau. Il dit avoir changé, mais son caractère sanguin, sa nervosité, ses agitations, ses névroses, sa mauvaise foi sont toujours sa marque, dangereusement pour la France - et notamment pour son image à l'étranger !


 

Bruno Le Maire et sa charmante épouse.
Une belle image de la France !

Le-Maire-et-F.jpg

 

 

La France a besoin de politique apaisée et d'honnêteté, pas d'agitation et de mauvaise foi. Mieux encore, elle rêve de se réconcilier avec la politique ! Or aujourd'hui celle-ci est tourmentée, clivante, nauséabonde, malhonnête. Homme de rassemblement, Bruno Le Maire saura être un paisible facteur d'union dans un Parti divisé, discrédité, déchiré et déchaîné : Quel atout ! De plus en plus de Français en ont assez de l'agité Sarkozy, et à juste titre ils se méfient du lancement de Juppé par les médias : Qu'est-ce que ça cache, encore, se disent-ils ?

 

Bruno Le Maire a eu le sens du timing, un flair politique très sûr, et il s'est courageusement lancé avec détermination et efficacité, bref il a osé être candidat, et c'est une réussite. Son courage, son honnêteté, son intégrité, sa sagesse sont de plus en plus appréciés. Et il est calme, serein, paisible, profond, clair, équilibré, rassurant... tout le contraire de Nicolas Sarkozy ! Voilà la réalité.

 

Sur le plan familial, même équilibre: Un mariage qui dure, la stabilité, la fidélité, des enfants épanouis. Ce n'est pas rien, aujourd'hui.

 

Pour B. Le Maire comme pour François Fillon, entre autres, le parti-pris des médias est intolérable : Ils parlent peu du candidat Le Maire, alors qu'ils sont prolixes pour vanter Alain Juppé, même en osant comparer "sa popularité" à celle de Simone Veil !

 

L'ancien Directeur de Cabinet de D. de Villepin, issu de la famille gaulliste, est certes un énarque, mais il va sur le terrain, il fait le tour d'une salle, il serre des mains comme un Chirac, spontanément, car c'est un homme sincère ; en tous cas, il montre qu'il SAIT faire campagne, et en inspirant confiance, évidemment ! Et ce sont des atouts de taille... Et puis Bruno Le Maire est à la fois homme d'engagement et d'écoute. Déterminé et paisible. C'est aussi un battant, il ne lâche rien, il est conquérant, offensif et toujours sans nommer ses adversaires, sans les critiquer : Quelle habileté, ou quelle noblesse d'esprit ? En même temps, le candidat a une position modérée, fine, mesurée, clairvoyante, par exemple au sujet du Mariage pour Tous sur lequel il est difficile de revenir ; et il a raison : La vraie question qui doit être posée est celle des Droits de l'enfant !

 

Mettre la morale en politique. Qui n'en rêve pas ? On en a tous marre des corrompus, des vendus, des menteurs et des bonimenteurs, des traîtres, des laquais ; On en a marre de la politique avilie ! Or Bruno Le Maire est l'un des rares hommes politiques intègre, honnête, droit.

 

Oui, je n'hésite pas à le dire : Bruno Le Maire est un homme d'exception, un homme rare, presque parfait, une vraie perle. Et vous priveriez la France de cette chance exceptionnelle ? Débarrassez-vous des corrompus ! Rendez à la France son honneur, soyez fiers d'elle ! Alors, debout ! Faites votre devoir, optez pour celui qui portera haut la France, enfin !

 

Pour moi, l'honnêteté incorruptible est première. A défaut d'un changement de politique d'ailleurs impossible sans vraie révolution, regarder la personnalité du candidat ? En tant que souverainiste de Gauche (j'ai hier milité pour le CERES de Chevènement), je ne partage évidemment pas les choix de Bruno Le Maire, mais si demain au 2e tour il se présente contre un Hollande, un Valls ou une Le Pen, je ne m'abstiendrai pas. Parce que j'aime la France, et qu'avec un Bruno Le Maire, au moins, elle retrouvera sa dignité, son honneur perdu. Ce n'est pas rien ! Et je suis sûre que beaucoup de sympathisants de la Gauche, et pas seulement du Centre, feront comme moi...

 

Alors, à l'heure du choix, militants et militantes de l'UMP, ne l'oubliez pas. Bruno Le Maire n'est pas un candidat comme les autres ! Mais un homme bien, vraiment bien... Y en a-t-il beaucoup, aujourd'hui ?

 

Chantal Dupille dite eva R-sistons

 

Une belle image de la France, respectable

bruno-Le-Maire-et-epouse.jpg

 

 

Actualité : Quelques pistes

 

 

 

 

.

 

 

Vers une nouvelle trahison socialiste ? Par admin le 25 Novembre 2014. Je pensais ne plus écrire de billet politique tant la situation boucle sur elle-même. Le site Politeek.

Vers un Nouvel Ordre Mondial ? Mais, il est déjà là !

Kusturica : Ukraine est la vieille idée américaine d’approcher l’OTAN de la frontière russe

De Gaulle était-il un obstacle pour la haute finance ?

Alarme Chine aux USA

La Russie qu’ils ont perdue

SAUVER LA SNCM ET LE PAVILLON FRANÇAIS

Les pays européens s’abstiennent dans la lutte contre la glorification du nazisme

Odessa aussi résiste

L’occupation est responsable de l’escalade à Jérusalem (FPLP)

Les Mistrals : petit exercice de logique

Rafale, Mistral, et autres vents...

Viktor Orbán, Premier ministre hongrois et nouveau visage de l’Ennemi selon Washington

 

L’administration Erdoğan organise un transfert d’armes pour l’Émirat islamique

 

John McCain a admis être en contact permanent avec l’Émirat islamique

 

Comment manipule-t-on des jihadistes ? Qui le fait ?

 

Rupture du G-20 à Brisbane

"Le TTIP est une ingérence des multinationales dans la vie politique "

Flash-back : Qui vous a dit quoi sur la Libye ?

 

Le splendide défilé du 14 juillet ne saurait camoufler la réalité (AK)

Le splendide défilé du 14 juillet ne saurait camoufler la réalité (AK)

 


Un vrai coup de gueule. Publié le 24 octobre 2014 par Alain Kerhervé

Intervention de Lucien Pons sur l'Etat, la Nation, La République

Un film intéressant: Le fascisme et le nazisme en Europe. Les instruments du grand capital.


Le SMIC et le salaire moyen français sont trop hauts ... !

 

  .
Quelle horreur ! Tuer les pauvres ! Et cela nous conduit directement au Nouvel Ordre Mondial d'un Attali demandant déjà d'euthanasier les vieux.. Il est beau, l'Occident ! (ch.d)

 

En Lituanie, on va tuer les pauvres

"Leurs mœurs" ou complètement européanisé... En Lituanie, on a proposé de tuer les pauvres


23.11.2014  

On dirait que les psychiatres du futur devront passer beaucoup de temps pour mettre au clair comment le virus de la démence de masse se déplaçait en Europe du début du XXI siècle : depuis les états de l’UE en Ukraine et aux États baltes, ou – inversement…

À peine les principales agences de presse russes ont-elles eu le temps de diffuser et de commenter avec indignation les déclarations délirantes de la "bichonne de Vilnius" (idem – le Président de Lituanie Dalia Grybauskaïte), qui, dans une interview à une station de radio locale, avait nommé la Russie dans le contexte des événements ukrainiens "d’État terroriste" et avait appelé au soutien, y compris militaire, des autorités ukrainiennes actuelles ; à peine la fraction du parti communiste à la Douma de la Fédération de Russie a-t-elle eu le temps de proposer de rompre les relations diplomatiques avec la Lituanie pour de tels propos à l’égard de la Fédération de Russie, que les fonctionnaires "du pays des dunes" ont démontré une fois de plus une inadéquation mentale manifeste.

En Lituanie, on a proposé de tuer les pauvres.
 
« L’euthanasie peut être un bon choix pour les gens pauvres qui, à cause de la pauvreté, n’ont pas accès aux soins de santé » – une telle "solution" au sujet des patients pauvres a été proposée par le nouveau ministre lituanien de la Santé Rimante Chalachyavyatchute, qui a prêté serment début juillet 2014.
Elle a immédiatement commencé la discussion sur la légalisation de l’euthanasie en Lituanie et dans une interview aux médias, elle a déclaré que la Lituanie n’est pas un état social où les soins palliatifs sont accessibles à tous ceux qui en ont besoin. Par conséquent, l’euthanasie peut devenir une solution pour les personnes qui « veulent épargner à leurs proches le spectacle de leurs propres souffrances ». Le ministre de la Santé a également soulevé la question de "l’euthanasie pédiatrique". Elle a rappelé au public lituanien que ce "droit" est déjà accordé aux enfants belges. Source – http://www.novorosinform.org/news/id/15424
Remarquez qu’il est proposé de tuer, oh, c’est-à-dire "d’euthanasier" non pas les personnes âgées, mais seulement les pauvres, c’est-à-dire les jeunes et même les enfants. Et ce n’est pas un hasard – c’est que les gueux, tués, euthanasiés, n’ayant pas de moyens, peuvent très bien servir de donneur d’organes pour de respectables gens riches. Alors, une bouche affamée de moins et un bénéfice pour l’oligarque indisposé. Un double avantage !
Et voilà. Rien de plus, rien de moins. Comme on dit, « C’est le capitalisme, mon petit ! » Est-ce cela, le prix pour les 150 variétés de saucisses dans la vitrine ? Gloire aux "valeurs européennes" ?
Selon les matériaux des médias en ligne, préparé par
Tatiana Dobrodéeva
Agence centrale d’informations de Novorussie
Novorus.info
..

 

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Politique française
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 21:34

 

 

NS-chiffresechec-15.jpg

 


NS-Bilan.png

 

Dossier dont j'ai eu l'idée à partir de deux commentaires

d'un Lecteur, Ahura, qui commente les posts de ce blog.
Voici ces deux commentaires :

 

 

Et oui, une retraite de ministre est transmissible aux héritiers par une conversion en rente viagère... Pas sûr que beaucoup de gouvernements parmi les plus pourris de notre planète aient pensé à ça ! 

Petite info croustillante :
On s'en doutait mais la Direction des Services Fiscaux vient de le confirmer ! SARKOZY ne paye aucun impôt depuis plus de 12 ans.

 

Alors que depuis son élection ses revenus se décomposent ainsi :
- Indemnité mensuelle du Président de la République : 24.874, 55 Euros
- Retraite de député (à vie): 9.298,21 Euros
- Retraite de ministre (à vie et convertible après son décès en rente viagère pour ses héritiers tranquilles) : 8.776,34 Euros
- Retraite de maire de Neuilly (à vie): 6.241, 92 Euros 

Soit un total mensuel de : 49.191,02 Euros 
Une grande misère...misère, aurait chanté Coluche.
Même si, tout à fait légalement, 30 % de ces revenus ne sont pas imposables, il reste tout de même à notre agité de l?Élysée un revenu imposable mensuel de : 
34.435,71 Euros 
Mais sur ces petites rentes, Sarko ne paye plus aucun impôt, malgré les réclamations qui lui sont faites depuis 1995 !

Et ce n'est pas tout ! 
Sarko a déclaré pour l'ISF un patrimoine de 1.576.394 Euros, juste avant l'élection présidentielle. 

Or il est propriétaire, outre de trois assurances-vie totalisant 897.654 Euros, de
- 1 appartement de 340 m² à Neuilly, 
- 3 studios de rapport dans le 6ème, 
- 1 résidence d'été de 11 pièces et 13.000 m² de terrain à côté d'Ajaccio (son intérêt pour la Corse n'est pas que désintéressé..), 
- 1 appartement pour les sports d'hiver au-dessus de Chamonix ( 120 m² ) 
Sans compter quelques jolies collections de tableaux non assujetties à l'I.S.F. Inutile de valoriser ces babioles !
Le tout ne dépasse sûrement pas 1.576.394 Euros.
(*) Vous qui peinez sous le labeur et les charges, diffusez largement ces VERITES autour de vous !!! 
La France qui travaille et la France qui empoche ..

 

Sarkozy-villa-Maroc.jpg

.

 

Eva ....pour ton futur article ! Les adhérents à l'UMP sont soit du même bois que Paul Bismuth, soit ils souffrent de la maladie d'Alzheimer.

Liste des affaires pas toutes judiciaires de Nicolas Sarkozy avec ses amis de l'UMP & Co

29 mai 2012 | Par Stéphanie Marthely-Allard

Cette liste est non exhaustive et n'est constituée que des scandales médiatiques qui se rattachent de prêt à Nicolas Sarkozy. Très peu ont une suite judiciaire. On se demande bien pourquoi ... L'impartialité de la Justice est mise à l'épreuve. Quoi qu'il en soit, Nicolas Sarkozyet ses amis ont bien profité de la République ... Faites attention Mr Hollande que cela n'arrive pas au PS.

Exigeons un monde où l'humain soit notre premier objectif. Stop, nous ne voulons plus de ce monde hypocrite où l'on nous ment constamment. Il est probable que Nicolas Sarkozy siége au Conseil Constitutionnel. Il existe une pétition (ici) où vous pouvez faire part de votre désaccord à ce qu'il intégre cette noble institution.

Il ne s'agit là que de quelques scandales qui ont éclaboussé Nicolas Sarkozy et sa république irréprochable: la Sarkozie quelque part sur terre ...

- La toute dernière, l'histoire des FOAT ou OAT EUREX ou comment laisser la porte ouverte aux spéculateurs pour parier par millions à la baisse sur notre dette. Bon, il n'était pas tout seul sur le coup.

- L' affaire Karachi, par où commencer ?

- L'affaire Takieddine (patrimoine de 40 m€ non imposé, Karachigate, SAWARI II, MIKSA (350 millions d'euros), contrats avec la Libye notamment d'espionnage de la population avec l'appui d'une entreprise française et commissions occultes, tractations obscures avec la Syrie, la protection qu'il a ou a, eu selon Mediapart, de la DGSE - L’affaire GDF - L’affaire Tapie, enrichie d'évasion fiscale du magot vers la Belgique

- L’affaire Clearstream

- L’affaire Bettencourt

- Les affaires Wildenstein

- L'affaire César

- L'affaire Pleyel

- L'affaire Facebook

- L’affaire de Compiègne

- L’affaire Peugeot

- L'affaire Abdallah Senoussi, bras droit de Kadhafi, patron des services spéciaux libyens et beau-frère de Kadhafi, condamné à une peine de perpétuité en France dans l'affaire de l'attentat contre le DC10 d'UTA et visé depuis lors par un mandat d'arrêt international., que Guéant et Sarkozy ont tenté de protéger.

- Les affaires Djourhi, Takieddine - Les possibles mallettes de Bongo pour financer la campagne de 2007 plus l'aide de Kadhafi pour cette même campagne.

- Les micros partis de Copé, Wauquiez, Woerth, Sarkozy etc.

- L'affaire du Fetia Api

- Les discours de Caen, Metz, Nice, du bois de Boulogne, Dakar, Riyad, Latran et du Puy en Velay

- La lettre de Guy Môquet, le parrainage d'un enfant de la Shoa, sur la mort de Ben Laden - L'invitation des dictateurs pour le 14 juillet, celle de Kadhafi avec les ors, le tapis rouge, les petits plats dans les grands, celle d'El Assad en décembre 2010, le copinage avec Dos Santos,

- Les silences sur le Tibet, le Darfour, le prix Nobel de la paix, la présence à l'ouverture des JO de Pékin

- Le fils Louis dans les bras de Poutine, les fils Pierre et Jean invités dans les voyages officiels à l'étranger (Mexique, Maroc) alors qu'ils ne représentent aucun intérêt pour le bien de la nation

- La protection du fils Pierrot, son rapatriement d'Odessa - La gestion catastrophique de la crise Géorgienne (le Russes y sont encore et ont implanté des bases de missiles), celle de la crise financière, celle de l'Europe, celle des révolutions tunisienne et égyptienne, le fiasco libyen, la Syrie

- L’affaire de la Jatte, du Fouquet's payé par Desmarais, du Paloma payé par Bolloré, de la villa mexicaine, de Wolfeboro payé par les dirigeants de Prada et Tiffany, des repas au Bristol 2 fois par semaine, du voyage en Egypte, celle des stylos, celle de la déclaration de patrimoine …

- L’affaire Pérol

- L'affaire Yannick Blanc

- L’affaire de l’Epad (et des deux scooters) - Gandrange - Les vaccins du virus H1N1 - Les accords entre l'UMP et le Parti Communiste Chinois

- L'UMP et la mairie de Paris pour payer les frasques de Chirac

- L'envoi par l'UMP des bulletins d'adhésion aux restaurateurs dans la période de la baisse de la TVA à 5,5 %

- Les affaires Yade, Boutin, Copé, Juppé, Joyandet, Bertrand, Blanc, Estrosi, Lefebvre, Santini, Proglio, Amara, Laporte, Péchenard, Mitterrand, Ouart, Solly, Soubie, Richard, Fillon, Squarcini, Marleix, Charon, Longuet, Bachelot, Mignon, Morano, Giacometti, Besson, Courroye,Tron, Laroque (Baroin), Guéant (contrats avec la Libye), Dupuydauby, Fontaine, Squarcini, Courroye, Ceccaldi Raynaud, fils Tibéri …

- L'utilisation du contre-espionnage pour des affaires privées

- L'utilisation de l'Elysée pour recevoir les caciques de l'UMP et les satellites jusqu'à plusieurs fois par semaine, l'utilisation des moyens de l'Etat pour la propagande et pour préparer et faire la campagne du candidat Sarkozy

- La proposition de Sarkozy à Lauvergeon d'une prime de 2 ans de salaires comme si Aréva lui appartenait et qu'il sortait l'argent de sa poche; Et heureusement que Lauvergeon a refusé de vendre une centrale nucléaire à Kadhafi comme le souhaitait alors Nicolas Sarkozy

- Les légions d'honneur (Servier, Widenstein, Desmarais, Frère, Maistre, Bourgi, Richard, Peugeot etc.)

- L'Air Sarko One (250 millions d'euros dont 50 % de dépassement selon René Dosière) et ses deux fours à plus de 131 000 € (TTC et avec l'étude), le cocktail de New York à 400 000 euros, le dîner pour l'UPM à 1 million d'euros, les 4 X 4 Nissan de Megève

- La proposition de loi sur la déchéance de la nationalité française et son extension, et le débat sur la nationalité, le fichier EDVIGE, Wauquiez et son cancer de la société

- L’affaire de la rémunération illégale de septembre au 31 décembre 2007 (rémunération comme ministre de l'intérieur alors que Nicolas Sarkozy est président), l'augmentation stratosphérique, le divorce, le mariage, l'inscription hors délai sur les listes électorales, la déclaration des impôts en retard, le tout illégal ou non pénalisé

- La circulaire Hortefeux, ses amitiés avec Takieddine, ses déclarations d'Auvergnat, celles de Guéant dont celles répétées sur l'échec scolaire des enfants d'immigrés, l'autre récidiviste, celles de Guaino (béatification, prison, etc.)

- La nomination à la têtes des chaînes audio et vidéo publiques par le pouvoir

- La réforme constitutionnelle

- La mise en place du vote électronique et la transmission des résulats de vote des élections nationales en intranet entre les préfectures et le Ministères de l'Intérieur par une société US Level 3 Communication.

- L'affaire Europe Election

- Les ministres aussi maires ou élus, le mélange des genres, la non séparation de l'exécutif et du législatif avec le retour sans élection des députés virés du pouvoir.

- L'irresponsabilité pénale du Président de la république, un non-sens comment être irresponsable pénalement alors que l'on a la charge de plus de 65 millions de français? - La position d'Hortefeux dans la condamnation des 7 policiers, et ses deux condamnations à lui

- L’affaire des sondages

- Les classements du parquet

- Le site France.fr (des millions d'euros pour rien)

- Les évictions des préfets pour crimes de lèse-pelouse ou de sifflets

- La paralysie des villes et les moyens de quasi guerre (2 000 CRS pour 600 habitants par exemple) au coût pharaonique pour les déplacements du président, les 12 000 € de frais de bouche par jour, la baisse des œuvres sociales de l'Elysée passées de 300 000 € en 2006 à 165 000 en 2010

- L’affaire de l’espionnage des journalistes par le contrespionnage

- L’affaire de la validation des comptes de campagne de Balladur et de Chirac

- La scientologie

- L'affaire Servier dont Nicolas Sarkozy a été l'avocat. Coût 1,2 milliards à la Sécurité Sociale en plus des morts.

- L'affaire Bongo

- La proposition de MAM d'aide à Ben Ali et son pouvoir pendant la révolte tunisienne, les lacrymos et son voyage entre Noël et le jour de l'an et ses quatre mensonges fondamentaux, les petites affaires des parents, et Ollier (ses amitiés libyennes en plus), l'utilisation de la Libye et du Japon par Nicolas Sarkozy pour raison électorale

- L'affaire Merah et ses zones d'ombre

- Les vacances de Fillon payées par Moubarak dont la clique a détourné plus de 45 milliards de $ et dont 3 ministres ont été arrêtés pour corruption et détournement de fonds publics, et sa justification, celles Sarkozy au Maroc. Et la Ferrari prêtée en 2009 en pleine crise à Fillon, ses voyages à 27 000 € pour retourner en Sarthe alors que le train met 1h20 sans oublier les chambres d'hôtels de super luxe et le rapatriement du fiston fragile atteint de tourista.

La liste est assez longue et non exhaustive des différentes affaires Sarkozy qui ont défrayé la chronique médiatique. Aucune mise en examen et condamnation pénale pour l'instant (..)

 

 

NS-bilan-Pt-des-riches.jpg.

(..) Une effarante accumulation de scandales autour du pouvoir et de Sarkozy


Médiapart devient un poids lourd dans la révélation des scandales qui entourent le président. Il y a bien sûr l’affaire Karachi, dont on va un peu parler, avec leur livre en plus de leurs révélations, mais il y a tout récemment une autre bombe, ce matin-même à propos de la possible évasion fiscale de Liliane Bettencourt aidée en cela par la femme d’Eric Woerth, sa gestionnaire de fortune, et des liaisons, selon Médiapart, avec l’ex ministre du budget, - il faut rappeler qu’il est aussi trésorier de l’UMP, j’y reviendrai - ainsi qu’une possible intervention élyséenne dans le procès intenté par la fille à sa mère.

Pour bien nous rafraîchir la mémoire faisons une petite liste des quelques indélicatesses :
  • la nuit du Fouquet’s offerte par Desmarais
  • le Paloma (plusieurs centaines de milliers d’euros pour 4 jours) payé par Bolloré
  • Air Bolloré pour le voyage en Egypte
  • la villa à Wolfeboro offerte par des amis de Prada et Tiffany
  • le voyage mexicain dans une villa d’un banquier condamné aux USA pour blanchiment d’argent de la drogue
  • 5 Nissan 4X4 mis à disposition gracieuse pour la famille Sarkozy Bruni à Megève quand on licenciait 20 000 personnes
  • cocktail à New Tork qui a coûté 200 000 €
  • concert payé à Jaunni pour le 14 juillet, l’évadé fiscal et ami du couple présidentiel (1 et quelques millions d’euros)
  • le repas de l’UPM à 1 million d’euros et une douche
  • le salaire de Boutin
  • les 12 000 euros de cigares de Christian Blanc en un an payé par l’Etat, puis contrôle fiscal avec suspicion de dissimulation
  • les repas bi-tri hebdomadaires du chef de l’Etat au Bristol (menu à 200 €) alors qu’il y a un chef payé à l’année à l’Elysée
  • les invitations permanentes des élus UMP à des cocktails, repas, déjeuners, petits déjeuners dîners à l’Elysée par centaines d’invités et par dizaines d’invitations
  • le budget voyage de l’Elysée explosé
  • l’aménagement de Air Sarkozy One plusieurs centaines de millions d’euros
  • le fils Bachelot et son poste dans un organisme dépendant du ministère de sa mère
  • la fameuse affaire de l’Epad
  • le fils Pierre emmené, comme le fils Louis, dans des voyages officiels d’agrément comme le Maroc, le Mexique, l’ONU ou les jeux Olympiques, quand ils n’ont aucune charge de responsabilité politique ni industriel
  • la réservation de la suite junior pour Rama Yade (plus de 600 € la nuit) pour son voyage en Afrique du sud
  • l’affaire des préfets saqués (pour des sifflets et pour crime de lèse pelouse)
  • le coût astronomique des voyages sécurisés du Président de la République, coûts directs et indirects par paralysie des villes
  • les sondages et les rémunérations illégales et énormes des conseillers en « sondagistique » Giacometti et Buisson (enquête refusée par le parlement UMP)
  • déclaration new yorkaise concernant la culpabilité avant procès, procès qui a relaxé Villepin
  • l’affaire Tapie avec 45 millions d’euros d’indemnités
  • conseil donnés au Président de la République par un conseiller du ministère de la justice dans l’affaire Clearstream
  • Président attaquant en justice alors qu’il est protégé par son immunité ce qui crée une distorsion devant la justice et une inégalité certaine et préjudiciable
  • le voyage d’Estrosi en jet privé depuis New York payé par l’Etat,
  • l’appartement de fonction de Fadela Amara illégalement mis à disposition de sa famille
  • Pérol nommé à la tête du regroupement des Caisses d’Epargne et des Banques populaires
  • Richard nommé à la tête d’Orange, Richard condamné pour fraude fiscale, qui a reversé au trésor public 660 000 € en septembre 2007, alors directeur de cabinet du ministère de l’économie (on croit rêver) dont 5 % pour mauvaise foi
  • Michèle Laroque, compagne d’un certain Baroin, ex Chiraquien reconverti, revient d’urgence se fiscaliser en France après une évasion de plusieurs années aux USA dans l’Etat du Nevada le moins fiscalisé,
  • rémunération illégale du Président de la République de septembre 2007 au 31 décembre 2007
  • les légions d’honneur distribuées comme des petits pains aux amis du pouvoir dont le Belge Frère et le Canadien Desmarais, les amis couturiers de Clara, les copains Clavier et Réno…etc
  •  
  • La suite ici :
  •  

Voir aussi :

Les casseroles de N. Sarkozy 

 

JPEG - 40.3 ko

Opération Sarkozy : Comment la CIA

a placé un de ses agents

à la présidence

de la République française

Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d’après sa personnalité. Mais lorsque son action surprend jusqu’à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s’interroger sur les alliances qui l’ont conduit au pouvoir. Thierry Meyssan a décidé d’écrire la vérité sur les origines du président de la République française. Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l’exception de deux imputations, signalées par l’auteur qui en assume seul la responsabilité.

 

Suite ici :

Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents

 

 Le talent de Laplote :

 

NS-veau-d-or-laplote.jpg

Nicolas Sarkozy ou l'anti Charles de Gaulle

Laplote :

NS-de-Gaulle--Laplote.jpg


Sarkozy remis à sa place par les suisses : il était allé leur dire d’adhérer à l’UE et que leur système politique est inefficace.

Les autres « affaires » Sarkozy

 

 

Les autres « affaires » Sarkozy : Bettencourt-UBS ; Altran-salle Pleyel ; Wildenstein ; rétro-commissions brésiliennes… Ces 600 milliards qui manquent à la France ; Enquête au cœur de l’évasion fiscale (Seuil) est arrivé en librairies le 22 mars 2012. Il y a un an tout juste. Dans de nombreuses pages, il mettait ouvertement en cause l’omniprésence de Nicolas Sarkozy, alors encore président de la République, dans plusieurs opérations d’évasion fiscale, de blanchiment et de financement illégal de ses activités politiques (dont la campagne électorale de 2007). Suite sur le post

.

 

2659293_infog-bettencourt-sarkozy.jpg

 

http://www.leparisien.fr/affaire-bettencourt/affaire-bettencourt-sarkozy-confronte-a-l-ex-majordome-de-la-milliardaire-21-03-2013-2659219.php

 

 

Nicolas Sarkozy à sa sortie du palais de justice jeudi soir.
Nicolas Sarkozy à sa sortie du palais de justice jeudi soir. Crédits photo : REGIS DUVIGNAU/REUTERS
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/11/22/01016-20121122ARTFIG00831-affaire-bettencourt-sarkozy-n-est-pas-mis-en-examen.php

 

 

Mercredi 9 janvier 2013

.  

NS-surmoi.jpg

 

zy: les vrais et terribles chiffres


 

ANALYSONS CES CHIFFRES…

Dette de l'État stricto sensu (source AFT (Agence France Trésor) ou "encours de la dette négociable" :

En 2007 = 921 milliards.

En 2012 = 1 386 milliards.

Soit une augmentation  de 465 milliards sous le règne de Sarkozy - (hors organismes sociaux et collectivités territoriales.

Dette de la France au sens de Maastricht (source INSEE, chiffres au 3ème trimestre 2012) comprenant toutes les dettes : État + organismes sociaux et collectivités territoriales.

En 2007 = 1 221,1 milliards.

En 2012 = 1 818,1 milliards.

Augmentation : 597 milliards sous le règne de Sarkozy - (au 30 septembre 2012).

Croissance économique (source Eurostat) :

En 2007 = + 2,3%.

En 2012 = 0,0%.

Récession sous le règne de Sarkozy !

Comparaison : taux de l'Allemagne en 2007 = + 3,3% ; en 2012 = + 0,7%. (mais avec le soutien des affairistes britanniques, américains, etc…)

Balance commerciale (source Eurostat) :

En 2007 = − 51,988 milliards

En 2012 = − 81,447 milliards.

Détérioration : 55% sous le règne de Sarkozy -.

Comparaison, balance de l'Allemagne

En 2007 = + 194,259.

En 2012 = + 185,004.

(mais avec le soutien des affairistes britanniques, américains, etc…)

Taux de chômage (source Eurostat) :

En 2007 = 8,4%.

En 2012 = 10,2%.

Détérioration : 1,8% sous le règne de Sarkozy -

Allemagne. En 2007 = 8,7%  En 2012 = 5,5%.

Taux d'emploi (source Eurostat) :

En 2007 = 69,8%.

En 2011 (2012 pas disponible) = 69,2%.

Détérioration : 0,6% sous le règne de Sarkozy.

Allemagne. En 2007 = 72.9%  En 2011= 76.3%

Emploi, nombre de postes de travail disparus (source INSEE, "ensemble des secteurs marchands (hors agriculture)") :

En 2007 = 16, 3972 millions.

En 2012 = 15,9605 millions.

Perte de 436 700 postes de travail sous le règne de Sarkozy.

Entre 2007 et 2012 les recettes fiscales ont baissé de 196 milliards  donc 5 années de pertes de recettes non compensées.

Comment ?

Trois principales niches fiscales concernant l’impôt sur les sociétés et avantageant les grands groupes :

1 - Le Régimes des sociétés mères et filiales qui nous a coûté 34,9 milliards d’euros pour l’année 2009.

2 - Le Régime d’intégration fiscale qui nous a coûté de 19,5 milliards d’euros pour l’année 2009. 

3 - La ni-Niche Copé (taxation à taux réduit des plus-values à long terme provenant de cession de titres de participation) qui nous a coûté8 milliards d’euros en 2009.

Pour ces trois niches fiscales : un manque à gagner de 62,4 milliards d’euros sous le règne de Sarkozy. Une paille !

S’y ajoute le coût des trois niches fiscales ajoutées par Sarkozy (selon la cour des comptes)   

1 - Heures supplémentaires  qui nous a coûté 4,5 milliards d’euros.

2 - TVA réduite sur la restauration qui nous a coûté 3,5 milliards d’euros.

3 - Passage du bouclier fiscal à 50 % des revenus déclarés qui nous a coûté 0,7 milliards d’euros.

Soit un coût total de 8,7 milliards d’euros pour ces trois niches fiscales sous le règne de Sarkozy. Une paille !

Au total pour les 6 niches fiscales : 71 milliards d’euros.

A comparer avec le plan de rigueur de 8 milliards d’euros !

MAIS…

Il faudrait ajouter à cela :

1 - La baisse de l’impôt sur le revenu due à la diminution du nombre de tranches (de 13 avant 1986 à 5 aujourd’hui),

2 – Le passage de la tranche supérieure de 65 % (avant 1986) à 41% aujourd’hui.

Soit un coût total de 15 milliards d’euros en 2009 sous le règne de Sarkozy..

Il ne faudrait pas oublier :

La baisse du taux de l’impôt sur les sociétés (avant même les niches fiscales) de 50 % à 34,6 % aujourd’hui.

Soit un coût total de 20 milliards d’euros en 2010 (Rapport de la Courdes comptes 2010).

Soit : 71 + 35 = 106 milliards d’euros en une année sous le règne de Sarkozy !

Mais n’oublions pas aussi les niches sociales : 42 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales en 2009(Rapport du Sénateur de droite Jean-Jacques Jégou au nom de la commission des finances du Sénat – 2010)

Et les intérêts payés aux détenteurs de la dette publique : 48 milliards d’euros en 2009.

Au total : 106 + 42 + 48 = 196 milliards d’euros en 2009

Alors que le déficit public (État, Sécurité sociale, Collectivités territoriales, organismes centraux) s’élevait à 145 milliards d’euros.


NS-gros-mensonges-sarkozy-pinocchio-humanite.jpg

 

LA DETTE DONC, C'EST SAKOZY QUI L’A FAIT et il n’y a pas de raison que ce soit le citoyen lambda qui paye les cadeaux fiscaux du petit frisé à ses amis les riches-plein-de-morgue !

MAIS…

Il n’a pas fait que cela, le nabot prétentieux.

Il a aussi revendu tout l’or de la France, quand l’or était à son cours le plus bas…

Juste avant la catastrophe financière d’octobre 2008....
Et il l’a vendu pour soutenir le cours du dollar à l’époque…

Si bien qu’un retour à l’étalon or serait pour la France, et du fait ce petit crétin prétentieux, CATASTROPHIQUE!!!

 

Sans la politique merdeuse et servile face au MEDEF, aux riches, aux financiers et aux banquiers, sans cette politique menée par Sarkozy, nous aurions encaissé aux environs de 1000 milliards de plus en cinq ans !

Alors, prendre un pays en faillite en août de 2007 et le conduire à la ruine en seulement 5 ans, il fallait quand même le faire ! Et cela a été fait avec une véritable énergie, mêlée d'une constante satisfaction de soi.

Malgré ces chiffres calamiteux, personne n'ose aujourd'hui prononcer le terme de ruine, ni celui d'effondrement, comme pour conjurer le sort !

 

Il faudrait assainir la situation avant que la ruine ne se transforme en défaut sur le marché des capitaux….

Avant que les CDS (credit défault swap) mettent en route leur rouleau compresseur comme ils l'ont tenté pour l'Irlande, le Portugal, la Grèce et maintenant pour Chypre qui n’est nullement sauvé ?

 Pour éviter la ruine il faut que la banque européenne prête au même taux qu’elle le fait aux banques privées…

Et surtout....

Il faut taxer les transactions financières…

Il faut écraser et récupérer l’argent des paradis fiscaux…

 

Et pour que l’image de notre pays soit restaurée au sein de la communauté internationale, il faut user de la justice pour ceux qui ont délibérément mis l’économie de notre pays à mal…

IL FAUT OBLIGER SARKOZY ET SES COMPLICES A RENDRE DES COMPTES DEVANT LA JUSTICE…

On nous fait croire que le narcissique pervers Sarkozy pourrait être jugé pour abus de faiblesse de la vieille Betancourt.

Mais ce sont l’ensemble des Français qui ont été victime de ce nabot au service de la grande finance.

L’empire du fric a mis en place Sarko pour mettre la France à genou (c’est un besogneux au service de la finance internationnale).

Et Hollande vient terminer la besogne en se parant de l’image du bon gars qui a battu Sarko (qui était devenu trop gênant pour l’élite financière).

(..)

Image1.jpg

 

PS : Sites consultés :

http://www.insee.fr/fr/

http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/statistics/search_database

http://www.aft.gouv.fr/

 

Sarkozy: les vrais et terribles chiffres

 

 

NS-Sarkozy--Merkel-et-le-Titanic-europeen.jpg

 


«Nous n’oublierons pas!»

Lettre ouverte au Président Sarkozy

 

| Par Pascal Maillard,

blog de Médiapart


 

  Cette lettre ouverte au Président Sarkozy est le texte support d’une chaîne citoyenne pour la démocratie et contre l’oubli. Chacun est invité à la diffuser à tous ses contacts par courrier électronique et sur les réseaux sociaux.


  Monsieur le Président,


Les citoyens français vous ont élu sur la foi et la sincérité d’un programme politique dont vous n’avez pas respecté les engagements et auquel vous avez maintes fois tourné le dos depuis votre élection, le 6 mai 2007.


Aujourd’hui vous vous présentez une nouvelle fois au suffrage du peuple français et vous menez une campagne reposant sur une double imposture : la promesse d’une nouvelle rupture et l’oubli de votre bilan. Bien plus, vous utilisez les services de l’État au bénéfice de votre campagne et vous n’hésitez pas à exploiter les événements politiques, économiques et sociaux à des fins électoralistes et avec le soutien de nombreux médias qui propagent une insidieuse politique de la peur sur laquelle vous espérer bâtir une popularité.


Cette lettre citoyenne entend simplement vous rappeler les trop nombreux engagements que vous n’avez pas tenus.


  Vous aviez promis en 2007 de maintenir le droit à la retraite à 60 ans : vous l’avez repoussé autoritairement à 62 ans, contre l’avis de la majorité des Français et au terme du plus long conflit social que la France ait connu depuis très longtemps. Nous n’oublierons pas !


  Vous avez souhaité dans vos propositions que « la formation initiale des enseignants soit assurée » : votre réforme a supprimé l’année de stage et conduit des milliers de jeunes enseignants non formés à exercer devant des élèves désemparés. Nous n’oublierons pas !


  Vous avez voulu réformer en profondeur l’université et la recherche et vous prétendez que cette réforme est le succès de votre quinquennat : les milliards promis ne sont jamais arrivés et de nombreux établissements de l’Enseignement supérieur sont aujourd’hui en déficit tandis que les organismes de recherche sont démantelés. Nous n’oublierons pas !


  Vous avez promis de « préserver l’excellence de notre système de santé » et d’«améliorer les conditions de travail des professionnels de la santé ». Vous avez fait fermer des hôpitaux et des maternités, créé des déserts médicaux dans de nombreuses régions, supprimé des dizaines de milliers de postes de personnels de santé et détérioré gravement l’accès aux soins de millions de français. Nous n’oublierons pas !


  Vous vous êtes engagé à « veiller rigoureusement à l’indépendance de la justice » : les nombreuses affaires en cours montrent crument l’exercice d’un pouvoir qui tend à privatiser la justice au service d’intérêts financiers, personnels ou politiques, et qui contrevient gravement au principe d’indépendance dont votre fonction vous fait pourtant le garant. Vos gouvernements successifs ont enfreint sous votre autorité l’Article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui dispose que la loi « doit être la même pour tous ». Nous n’oublierons pas !


  Votre politique a ainsi ébranlé les trois socles de la République française : la Sécurité sociale, l’École et la Justice. Nous n’oublierons pas !


  Au chapitre des Droits de l’Homme vous aviez promis à vos compatriotes de « franchir de nouvelles étapes dans la préservation et la conquête des libertés ». Les seules étapes que vous avez fait franchir à la société française constituent une inadmissible régression des Droits de l’Homme : votre politique sécuritaire et d’immigration, en flattant les idéologies d’extrême droite et en avivant les haines comme les peurs, a porté non seulement atteinte dans son application aux libertés démocratiques fondamentales, mais aussi aux principes intangibles des grands textes fondateurs de notre histoire, et que votre volonté politique a travaillé à déconstruire et à mettre en péril : La Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, la loi de 1905, les valeurs issues du Conseil National de la Résistance. Nous n’oublierons pas !


  Sous votre présidence plusieurs ministres condamnés ou mis en cause dans des procédures ou des informations judicaires, ont continué impunément à exercer leurs fonctions alors que dans toute démocratie digne de ce nom ils auraient dû se mettre en retrait. Vous avez ainsi contribué à l’abaissement moral de la politique en la soumettant, soit à une idéologie condamnable, soit aux intérêts d’une oligarchie financière et d’un clan. Nous n’oublierons pas !


  Aveuglé par votre hyperprésidence et votre conduite autoritaire des affaires de l’Etat, vous avez dévalorisé le rôle du gouvernement et du Parlement. En refusant obstinément de vous mettre à l’écoute des citoyens, en méprisant les associations et les organisations syndicales, vous avez délité les liens sociaux et provoqué une crise démocratique et institutionnelle sans précédent dont vous portez l’entière responsabilité. Responsabilité encore aggravée par le choix de la provoquer en une période de grave crise économique et financière, crise que vous exploitez et que votre politique alimente en choisissant d’accabler les plus pauvres et en ne cessant d’enrichir la classe des Français les plus aisés. En cinq années d’exercice de votre pouvoir, vos gouvernements ont considérablement aggravé les inégalités sociales et économiques. Nous n’oublierons pas !


  Enfin, vous avez adopté à de multiples reprises un comportement public et fait des choix politiques qui ont rabaissé la fonction présidentielle ainsi que l’image, la culture et les valeurs de la France en Europe et dans le monde. Nous n’oublierons pas 


  Pour toutes ces raisons, en allant voter les 22 avril et 6 mai prochains, nous n’oublierons pas que vous avez brisé le contrat social et politique qui vous unissait à nous. Vous avez perdu toute crédibilité.


  Il est temps, Monsieur le Président, que vous redeveniez un citoyen et un justiciable ordinaires.


  NE BRISONS PAS CETTE CHAINE CITOYENNE CONTRE L’OUBLI !

DÉFENDONS TOUS ENSEMBLE LA DÉMOCRATIE !


Cette lettre est une initiative participative et citoyenne. (..)

 

A cette fin chaque lecteur est invité à diffuser le texte de cette lettre à tous ses contacts par courrier électronique, en le copiant dans un message qui pourrait avoir l’objet suivant : LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT SARKOZY – NE BRISEZ PAS CETTE CHAINE CITOYENNE. Les réseaux sociaux peuvent être aussi un relais efficace.

 

Mardi 23 avril 2013

 

Sarkozy-revenir.jpg

.

:

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Politique française
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 16:20

 

 

NWO-pouvoirs.jpg

 

 

Pourquoi François Fillon est-il visé

avec la complicité des médias ?

Par chantal Dupille (eva R-sistons)


 

 

Et l'affaire Jouyet-Fillon éclata. Une tempête... pourtant dans un verre d'eau. Car les médias le veulent bien ! Médias français friands de scandales et attachés à déconsidérer ceux qui ne sont pas dans le moule... et au final, un piètre tableau de la vie politique en France !

 

AVANT d'analyser ce qui pour moi est la vraie raison de l'essai de mise à mort de François Fillon, je citerai ce que j'ai pu glaner ici ou là (ennemis ou surtout amis de F. Fillon, médias) d'une manière distraite, car je suis profondément dégoûtée par la machination contre un homme bien de chez nous... trop de chez nous ? Trois rubriques : Jouyet-François Fillon, l'Elysée, les médias - ou les meRdias, comme on le dit partout de plus en plus...

 

http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/ce-que-l-sait-de-l-affaire-jouyet-fillon-599067

fillonjouyet.jpg?itok=v5zL5c5X


 

1e partie : Rumeurs et analyses orientées.

 

 

Jouyet-Fillon


 

" C'est une affaire dans l'affaire, l'affaire Jouyet-Fillon dans l'affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy ayant dépensé plus que légalement autorisé. François Fillon concurrent de Nicolas Sarkozy aurait-il demandé à JP Jouyet bras droit de François Hollande d'accélérer la procédure judiciaire ? F. Fillon est plus avisé que cela ! Ne serait-ce que parce qu'après, il aura les militants de N. Sarkozy à dos ! ".

 

" J.P. Jouyet a mis sur la place publique sa version d'une conversation privée. S'agit-il de détourner l'attention, de salir l'honneur de F. Fillon ? ".

 

Valls scénarise son intervention, il la met en scène, il sort de l'Elysée en montrant sa complicité avec un JP Jouyet qui pourtant est un fieffé menteur, il joue à refuser de rentrer dans les polémiques ("Vous n'entraînerez pas le Gouvernement dans des polémiques, ce n'est pas à la hauteur des attentes des Français") pour se donner une stature d'homme d'Etat au-dessus des Partis ; et au Parlement, il évoque la "journée de la gentillesse" pour se dérober, esquiver les questions qui dérangent (Chantal Dupille).

 

" François Fillon aurait eu des propos très durs à l'égard de Nicolas Sarkozy, on ne peut le lui reprocher. C'est son rival, et lui qui est intègre n'apprécie pas les affaires liées à son adversaire, comme le fait que l'amende de son rival n'ait pas été payée par lui-même. D'ailleurs, le monde de la politique est un milieu violent, ils sont tous à couteaux tirés. Martine Aubry a eu aussi des mots très durs à l'égard de Manuel Valls - pour ne citer que cet exemple ".

 

" François Fillon n'a pas été prudent, il est tombé dans le piège comme hier avec Copé spécialiste des coups bas, des coups tordus. Accélérer la Justice ? On ne peut aller plus vite ".

 

" Personne n'a entendu directement les propos de F. Fillon, on le fait parler et ensuite on dit : C'est la vérité. En deux jours, J.P. Jouyet a dit tout et son contraire ; Quelle crédibilité lui accorder ? La version de François Fillon est une constante, elle. L'ancien Premier Ministre n'est pas un menteur, il est incapable de tenir de tels propos, et ça c'est une évidence. Le troisième témoin soutient la version de François Fillon ".

 

Valérie Pécressse s'insurge "contre une manipulation pour déstabiliser la Droite, contre la duplicité d'un Jouyet qui change trois fois de version - donc il a menti au moins une fois - et qui soi-disant ne sait pas qu'il est enregistré. Ce n'est pas la façon de faire de F. Fillon, ce ne sont pas ses méthodes, je le connais, je sais comment il fonctionne, c'est totalement contraire à son éthique politique, à sa façon de faire. L'épouvantable accusation lui porte certes ombrage, mais il sera blanchi ".

 

" La vraie affaire, escamotée pour le plus grand profit de Nicolas Sarkozy, est celle de Bygmalion. Manifestement on cherche à salir F. Fillon, il est victime de boules puantes à démolition. Au fond, il n'y a rien de scandaleux si deux dirigeants, surtout amis, se rencontrent, ils évoquent la situation politique, les affaires, et l'on peut imaginer que François Fillon aurait très bien pu se contenter de badiner en disant qu'il faudrait vite résoudre la question, qu'il serait bon que l'affaire aille plus vite car depuis le début son immoralité l'a gêné. Le soupçon est un poison en démocratie. François Fillon essaie de se reconstruire en créant un vrai programme loin de ses bases politiques séguinistes ".

 

" François Fillon a une carrière propre, il est un homme droit, il a un système de valeurs, les autres ont une posture, et c'est un introverti qui ne ferait pas une telle démarche, qui ne tiendrait pas de tels propos. Il est le seul à avoir réfléchi à un programme d'ailleurs audacieux, rompant avec la tradition séguiniste - car il considère que le monde a bougé -, comme pour la retraite à 65 ans ou la suppression de l'ISF. De quoi déplaire au public populaire et même aux fonctionnaires, pourtant il a osé, lui, franchement, clairement, contrairement à un Nicolas Sarkozy qui lui reste plus flou ".

 

François Fillon, au Parlement, est défendu par son Parti, notamment par la bouche de M. Jacob qui s'adresse à l'Elysée en parlant " de faute contre un homme, de volonté de discréditer un Parti, de machination, de forfaiture émanant du sommet de l'Etat, de connivence, même, avec certains magistrats... Le Président approuve même de tels agissements en conservant le Secrétaire Général à son poste ".

 

hollande-sarkozy.png

 

L'Elysée   


 

Sur Kiosque (TV5 Monde) : " Une partie de la Droite complote-t-elle avec la Gauche ? Au sommet de l'Etat, on cherche à éliminer Nicolas Sarkozy et F. Fillon en même temps ".

 

" François Hollande aurait autorisé J.P. Jouyet à répondre à l'interview. Sous son apparence débonnaire, le Président est en réalité retors " (et même machiavélique ? Question que je pose).

 

" Cet interview n'aurait pas du être répandu par l'Elysée. Les boules puantes sont-elles venues de l'Elysée, de son Secrétaire Général en liaison avec le Président lui-même ? Comment peut-on mettre sur la place publique une conversation privée ? C'est une faute contre l'honneur, contre un ami, contre la morale, contre le Droit. Rien ne peut être prouvé, et les rumeurs assassines vont bon train. C'est une machination pour discréditer l'Opposition toute entière au profit du FN et l'assurance pour la Gauche de passer au deuxième tour ".

 

" Pourquoi J.P. Jouyet parle-t-il aux journalistes ? Naïveté, simple erreur de communication, calcul ? Pourquoi J.P. Jouyet se confie-t-il aux journalistes du Monde ? Il est évident que François Hollande a autorisé son Conseiller à répondre à cet interview ".

 

" Le Secrétaire général de l'Elysée change d'avis, de versions, fait des déclarations, des contre-déclarations, reconnaît lui-même qu'il est un menteur. Dans aucun pays au monde un persnnage aussi haut placé impliqué dans une telle affaire ne démissionne pas ! C'est une forfaiture, JP Jouyet doit reconnaître ses mensonges, démissionner d'un poste de responsabilité ".

 

J'ai fait quelques tweets au sujet de cette affaire :

 

- "On passe de l'affaire Jouyet-Fillon à Hollande", s'émeut un élu PS. Quoi ? Hollande autorise l'interview, et pas de retombées pour lui ?

- Jouyet a demandé à son "papa" Hollande la permission de répondre à l'interview. Il dit oui, pourquoi ? Quel est le but de ce Président si trouble ?

- Tout est inversé ! La vraie affaire est celle de Bygmalion, mais maintenant ce sont ceux qui l'évoquent qui sont épinglés !

- Hollande promet la guerre à la finance. En choisissant comme conseiller Jouyet qui a proposé Macron-Rothschild ? Quel imposteur !

- Un repas Jouyet-Fillon est trop important pour ne pas avoir été manigancé par l'Elysée, les sayanim Hollande et Valls.

- Jouyet ment publiquement, et Valls met en scène une sortie de l'Elysée complice avec le menteur: Ne l'oublions jamais ! C'est honteux !

- Hollande "socialiste" détruit tout: Via sa diplomatie, l'image de la France, et puis la Nation, la famille, et même la Gauche avec des Valls et des Macron.
- Jouyet oscillant entre UMP et PS, est le parfait UMPS !

- Le parti "socialiste" a pour homme-clé un Jouyet trouble, oscillant entre Droite et Gauche, et un Ministre Rothschild. De qui se moque Hollande ?

- Ces scandales (masquant les VRAIS problèmes) profiteront à Marine Le Pen, ET à Juppé apparaissant tout blanc malgré ses nombreuses casseroles.

 

médias manipulent

 

Les médias


 

" Une personne alimente par ses déclarations un climat déjà tendu de scandales à répétition, pourtant celui-ci prend PLUS d'ampleur que les autres ". (Pourquoi ? C'est ce que j'analyserai dans la deuxième partie).

 

" On ne parle que de cela, pas des vrais problèmes. Le devoir d'un journaliste n'est-il pas d'être impartial ? Or deux journalistes découvrent qu'il y a eu un déjeuner le 24 juin.  Le Monde publie l'intégralité de l'enregistrement et M. Jouyet a parlé en sachant qu'il est enregistré ! Et tout ce qui est enregistré est diffusé aussitôt ! Le Monde affirme sans apporter de preuves. Or il faut entendre cet enregistrement !".

 

"Parler de cette affaire pendant au moins cinq jours, et cela continue ! Avec d'énormes titres accusateurs, comme sur Le Monde, dans la Presse friande de scandales financiers, de guerres des chefs. Des titres tendacieux comme "Fillon sollicite l'Elysée pour accélérer les poursuites judiciaires contre Nicolas Sarkozy" (Le Monde),  "la conjuration des crétins" (Marianne)...  On met sur un pied d'égalité preuves et mensonges, soupçons et faits ". Pour vendre, faut-il se complaire dans les scandales ?

 

Notre Presse si intimement néo-sioniste accuse d'emblée F. Fillon sans preuves. Quelle déontologie ? La palme de la mauvaise foi accusatrice revient à France2 : Au journal de 20 h du sayan David Pujadas,  Nathalie Saint-Cricq entre autres annonce que "F. Fillon est déjà hors-jeu".  Ou un Calvi assurant que "la carrière de l'ancien Premier Ministre est terminée" et qui tient absolument à faire dire dans son C dans l'Air (émission orientée, de faux débats), que "F. Fillon est capable d'organiser une cabale avec un Président de Gauche" ! C'est une absurdité totale, d'une rare malveillance ! Ainsi, chaque mot est à charge, par exemple lorsque le sayan Calvi, perfidement, dit que F. Fillon "est loin de son combat contre la Droite décomplexée de J.F. Copé". Et les invités sont triés sur le volet, pour renchérir !  Quant au sayan Arnaud Ardoin, il titre son "Ca vous regarde" : " Tous contre Sarkozy ", faisant volontairement passer l'ancien Président pour une victime, alors que le VRAI scandale est l'affaire Bygmalion ; Si Sarkozy devient une  victime, ce sera la faute de la Presse ! Et sur Marianne, dès le début c'est la curée contre F. Fillon qui salue "son ami Poutine", qui serait ambigu sur le FN ou les origines de Copé, ou encore lorsqu'il pose en famille devant son manoir, "sa couvée trop bien éduquée et coiffée" et avoue qu'"il est marié depuis trente trois ans et que sa femme est son alliée la plus fidèle". Marianne se moque de F. Fillon disant sur Paris-Match : "Pour bien gouverner, il faut être équilibré". Un ménage et une famille harmonieuse, est-ce si ringard, aujourd'hui ? Notre société est vraiment tombée sur la tête !  Et pour corser le tout, Marianne journal qui se veut proche des préoccupations des Français et qui est en réalité peuplé de sayanim véhiculant les valeurs chères à Tel-Aviv (guerres néo-conservatrices, rejet des dirigeants de la France profonde...), ose titrer : "Les fourberies de F. Fillon", alors que l'ancien Premier Ministre est l'un des hommes les plus intègres du monde politique ! Il y est d'ailleurs présenté comme "celui qui demande la tête de Nicolas Sarkozy à J.P. Jouyet", sans preuves, et de façon diffamatoire ! Quant au Nouvel Obs, faux journal de Gauche et vrai organe de Bilderberg (qui veut Valls à la tête de la France pour la détruire et l'inféoder) et de son monstrueux Nouvel Ordre Mondial, il ne se prive évidemment pas d'épingler F. Fillon, en susurrant : "Jouyet-Fillon, qui ment le plus ?". Cette Presse-torchon mérite pleinement d'être cataloguée "Lanterne Rouge de l'Europe" comme elle l'est actuellement, depuis que Nicolas Sarkozy l'a verrouillée !

 

C dans l'Air du 21 novembre 2014, morceaux choisis pour conditionner l'Opinion contre François Fillon (et en faveur de Juppé, privant les Français de leur choix) :  "F. Fillon a pâti de Copé. Il manque de courage, il tarde à prendre les décisions, il fallait un autre champion (Juppé, qui doit devenir notre favori). Le loyal F. Fillon, maintenant on en doute. Il aura le plus grand mal à se relever. Son image s'imprime. La Droite veut un sauveur, un chef ; F. Fillon a la figure du traître, maintenant, et du type qui ne se bat pas comme un être normal ! Mais F. Fillon était déjà mort " ! Tout est fabriqué pour éliminer F. Fillon du champ politique ! N'étant pas de Droite, je ne prends pas parti pour lui, je m'insurge contre l'attitude scandaleuse des médias français.


BFMTV, lui, n'assure pas, il titre prudemment : "Fillon est-il politiquement cramé ?".  Mais s'il est cramé, c'est parce qu'on a VOULU le cramer ! Grillé car les vrais Décideurs et les médias l'ont décrété ! C'est ça, la démocratie ? Une autre forme de mise à mort, c'est le silence : François Fillon ne réoccupait plus l'espace médiatique.  Et ça ne suffisait pas ! Les sondeurs sont venus à la rescousse en assassinant eux aussi F. Fillon : "Il va mal dans les sondages, et Juppé est le favori". Quels sondages ? Ils sont orientés, instruments de manipulation, bidons !

 

 

Fillon-chateau-famille.jpg

 

"Le coup du château", ose titrer Marianne pour discréditer

le bonheur familial, harmonieux, des Fillon. Et Chirac ou Giscard,

ils n'avaient pas leur château ? Ca ne choquait pas, alors !

Et cette France-là séduit bien des Français !

 

 

" Le journal Le Monde se réfugie derrière une prétendue neutralité, alors qu'un Valeurs Actuelles assume ses valeurs de Droite " ("Ca vous regarde"). C'est le journal le plus trouble, le plus ambigu, ses prétentions à la neutralité ne cadrent pas avec ses choix éditoriaux. Les deux journalistes du Monde sont-ils les boîtes à lettres de l'Elysée et de la Justice ? Ce sont des spécialistes des affaires judiciaires, que font-ils avec Hollande ? Pour la première fois, des journalistes révèlent leurs sources mettant en difficulté leur interlocuteur. Curieux, non ? Il est malsain de raconter le déjeuner, c'est un calcul. Comment peut-on grossir volontairement un événement sans importance ? C'est une machination ". 

 

" Pourquoi J.P. Jouyet s'est-il confié au journal Le Monde ? ".

 

" Comment peut-on accréditer l'idée que la stature d'Etat de F. Fillon est définitivement ternie alors que les valeurs, le sens de l'honneur, la morale sont l'ADN de F. Fillon durant tout son engagement politique " ? L'ancien Premier Ministre est-il vraiment cuit ? En politique on peut toujours rebondir, sauf si la Presse fait barrage ".

 

Cette Presse qui ne mérite pas son nom rappelle l'affaire Copé-Fillon, en mettant sur le même plan les deux hommes, c'est la preuve que les médias ont des consignes pour tuer politiquement l'ancien Premier Ministre. Alors qu'en réalité l'honnête F. Filon a été victime des coups bas, tordus, d'un J.F. Copé fort peu regardant sur la morale !

 

Voici quelques tweets que j'ai faits sur le rôle des médias :

 

- Jouyet ment effrontément, on accuse Fillon de mentir, et qui accuse la Presse de mentir comme elle respire ? Personne ! Croire Le Monde ? Impossible !

- Les médias sont un venin. Outre la désinformation, ils nous empêchent de penser en matraquant par exemple que les réformes sont inéluctables, ou qu'un Fillon est fichu..
- On parle sans cesse des "élections truquées" à propos de Fillon, mais jamais on ne dit que c'est Copé qui les a truquées ! Quelle manipulation subtile !

- Le Monde journal de référence est devenu, pour l'OTAN, un torchon à scandales entraînant la guerre contre la Yougoslavie, l'accusation d'Assad, des Fillon écartés !
- Le Monde a hélas changé, il est devenu l'organe de l'OTAN qui veut la peau de la Russie et donc il plaide pour Sarkozy-Hollande-Valls... pas pour Fillon !

- Pourquoi un Hervé Kempf a-t-il claqué la oprte du journal Le Monde ? 

 

Comment peut-on accuser sans preuves ? Comment un simple repas, peut-être un simple badinage entre amis, peut-il faire la UNE de la Presse pendant des jours et accréditer l'idée que F. Fillon ment, qu'il est mort politiquement ? Les médias ne sont pas neutres, ils n'ont qu'un but : Eliminer celui qui il y a un an encore, était le favori des Français de Droite se reconnaissant parfaitement en lui. Après avoir lancé comme une lessive Alain Juppé (qui pourtant traîne des casseroles derrière lui) et fait silence sur François Fillon pendant des mois, comme s'il n'existait pas, voici que notre Presse s'acharne  sur l'ancien Premier Ministre comme s'il était coupable ! Un banal déjeuner entre deux hommes politiques et des médias qui s'enflamment pour éliminer F. Fillon du champ politique, tout cela sent la machination.  Mais pourqui veut-on la peau d'un dirigeant incorruptible et apprécié des Français ? François Fillon a lui-même parlé de "complot" contre lui.

 

Les meRdias ont d'abord passé sous silence François Fillon, maintenant comme Calvi ils claironnent "sa carrière est finie". François Fillon a raison d'évoquer un "complot" !


 


2e partie : Pourquoi veut-on la peau de François Fillon ?

 


rival-combo-2-29198.jpg

 

 

 

J'avais écrit un article sur Agoravox.fr, "La guerre des Droite a commencé". En fait, tout avait été fait pour pendre D. de Villepin "par un croc de boucher". Il dérangeait en haut lieu, donc le dauphin de Jacques Chirac, l'homme qui fut applaudi à l'ONU pour sa tirade enflammée contre la guerre en Irak, fut éliminé. Salement, injustement, car la politique est sale, injuste.

 

Et la politique intérieure, aujourd'hui, c'est quoi ? Elle est décidée à Bruxelles. Alors avec la Droite ou la Gauche, on devra aboutir au même résultat, la marge de liberté est faible. Par contre, ce qui peut changer, c'est l'adhésion ou non aux guerres de l'OTAN, et l'adhésion ou non au Nouvel ordre Mondial.

 

Question : Le Nouvel Ordre Mondial est-il un fantasme ?

Sarkozy LE NOUVEL ORDRE MONDIAL - YouTube

Bourdin Direct: Philippe de Villiers - 12/11 - YouTube

(il décrit le Nouvel Ordre Mondial - qui tue la Nation et la filiation - en quelques mots, à partir de 5,50 mn. Effarant ! Un dirigeant ose aborder le contenu du NWO ! En oubliant de dire qu'il est totalitaire, eugénique, esclavagiste).

 

Ou encore au Parlement Jacques Bombard vient d'oser interpeller sur le "nouveau modèle d'humanité"

 

Le Nouvel Ordre Mondial est une réalité. Un Poutine attaché à son pays et au bien commun de la Russie (par ex, il interdit les OGM), le refuse - il est donc diabolisé, et tout est fait par l'Occident pour le renverser :


Russie. Lavrov accuse l'Occident de vouloir "un changement de régime"

Sanctions antirusses: l'Occident convoite un changement de .

Seul un dirigeant acceptant de mener des guerres coloniales, impérialistes, "otanesques" pour le compte de l'Empire, pourra désormais prétendre à la charge suprême en France, surtout s'il accepte la confrontation avec la Russie au risque d'une guerre mondiale. Et de surcroît le futur Président de la République devra impérativement promouvoir les projets du Nouvel Ordre Mondial passant d'abord par la mort de la Nation et par des réformes sociétales comme celles que François Hollande met en oeuvre notamment à l'Ecole : Ainsi, nos enfants devront devenir des Conchita Wurst (laureat(e) de l'Eurovision) ! Seuls des apatrides ou des ambitieux opportunistes (surtout comme Manuel Valls, l'homme de Bilderberg et se disant "éternellement lué à Israël") sont capables de promouvoir un monde aussi fou, élaboré par des Talmudo-Sionistes à l'instar d'Attali ou de Rothschild. Et déjà des voix comme celles de Philippe de Villiers ou de Jacques Bombard se font entendre, même au Parlement, pour dénoncer cet infâme changement de civilisation ! Pourquoi seuls des hommes très à Droite voire à l'Extrême-Droite abordent-ils cette question décisive pour l'avenir de l'humanité ? Quelle voix, à Gauche, s'élèvera aussi pour dénoncer le Nouvel Ordre Mondial barbare ? Par exemple, celle de Jean-Pierre Chevènement ? L'amour du pouvoir rend-il aveugle ? 


Conchita Wurst, lauréat(e) du Prix de l'Eurovision !

Conchita-Wurst.jpg

 

Pour être agréé par l'Elite insensée qui est réellement aux commandes, un candidat à la Présidentielle doit se couler dans le moule. Et qui, en France, décide réellement afin que plus jamais notre pays ne refuse une guerre comme celle d'Irak, mais au contraire les promeuve ? Je l'ai dit dans une vidéo : 

Le drame français: C'est aujourd'hui un pays colonisé - R-sistons vidéo 16

La France est par nature originale, frondeuse, volontiers rebelle, parfois révolutionnaire, et très attachée à son modèle social. Le Système actuel ne tolère ni les insoumis, ni les patriotes, ni les conquêtes sociales de la France. En mai 1968, le sayan Cohn-Bendit a été mandaté pour tuer politiquement le souverainiste Charles de Gaulle, et Nicolas Sarkozy a été imposé aux Français (grâce aux médias) pour soumettre notre pays : D. de Villepin ne devait pas succéder à Jacques Chirac ! Pur "produit" de la France traditionnelle, chrétien, patriote, gaulliste, attaché à l'indépendance du pays, sa place était d'être "pendu par un croc de boucher". François Fillon est gaullien lui aussi, catholique, il représente la Droite des valeurs, il est intègre, et pire que tout pour les tenants du Nouvel Ordre Mondial, il est l'ami de Poutine voulant perpétuer une société traditionnelle, patriote, chrétienne (orthodoxe), attachée à son identité et aux traditions. Une sympathie qui ne pardonne pas, aujourd'hui, alors que l'Empire veut la peau de la Russie !

 


Pour François Fillon, «le quinquennat est en miettes, brisé comme les espoirs» des électeurs de François Hollande.

lefigaro.fr

 

 

Voici quelques tweets que j'ai faits sur la situation :

 

Notre "démocratie" tolère les candidatures multiples, à condition qu'elles soient agrées: Des alignés, des soumis, des vendus, des traîtres, ou des personnes qui n'émergeront pas vraiment...

Fillon dérange le Système : Il est gaullien, catholique, pro-Russe, réservé par rapport à la "modernité", il n'est pas un marginal, il plaît à la France profonde et il peut être élu et bien élu : Donc on tente de l'écarter !

-  Fillon (connu pour sa probité) a été piégé par Copé, maintenant par l'Elysée et le journal Le Monde. Qui veut la peau de Fillon ?
- Oui, Fillon est victime de "boules puantes". Ceux qui tirent les ficelles (Bilderberg, CRIF..) pour imposer le NWO (avec par exemple son Gender fou à l'école..) rejettent Fillon.

- La "modernité" mondialiste est une destruction de la société, des valeurs, des Nations, du social, de l'emploi, de la religion, des peuples !

- L' "Elite" a programmé la mort des Nations (ainsi par l'Europe des Régions), donc elle ne supporte pas les patriotes mettant en premier leur pays. Il faut oser dire que l'Elite ne veut ni de patriotes ni de Catholiques ni de la France profonde ni de pro Russes. Donc, De Villepin et Fillon sont "éliminés" d'office.

- Il ne faut pas oublier que Fillon est proche de la Russie à l'heure où l'OTAN, via les médias, endoctrine contre. TOUT sera fait pour l'écarter du pouvoir !

- F. Fillon a scellé son sort en osant avoir une position gaullienne : Il a rendu visite à Poutine, en espérant rapprocher la France et la Russie.

- Poutine et Fillon ont ceci de commun, qu'ils défendent une société traditionnelle, pas celle du NWO. Donc on les diabolise, ou on les censure...

 - Pour moi, Fillon est victime d'un coup tordu (d'un "complot" ?) comme de Villepin : La France profonde doit laisser la place à la mondialisation !

- Il est évident que comme de Villepin, Fillon aussi France traditionnelle, gaullien, conservateur.. est une gêne pour les tenants du NWO, il est donc victime du Système.
- La politique intérieure est imposée par Bruxelles. Le futur dirigeant doit promouvoir le NWO et en diplomatie, une politique néo-conservatrice.

- Je suis sûre que F. Fillon ne voudra pas promouvoir la PMA chère au NWO, et je crois que ce souverainiste freinera la politique étrangère de la France aujourd'hui si néoconservatrice.

- Le NWO bouleverse tout, même la procréation biologique, naturelle. Un Fillon, catholique, ne peut accepter la fin de la société traditionnelle, ancestrale, il est donc visé de façpn indécente, sans vergogne ni retenue.

- Sur TF1, F. Fillon a promis de se défendre. Catholique, les attaques mesquines ne sont pas sa tasse de thé, mais il devra réagir !

- Un Valls, par exemple, plaît aux médias mondialistes: Car il est venu à Gauche JUSTE pour la tuer, la conduire vers le Centre puis vers la Droite. Trahison ! Et il sera là pour détruire l'identité de la France, la dissoudre dans l'UE tyrannique de Bruxelles, orchestrer des guerres pour le compte de l'Empire, mettre en place le Nouvel Ordre Mondial. Son rêve? Un Parti Unique (donc totalitaire). Avec le culte du chef ?


 

http://lci.tf1.fr/monde/europe/2008-09/l-heure-est-a-la-conciliation-entre-poutine-et-fillon-4906363.html

            François Fillon rencontrant Vladimir Poutine à Sotchi (20 septembre 2008).

(Extrait de Marianne). Invité hier au cercle géopolitique Valdaï, François Fillon, aux côtés de son « cher » Vladimir Poutine, a surpris (une fois de plus) en s’exprimant sur l’attitude de la France dans le conflit syrien. L’ancien premier ministre a ainsi critiqué à demi-mots le suivisme français vis-à-vis des Etats-Unis : « Je souhaite à cet égard que la France retrouve cette indépendance et cette liberté de jugement et d'action qui, seules, lui confèrent une autorité dans cette crise ». http://www.marianne.net/Le-chemin-de-Damas-de-Francois-Fillon_a232314.html

 

 

Et voici comment un homme respectable, honnête, apprécié des Français, les représentant dignement, et incarnant parfaitement son pays aux racines rurales, catholiques, attaché à sa souveraineté et aux traditions, peut-être d'abord passé sous silence, puis ciblé parce qu'il ne se coule pas totalement dans le moule mondialiste seulement soucieux d'anéantir toutes les libertés, toutes les traditions, toutes les valeurs les plus éprouvées dans le temps, et décidé à imposer une guerre folle contre un pays - la Russie - que le Général de Gaulle voulait pourtant voir étroitement associé à l'Europe.  Dominique de Villepin a fait les frais d'une dictature orchestrée de l'Etranger et qui ne dit pas son nom, c'est au tour de François Fillon de subir les intolérables assauts d'un Pouvoir inique et de médias déchaînés... pour un simple repas pris avec un ami ! Alors que dans le même temps, dès aujourd'hui, l'organe le plus lié aux ennemis de notre pays, le très sioniste France2 avec la sayan Marie Drucker, organise avec nos sous la réhabilitation d'un authentique tricheur arrogant, cupide et sans scrupules, J.F. Copé (qui justement a multiplié les coups bas pour priver F. Fillon de sa victoire à la tête de l'UMP, voir Note plus bas)... en osant plaider pour un futur duel, en 2022, entre le maire de Meaux et Manuel Valls, tous deux "éternellement liés à Israël" comme chacun sait ! Pour priver la France de sa souveraineté, détruire son identité, la soumettre pieds et poings liés à l'Empire et à l'OTAN, avec en ligne de mire une guerre mondiale nucléaire contre la Russie puis le Nouvel Ordre Mondial totalitaire et barbare.  

 

Il est temps que la vérité éclate. Les médias mentent, des machinations abominables visent les plus enracinés dans la France profonde, et au final, c'est la démocratie qui est assassinée. Au moment où, paradoxalement, on fait tant de guerres et de fausses révolutions pour soi-disant la promouvoir !

 

Chantal Dupille

 

Note : J.F. Copé et F. Fillon, mon article :

 

Lundi 3 décembre 2012
NB: Entendu ce 23.11.14 au 20 h de France2, sur Juppé : "Comme quoi la lumière finit toujours par revenir". C'est le même 20 h qui disait voici quelques jours, que F. Fillon, lui, est mort, définitivement mort ! Deux poids deux mesures intolérable !

 

TAGS : Fillon, Copé, Valls, Hollande, Jouyet, Russie, Nouvel Ordre Mondial, UMP, France, démocratie, Conchita Wurst, PMA, médias, Le Monde, C dans l'Air, France2, NouvelObs, De Gaulle, D. de Villepin, N. Sarkozy ..

 

 

NWO-France-tuee.jpg

 

On peut lire aussi

Mensonges d'Etat (Jacques Sapir) - Le blog de ce-que-les .

Décompositions Jacques Sapir - COMITE VALMY

 

 

Pour info :  J'ai utilisé le mot sayan (pluriel sayanim), il signifie collaborateur d'Israël, lié à Israël par affinité ou par l'origine. Un livre remarquable, de Jacob Cohen :

 

51R8BKynLbL._BO2,204,203,200_PIsitb-stic.

 
.
Jacob Cohen
est l'auteur du Printemps des Sayanim,
indispensable pour comprendre
la politique en France.

51R8BKynLbL._SS40_.jpg
Cliquez pour ouvrir le point de vue élargi
.

Dé-Manipulations: Le Printemps des Sayanim 

jacobdemeknes.blogspot.com/p/printemps-sayanim.html

.

Les sayanim  - informateurs en hébreu -  sont des Juifs de la diaspora qui, par "patriotisme", acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres . 

Les sayanim : des "agents dormants" très actifs au service d’Israël

http://www.michelcollon.info/Les-sayanim-des-agents-dormants.html

 


Les plus célèbres sayanim sont : BHL, Attali, Fabius, Kouchner, DSK, Valls, Hollande, Sarkozy, Lang, Copé, Dray, Pujadas, Calvi, Harlem Désir, etc, etc, il y en a partout, comme Meyer-Habib à l'UDI, Aliot au FN ou Cohn-Bendit à EELV, avec les résultats désastreux que l'on connaît en matière de politique intérieure ou étrangère, ou de désinformation. Ch. D.

 

.

....

Comment les Etats-Unis et Israël aident al-Qaïda dans le sud de la Syrie

Par Moon of Alabama le 23 novembre 2014 dans Crises/guerres, Etats-Unis, Israël, Syrie

 

Le soutien des Etats-Unis et du régime israélien à al-Qaïda en Syrie

Dans la guerre livrée au régime syrien, à l’Iran et au Hezbollah, les Occidentaux utilisent des stratégies complexes aux effets parfois imprévus, d’autant qu’elles ne font pas forcément toujours consensus en Occident même où leur mise en œuvre dépend des rapports de forces entre les gens, disons raisonnables, et les néoconservateurs.


Ces néoconservateurs, ainsi que l’expliquait Robert Parry, restent très présents dans l’appareil politico-militaire des Etats-Unis et leur poids peut être très important dans un pays comme la France où ils se cachent aussi derrière de nobles idéaux humanitaires, alors que la seule chose qui leur importe est le sort du régime sioniste.

Dans ces pays occidentaux qui mènent une guerre non déclarée à la Syrie, on feint de s’étonner de la présence sur le terrain de combattants « djihadistes » dont les noms et prénoms évoquent parfois plus le camembert que le leben.


Le "djihadiste" français Abou Mariam exhibe la tête tranchée d'une résistante kurde

 

Mais qu’y a-t-il de surprenant à voir de jeunes Français répondre à l’appel au meurtre du chef de l’Etat syrien lancé par Laurent Fabius, l’actuel chef de la diplomatie française ?


De la même manière, on ne sera pas surpris de voir en Syrie les puissances occidentales soutenir des forces officiellement affiliées à al Qaïda même si les choses sont quelque peu obscurcies par les bombardements exécutés par les USA et leurs alliés arabes contre certaines forces djihadistes en Syrie.


Le blogueur Moon of Alabama nous aide à mieux comprendre ce qui se passe sur le terrain et dans les officines de Washington : une partie des forces djihadistes est entrée en conflit avec les intérêts de Washington en s’attaquant notamment au Kurdistan irakien où l’armée américaine entretient une base, Cette confrontation était à tel point inattendue que le gouvernement turc, allié de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL ou Daesh) a eu du mal, et a toujours du mal, à modifier son positionnement stratégique à l’égard de cette puissante milice.


Ce qui est important dans l’article que je vous propose, c’est surtout ce fait que l’aviation américaine bombarde le Jabhat al-Nosra, une importante milice affiliée à al Qaïda, dans le nord syrien tandis qu’elle soutient la même milice au sud du pays dans la région proche du Golan occupé par l’entité sioniste et la frontière jordanienne. L’objectif des Etats Unis n’est donc pas de détruire cette milice mais d’en écarter les éléments rétifs à une alliance avec eux sur le terrain.

Et c’est sans doute le même objectif qui est poursuivi avec les frappes contre l’Etat Islamique en Irak et au Levant. [Djazaïri]


3171629_5_506c_lorsqu-israel-a-mene-des-attaques-aeriennes_793b1eff4ad54e067ff4b4deb28e9f40

Comment les Etats-Unis et Israël aident al Qaïda dans le sud de la Syrie

Par Moon of Alabama (USA), 21 novembre 2014 |Traduit de l’anglais par Djazaïri


Quand l’administration Obama a déclaré avoir bombardé le « groupe Khorasan » dans le nord syrien, les spécialistes se sont demandés ce que cela voulait dire. Il n’existait et il n’existe aucune organisation de ce nom. Ce que l’administration Obama appelait groupe Khorasan était des dirigeants du Jabhat al-Nosra, la branche syrienne d’al Qaïda qui était active en Afghanistan et au Pakistan il y a quelques années avant de venir en Syrie. Alors pourquoi faire une distinction enre le Jabhat al-Nosra qui est actif dans toute la Syrie et un groupe dirigeant de la même organisation situé dans le nord de la Syrie ?


Mon sentiment est qu’il existe une coopération active entre le Jabhat al-Nosra et les Etats-Unis, particulièrement dans le sud syrien, et que la distinction a été faite pour maintenir en place une forme quelconque d’alliance dans le sud. Les mercenaires de l’Armée Syrienne Libre dans le sud de la Syrie ont été entraînés et armés par la CIA en Jordanie et sont contrôlés depuis une salle d’opérations multinationale quelque part à Amman.


Dans le sud, le Jabhat al-Nosra combat activement aux côtés de l’Armée Syrienne Libre qui reçoit aussi un soutien d’Israël. Au cours de ces derniers mois l’ASL, avec les combattants d’al-Nosra comme troupes de choc, s’est emparée de portions importantes de territoire le long de la frontière de la Syrie avec la Jordanie et Israël. Leur but est, ainsi que nous l’avions signalé il y a deux mois, d’ouvrir un corridor vers Damas. Leurs avancées au détriment de l’armée syrienne dans la zone frontalière ont été réalisées avec l’appui des tirs de soutien de l’artillerie israélienne.


Reuters confirme aujourd’hui que Nosra, comme nous l’écrivions, est à la pointe des combats dans le sud :

Des combattants du Front al-Nosra affilié à al Qaïda et d’autres insurgés ont attaqué et fait uen brève incursion à Baath City dans le sud de la Syrie jeudi, le dernier bastion important de l’armée dans une province qui jouxte les hauteurs du Golan sous occupation israélienne.

……

Des centaines de combattants d’al-Nosra qui ont fui la province orientale de Deir al-Zor après en avoir été chassés par l’Etat Islamique dans le courant de cette année se sont regroupés dans le sud de la Syrie où ils ont renforcé la présence rebelle dans ce secteur, selon es activistes.

« Il [ce renfort] a permis aux combattants de prendre le dessus dans cette zone, » déclare Abou Yahia al-Anari, un combattant d’Ahrar al-Sham.

Les gains des insurgés depuis le début de cette année ont principalement été obtenus par le Front al-Nosra en association avec d’autres rebelles et brigades islamistes qui combattent en alliance avec l’Armée Syrienne Libre soutenue par l’Occident. A la différence des rebelles qui combattent dans le nord, ils se sont bien coordonnés jusqu’à présent.

Au nord, le Jabhat al-Nosra combat des groupes de mercenaires soutenus par la Turquie et les Etats Unis. Au sud, il coopère par contre avec ce genre de groupes qui sont soutenus, équipés et entraînés par les Etats Unis à partir de la Jordanie et d’Israël. Al-Nosra au nord a été rebapptisé « groupe Khorasan » de sorte à ce qu’on puisse le bombarder sans mettre en danger l’alliance au sud entre l’Armée Syrienne Libre et le Jabhat al-Nosra.


Les combattants de Nosra dans le sud utilisent bien entendu des armes et d’autres équipements que les unités de l’Armée Syrienne Libre reçoivent de la CIA et d’autres services secrets. Ces groupes combattent ensemble et partagent naturellement leurs ressources.


En octobre, un mois après que j’ai signalé les opérations dans le sud, le Washington Institute, une pièce du lobby sioniste aux Etats Unis, a reconnu ces plans et a exhorté à plus de soutien d’Israël et des Etats Unis sur le front sud. Il minimisait bien sûr sciemment la participation d’al-Nosra.

Une assistance coordonnée dans le sud de la part des Jordaniens, des Israéliens et des alliés pourrait permettre de renforcer les rebelles syriens modérés dans cette région, d’éviter une prise de contrôle par les extrémistes et faciliter la campagne en cours contre l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL).


Pour l’instant, l’essentiel du soutien israélien aux bataillons locaux modérés et non islamistes le long de la frontière s’est borné à une aide humanitaire, tels les soins apportés à 1 4000 Syriens malades et blessés dans des hôpitaux israéliens, la fourniture de médicaments, de nourriture et de moyens de chauffage à des villageois etc. Certains groupes rebelles sont en contact constant avec l’armée israélienne, avec par exemple de fréquentes réunions secrètes qui se tiendraient à Tibériade, mais seule une petite quantité d’armes leur a été fournie, essentiellement des lance-roquettes.

Les opérations dans le sud n’ont rien à voir avec l’EIIL qui reste peu présent dans le sud, mais sont exclusivement dirigées contre l’armée syrienne, le gouvernement syrien et la population de Damas. Les combats sont conduits, comme l’a reconnu Reuters aujourd’hui, par des miliciens du Jabhat al-Nosra et un soutien américain et israélien est apporté aux groupes locaux de l’Armée Syrienne Libre qui sont étroitement alignés avec al-Nosra.


Les Etats Unis et Israël sont certainement au courant ce ce que Reuters rapporte et que nous avions affirmé auparavant. Ils ont armé et continuent à armer des groupes qui coopèrent étroitement et partagent avec al Qaïda leurs ressources obtenues auprès d’Israël et des Etats Unis.

 

Moon of Alabama | 21 novembre 2014

 

Source: mounadil.wordpress.com/

 

http://arretsurinfo.ch

Comment les Etats-Unis et Israël aident al-Qaïda dans le sud de la Syrie

 

Vu ici :

40% des enfants palestiniens emprisonnés par Israël sont violés ! + lien important

40% des enfants palestiniens emprisonnés par Israël sont violés !

 

 

 

Article à lire absolument, avec à la fin des liens importants :

 

,

 

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Politique française
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 00:47

 

Pardonnez-moi, j'ai été occupée autrement, je n'ai pas pu terminer l'article d'opinion promis sur F. Fillon (pourquoi on a programmé sa mort politique comme d'ailleurs hier celle de D. de Villepin), il paraîtra dimanche 23 novembre au soir, et il sera suivi d'une Lettre ouverte aux militants UMP. En attendant, je livre cette mise au point concernant mes ouvrages, car on écrit tout et n'importe quoi à ce sujet. Chantal Dupille

 

Bornéo, intérieur d'une longhouse, village communautaire

où j'ai séjourné trois jours au coeur de la jungle,

photo extraite de mon autobiographie "Arlequine"

Borneo-06.jpg

 

 

 Chantal Dupille "exploratrice" en Amazonie

(avec sa caméra 16 mm)

en plein territoire des terribles Aucas.


A-Chantal-en-Amazonie.jpg

 

 

 

Extraite de mon autobiographie "Arlequine",

la photo de la coiffure dont ma mère m'affublait

et qui me valut cette remarque d'une prof :

"Qu'est-ce que c'est que cette petite

hutte que vous avez au sommet de la tête ?".

 

chantal-petite-hutte-espagnole.jpg

 

Liste des ouvrages publiés par Chantal Dupille,

liste seule valable. Et quelques précisions !

 

 

Wikipedia ne mentionne que mes quatre premiers ouvrages, et la maquette de celui qui allait devenir le cinquième (après de larges modifications). Il ne mentionne donc pas les trois titres que j'ai publiés cette année, dont l'un est considéré par les Lecteurs comme un petit chef-d'oeuvre par son écriture et par son originalité ("Arlequine"), et l'autre fait autorité par ses dix ans de travail et grâce aux documents exceptionnels donnés par la Police de New-York , "Au coeur de la pègre américaine", à la fois reportage, récit du voyage au milieu de la faune américaine, et document certes grand public, mais aussi à portée sociologique.

 

Et ce soir, par le hasard de recherches sur un autre auteur, je suis tombée sur le catalogue de la BnF, j'ai regardé pour la première fois ce qui me concernait.  Plusieurs remarques s'imposent.

 

- Huit livres y sont mentionnés, dont... deux fois "Histoire de la Cour des Miracles" publiée par Hachette en 1972, et "Arlequine" pourtant répertoriée, n'y est pas.

 

- "Du gang... à la Vie" était juste une maquette imprimée afin de servir à la mise en place d'une Maison d'Edition, projet que j'ai abandonné car trop lourd pour moi ; la maquette n'a jamais été commercialisée. J'ai déposé l'ouvrage à la BnF juste pour préserver mon projet d'auteur. Puis j'ai gardé le manuscrit dans un tiroir. 

 

"Du Gang... à la Vie" a été remanié (texte, titre, présentation, juste le roman cette fois sans illustrations de New-York - comme tout roman -, couverture, présentation auteur) et il est devenu "Et l'Espérance jaillit du gang" lorsque j'ai décidé de porter enfin ce manuscrit à la connaissance du public. Pendant trois mois, une version pdf a été offerte aux Lecteurs et aux Lectrices de mes blogs.
 

- Mon autobiographie n'est pas encore mentionnée sur la liste, "Arlequine (ma Cour des Miracles)", pourtant elle est parue quelques semaines après le document "Au coeur de la pègre américaine".

 

Toute jeune, j'avais publié entre 1969 et 1975 quatre ouvrages, un cinquième devait paraître chez Fayard (mon autobiographie "Arlequine"), mais malgré l'avis favorable de deux Comités de Lecture enthousiastes, le Directeur général de l'époque, M. Alex Grall (passé de Hachette à Fayard, il avait autorisé la publication chez Hachette de deux de mes ouvrages) a opposé son véto : "On ne publie pas les mémoires d'une toute jeune femme dans la Collection "Grands hommes et femmes de notre temps".

 

"Arlequine" est donc restée "dans un tiroir", comme on dit. Puis des années plus tard j'ai repris ma plume d'écrivain, pour écrire d'abord un roman sur la vie et la mort d'un gang (après avoir rencontré un jeune membre au parcours original) puis, à partir de mon expérience aux Etats-Unis et des nombreux documents que j'avais accumulés, un ouvrage sur la pègre américaine, rare par la somme des informations apportées. Je l'ai achevé vers 2005-2006. Resté dans un tiroir lui aussi, car peu après je suis devenue blogueuse d'abord avec "R-sistons à l'intolérable" qui m'a fait connaître, blog destiné au départ à dénoncer la désinformation, puis la politique du nouveau Président, puis l'impérialisme et les guerres (la géopolitique est l'un de mes sujets de prédilection), enfin le Nouvel Ordre Mondial (NWO) au fur et à mesure que je découvrais la réalité abominable qui attend les peuples, à base de destruction des Nations, des identités, des traditions, des familles... au nom d'une prétendue "modernité". Ce Nouvel Ordre Mondial totalitaire, raciste, eugénique, asexué, esclavagiste, m'est évidemment insupportable. Journaliste honnête et ayant pour seuls partis-pris de défendre la vérité et l'humain, l'humain dans sa diversité, j'ai ré-orienté mes préoccupations et donc mes écrits. D'ailleurs d'ici un an je publierai un nouvel ouvrage regroupant mes analyses au sujet de ce NWO monstrueux qui est un véritable rouleau compresseur avançant à grande vitesse.

 

 

Voici donc la liste des ouvrages que j'ai publiés, dans l'ordre :

 

 

 

 

CD-Enrages-du-XVe-siecle.jpg

 

- Les Enragés du XVe siècle (Les étudiants au Moyen Age : Le mai 1468 des étudiants), Le Cerf, Histoire.

 

 

 

002.jpg

 

 

- Histoire de la Cour des Miracles, préface de Didier Decoin Président de l'Académie Goncourt, Hachette Littérature, Histoire. Ouvrage couronné par l'Académie Française (sans que j'aie sollicité un prix), Prix Broquette-Gonin 1972, "Prix destiné à récompenser l'auteur d'un ouvrage philosophique, politique ou littéraire jugé susceptible d'inspirer l'amour du vrai, du beau et du bien" (ce sont en effet mes valeurs).


 

CD-livre-clochards.jpg

 

- "Les clochards ne peuvent plus vivre", reportage sur la vie des clochards, Hachette Littérature.

 

 

Et puis, j'ai soudain décidé de publier rapidement, coup sur coup, mes trois manuscrits, en raison des événements se précipitant en Crimée-Ukraine et pouvant déboucher sur un conflit planétaire ; donc j'ai publié moi-même, pratiquement à prix coûtant (juste + 1 € pour mes frais) ; je ne cherchais pas le profit mais la parution de mon travail, qu'il n'ait pas été vain.

 

Ces trois titres m'appartenant, ils peuvent d'ailleurs être cédés à un Editeur, le cas échéant.

 

 

 

 

- La maquette "Du gang... à la Vie" est donc devenue, une fois modifiée, "Et l'espérance jaillit du gang", publiée cette fois.  Roman diffusé par Lulu.com (cliquer sur la couverture). 174 pages, 10 €. 

 

 

 

- "Au coeur de la pègre américaine", document, reportage, témoignage, diffusé par Lulu.com. (Cliquer sur la couverture). 350 pages, 12 €.

 

 

 

 

 

- "Arlequine", ma Cour des Miracles, autobiographie écrite d'une plume primesautière, vivante, alerte, drôle, suivie d'un Epilogue pour résumer ce qui a été vécu ensuite, et illustré par de multiples photos, 310 pages, 13 €. A la fois livre d'aventures pittoresques, de témoignages colorés sur la France d'en Haut et celle d'en Bas, sur les milieux de l'Edition ou de la radio-TV,  ou sur des gens célèbres côtoyés, etc, bref oeuvre picaresque, pleine d'humour. Diffusé par Lulu.com. (Cliquer sur la couverture). A titre indicatif, voici la liste des chapitres : Amazonie (NB : et autres aventures), bêtes, clochards, délivrance, enfance, fous (NB : Eh oui, je les ai observés), Gitans, hospices, injustice (NB : le Palais de l'Injustice dans son horreur !), journalisme, littérature, Mai 1968, nanas (NB : les féministes vont détester !), politique, Quai Conti, sexualité, Sorbonne, traîne-misère, vol (NB : C'est l'industrie locale en Colombie !) - Epilogue (NB : rajouté en 2014). Dans Arlequine, je ne traite pas de ma vie dans les bas-fonds américains : C'est dans le livre sur la pègre. Je choquais toujours les Yankees: Ils voulaient me montrer leurs monuments, je voulais voir Harlem, le Bronx, vivre l'envers du rêve américain !


 

Chantal Dupille Gitane

avec ses amis Gitan du Sacro-Monte

(En face de moi, mon coup de coeur à 20 ans.

Amoureuse d'un Gitan vivant dans un bidonville,

quand même ! Image sur Arlequine).

 

gitan-s-3-et-eva--copie-1.jpg

 

Explication de la couverture : Je bondis de mon berceau (on m'a baptisée plus tard "la force vitale de Bergson" pour ma vitalité), à 12 ans je veux explorer en Amazonie la terre des dangereux Aucas (à 30 ans, je réalise mon rêve d'enfant), puis je vis avec les Gitans, puis je deviens clocharde pour écrire, à la demande du directeur littéraire d'Hachette Littérature (Pierre Sipriot), un reportage sur les sdf, avec le drapeau rouge c'est Mai 68 auquel je suis mêlée car Cohn-Bendit entre dans la cour de la Sorbonne au moment où j'ai un cours (et je suis l'une des rares témoins de ce qui a déclenché la suite), enfin l'habit d'Académicienne que je ne revêtirai jamais car ma candidature au Quai Conti est bidon, juste de protestation contre le milieu alors fermé aux femmes. Mon seul acte "féministe" ! Et qui a fait le tour de la France...

 

 

Exemple, 2 pleines pages dans le Parisien Libéré

sur mon ouvrage Histoire de la Cour des Miracles

Cour-des-M--parisien-libere-copie-1.jpg..

 

Extrait de l'article de Ph. Bouvard à propos de mon livre sur les clochards,

paru dans France-Soir du 23 février 1974

clochard-bouvard-papier.jpg

 

Voici des échos des interviews, des critiques littéraires pour mes quatre premiers ouvrages ; J'ai la liste car alors j'étais abonnée à l'Argus de la Presse qui m'envoyait une coupure chaque fois qu'on parlait de moi, même venant de l'étranger (ainsi deux pages sur plusieurs journaux allemands).

 

Chantal Dupille "eva R-sistons": Revue de Presse, interviews et critiques de ses oeuvres

Chantal Dupille: Sa carrière, ses engagements... en images et en liens

 


http://ti1ca.com/fmar6-critique-critique-010.pdf.html

ch-allemagne-clochards.jpg

 

 

.

 

Je m'excuse auprès des Lecteurs et des Lectrices de ce blog

de publier cet article, mais je devais faire une mise au point

sur mon blog d'auteur, pour plus de clarté.

 

Bien amicalement, chantal

 

.

couverture-liste-livres-chantal.jpg..

 

.

 

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Chantal Dupille
commenter cet article