Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 16:38

,

 

DIBARRA

NOM-Dibarra-humanite.jpg

 

Les "jeunes", les "vieux",

le Nouvel Ordre Mondial et ses séductions

Par Chantal Dupille (dite eva R-sistons)

  Je dédie cette parution à Angela


 

    Au détour d'une rencontre, échange avec Angela, une retraitée d'origine Espagnole et Italienne, vivante, gaie, sympa - comme tous les Latinos.

 

    Par hasard, la discussion nous mène au monde qui nous entoure. Et je sens en mon interlocutrice une compréhension étonnante (vu la désinformation ambiante) de l'actualité. Et au final, un dégoût instinctif des mutations en cours. Par exemple, remodelage de la France, mort des départements, guerres sous des prétextes les plus insensés, choix bizarres comme ceux de la "nouvelle" école, médecine expéditive, nourriture ambigüe, automatisation de tout... avec des tous-petits, par ex, totalement à l'aise avec les dernières trouvailles "high tech", au détriment des jeux créatifs et sains de nos aïeux !

 

   Je salue la PERSPICACITE de la charmante Angela. D'où vous vient-elle, dans un environnement de conditionnement permanent, peu propice à la réflexion ? Et voici la réponse, à l'origine de cette parution : "J'observe tous les changements, et je compare avec le monde que j'ai connu, avant". Un monde qu'elle comme moi regrette d'autant plus, qu'il devient, je cite Angela, "complètement fou". Le mot est lâché, totalement approprié... Et elle ajoute : "Les plus jeunes ne peuvent pas voir le monde avec nos yeux, le comparant à celui d'hier".

 

     Télescopage. Au Journal de 13 h de ce 11.7.2014, on nous fait miroiter un NOUVELLE INNOVATION, une perle de la technologie qui sera associée au téléphone portable, au smartphone : "L'étiquette nouvelle génération, intelligente, le code-barre du futur qui permettra de tout savoir sur le produit acheté". Les jeunes vont applaudir, bravo la technologie ! Ouais, voire, je préfère un monde moins technique, moins "séduisant", et des produits sains dont on n'a pas besoin de connaître l'origine, car elle n'est pas douteuse comme c'est le cas  aujourd'hui. Et aussi en sachant que ce monde hyper technique, séduisant de prime abord, conduira comme l'a annoncé la présentatrice de Tech24 (sur France24), "au robot avenir de l'homme", se substituant à lui dans tous les domaines, au détriment de l'emploi, par ex. A ce propos, j'ai balancé un tweet : "Les robots sont l'avenir de l'homme ? Non, sa mort, la mort des emplois, de l'humain, etc".

 

    Le NWO, le Nouvel Ordre Mondial est séduisant, séducteur. Les jeunes en raffolent. Alors je m'adresse à eux: D'abord, interrogez vos "vieux". Et ils vous diront comment le monde était il y a peu encore, certes moins technologique, mais tellement plus humain ! Et par exemple, notre modèle social (envié dans le monde) et nos services publics, seront engloutis avec le reste dans le Nouvel Ordre Mondial hyper technologique et déshumanisé. Ensuite, je leur dis : Ne cédez pas aux sirènes du NWO ! Elles sont séduisantes, mais comme Merlin l'Enchanteur, elles vous mèneront demain au pire des mondes, celui que même des Aldous Huxley n'auraient oser annoncer !

 

     Alors, les jeunes, avec vos parents, dites NON au monde fou qu'on veut vous fourguer !

 

     Chantal Dupille (pseudo Eva R-sistons)

 

     Mon site qui regroupe tout :  chantaldupille.fr 

 

     TAGS : Nouvel Ordre Mondial, technologie, code-barre, Aldous Huxley

 

.

 

Le même jour, j'ai publié sur le blog R-actu :

Histoires de taulards


 

 

Histoire de taulards

par eva R-sistons (Chantal Dupille)


 

    En débattant ce 11 juillet 2014 avec un Lecteur sur la légalisation ou pas de la drogue, j'ai été amenée à dire que j'ai accueilli fraternellement des consommateurs chez moi pour les aider à s'en sortir. Anecdote: Un jour, un jeune m'a demandé s'il pouvait préparer la cuisine pour ma famille. J'ai dit: "Ca te fait plaisir ? Ok !". Et à la fin du repas, j'ai remercié chaleureusement: "Je n'ai jamais rien mangé d'aussi bon ! Tu es merveilleux ! Salut l'artiste ! Tu devrais devenir cuisinier, on t'apprécierait !". Un an plus tard, j'ai reçu un appel : "Chantal, merci ! Je suis devenu cuisinier, et je m'en suis sorti !". Y-a-t-il plus bel encouragement à faire de l'accueil ?

 

   Je recevais aussi des sortants de prison. Mon souvenir le plus déchirant concerne Gilles, la trentaine. C'était un superbe garçon, charmant, sympa, serviable, généreux, altruiste, un régal. La nuit, quand mon petit-dernier pleurnichait, il le berçait ! Gilles avait été une dizaine d'années en taule pour hold-up à main armée. Son problème ? Il aimait trop l'argent facile ! 

 

   Gilles avait été employé deux ans comme boulanger à la sortie de prison. Tout allait bien, jusqu'au jour où la patronne l'a chassé en apprenant qu'il avait fait de la taule ! Et c'est ainsi que le curé des Tsiganes au Neuhof (Bas-Rhin), Marcel Daval, m'a demandé de l'accueillir. Ce que j'ai fait aussitôt.  Plusieurs semaines, et entre-temps Gilles avait demandé à participer à un stage AFPA pour s'en sortir. Mais comme la réponse tardait, dans sa délicatesse il n'a pas voulu prolonger son séjour dans une famille, la déranger. Et il est parti. Deux jours plus tard, la réponse arrivait: Il pouvait faire son stage ! J'ai pleuré...

 

    Un an plus tard, j'ai eu des nouvelles. Faute de travail, Gilles, désespéré, avait récidivé. Cela m'a déchiré les entrailles ! Et mes collègues de Fr3 Alsace ont aussi été très émus, car il avait été accueilli à notre micro pour parler de la détention, avec tant de coeur, de tripes, que nous avions tous été bouleversés..

 

     D'autres souvenirs : Une balade avec les Compagnons d'Emmaüs avec aussi des gamins (ceux du Dirigeant du Centre), et qui était le plus attentif ? Un criminel hongrois libéré après vingt ans de taule. Aux petits soins pour les enfants... Nous étions, là aussi, très touchés.

 

     Un jour, alors que je servais la soupe aux clochards de la Mie de Pain, à Paris, un homme est arrivé en criant : "J'en ai marre, marre ! Je croyais avoir payé ma dette, mais non, c'est la double peine, il n'y a pas de travail pour ceux qui ont fait de la taule !". Il était hyper excité ! Je l'ai servi avec tendresse, et il m'a remerciée : "Votre sourire me fait chaud au coeur. Que faites-vous là ?" "Je suis là pour vous, et c'est un grand bonheur". Quelques instants plus tard, j'ai vu le même homme consoler un jeune qui pleurait... la main sur l'épaule ! "Et toi aussi, tu es là pour les autres !" lui-ai-je dit. Il m'a répondu ce que je n'oublierai jamais : "Il est plus malheureux que moi, car lui est jeune, au début de sa vie, et déjà désespéré, alors je suis là pour lui...".

 

     Jésus n'a jamais hésité à choquer les bien-pensants. "Au premier rang du Royaume de Dieu, il y aura des prisonniers" (et tous ceux que la société rejette !). Et si les repris de Justice, les "réprouvés", avaient aussi beaucoup à nous donner ?

   

     Eva R-sistons (Chantal Dupille)

 

....

Finkelstein : “Le conflit israélo-palestinien est probablement le conflit actuel le moins compliqué au monde” Par Kozbo

Le Dr. Finkelstein offre une lecture du conflit israélo-palestinien basée sur le droit international et humanitaire. Une approche peu utilisée par nos médias.


JPEG - 73.9 ko
Norman Finkelstein

Norman Finkelstein lors d’une interview. Image extraite du documentaire American Radical. Source : http://www.americanradicalthefilm.c...

 

 
“Le conflit israélo-palestinien est probablement le conflit actuel le moins compliqué et le moins intriqué au monde.” Ces propos, tenus entre autres à l’Université d’Helsinki, sont ceux du politologue, activiste et auteur Norman G. Finkelstein, spécialiste du conflit israélo-palestinien. Si cet universitaire peu connu en France a des idées en général plutôt modérées, son hyper-activisme et son ton souvent polémique en dérangent plus d’un. Son livre Beyond Chutzpah (University of California Press, 2008), dans lequel il démonte avec un systématisme obsessif le contenu du livre du Professeur Alan Dershowitz A Case for Israel (John Wiley & Sons, 2003) est une des raisons pour lesquelles il a perdu son poste à l’Université DePaul à Chicago ; ses prises de positions critiques envers la politique d’Israël lui ont aussi valu l’interdiction d’entrer en Terre Sainte. La personnalité complexe de ce personnage a attiré les réalisateurs David Ridgen et Nicolas Rossier pour en faire le sujet de leur dernier documentaire American Radical. Les anglophones pourront trouver sur Internet les vidéos des innombrables conférences et débats auxquelles il participe, et se procurer son dernier livre This Time We Went Too Far (OR Books, 2010) sur l’offensive israélienne à Gaza en 2009.

Mais laissons le côté polémique du personnage de côté pour nous pencher sur l’un des discours phares du Dr. Finkelstein. Un discours qu’il répète sans relache dans les campus universitaires où il est invité, avec lequel il tente de montrer que le conflit, contrairement à ce que les médias nous laissent entendre, n’est ni compliqué ni intriqué, que cela soit du point de vue historique, légal ou diplomatique, et que la manière de résoudre le conflit israélo-palestinien ne devrait pas, et finalement, ne fait pas l’objet de controverse. Derrière l’affirmation à caractère polémique du titre de notre article, se cache une logique implacable et une argumentation très peu entendues dans nos médias francophones, fondées sur les sources les moins controversées, et que nous essaierons de restituer en partie dans le présent article.


Chaque année, commence le Dr. Finkelstein, l’Assemblée Générale (AG) de l’ONU vote une résolution intitulée "Règlement pacifique de la question de Palestine." Cette résolution propose une manière de régler le conflit israélo-palestinien pacifiquement de manière juste, en se basant sur le droit international et humanitaire [1].


Typiquement, cette résolution affirme les choses suivantes : aucun territoire ne peut être acquis par la force ; les colonies de peuplement israéliennes sont illégales ; Jérusalem Est constitue un territoire palestinien occupé ; le mur de séparation est illégal. Pour régler le conflit de manière pacifique, dit cette résolution, Israël doit : (1) se retirer des territoire occupés depuis 1967 y compris Jérusalem Est ; et (2) régler le problème des réfugiés palestiniens de manière juste, c’est-à-dire en leur donnant le droit de retour et/ou en les compensant.


Autant que le contenu de cette résolution, ce qui est remarquable est la consistance et du vote chaque année : presque le monde entier en sa faveur (environ 160 pays), et une poignée de pays contre (entre 2 et 9 chaque année). Les deux seuls pays votant immanquablement contre sont Israël et les Etats-Unis. L’année dernière (vote 2009) les pays les ayant rejoint sont l’Australie et ce que le Dr. Finkelstein appelle non sans humour “les super-puissances du Pacifique Sud” que sont la Micronésie, Palau, les Iles Marshall et Nauru. Notons aussi que, chaque année, tous les pays Européens votent en faveur de cette résolution, y compris la France et la Belgique.


Si l’AG de l’ONU est l’assemblée la plus représentative du monde, continue le Dr. Finkelstein, elle n’en demeure pas moins politisée. Pour cette raison, il propose d’étudier l’opinion de ce qu’il qualifie l’entité la plus respectée du monde : la Cour Internationale de Justice, “la plus haute autorité judiciaire du monde.


En juillet 2004, la Cour Internationale de Justice (CIJ) publia un avis consultatif sur les conséquences légales du mur de séparation construit par Israël dans les territoires occupés de Cisjordanie [2]. L’avis de la CIJ est que le mur de séparation est illégal. Pour arriver à cette conclusion, la CIJ a du se prononcer sur les trois premiers des quatre points du statut définitif, censé contenir les problèmes les plus épineux du conflit : (i) la question des frontières, (ii) le statut de Jérusalem Est, (iii) le problème des colonies, et (iv) la question des réfugiés.

 

La cour, dans son avis consultatif, rappelle l’inadmissibilité d’acquisition du territoire par la guerre, et donc que (i) les territoires situés au-delà de la ligne de juin 1967 constituent des territoires occupés palestiniens. Par conséquent, affirme la CIJ, (ii) Jérusalem Est en fait partie. La cour rappelle aussi les résolutions pertinentes des Nations Unies dans lesquelles il est affirmé que (iii) les colonies de peuplement israéliennes dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, sont illégales.


L’opinion de la CIJ est donc totalement en phase avec les résolutions de l’ONU. Le Dr. Finkelstein souligne aussi le résultat du vote des juges, qui est aussi parlant : 14 voix pour, une voix contre. Le vote non-majoritaire étant celui du juge américain, Thomas Buergenthal, qui, dans une déclaration, affirme cependant que “le droit international humanitaire, y compris la quatrième convention de Genève, et le droit international relatif aux droits de l’homme s’appliquent au territoire palestinien occupé” par conséquent, dit-il, les colonies de peuplement sont illégales puisque la puissance occupante ne peut transférer une partie de sa population dans les territoires occupés [3]. Il conclut aussi que “les tronçons du mur construits par Israël pour protéger ses colonies sont donc ipso facto une violation du droit international humanitaire.” Les 15 juges de la CIJ sont donc d’accord à l’unanimité sur les 3 premiers points du statut final.

 

Puisque la CIJ ne s’est pas prononcée sur le point des réfugiés, car non pertinent au problème de la légalité du mur, le Dr. Finkelstein propose de se tourner vers les ONG pour voir si leur avis concorde avec l’AG de l’ONU.

 

Amnesty International, l’organisation des droits de l’homme la plus respectée au monde, selon le Dr. Finkelstein, a publié un rapport en 2001 [4], qui appuie la position de l’AG des Nations Unies, à savoir que les Palestiniens ont droit de retourner dans leur foyer ou près de leur foyer d’origine, qu’il soit en Israël ou dans les territoires occupés, s’ils en ont le désir. Ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas y retourner devraient être indemnisés. La deuxième organisation citée par Finkelstein est Human Rights Watch, qui est en parfait accord avec Amnesty International et demande à Israël de reconnaître le droit de retour aux réfugiés palestiniens et à leurs descendants [5].


Tout le monde est donc d’accord sur la manière de régler le conflit, y compris les pays arabes, qui, sous l’impulsion de l’Arabie Saoudite, ont présenté l’Initiative de Paix Arabe en 2002 (mise en avant en 2007 et 2008), qui promet la reconnaissance de l’état d’Israël et la normalisation de leurs relations avec l’état hébreu en l’échange d’un retrait des territoires occupés et d’un règlement de la question des réfugiés [6]. Cette initiative de paix, tout-à-fait alignée avec le consensus international, a été ignorée et rejetée par Israël.


Il existe donc un large consensus international, soutenu par le droit international et humanitaire, et par les organisations des droits de l’homme sur la manière de régler le conflit pacifiquement : Israël doit se retirer de la Cisjordanie, de Gaza et de Jérusalem Est, et la question des réfugiés doit être réglée selon le principe du retour et/ou d’une compensation. Effectivement, il n’y a pas de controverse. Si le conflit s’est compliqué ces dernières années avec la séparation de facto entre la bande de Gaza et la Cisjordanie, le coeur du problème demeure le refus d’Israël de se conformer au droit international, avec le soutient des Etats-Unis. Il est étonnant qu’avec la large couverture médiatique de ce conflit, ces faits très importants qui constituent en même temps le coeur et la clé du problème ne sont que très rarement rappelés dans les médias. Le Dr. Finkelstein offre donc une lecture du conflit israélo-palestinien logique, et basée sur les résolutions de l’ONU et le droit international et humanitaire. Si cette lecture n’est pas originale en soi, elle demeure d’un grand intérêt à cause de sa rareté dans dans nos médias.

 

Sources :


[1] Les résolutions de l’AG avec le décompte des voix peuvent être trouvées facilement sur Internet. 

[2] Cour Internationale de Justice. Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé. Avis consultatif du 9 juillet 2004.

[3] Déclaration de M. le Juge Buergenthal.

[4] Le droit au retour : le cas des Palestiniens. Amnesty International. Londres, mars 2001.

[5] Human Rights Watch Urges Attention to Future of Palestinian Refugees. Letter to Israeli Prime Minister Barak. December 2001.

[6] Initiative de paix arabe. 2002.


 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/finkelstein-le-conflit-israelo-79233

 

.

   

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 13:20

 

 

palestiniens-phosphore-blanc.jpg

 

.

Palestine-gaza-10-7-14.jpg

.

Palestine-Gandhi-en-parle.jpg

 

 

 

Publication particulière; A la suite d'une question d'une Lectrice, j'ai recherché ce texte, extraordinaire, que je publie maintenant. Il sera suivi de mon introduction en 2008, et de mes tweets des 9 et 10 juillet 2014 (ainsi que d'autres textes, dont un sur "les petites fourmis palestiniennes"): Vous verrez le cheminement accompli entre 2008 et aujourd'hui ; Désormais, j'ai perdu toute illusion au sujet de ce soi-disant "peuple élu"... pour ravager la planète au nom de la poursuite (messianique, folle) d'un Israël planétaire. Il aura l'éternité pour s'en repentir ! Chantal Dupille


 

palestine-apartheid-afrique-sud.gif


Publié le 8 janvier 2008

ainsi que mon article en-dessous ici :

Israël perd son âme, et la mère juive sa fonction maternelle. Déclaration de Jérusalem.

.


La réalité de l'Etat d' Israël aujourd'hui : 
Les Femmes en Noir la dénoncent.

Pour préserver son humanité.

Par une mère juive, Nurit Peled-Elhanan

Article qui m'a été envoyé par une mère  
Juive des Femmes en Noir de Strasbourg, 
mais qu'on trouve aussi sur le site de http://Michelcollon.info

"Dans l’Etat d’Israël, la mère juive est en train de disparaître"

vendredi 4 janvier 2008 - Nurit Peled-Elhanan

(JPG) Je remercie les Femmes en Noir de m’avoir invitée à intervenir aujourd’hui. Au moment où nous sommes, jé voudrais dédier ces mots aux enfants de la bande de Gaza qui se meurent lentement de faim et de maladie, et à leurs mères, admirables, qui continuent de mettre leurs enfants au monde, de les nourrir et de les élever. Le taux d'alphabétisation dans la bande de Gaza atteunt aujourd'hui 92%, il est parmi les plus élevés du monde et cela, dans le camp de concentration le plus épouvantable de la terre, où les habitants sont en train d'étouffer, pendant que le monde civilisé rearde en silence.


 

J’aurais aimé pouvoir, aujourd’hui, célébrer la fin de l’activité des Femmes en Noir. Mais la vérité, c’est que leurs activités sont, chaque jour, de plus en plus difficiles. Dans un Etat où règnent les dieux de la MORT et de l'ARGENT, dans un Etat où l'économie est florissante alors que les enfants ont faim, où les héros de la mythologie sont des assassins audacieux, où les dirigeants reconnaissent ouvertement et publiquement que la vie humaine, à leurs yeux, vaut moins qu'une figue, dans un Etat qui envoie ses fils se faire tuer sans même se donner la peine de leur inventer une raison, dans un Etat qui emprisonne des millions d'êtres humains dans des ghettos, les enferme et les détruit lentement, dans cet Etat, la voix calme et persévérante des Femmes en Noir est la voix la plus forte du refus de la conscience. Les Femmes en Noir sont l’exemple et le modèle du refus de vénérer le dieu de la guerre, du refus d'obéir aux lois racistes de l’Etat d’Israël. L’action des Femmes en Noir est, en elle-même, le rejet de l’éducation raciste et de l’empoisonnement méthodique quotidien des esprits que poursuivent les écoles, les médias et les discours des représentants élus de la nation.


Dans l’Etat d’Israël, la mère juive est menacée de disparition. La mère juive d’aujourd’hui est exclue de quartiers comme Mea Shearim (*), où les mères préservent leurs enfants de l’armée ; en dehors de ces quartiers, la voix de la mère juive n’est pas entendue, sauf par des organisations comme les Femmes en Noir, que la société en général condamne et calomnie. L'Etat d'Israël condamne et calomnie la voix des mères juives qui est la voix de la compassion, de la tolérance et du dialogue. L’Etat d’Israël fait tout ce qui est en son pouvoir pour s’assurer que cette voix sera mise en sourdine et se taira à jamais.


Sauf dans les organisations pour la paix, vouées par le discours général à n’être que des somnambules marginaux et des gauchistes, la voix de la mère juive a cessé depuis longtemps d'être une voix maternelle. La mère israélienne, telle qu’elle existe aujourd’hui, incarne une fonction maternelle dénaturée, perdue, troublée et malade. Les mères juives comme Yochabad, mère de Moïse, comme Rachel, qui pleure sur ses enfants et refuse tout réconfort, comme Mère Courage, la mère qui ne trouve ni consolation ni apaisement dans la mort des enfants d’une autre mère... ces mères ont été remplacées par d’autres mères qui ne sont rien que des golems qui se sont retournés contre leurs créateurs, et qui sont plus épouvantables et plus cruels qu’eux, des mères qui dédient leur utérus à l'Etat d'apartheid et à l'armée d'occupation, qui enseignent à leurs enfants un racisme intransigeant et sont prêtes à sacrifier le fruit de leur ventre sur l'autel de la MEGALOMANIE de leurs dirigeants, cupides et assoiffés de sang. On trouve aussi ces mères parmi les enseignantes et les éducatrices de notre époque. Seules, les femmes qui se dressent, semaine après semaine, sous la pluie et le soleil, sont le seul et unique rappel que la voix de l’autre maternité, naturelle, n’a pas complètement disparu de la surface de cette terre d’abandon qui fut, autrefois, la Terre sainte.


Rares sont les parents en Israël qui reconnaissent que les assassins d'enfants, les démolisseurs de maisons, les arracheurs d'oliviers et les empoisonneurs de puits ne sont autres que leurs adorables fils et filles, leurs propres enfants, éduqués ici, au fil des années, à l’école de la haine et du racisme. Des enfants qui ont appris, pendant 18 années, à craindre et à mépriser l’étranger, à toujours craindre les voisins, les gentils, des enfants qui ont été élevés dans la crainte de l’Islam, une crainte qui les façonne pour devenir des soldats brutaux et les disciples d'assassins de masse.  Et non seulement ces garçons et ces filles tuent et martyrisent, mais ils le font avec le total soutien de maman, avec toute la gratitude de papa, encouragés par la nation tout entière, sans même provoquer un froncement de sourcils quand il y a mort d’enfants, de personnes âgées et handicapées. Une nation qui se rassemble autour de pilotes qui ne ressentent rien, sauf une secousse dans l’aile de leur avion (**), quand ils larguent des bombes sur des familles entières et les écrasent.


Dans cet enfer où nous vivons, dans le brasier quotidien qui agite et étend le royaume souterrain des enfants morts, le rôle des Femmes en Noir, ces mères et grand-mères rassemblées sur cette place (***), et sur d’autres places partout dans le monde, leur rôle est d’être le gardien d’une maternité naturelle, saine, et de faire en sorte que leur voix ne soit pas réduite au silence et ne disparaisse pas de la surface de la Terre. Pour rappeler au monde qui a perdu son image humaine que nous avons tous été fait à Son Image, pour répéter invariablement et sans relâche que toujours, malgré le Mur de l’apartheid, malgré le siège cruel de Gaza, malgré les guerres sans cause, et face à la FURIE des dirigeants de ce pays qui, tous, jusqu’aux derniers, sont des criminels contre l'humanité, la voix des femmes et des mères, la voix de la compassion, de la justice et de l’espoir, ne doit pas être réduite au silence. Il faut que vous ayez plus d’influence.

 

*) - Quartier juif ultra-orthodoxe de Jérusalem dont les habitants, pour la plupart, ne reconnaissent pas l’Etat d’Israël et ne servent pas dans l’armée israélienne.

**) - Il est fait référence à Dan Halutz, pilote de l’armée de l’air et ancien chef d’état-major. Alors qu’un journaliste lui demandait, peu après le largage par l’armée de l’air d’une bombe d’une tonne sur un immeuble habité dans la bande de Gaza, tuant plusieurs civils, ce qu’il ressentait, en tant que pilote, quand il lâchait une bombe, il répond : « Je sens une légère secousse dans l’aile quand la bombe se libère ».

***) - Place de Paris à Jérusalem.


Texte original en hébreu.


Nurit Peled-Elhanan a reçu le prix Sakharov du Parlement européen en 2001 pour ses plaidoyers en faveur de la paix au Moyen-Orient. Elle a perdu sa fille, le 4 septembre 1997, lors d’un attentat suicide. Elle est professeur de littérature et de sciences de l’éducation à l’université hébraïque de Jérusalem.


Du même auteur :


-  "Les Israéliens n’ont pas conscience d’être des racistes" - 13 septembre 2007 - avec Caroline Stevan - Le Temps.

-  "Le temps est venu pour nous de dire à nos enfants où ils habitent" - 18 juin 2007.

-  "Laissez vivre nos enfants" - 26 janvier 2007.

 
Intervention de Nurit Peled-Elhanan au 20è anniversaire des Femmes en Noir, le 28 décembre 2007, à Jérusalem. Traduction de l’anglais : JPP
.
Palstine-n-existe-pas-pour-sionistes.jpg

Terre promise, ou terre meurtrière ?
Par eva R-sistons (Chantal Dupille)
8 janvier 2008

Hélas, la "terre promise" n'était pas une terre sans peuple pour un peuple sans terre. Et cet espace sacré à plus d'un titre pour les trois grandes religions monothéistes, lieu de pélerinage et de rencontre de tous les croyants de la terre, sinon de rassemblement et de communion, est devenu depuis la création de l'Etat d'Israël un lieu d'affrontement, de souffrances, de sang et de mort. En somme, une terre sainte souillée, piétinée, meurtrie.

Ceux qui décident en haut lieu du sort des peuples ne tiennent jamais compte des réalités locales, ni d'ailleurs des voeux des citoyens, qu'ils soient au Parlement Européen ou en charge du partage de la Palestine; comme je l'ai déjà écrit, ils se protègent des conséquences de leurs choix dans leurs bunkers dorés. Et les peuples souffrent. Encore et toujours !

Il y avait pourtant au départ deux belles idées, motivantes : Faire cohabiter et même vivre ensemble tous les opprimés, les réfugiés, les chassés, les mal-aimés, les persécutés de la même religion certes, mais de toutes nationalités. Un bouquet multicolore, un microcosme vivant du monde, comme à New-York, par exemple. Et puis, tous ces desesperados devaient bâtir ensemble une sorte de société idéale, communisante, où les biens étaient mis en commun et partagés entre tous. Oui, mais voilà, il y avait un  peuple sur cette terre, et il a été chassé, ou exterminé, ou réduit à vivre l'intolérable dans une prison à ciel ouvert. L'idéal s'est perverti. Et même les chrétiens, aujourd'hui, sont condamnés à s'exiler de la terre qui a vu naître Jésus. Moi, j'aimais la juxtaposition des deux mots, Chrétien et d'Orient ; n'était-ce pas un peu le symbole de la réconciliation de l'Occident et de l'Orient ?

La Jérusalem sur terre, lieu de rencontre et de cohabitation des croyants des trois grandes religions, s'est peu à peu vidée de ses habitants chrétiens et musulmans. Seuls restent, en gros, les disciples d'Abraham. Et la terre sacrée est devenue la terre du diable, une terre maudite : Israël a gagné un territoire, et a perdu son âme. 

palestine.jpghttp://www.mukto-mona.com

Personnellement, je reste persuadée qu'en réalisant leur rêve, les Juifs du monde entier ont sacrifié leur personnalité. Ils se vantent d'être plus intelligents et créatifs que les autres ? Soit. Mais leur "génie" est paralysé par une complaisance morbide dans le malheur et la mémoire sans fin de la Shoa, le besoin maladif de sécurité (malgré la quantité d'armes en leur possession et la protection du géant américain), ainsi que la peur de perdre "leur" territoire. Surtout, leurs talents, bien réels, sont sclérosés par une fixation pathologique et guerrière à la réalisation du Grand Israël. Il n'est jamais bon de se fixer sur ses rêves ou, pire encore, sur son identité ! 

Et c'est ainsi qu'un peuple très créatif et capable a fini par se transformer en bourreaux des Palestiniens qui n'étaient pas responsables de leurs malheurs successifs, en terrorristes (les fameux poseurs de bombes de l'Irgoun, voir précédente parution, ou bien le terrorisme d'Etat), en nation fasciste, raciste et hyper-militariste, n'hésitant pas à procéder à des épurations ethniques, à mettre en place une société d'apartheid, à terroriser les populations alentour, à dresser ses propres enfants à tuer, à violer le droit International en toute impunité, à spolier les habitants de la région, voire à exterminer les individus qui risquent de compromettre leurs projets expansionnistes, colonialistes et même fort souvent impérialistes. Tragique destin d'un peuple persécuté qui devient à son tour le pire bourreau de la planète, avec ses inséparables alliés américains. Et un grand danger pour la paix, voire même le devenir de l'humanité. 

Voilà comment une belle idée, un foyer pour des populations malheureuses du monde entier, est devenue - parce que transposée sur une terre certes idéologique, mais profondément arabe et musulmane - , une bombe quotidienne, et à retardement. Je persiste à penser qu'un tel peuple, capable de transformer les terres les plus arides en jardins verdoyants, aurait dû s'installer en terre amie, américaine par exemple. Il y a de si beaux déserts hospitaliers dans le pays de l'Oncle Sam ! Et cela aurait épargné tant de malheurs à l'humanité, voire une probable guerre mondiale.

mur02.jpg (30479 octets)http://Palestine1967.site.voile.fr

Le comportement brutal et prédateur de ce pays désormais avec foi mais sans loi, en tous cas sans conscience et coupé du reste du monde, est le plus sûr facteur d'antisémitisme,  il alimente lui-même un fléau qu'il prétend combattre, ce qui est un paradoxe de plus. 

Il est temps de revenir à la raison, et de se mettre sincèrement à la table des négociations. Mais pour un peuple comme celui-ci, et compte tenu du fait que les événements ne se répètent jamais, ne vaudrait-il pas mieux songer de nouveau à un diasporisme qui lui permettrait de contribuer à l'essor du pays où il s'installe ? Avec son génie propre. A défaut de pouvoir restreindre ses prétentions hégémoniques et guerrières !

Votre Eva, qui rêve de paix, de réconciliation et de conciliation.

Tags : Israël, Palestine, E.U., Orient, Occident, Jérusalem, Chrétiens, Juifs, Musulmans, Arabes, paix, Grand Israël, racisme, impérialisme, Jésus, Oncle Sam, Irgoun, apartheid, guerre, Shoa, Parlement européen..

Mardi 8 janvier 2008
Palestine-bombardee-en-2014-juillet.jpg
.
.
Mes tweets le 8. et le 9. 7. 2014
.
Quand il y a quelques années le Conseil de l'Europe a fait un sondage pour savoir quel était le pays le plus menaçant pour le monde, écrasante majorité pour dire : Israël
 
Les israéliens n'imaginent pas à quel point ils sont haïssables, et haïs dans le monde. Ils font l'unanimité contre eux, partout !

 

Ce 8.7.14, j'ai fait des courses avec retraitée Suisse d'apparence paisible. MAIS quand j'ai dit: "On ne va pas à Liedl, je crois Israël est derrière". Réponse: "Ils sont infects, je les fuis". Elle est sortie de ses gonds ! Et elle a même ajouté : "Je déteste les Juifs".

 

Le CV d'israël est monstrueux: Dirigeants en prison, mafia (trafic d'organes..) perverse, SOURCE du terrorisme, des chaos, des guerres, des attentats...


On doit aussi à cette communauté  arrogante et perverse, le racket planétaire des peuples, pressurés avec des Goldman Sachs et autres banksters    

 

Quand un Rothschild achète Libé ou accapare une bonne partie des terres dans le monde, c'est pour tout dominer, esprits, ressources, Dirigeants

 

Israël ose se dire moral, démocrate, mais il s'ingère dans le monde entier pour le polluer, le meurtrir, et ses dirigeants sont fanatiques, fachos, racistes, haineux

 

L'idéologie des Talmudo-Sionistes est abjecte: "Peuple "élu", race supérieure, dominer tout, éliminer ou mettre en esclavage les Goyim"

 

Cette Communauté traque le racisme, mais un seul, envers elle, alors qu'elle est la SOURCE du PIRE RACISME en se prétendant RACE SUPERIEURE


Pour moi il n'y a qu'une race, humaine, et je rêvais de la communion des individus, d'où la mise en place de mon blog pour la communion des civilisations

 

Au fil des années, en connaissant mieux cette Communauté, j'ai déchanté. Avec elle, il ne peut y avoir communion car elle rêve de DOMINER TOUS

 

Mon blog contre le choc de civilisations, pour la communion des individus, perd tout son sens, car 6.000.000 d'individus en Israël veulent dominer 6 milliards de gens

 

Il faut ardemment soutenir la lutte du David Palestinien contre le Goliath Israël. Les Palestiniens se battent pour nous, contre l'injuste, l'ignoble...

 

Israël se venge des Palestiniens alors que certainement LUI a tué les trois étudiants pour trouver un prétexte afin d'assouvir sa soif de domination .

 

D'un côté, des Israéliens sans scrupules, aimant la guerre et tuer, se "vengeant", et de l'autre les Palestiniens qui sont des résistants à saluer, à encourager, à soutenir à aider  .

 

Les israéliens saignent la planète en provoquant chaos, conflits, misère, ruines, mort, souffrances... des bourreaux qui se prétendent victimes 

 

Le phénomène du bourreau se faisant passer pour victime est à étudier psychologiquement. Il est immensément PERVERS et dévastateur !

 

Les nazis israéliens s'octroient tous les droits, et les refusent aux autres (comme celui de se défendre contre leur domination inique, leur perversité)

 

Pour faire accepter aux dirigeants leur perversité, leurs crimes, leur viol de tous les droits, les israéliens osent CULPABILISER le monde


Les israéliens attaquent les Palestiniens car ils veulent voler leur terre, dominer toute la région, mais les Palestiniens ne sont pas responsables de la Shoah


Les israéliens, pour culpabiliser et faire accepter leurs crimes, disent qu'ils ont été victimes du plus grand génocide de la planète !

 

En quoi le génocide des Juifs est-il PLUS important que celui des Amérindiens (presque tous exterminés), par ex ? C'est un abus intolérable


Autre abus, dans les camps de la mort il y avait aussi des Tsiganes, des résistants, des communistes, des Russes, des Témoins de Jehovah, des homosexuels, des handicapés mentaux... or on parle juste des Juifs ! 

 

Pour tout faire accepter, Israël brandit toujours la Shoah (+ false flags comme les trois étudiants). Mais ce passé doit déterminer tout l'avenir, l'éternité ?
 

La vérité, c'est qu'Israël méprise les Goyim et veut les éliminer. Et il rêve de se débarrasser des Goyim Palestiniens, de les exterminer

 

Un jour, j'ai changé la présentation de mon blog  (énorme travail, arrêté depuis). Je disais: ILS parlent Shoh en préparant une shoah universelle !

 

Il est incroyable que les historiens ne puissent pas faire leur travail et qu'on doive tout accepter à l'heure où le NWO prépare un génocide mondial


Nous devons ouvrir les yeux sur la réalité, celle de la justice de la cause palestinienne, ET celle de la monstruosité du Nouvel Ordre Mondial judéo-protestant

Tandis qu'Israël ensanglante la planète (génocides Syrie, Libye, Irak, UKraine.. avec ses BHL), il songe juste à nous émouvoir, à nous culpabiliser


Pour moi, le plus grand scandale de l'Histoire n'est pas la Shoah, mais la punition collective, l'enfermement, l'extermination lente des Palestiniens


Il semble que les Palestiniens puissent atteindre Jérusalem (qui aurait du être le lieu où les trois religions fraternisent), devenu la terre du diable
 

Les Palestiniens sont victimes d'une Shoah qui ne dit pas son nom: Lente, sournoise, avec malformations, terreur, privations, bombardements
 

Les Palestiniens sont-ils persuadés que leur mort totale est programmée par leurs diaboliques voisins ? Alors ils n'ont plus rien à perdre !

 

Je ne serais pas surprise que les Palestiniens préfèrent à la mort lente, un holocauste géant, eux APRES avoir "rayé de la carte Israël"

 

Peut-être les Palestiniens ont-ils le moyen d'anéantir leur diabolique voisin ? Et alors, ce serait un baroud d'honneur car ils sont condamnés par Israël

 

Quand on se sait condamné, on n'a plus rien à perdre. Si Israël se prend une énorme déculottée, il l'aura cherché et le monde applaudira

 

Tout le monde sait qu'Israël veut se débarrasser des Palestiniens par tous les moyens, s'il ne le fait pas c'est parce que le monde regarde


Il y a quand même une chose qu'on ne doit plus tolérer, c'est que la mort dans les camps soit monopolisée par les Juifs, alors qu'ils n'étaient pas seules victimes


Si Satan devait choisir un domicile, il élirait israël. Ce Régime a certainement lui-même tué ses trois étudiants, et le fait payer par les Palestiniens déjà martyrisés !

 

Les Israëliens étaient restés quelques années sans se défouler totalement sur les Palestiniens. Voilà, c'est reparti. Ce sont des monstres !

 

Je fais un rêve, celui de pesque tous les peuples, probablement. Que les Palestiniens rayent de la carte Israël. Que la Russie raye de la carte les USA et la City. Le monde, alors, respirerait mieux !


Vous vous rendez compte ? Les sionistes veulent nous imposer leur NWO, leurs Protocoles des Fous de Sion, et il faudrait se soumettre à ces monstres ?
 

Et Dieu créa l'homme et la femme... Et Satan créa Israël pour les racketter, les voler, les bombarder, les éliminer... faire de leur vie un enfer !


Netanyahu s'est servi des trois jeunes israéliens comme prétexte contre Gaza, alors que comme d'habitude, il s'agit probablement d'un false flag !

 

Tandis que le Sionistan orchestre l'élimination des Palestiniens bombardés (cancers, malformation..), le sayan BHL s'occupe du génocide des Russes en Ukraine !

 

Quelle imposture sordide ! Israël orchestre les pires génocides (voir tous mes posts) en Syrie, Libye, Irak, Ukraine, Palestine.. et se victimise !


Gaza, minuscule territoire intensivement bombardé: Cancers, malformations.. Génocide sournois commis par les victimes de génocide. Victimes devenus bourreaux ! Insensé !


Si Israël fait "table rase du Hamas", quelle justification trouvera-t-il pour ne PAS faire la paix ? Le djihad islamique (qu'il entretient avec ses potes américains, français, saoudiens) ?

 

Tandis que le Sionistan orchestre l'élimination des Palestiniens bombardés (cancers, malformation..), le sayan BHL s'occupe du génocide des Russes en Ukraine


Quelle imposture sordide ! Israël orchestre les pires génocides (voir mes articles sur mes blogs, et mes vidéos) en Syrie, Libye, Irak, Ukraine, Palestine.. et se victimise !   

 

Gaza, minuscule territoire intensivement bombardé: Cancers, malformations..

 

Génocide sournois par victimes de génocide. Victime devenue bourreau   

 

Si Israël fait "table rase du Hamas", quelle justification trouvera-t-il pour ne PAS faire la paix ? Le djihad islamique (qu'il entretient) ?


 

Mes tweets le 10.9.2014



Quelle différence entre le génocide juif et le génocide des Palestiniens (ou d'Ukraine Est) ? L'un est claironné, l'autre sournois et masqué

 

On connaît tout de l'holocauste juif, mais les meRdias masquent celui des Palestiniens, éliminés peu à peu en particulier par cancers et malformations

 

Il y a des génocides clairs (cf l'élimination des Amérindiens), celui des Palestiniens est progressif, peu visible, mais destiné à faire disparaitre ces autochtones

 

Les morts ou blessés Palestiniens sont comptabilisés. Mais la mort lente par les armes de destruction massive, anéantira peu à peu à Gaza

 

Les israéliens bellicistes sont insensibles à la souffrance. Les Palestiniens ont peur, les enfants sont terrorisés, certains perdent la raison, il y a de plus en plus de cancers, de malformations..

 

Les meRdias parlent de la peur des Israéliens. Outre qu'ils provoquent la situation, elle est occasionnelle, tandis que les Palestiniens sont visés en permanence


Les dégâts physiques sont visibles, les dégâts psychologiques sur les Palestiniens enfermés, terrorisés, humiliés, bombardés... ne sont pas visibles


La Shoah brutale est peu à côté du génocide Palesinien qui est sournois, lent, total, interminable, illimité, non relayé, sans compassion


L'Hébreu se croit tout permis en tant que "peuple élu, race supérieure, invincible..", mais en plus du châtiment divin, il y aura un effet boomerang : Son air sera pollué !    

 

Quand on bombarde son voisin avec des armes de destruction massive, mortelle, tôt ou tard les retombées se feront sentir sur les bourreaux

 

Le sort des Palestiniens est plus digne, le monde les respecte et salue leur courage. Leurs bourreaux sont méprisés, haïs, vomis...


Alerte ! Les Palestiniens sont dangereux, ils menacent Israël ! La preuve: Aucun mort israélien, mais des dizaines de Palestiniens dont des civils !

 

Des femmes juives s'élèvent contre la mort lente des Palestiniens, de faim, de maladie. "La mère juive perd sens maternel" . La célèbre lettre de Nurit Peled-Elhana dénonce "les mères dédiant leur utérus à Etat d’apartheid, à l'armée d’occupation"


Israéliens et Yankees font la paire. Les autochtones amérindiens dérangeaient les cow-boys US ? Eliminés. Les Palestiniens gênent ? Liquidés !


Qu'est-ce qu'un sioniste, aujourd'hui ? Un monstre à visage humain, qui s'octroie tous les droits, viole ceux des autres, veut dominer tout !

 

Quel abject "socialiste", Hollande ! Il soutient les nazis en Ukraine, les mercenaires terroristes d'EIIL ou AlQaïda, et le terrorisme sioniste !

 

Les Juifs ne voulaient pas quitter leur pays, alors des Rothschild ont conçu la Shoah pour les obliger à partir. Diabolique !

 

La Shoah est PEU à côté de la Shoah des Palestiniens: TOUT le peuple pris au piège, NE PEUT FUIR l'extermination sioniste lente, sournoise !

 

L'hypocrite sayan Hollande appelle à l'apaisement en Israël-Palestine, en entretenant les braises, en soutenant le terrorisme israélien. Abject individu !

.

 

 

palestiniens-TB-pic.php.jpg.

Il faut arrêter la logique meurtrière du pouvoir israélien

http://www.france-palestine.org/Il-faut-arreter-la-logique

 

A ce lien, vous aurez toutes les infos pour parrainer

un petit Palestinien. N'hésitez pas, agissez ! Chantal

 


Le scé­nario est pourtant connu : chaque fois que l’État d’Israël se trouve en dif­fi­culté sur le plan diplo­ma­tique, il mul­tiplie les pro­vo­ca­tions et les exac­tions sur le terrain, et se lance dans des actes de guerre qu’il qua­lifie de représailles.

Après la for­mation du gou­ver­nement pales­tinien de récon­ci­liation nationale le 2 juin, et sa recon­nais­sance par de nom­breux pays dont la France, l’Union Euro­péenne et les États-​​Unis, il n’a fallu que 10 jours au pouvoir israélien pour lancer une attaque de grande ampleur sur l’ensemble de la Cis­jor­danie, empri­sonner plus de 600 per­sonnes dont une dizaine de députés et de nom­breux enfants, tuer de sang-​​froid 9 per­sonnes et sac­cager les habi­ta­tions, tout en bom­bardant la Bande de Gaza. La nou­velle de l’assassinat des trois jeunes colons qui avaient été enlevés dans une zone contrôlée par Israël, assas­sinat que nous avons clai­rement condamné, a été suivie par des appels à la haine, la terreur contre la popu­lation pales­ti­nienne et l’horrible assas­sinat d’un jeune Pales­tinien brûlé vif par des colons.

L’État d’Israël a déli­bé­rément affaibli les par­tisans d’une union nationale pales­ti­nienne, qui est pourtant la condition essen­tielle de la recherche d’une paix négociée. Il a ainsi favorisé les tirs de roquette contre le ter­ri­toire israélien qu’il fait mine de com­battre. Il est main­tenant, une fois de plus, engagé dans une guerre qui vise la popu­lation de Gaza, en même temps que la mise en miettes du pro­cessus pales­tinien de récon­ci­liation nationale. Depuis deux jours, les raids aériens se mul­ti­plient sur Gaza, qui subit éga­lement les bom­bar­dement israé­liens depuis la mer. 40 per­sonnes ont été tuées dont 7 enfants, 4 femmes et 3 per­sonnes âgées, 270 per­sonnes ont été blessées dont 20 dans un état grave, 50 maisons ont été détruites, de nom­breux bâti­ments publics ont été atteints.

Nous nous élevons avec force contre l’argumentation israé­lienne d’une "réplique" aux tirs de roquettes, argu­men­tation com­plai­samment reprise par une grande partie des media et mal­heu­reu­sement confortée par la der­nière décla­ration (8 juillet) du porte-​​parole du Ministère des Affaires Étran­gères, qui réserve le mot "condamne" aux seuls tirs de roquettes depuis Gaza. Alors que le gou­ver­nement et la plupart des media restent muets sur les ter­ribles consé­quences pour la popu­lation de Gaza des bom­bar­de­ments menés par l’État d’Israël.

Il est temps que cessent ces opé­ra­tions de terreur contre le peuple pales­tinien. Nous ne sommes pas devant un conflit symé­trique, mais devant des attaques sys­té­ma­tiques d’une puis­sance occu­pante contre la popu­lation qu’elle contrôle et colonise. Popu­lation qui n’a, de sur­croît, aucun moyen de s’abriter de ces attaques. Les Pales­ti­niens ont droit à une pro­tection inter­na­tionale, le Conseil de Sécurité de l’ONU doit être convoqué d’urgence pour en assurer les moda­lités. Et l’État d’Israël doit être clai­rement et fer­mement condamné pour ses attaques déli­bérées contre la popu­lation civile pales­ti­nienne. Ces attaques, dont le gou­ver­nement israélien annonce encore l’intensification, doivent être arrêtées de toute urgence. Nous attendons du gou­ver­nement français qu’il agisse d’urgence dans ce sens. Nous appelons les media français à prendre leurs dis­tances des infor­ma­tions offi­cielles israé­liennes, et à s’intéresser à l’enchaînement des évé­ne­ments, à la nature réelle des attaques israé­liennes contre le ter­ri­toire pales­tinien à Gaza et en Cis­jor­danie, et au sort de la popu­lation civile pales­ti­nienne qui doit subir sans défense et sans abri les attaques israéliennes.

Il faut stopper la nouvelle agression israélienne contre le peuple palestinien.

Le Bureau national


Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter
.Le chef du Mossad avait prédit l'enlèvement des trois jeunes -- Les Maîtres du Monde --

 

 

 

Un de mes textes préférés, que j'ai écrit en juillet 2011

 

180px-Formica_high_res.jpg 180px-Formica_high_res.jpg 180px-Formica_high_res.jpg .

Les petites fourmis palestiniennes,

par Chantal Dupille

 

 

Les fourmis. Les avez-vous vues au travail ? Patiemment entassant, transportant, édifiant... Petit peuple admirable de fourmis, ingénieuses, bien organisées. Pour elles, tout a du sens.


 Il y a sur la terre un petit peuple de fourmis ingénieuses, et qui avec rien, font tout. Inlassablement. Courageusement. Indéfiniment ! 


Nous, nous avons tout. Nous pouvons tout construire. Et tout détruire. Eux n'ont rien, et ils font tout pour survivre avec rien.

 

Je regarde un documentaire sur les tunnels palestiniens. LCP, 13 mai 2010. Je suis émerveillée... 


Le petit peuple de fourmis palestiniennes n'a rien, on détruit tout ce qu'il a, et il construit et reconstruit sans cesse, avec rien. Quelle patience, quelle ingéniosité ! Quel modèle pour nous tous !

 

Pour survivre puisque leur voisin israélien les prive de tout - une vraie punition collective, pourtant prohibée par les lois de guerre -, pour survivre puisque l'Occident les abandonne à leur sort, les fourmis palestiniennes creusent sans cesse. Sans cesse. Sans cesse. Sans cesse. En courant tous les risques. Sous les bombardements, même !

 

Les petites fourmis ramènent les marchandises dont elles ont besoin pour continuer à vivre. A survivre, plutôt. Ainsi, il faut transporter un lama: Pas évident ! Et lourd. Alors, les formidables petites fourmis palestiniennes imaginent d'attacher une couverture aux quatre angles... le lama passera. Une victoire de plus sur l'adversité ! 


Parfois le tunnel s'effondre sur les petites fourmis palestiniennes. Emmurées vivantes ! D'autres petites fourmis les remplacent. Sans cesse. Sans cesse. Sans cesse... 


L'Occident pense à son pétrole, à ses portefeuilles, à ses banques, mais il oublie les petites fourmis palestiniennes qui pourtant offrent au monde une leçon de modestie, de simplicité, de patience, de créativité, de courage. 


Et si les petites fourmis palestiniennes donnaient au monde entier une belle leçon de vie et de résistance ?

 

Chantal Dupille

Vivre, survivre, mourir... Voici les tunnels palestiniens ! Leçon d'ingéniosité

 

Palestiniens-eau-contaminee.jpg..

 

  .Voir aussi :

Le terroriste et l'enfant

 

 

.

..

.

 

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Barbarie
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 02:57

 

 

 

 

Il est des images plus parlantes

que toutes les discours !

Chantal Dupille

 

 

Palestine-enfant-terroriste-jpg

 

 

Tu as tué ma famillle,

tu as volé nos biens,

et tu me traites de terroriste

car je tente de me défendre ?

Le terroriste, c'est toi !


 

.Palestine-terrorisme.jpg.

 

palestine-historique.jpg

Repost 0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 22:39

 

 

 

 

medias-TV.jpg

 

 

 

Pourquoi les médias

sont les ennemis des peuples

Par eva R-sistons (Chantal Dupille)

 

 

Les médias en France sont à part,
beaucoup appartiennent aux marchands d'armes.
Et surtout, ils ont été colonisés depuis Sarkozy,
comme la France,
par les néo-sionistes.

Le drame français: C'est aujourd'hui un pays colonisé - R-sistons vidéo 16
16:05

Le drame français: C'est aujourd'hui un pays colonisé - R-sistons vidéo 16

 

Les grands médias dans le monde sont atlantistes.

Autrement dit, ils véhiculent la pensée impériale,

militaro-financière, du seul Occident.

 

Et plus précisément, et c'est cela qu'il faut souligner,

les médias sont au coeur du Système.

Ils sont le COEUR du Système,

sans eux le Système serait massivement rejeté et combattu.

 

Les journalistes qui acceptent de collaborer

avec ce Système monstrueux,

piétinent la déontologie de la profession.

Ce sont des collabos, des vendus,

des "presstitués", des prostitués.

Ils devraient se retrouver

devant un Tribunal des Peuples,

comme leurs Maîtres infâmes !

 

eva R-sistons

 

. medias-tromper.jpg

 

medias-rothschild.jpg

 

 

Le NouvelObs,Libé,Le Monde,Fr24,Fr2,Arte.. sont nos ennemis ! (eva R-sistons)

 

 

medias-3-fonctions.jpg

 

Les médias sont au service des banksters,

de la Haute Finance.

Et tant pis si un jour la France

est comme la Grèce !

Par eva R-sistons (Chantal Dupille)


 

La Haute Finance tente d'imposer sa loi

au monde entier.

Tous les pays doivent subir une dette inique.

Gare aux récalcitrants !

Par exemple, Kadhafi

qui avait fait de la Libye

un pays de cocagne

et possédant d'énormes réserves d'or,

l'a payé de sa vie.

 

 

kadhafi-jeune.jpg

 

Libye : Le vrai Kadhafi, un grand réformateur sauvagement assassiné

http://chantaldupille.over-blog.com/article-libye-otan-onu-france-gb-et-leurs-crimes-contre-l-humanite-80344079.html

 

L'endettement d'un pays,

cela signifie le sacrifice des populations.

Elles seront pressurées, rackettées,

obligées de renoncer à tous leurs avantages

sociaux (ou en matière de Droit du Travail),

à leurs services publics (privatisés),

et leur pouvoir d'achat sera amputé,

comme les retraites...

pour ne citer que ces exemples.

Et cela ne suffira jamais !

Les banksters ne seront jamais rassasiés !


Pour pousser les Français

à accepter les réformes contraires

à leurs intérêts,

il y a les médias aux ordres de l'Oligarchie.

Ainsi sur "C dans l'Air",

sur "Ca vous Regarde", sur France2,

sur France24, etc,

et même dans la Presse dite hypocritement de Gauche,

comme le NouvelObs,

tout est fait,

tout est dit,

tout est écrit,

pour faire croire

que les réformes sont nécessaires, incontournables.

 

Réformer, moderniser,

c'est le maître mot.

Autrement dit,

afin de satisfaire la voracité des banksters,

les peuples doivent EUX SEULS accepter l'austérité,

se serrer la ceinture.

Au point de renoncer à tout ce qui est bon pour eux !

A tout ce qui est juste, utile, nécesaire, VITAL, même.

 

Quelle trahison !

Les journalistes qui tous appellent à réformer,

sont les idiots utiles du Système.

Sciemment, ils servent les intérêts des banksters,

de la Haute Finance. Des Goldman Sachs pourris !

Si on les écoute,

notre sort sera comparable à celui des Grecs

qui ont tout perdu en réformant toujours plus.

Les journalistes doivent répondre de leur actes !

 

Les banksters ne doivent plus faire la loi,

et c'est à nous de le faire savoir aux meRdias !

Ne baissons pas les bras !

 

eva R-sistons

 

 


 

 

 

guerre-US.jpg

 

.

L'ami Américain ?

.

 

etats-unis-compkexe-militaro-industriel.jpg

 

.

En 1950, déjà...

.

Guerre-bases-US-vers-1950.jpg.

 

..

 

 

guerres OTAN Russie

 

.

 

Etats-Unis-guerres-depuis-WW2.jpg

 

 

.

 

Iran_versus_USA_attaques_d_autres_pays-99b0d.jpg

.

.

etats-Unis-imperialisme-de-gaulle.jpg.

.

 

 

.*

etats-unis-11-9-2001.jpg.

 

 

 

USA : Torture, misère, etc :

suite ici :

L'ami, le "sauveur américain".. ou l'ennemi des peuples ? Les preuves

  .

 

Voir aussi :

.

 Les crimes de guerre de Washington s’étendent de l’Afrique et du Moyen-Orient jusqu’en Ukraine

.

Actualité :

.

  ...

..

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Médias - désinformation
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 00:19

 

 

unite-mains-copie-1.jpg

 

 

Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir !

 

Souvenez-vous de ce que l'Abbé Pierre disait :

"Tu es malheureux ?

Occupe-toi des plus malheureux que toi,

et tu seras heureux !"

 

Vivre replié sur soi, égoïstement ?

Mais ça n'a pas sens !

On se ferme !

Et il y a tant d'occasions d'aimer,

de donner, de se donner !

 

Souvenez-vous, j'avais publié :

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent.. sans cesse épris

 

 

 

Le but "sublime",

le but qui donne du sens,

le but qui donne de la joie,

c'est celui où l'on tend la main vers l'autre,

sans compter, sans discontinuer,

surtout s'il est dans le besoin, la souffrance !

 

La solidarité, la fraternité universelle,

c'est la sève de la vie,

et... c'est la force du peuple !

 

Chantal

 

 

 

 

.
..
Merci à Ahura,
mon merveilleux fidèle commentateur,
d'avoir porté à notre connaissance cette vidéo !
.
.
.
chien-et-pauvre-centree.jpg.
La tendresse, quel bonheur !
.
.
Information :

Si la France va en finale,

le défilé du 14 juillet pourrait être décalé


188 vues

 

Selon nos informations, si l’équipe de France joue en finale le 13 juillet, on envisagerait, au sommet l’état, de décaler le défilé du 14 juillet au lendemain.


Et si le défilé du 14 juillet n’avait pas lieu ce jour-là, mais plutôt le 15 juillet? L’information parait farfelue mais prendrait tout son sens en cas de finale de Coupe du monde des Bleus le dimanche 13 juillet prochain. Selon nos informations, des discussions ont lieu actuellement en haut lieu pour parer à cette éventualité. La problématique est simple.


Le président de la République, François Hollande, voudrait se déplacer au Brésil si la bande de Didier Deschamps se hissait jusqu’au dernier stade de la compétition. Sauf que la finale est prévue le dimanche soir à 22h heure française et que le traditionnel défilé du 14 juillet a lieu le lendemain matin. Autant dire, qu’il est impossible d’être présent aux deux évènements, trop proches en terme de créneaux horaires. La décision ferait grand bruit mais rien n’a pour le moment été définitivement entériné.


Source : http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/buzz/2014/06/27/27002-20140627ARTFIG00385-si-la-france-va-en-finale-le-defile-du-14-juillet-pourrait-etre-decale.php

..
http://www.armee-media.com/2014/06/28/si-la-france-va-en-finale-le-defile-du-14-juillet-pourrait-etre-decale/
.
.
Le mépris de nos dirigeants mondialistes
pour la France et pour notre Armée, est insupportable !
eva R-sistons
.

http://miss-skingirl.skyrock.com/2111821641-honneur-patrie-fidelite.html
.
.
.
Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Fraternité - solidarité
commenter cet article
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 02:09

 

 

*Israel-plan-pr-dominer-monde.jpg-large.jpg

 

 

La France désormais colonie d'Israël

est l'ombre d'elle-même

par Chantal Dupille dite eva R-sistons


 

   La France est désormais une colonie d'Israël, c'est un fait irréfutable, accompli pour son malheur : Depuis que le Gaullien Chirac s'est opposé à l'Empire lors de la guerre d'Irak, notre pays a été soumis, aligné avec Sarkozy puis Hollande. Au point même de prendre la tête de toutes les guerres néocoloniales ! Tous les postes clés sont désormais détenus par des néo-sionistes (http://www.dailymotion.com/video/xyt8pb_le-drame-francais-c-est-aujourd-hui-un-pays-colonise-par-les-sionistes-r-sistons-video-16_news), fanatiquement obsédés par l'idée du Grand Israël, voire planétaire (avec les Talmudo-Sionistes), et la plupart des Elus français, ou des Puissants, se couchent devant ce pouvoir plus ou moins occulte. Certains ne le cachent même pas, comme DSK ("Chaque matin, quand je me lève, je me demande comment servir Israël"), ou Valls : "Je suis éternellement lié à Israël". A Israël, ou à la France ? On ne peut servir deux pays à la fois, il faut choisir !


   La France domptée, dirigée par les néo-sionistes, a radicalement changé. Elle est devenue l'ombre d'elle-même ! Ainsi, nos médias, depuis que Sarkozy les a verrouillés et qu'ils sont presque totalement orchestrés par des sionistes, sont devenus les pires d'Europe, "Lanterne Rouge d'UE", désinformant à qui mieux mieux et poussant aux guerres impériales. Ou encore, finis les Droits de l'Homme, sur aux Roms, ou gare aux journalistes, aux intellectuels, aux humoristes, aux penseurs, aux blogueurs... libres ! Ils sont au mieux censurés et interdits d'antenne, au pire discrédités, diffamés, traqués (ainsi Jacob Cohen, auteur du "Printemps des sayanim",  ou l'humoriste préféré des Français, Dieudonné). Un patriote comme François Asselineau, à la tête du Parti qui monte (grâce à Internet), l'UPR, est censuré par l'Establishment, car son programme déplaît aux promoteurs bruxellois du IV e Reich européen, puisqu'il est anti UE, euro, OTAN. Et puis des Listes noires circulent, le maccarthysme s'installe, la Police de la Pensée veille...


   En attendant de perdre même son nom et sa langue, la France est parcellisée, réduite à de futurs landers priés de livrer une guerre économique sans merci, son caractère rural est anéanti, bientôt ses départements et ses traditions vont disparaître, ainsi que ses services publics, son modèle social et son Droit du travail.. Sa laïcité ? Finie, honneur à la Communauté juive (tous les dirigeants qui comptent doivent d'ailleurs faire chaque année allégeance au CRIF) et même à la violente LDJ pourtant interdite jusqu'en Israël, les Musulmans sont discrédités, diffamés, caricaturés, tout est fait pour faire monter le FN et pousser à la guerre civile ou au choc de civilisations (il s'agit de détourner la colère sociale contre les Arabes, les Musulmans), les Catholiques sont écartés ou déconsidérés - un François Fillon qui représente la France profonde, gaullienne, traditionnelle, rurale, catholique... est ainsi mis d'emblée hors jeu au moyen de sondages bidons ou via les médias collabos. Les Français DEVRONT voter pour Sarkozy ou Juppé (néocon), ou pour Valls. Les sondeurs bidons et les médias collabos font les "rois" ! Autant dire que la démocratie est morte, les Français ont désormais le choix entre des pions du CRIF, à l'UMPS. Et le FN d'Alliot (et non du père Le Pen) est lui-même la roue de secours de CE Système !

 

 

israel-sionisme-begin.jpg

  

 

   La France démocrate sociale se jette dans le libéralisme le plus sauvage, pour servir le MEDEF et la Haute Finance. D'ailleurs sa Presse auto-proclamée de "gauche", comme le Nouvel Observateur avec Joffrin ou Weill, appelle à effectuer le plus vite possible les réformes les plus radicales, les plus "modernes", pour plaire aux Mondialistes, aux Goldman Sachs, aux Rothschild, etc... Et les fleurons de notre industrie disparaissent les uns après les autres !


   La diplomatie française enviée dans le monde pour son autonomie et son professionnalisme, est morte. Dès son arrivée au pouvoir, Sarkozy a nettoyé le Quai d'Orsay de tous ses éléments gaulliens. Il est désormais la risée du monde pour son alignement inconditionnel à Tel-Aviv ! D'ailleurs notre Ministre des Affaires étranges, pardon étrangères, Fabius, est appelé hors de nos frontières, le "Ministre des Affaires Etrangères d'Israël". Et notre pays se couche devant Washington et Tel-Aviv, au point de prendre la tête des croisades impériales pour leur compte, en entretenant le terrorisme dans le monde et en déroulant le tapis rouge devant les pires crapules des Monarchies pétrolières ! Et notre Légion d'Honneur devient celle du déshonneur, puisqu'elle est décernée à des adorateurs du Veau d'Or ou à ceux qui financent le terrorisme le plus monstrueux.


   Pire que tout, cette France défigurée est priée de faire le lit du Nouvel Ordre Mondial incluant aussi un Nouvel Ordre Sexuel conduisant directement au genre unique, neutre, comme le souhaite par ex un Nouvel Observateur saluant les "hommes-femmes" (encore dans le numéro de cette semaine), pour le compte des promoteurs des "Protocoles des fous de Sion", donc ne procréant plus ! Et que dire de Libération le journal de Rothschild (1) titrant "La PMA pour TOUS", sinon qu'il travaille lui aussi à préparer les esprits français à un monde technique menant directement, pas après pas, au "robot avenir de l'homme" (mort de l'homme, et de l'humain !) comme il est annoncé sur Tech24 de France24... voix d'Israël ! Je rappelle que les Talmudo-Sionistes ont un Plan, "Un peuple élu, une race supérieure, dominer tout, éliminer les goyim - la PMA y contribuera - ou les mettre en esclavage" !


   Et notre Armée ? Elle est détournée de son objectif premier de défense du pays (d'ailleurs il n'y aura bientôt plus de Nation française) pour être supplétive des guerres impérialistes et impériales les plus illégitimes et meurtrières en Afrique, au Moyen-Orient...,  au service même des actions terroristes les plus atroces ! Notre grande armée, elle aussi admirée dans le monde comme hier notre diplomatie et notre modèle social, est d'ailleurs appelée à disparaître au profit de mercenaires puis de robots apatrides sans foi ni loi.


   Et à l'Ecole, les enfants apprendront que les garçons et les filles sont interchangeables, et que tout doit conduire à un monde uniforme sous l'égide des bons Américains ; Les livres d'Histoire ne seront d'ailleurs plus chronologiques pour masquer les glorieuses pages et figures de la France comme le Général de Gaulle. Tout sera fait pour mettre dans la tête des futurs robots que l'Europe est bienfaisante, que nous avons été libérés par les "sauveurs américains", et que la Shoah est l'événement principal. Ca ira jusque là !


   Voilà un aperçu de la France aujourd'hui, pays le plus original et le plus rebelle que depuis l'intronisation de Sarkozy, le CRIF a colonisé pour le compte d'Israël, entité sioniste arrogante, voyou, corrompue, prédatrice, criminelle ! La France n'est plus seulement l'ombre d'elle-même, mais la nouvelle politique orientée dans notre pays par Tel-Aviv, conduit à l'effacement de la France elle-même en tant que Nation.


   Est-ce ce que nous voulons ?


   Charles de Gaulle, au secours !


   Chantal Dupille dite Eva R-sistons


 

(1) Rothschild a une telle fortune, qu'il peut se permettre d'accaparer de plus en plus les terres de la planète, au profit... d'un Israël avide de contrôler le monde entier ! Imagine-t-on ce qui se prépare "en douce" ?


 

israel-a-tous-les-droits.jpg

 

.

   

Qui a dit que les complots n'existaient pas ? Voici un texte paru en 1982 dans la revue sioniste Kivounim sous le titre " Une stratégie persévérante de dislocation du monde arabe ". Il appelle à une balkanisation totale de cette région du monde. L’Irak, le Liban,  l’Égypte, le Soudan, la Libye et toute la péninsule arabique sont nommément cités.

Son auteur, Oded Yinon travailla au ministère des Affaires étrangères d'Israel. Le texte fut révélé au monde par Israel Shahak qui fut le président de la ligue israélienne des droits de l’homme.
Toute ressemblance avec des événements actuels est donc tout sauf fortuite.

 

.

 
« La reconquête du Sinaï, avec ses ressources actuelles, est un objectif prioritaire que les accords de Camp David et les accords de paix empêchaient jusqu’ici d’atteindre (…) Privés de pétrole et des revenus qui en découlent, condamnés à d’énormes dépenses en ce domaine, il nous faut impérativement agir pour retrouver la situation qui prévalait dans le Sinaï avant la visite de Sadate et le malheureux accord signé avec lui en 1979.
 
La situation économique de l’Égypte, la nature de son régime, et sa politique panarabe, vont déboucher sur une conjoncture telle qu’Israël devra intervenir…
 
L’Égypte, du fait de ses conflits internes, ne représente plus pour nous un problème stratégique, et il serait possible, en moins de 24 heures, de la faire revenir à l’état où elle se trouvait après la guerre de juin 1967. Le mythe de l’Égypte « leader du monde arabe » est bien mort (…) et, face à Israël et au reste du monde arabe, elle a perdu 50% de sa puissance. À court terme, elle pourra tirer avantage de la restitution du Sinaï, mais cela ne changera pas fondamentalement le rapport de force. En tant que corps centralisé, l’Égypte est déjà un cadavre, surtout si l’on tient compte de l’affrontement de plus en plus dur entre musulmans et chrétiens. Sa division en provinces géographiques distinctes doit être notre objectif politique pour les années 1990, sur le front occidental.
 
Une fois l’Égypte ainsi disloquée et privée de pouvoir central, des pays comme la Libye, le Soudan, et d’autres plus éloignés, connaîtront la même dissolution. La formation d’un État copte en Haute-Égypte, et celle de petites entités régionales de faible importance, est la clef d’un développement historique actuellement retardé par l’accord de paix, mais inéluctable à long terme.
 
En dépit des apparences, le front Ouest présente moins de problèmes que celui de l’Est. La partition du Liban en cinq provinces (…) préfigure ce qui se passera dans l’ensemble du monde arabe. L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux, doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces États.
 
Les structures ethniques de la Syrie l’exposent à un démantèlement qui pourrait aboutir à la création d’un État chiite le long de la côte, d’un État sunnite dans la région d’Alep, d’un autre à Damas, et d’une entité druze qui pourrait souhaiter constituer son propre État —peut-être sur notre Golan— en tout cas avec l’Houran et le Nord de la Jordanie. (…) Un tel État serait, à long terme, une garantie de paix et de sécurité pour la région. C’est un objectif qui est déjà à notre portée.
 
Riche en pétrole, et en proie à des luttes intestines, l’Irak est dans la ligne de mire israélienne. Sa dissolution serait, pour nous, plus importante que celle de la Syrie, car c’est lui qui représente, à court terme, la plus sérieuse menace pour Israël. Une guerre syro-irakienne favoriserait son effondrement de l’intérieur, avant qu’il ne soit en mesure de se lancer dans un conflit d’envergure contre nous. Toute forme de confrontations inter-arabe nous sera utile et hâtera l’heure de cet éclatement. (…) Il est possible que la guerre actuelle contre l’Iran précipite ce phénomène de polarisation.
 
La Péninsule arabique toute entière est vouée à une dissolution du même genre, sous des pressions internes. C’est le cas en particulier de l’Arabie saoudite : l’aggravation des conflits intérieurs et la chute du régime sont dans la logique de ses structures politiques actuelles.
 
La Jordanie est un objectif stratégique dans l’immédiat. À long terme, elle ne constituera plus une menace pour nous après sa dissolution, la fin du règne de Hussein, et le transfert du pouvoir aux mains de la majorité palestinienne.
 
C’est à quoi doit tendre la politique israélienne. Ce changement signifiera la solution du problème de la rive occidentale, à forte densité de population arabe.
 
L’émigration de ces Arabes à l’Est —dans des conditions pacifiques ou à la suite d’une guerre— et le gel de leur croissance économique et démographique, sont les garanties des transformations à venir. Nous devons tout faire pour hâter ce processus.
 
Il faut rejeter le plan d’autonomie, et tout autre qui impliquerait un compromis ou une participation des territoires, et ferait obstacle à la séparation des deux nations : conditions indispensables d’une véritable coexistence pacifique.
 
Les Arabes israéliens doivent comprendre qu’ils ne pourront avoir de patrie qu’en Jordanie (…) et ne connaîtront de sécurité qu’en reconnaissant la souveraineté juive entre la mer et le Jourdain. (…) Il n’est plus possible, en cette entrée dans l’ère nucléaire, d’accepter que les trois quarts de la population juive se trouve concentrée sur un littoral surpeuplé et naturellement exposé ; la dispersion de cette population est un impératif majeur de notre politique intérieure. La Judée, la Samarie, et la Galilée, sont les seules garanties de notre survie nationale. Si nous ne devenons pas majoritaires dans les régions montagneuses, nous risquons de connaître le sort des Croisés, qui ont perdu ce pays.
 
Rééquilibrer la région sur le plan démographique, stratégique et économique, doit être notre principale ambition ; ceci comporte le contrôle des ressources en eau de la région qui va de Beer Sheba à la Haute-Galilée et qui est pratiquement vide de juifs aujourd’hui. »
Références  : « This essay originally appeared in hebrew in KIVUNIM (Directions), A journal for Judaism and Zionism ; Issue N°14 – Winter, 5742, February 1982. Editor : Yoram Beck. Editorial Committee : Eli Eyal, Yoram Beck, Amnon Hadari, Yohanan Manor, Elieser Schweid. Published by the Department of Publicity/The World Zionist Organization, Jerusalem.

.
Derniers articles
sur ce site de réinformation :
 

 

 

Samedi 28 juin 2014

Irak - Chiites et sunnitesLa situation en Irak semble à peu près incompréhensible. Comment expliquer que des hordes de djihadistes, défaites en Syrie, déferlent soudainement en Irak et prennent d’importantes villes, et ce sans résistance apparente de l’armée régulière qu’on nous présente pourtant comme ayant un effectif considérable ! Et ces soldats kurdes qui surgissent de nulle part, et s’imposent dans le nord de l’Irak ? Et tout ça dans un pays ravagé par le chaos que les États-Unis ont largement contribué à répandre.

 

Les clés de compréhension ne sont pas disponibles dans nos médias. Pour essayer de comprendre, il faut certainement prendre en compte quelques considérations.

 

D’abord, le conflit au Proche-Orient (on serait tenté de dire les conflits mais en fait, le conflit clé est l’agression permanente d’Israël en Palestine, les autres en n’étant que la conséquence), le conflit donc, n’est pas un conflit de religion, mais un affrontement entre impérialisme et anti-impérialistes. Comment expliquer sinon que l’Iran, décrite comme une théocratie chiite par l’Empire, discute et s’allie avec la Russie, la Chine, le Venezuela, et même la Corée du Nord ? Il est clair que ce qui fonde l’alliance entre ces pays n’est pas une question religieuse, mais bel et bien une alliance anti-impérialiste. Il ne s’agit pas de nier l’importance de la religion en Iran, qui semble bien être le ciment national de sa cohésion sociale. Mais ce n’est pas du tout la ligne directrice de sa diplomatie ! Donc, quand on nous parle de guerre entre chiites et sunnites, il faut y voir la main de l’ennemi.

 

L’autre élément de compréhension de la situation en Irak est certainement l’idéal d’organisation sociale des États-Unis. Ces derniers favorisent des entités homogènes sur les plans ethnique et/ou religieux. C’est pour eux une question à la fois idéologique et pratique. Idéologique, parce que leur vision du monde est différentialiste (c’est-à-dire qu’ils voient le monde comme formé d’hommes différents par essence, là où les universalistes voient un monde peuplé de l’homme universel). Selon l’Oncle Sam donc, un sunnite est différent d’un chiite et, toujours selon lui, les deux religions ne peuvent coexister. Donc, chacun chez soi ! D’un point de vue pratique, de petites entités pseudo-étatiques sont bien plus faciles à manipuler et à dominer que de grands États, unifiés par un fort sentiment national comme l’était l’Irak avant l’agression étasunienne.

 

Un autre élément porte sur les djihadistes eux-mêmes. Il faut accepter de les voir comme une armée privée dans les mains étasuniennes ; financée par leurs vassaux saoudiens ou qataris, elle se bat là où l’Empire le lui demande. Cette armée, défaite en Syrie, était opportunément disponible pour agresser l’Irak.

 

On est donc en droit de supposer qu’un plan antérieur avait était imaginé et que ce plan vient d’être mis en œuvre. Il consiste en une partition de l’Irak en trois morceaux : une partie chiite au sud, une partie sunnite au centre et une partie kurde au nord. Bien sûr, le territoire kurde mord sérieusement sur le territoire turc. Mais les États-Unis ne sont pas réputés pour respecter leurs amis. Et soutenir l’Oncle Sam a toujours été aux risques et périls de ceux qui faisaient ce mauvais choix !

 

Le peuple irakien saura-t-il répondre à cette nouvelle agression destructrice ? C’est fort probable, l’expérience des méfaits étasuniens étant maintenant unanimement reconnue dans la région.


D.R. 

 

http://www.resistance-politique.fr/article-a-propos-de-la-situation-en-irak-124018913.htmlhttp://www.resistance-politique.fr/article-a-propos-de-la-situation-en-irak-124018913.html

 

.

..

La honte sioniste (livre libanais de 1972)

samedi 5 juillet 2014, par Dominique


Le livre de Lucien Cavro-Demars, La honte sioniste - Aux sources du sionisme et de ses ravages dans le monde est un de ces livres introuvables que la censure sioniste n’avait pas réussi à faire censurer lors de sa sortie en 1972, même si sa diffusion était restée assez confidentielle car aucune maison d’édition occidentale n’a accepté de le diffuser. Internet permet aujourd’hui de le diffuser à grande échelle.

 

 


L’auteur nous montre l’origine du sionisme, une conspiration judéo-maçonnique soutenue par des gens comme les Rotschild, puis plus tard par d’autres comme Roosevelt et Churchill, une conspiration des juifs achkénazim, d’origine khazare, ces Mongols blancs du centre de l’Europe convertis au judaïsme vers le VIII siècle, et dont les ancêtres ne sont donc absolument pas originaires de Palestine comme ils le prétendent aujourd’hui de façon absolument mensongère, une conspiration dirigée autant contre les Palestiniens de toutes confessions que contre les juifs séphardim d’origine méditerranéenne et contre tout le reste du monde libre, une conspiration que l’on retrouve à l’oeuvre dans tous les pays occidentaux et même dans la Russie de 1917.


Ce livre décrit aussi les réseaux d’influence du sionisme de la réforme à aujourd’hui. Le sionisme comme vecteur de division, comme anticatholicisme, comme idéologie de la réforme et des colonisations, comme vecteur de l’anticommunisme et de l’arabophobie, bref le sionisme comme ennemi de l’espèce humaine et vecteur de guerre mondiale, et même si Lucien Cavro-Demars n’emploie pas ce terme, le sionisme comme peste émotionnelle globale.


N’oubliez pas de le diffuser le plus largement possible.


PDF - 47 Mo
La honte sioniste
Téléchargez le livre au format pdf

Ce livre complète très bien le livre L’anticommunisme, profession des sionistes http://mai68.org/spip/spip.php?arti…

 

tout sur ce site,

VIVE LA RÉVOLUTION !


 

 

Voir aussi :

 

La Mossad avait prédit l'enlèvement des ados israéliens une semaine à l'avance

 

 

Mes tweets :

 

Un israélien ou un Juif adultes sont torturés, c'est une affaire d'Etat. Un enfant Palestinien est torturé par un Israëlien, silence meRdias !

 

Halimi torturé et tué, on a TOUT su. Le petit Palestinien torturé, brûlé et assassiné, on le présente juste comme "enlevé et tué" (raccourci)

.
A voir absolument :
.

Cette affaire qui ressemble à celle d'Ilan Halimi ne fait aucun bruit en effet.

Ce barbarisme sans nom qui est mis à l'écart par les médias montre bien qu'il y a des victimes plus victimes que d'autres, même si les fait sont similaires.

Que doit-on en conclure? Qu'il n'y a aucune communauté derrière pour dénoncer cette barbarie. Que son sang, son calvaire puis sa mort ne compte pas grand chose dans une société à plusieurs vitesses. C'est triste de faire ce constat, encore plus triste de penser que dans notre système les morts atroces sont triées, et que d'un côté il y a les bons morts, de l'autre les mauvais, donc ceux à oublier. 

Dans cette société folle, Tout les morts appartiennent un peu à chacun, au moins leur nom. Chistophe Rambour ne doit pas être tout à fait mort, c'est en prononçant son nom qu'il revit un peu.

J'imagine aussi les parents et ses amis qui sont dans un écrasant chagrin (je connais ça) et qui se rendent quand même compte qu'il y a deux poids deux mesures. 

Toutes les communautés devraient dénoncer ensemble cet acte ignoble, c'est par là que commence la compréhension de l'autre et la réconciliation.

Paix à toi Chistophe, que la terre te soit légère.

Paix à toi Christophe, que ton nom ne soit pas éphémère.

Paix à toi l'humain, toi mon presque frêre.

Paix à toi âme, repose en paix l'Être.

Commentaire n°1 posté par Fantôme-acrobatique aujourd'hui à 02h33
.
.
Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Politique française
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 20:19

 

CANNI

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL : LA RECETTE | Blida Eveil

 

La GPA au Parlement,

pour ou contre le Nouvel Ordre Mondial ?

Une séance houleuse au Parlement.

 

1) L'actualité, pourquoi cette séance ?

2) Le compte-rendu de la séance et l'analyse de C Dupille

Et bien sûr, la grenouille qui chauffe, qui chauffe...

 

 

L'actualité :

 

 

Le a soutenu vendredi les arrêts de la Cour européenne des droits de l'Homme contraignant la à reconnaître les enfants nés d'une mère porteuse à l'étranger, une position qui a suscité l'indignation à l'Assemblée de l' "pour qui les masques sont tombés".
A la reprise des débats vendredi sur la proposition de loi sur l'autorité parentale et l'intérêt de l'enfant, dont la discussion, entamée en mai, a déjà été suspendue à deux reprises devant l'obstruction de l'UMP, la secrétaire d'Etat à la Famille, Laurence Rossignol, a mis le feu aux poudres en affirmant que le gouvernement "ne contesterait pas" les arrêts rendus jeudi par la CEDH au nom de "l'intérêt supérieur de l'enfant".


Mme Rossignol a souligné que la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) ne remettait pas en cause l'interdiction en droit français du recours à la gestation pour autrui (GPA) à l'étranger, mais faisait prévaloir "l'intérêt des enfants sur le choix du mode de conception fait par les parents".
"Le gouvernement a toujours résolument défendu l'idée qu'il fallait distinguer le sort des enfants de celui du contrat illicite", a-t-elle plaidé.
"La Cour conforte cette position (...) et rend à la France sa souveraineté totale en matière d'ordre public", a-t-elle estimé, en rappelant que "plusieurs dispositions pénales permettent de poursuivre ceux qui favorisent le recours à la GPA à l'étranger".
Tout en se gardant de se prononcer sur le choix des autorités françaises d'interdire la GPA, les juges de Strasbourg ont estimé que le refus de la France de transcrire des actes de filiation réalisés aux Etats-Unis à la suite de naissances par mère porteuse portait atteinte à "l'identité" des enfants.
La CEDH était saisie par deux couples: les époux Mennesson, parents de jumelles nées en Californie le 25 octobre 2000 d'une mère porteuse américaine, et ceux d'une autre fillette née en octobre 2001 dans le Minnesota, également par mère porteuse.
"Il est dans l'intérêt de ces enfants d'avoir une sécurité juridique, qu'ils soient dotés d'une filiation biologique et d'une nationalité", a dit Mme Rossignol.

- "Reconnaissance des mères porteuses" pour l'UMP -

Cette déclaration gouvernementale a suscité l'indignation des députés UMP présents, de la frange la plus conservatrice.
"Les masques sont tombés, c'est une reconnaissance explicite des mères porteuses. Les riches pourront se payer un enfant autour de 150.000 euros en Inde et aux Etats-Unis", s'est écrié le député UMP de la Manche Philippe Gosselin.
"Pour qu'il y ait une égalité entre tous les Français, il faudra autoriser la GPA en France. C'est votre objectif!", a renchéri celui du Pas-de-Calais, Daniel Fasquelle.
Plusieurs députés ont mis en cause la légitimité de la CEDH, émanation du conseil de l'Europe, et ont dénoncé, comme Nicolas Dhuicq, "une atteinte à la souveraineté".
"J'imaginais que vous seriez venus avec un peu plus d'humilité, c'est pas glorieux d'être condamné par la CEDH", leur a répondu le socialiste Erwann Binet. "Dites-nous ce que vous dites aux deux jumelles qui ont 14 ans à qui on refuse un lien avec leur père, des papiers d'identité", a-t-il lancé, soutenu par l'écologiste Véronique Massonneau, qui a dénoncé des "propos populistes".
Centrée sur les conséquences de séparations de couples pour les enfants, la proposition de loi sur l'autorité parentale prévoit notamment la création d'un mandat d'éducation quotidienne pour les beaux-parents pour la durée de la vie commune, moyennant l'accord des deux parents.
Elle fait l'objet d'une bataille farouche de l'UMP qui a déjà réussi à deux reprises à empêcher la fin de l'examen du texte dans les délais prévus.
Pour que la proposition de loi puisse être bien votée ce vendredi, la présidente de séance, la socialiste Sandrine Mazetier, interrompait systématiquement, suscitant leur colère, les orateurs UMP au terme de leurs deux minutes de droit de parole sur chaque amendement. Il restait environ 120 amendements à examiner en fin de matinée.
Les orateurs de l'UMP ont aussi mis en cause le calendrier de discussion (..°


La suite ici,


GPA à l'étranger: le gouvernement soutient la CEDH, fureur de l'UMP


 

GR 15

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL : LA RECETTE | Blida Eveil

 

 

Au Parlement, séance du 27.6.2014 (sur LCP),

la GPA en discussion.

Le Nouvel Ordre Mondial avance...

Par Chantal Dupille


 

Allez, je résume : Le Gouvernement soutient tout ce qui conduit à la GPA, pas après pas. La séance au Parlement du 27 juin 2014, c'est une reconnaissance explicite des mères porteuses en France.

 

Voici ce qui s'est dit ce vendredi après-midi. Séance houleuse,  l'Opposition est en colère !

 

Le député Gosselin : "Quelle hypocrisie ! Allez à l'étranger faire votre GPA, hein, on ferme les yeux quand vous revenez ! (..)  On choisit le tourisme productif, c'est le moins disant éthique, c'est une discrimination fondée sur l'argent : Allez aux Etats-Unis, en Inde, si vous avez 150.000 € pour vous payer un enfant, c'est OK ! C'est la GPA pour les riches, un esclavage, une forme de marchandisation ; une classe internationale de tous puissants sera favorisée, en organisant une fraude à grande échelle !"

 

Les Députés fulminent : "On utilise du matériel artificiel pour la gestaton, des couveuses artificielles, voilà ce que la GPA prépare, UN AUTRE MONDE, l'actuel est réorganisé, dans un sens toujours plus technique, la TECHNIQUE contre la nature biologique, des êtres tous puissants, omnipotents, omniscients".  "Il n'y a que des avis défavorables!" "Insidieusement, vous faites rentrer l'Etat dans la vie privée des citoyens". Quel asservissement, en fin de compte !

 

Et c'est ainsi que l'Opposition tente d'obtenir le vote d'amendements, de sages amendements pour freiner la mise en place d'un monde fou...

 

L'Opposition tente de convaincre : "Le Gouvernement va de "petite avancée en petite avancée", jusqu'à ce qu'il arrive au but décrété, mais par des moyens détournés. Et le but, c'est la GPA en France, après l'avoir autorisée à l'étranger ! Et en enfermant un enfant dans une double filiation, ou dans plusieurs."

 

Nous y voici : La politique des petits pas, encore et toujours, sans bruit, sans publicité, dans la discrétion la plus totale à l'image d'un Israël qui intervient partout mais sans que personne n'en parle... Les "digues" sautent les unes après les autres ! On contourne, et un jour la GPA aura force de loi en France. Pour le moment, la gestation pour autrui est interdite dans notre pays ; Mais les digues tomberont d'autant mieux, que l'UE se mêle de tout, qu'elle s'arroge des Droits sur tous les Etats, même dans les domaines les plus intimes... C'est une atteinte à la souveraineté des pays, et à la liberté des familles, des individus ! Les prérogatives des parents sautent, et les enfants sont au coeur du dispositif. L'Etat ne doit pas légiférer dans les domaines les plus intimes, la loi ne peut décider de tout, et le pouvoir du Juge sera excessif alors que le statut du parent sera affaibli.

 

L'Opposition revient à la charge : "Intervention d'un "tiers" dans l'exercice de l'autorité parentale. L'autorité parentale n'appartiendra plus aux parents, mais à des intermédiaires. Toute la culture française sera détruite". En particulier, les députés Reiss et Mariton  interpellent sur le champ du "tiers". Quelle définition ? Qui sera-t-il ? Combien y en aura-t-il  pour décider ? Jusqu'où cela pourra-t-il aller ? Et puis, il faudra tenir compte des recompositions successives des couples.  En fait, le terme de "tiers" est flou, c'est une expression générique ambigue ! Les intérêts de l'enfant ne seront pas protégés. Et pourquoi refuser l'expression "d'intérêts supérieurs de l'enfant qui doivent primer" ? Les mots proposés à la place sont vagues, ambigus. De surcroît, la multiplicité des intervenants multiplie les occasions de conflits parents-enfants. Et là encore, ce sont les enfants qui en pâtiront ! Or l'intérêt de l'enfant doit être le seul critère, pas une idéologie fumeuse surtout d'essence totalitaire. Et sur tout cela, bien sûr, silence sur les chaines de télévision, rien au 20 h ! Le NWO avance silencieusement...

 

Pasquelle, Député du Pas-de-Calais, Dhuicq Député de l' Aube, se relaient au micro : "Quelle double hypocrisie ! On n'en attendait pas moins de ce gouvernement !". Ca chauffe ! "On déresponsabilise les adultes, on les maintient dans l'immaturité, on éduque à la parentalité au détriment de l'inventivité sans limite de l'homme... Celle-ci est niée, remplacée par un "sur-moi GLOBAL", c'est très angoissant, bref on nie la famille, l'enfant, l'homme DIFFERENTS, on favorise un individu NEUTRE, sans genre, sans qualités... On va vers des enfants totalement EGAUX ! Et les parents doivent passer devant un Magistrat pour fonctionner, comme s'ils étaient immatures ! Il n'y a plus d'autorité parentale, si elle est partagée avec des tiers... La seule finalité, là aussi, doit être l'intérêt de l'enfant ! Mais curieusement, le Gouvernement s'obstine à refuser de prévoir dans la Loi les mots "intérêts supérieurs de l'enfant".  Je m'interroge : Craint-il de ne pouvoir les bafouer au nom de théories fumeuses ?

 

Le débat s'amplifie, UE et Etats-Unis sont mis en cause : "Au lieu d'écouter les gens, on laisse l'UE agir, sans liens avec les citoyens". Des Députés UMP vont jusqu'à fustiger la soumission à la politique américaine "dont on voit les conséquences dans tous les domaines, jusque dans la culture, jusqu'en matière d'éthique". Ils dénoncent le niveau de capitulation, l'hypocrisie actuelle et le désir de toute puissance, la prétention à TOUT gérer. En déplorant même  que "le génome humain sera la dernière marchandise que le capitalisme aura réussi à commercialiser !" Et au-delà, ces Députés clairvoyants fustigent la "fascination du Gouvernement pour la TECHNIQUE, sans la moindre ethnique". Cette dérive est évidemment dangereuse, et l'Opposition démontre la duplicité du Gouvernement qui dénonce le dumping et le moins disant mais pas pour les sujets sociétaux, "au risque du moins-disant ETHIQUE. L'intérêt de l'enfant ne peut passer par la marchandisation du corps, les utérus, les ventres monnayés. On ne peut substituer la FAMILLE SOCIALE à la famille naturelle dont on défend les valeurs". 

 

Asurément, l'Opposition gêne. On lui coupe la parole en pleine intervention, au milieu d'une phrase, elle ne peut terminer son propos. Le Gouvernement a clairement la volonté d'expédier ce texte, les Députés ont d'ailleurs été convoqués à la dernière minute, on les bouscule comme si le texte devait passer en force, bref il est impossible de travailler dans de bonnes conditions. Certes, c'est la règle du 2 mn que la Présidente de séance a demandée, "mais on peut le faire autrement, en respectant" l'intervenant. 

 

Les Français ont choisi Hollande pour faire du social, ne plus donner la priorité aux nantis, et son "socialisme" sest mué en "sociétal" fou, menant directement au NWO ! Et la méthode, la forme comme le fond, le contenu, préfigurent une France totalitaire - le Nouvel Ordre Mondial cher à l'Occident se met insidieusement en place.

 

Même "la généalogie est détricotée, le SANG est nié", oui cela va jusque là ! L'Opposition a beau jeu de rejeter les positions maximalistes du Gouvernement, que dans son ensemble la société française refuse. Le député Philippe Gosselin lance alors avec force : "Ce mépris de l'Opinion, vous le prendrez à la figure. Et vous le verrez rapidement" !

 

 

Sur le Figaro,

Du mariage pour tous à la GPA : comment on érige l'exception en ... 

Le Figaro-il y a 4 heures
L'article 5 sexies A du projet de loi pour l'égalité réelle entre les femmes et ... 726-14) et le détournement (selon les termes mêmes du Conseil ...

Du mariage pour tous à la GPA : comment on érige l'exception en règle généraleFIGAROVOX/ANALYSE - Pour la juriste Clotilde Brunetti-Pons, les réformes sociétales en cours dessinent une nouvelle conception du droit qui nie le réel pour consacrer les désirs individuels, au nom d'une conception absolue de l'égalité.

Clotilde Brunetti-Pons est maître de conférences à l'Université de Reims, responsable du Centre de recherche sur le couple et l'enfant

 

Les réformes sociétales récentes ont été réalisées au nom de l'égalité, sans réflexion de fond, sans étude

Dans le domaine du droit de la famille, le leitmotiv professé est que la démocratie imposerait de consacrer en droit des situations de fait particulières

d'impact sérieuse et au mépris des modèles et principes directeurs qui structurent notre société pour le bien de tous. Dans le domaine du droit de la famille, le leitmotiv professé est que la démocratie imposerait de consacrer en droit des situations de fait particulières. Cette conception idéologique puise son ancrage dans une philosophie qui conduit peu à peu à une déstructuration en profondeur de notre système de droit, non seulement en occultant le rôle de la norme mais aussi avec de graves conséquences pour le vivre ensemble et la protection des plus faibles.

Au lieu d'offrir quelques principes directeurs éprouvés il faudrait que la règle de droit satisfasse chaque désir individuel, par hypothèse sans tenir compte en l'occurrence des conséquences sur autrui de la nouvelle norme ainsi consacrée. Les discours de morale diffusés à l'appui d'un tel discours sont omniprésents, instrumentalisant -et donc fragilisant- au passage les notions fondamentales sur lesquelles repose notre République; par exemple, tous les désirs devraient être satisfaits sans que le principe de responsabilité, à la base de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789, ne vienne les tempérer pour tenir compte des autres.

Ces évolutions sont fondées sur une conception de l'égalité à la fois abstraite et absolue alors que l'égalité est par définition toujours relative (égalité de droits) pour éviter la négation du sujet, certes envisageable pour des choses mais pas pour des personnes. Le résultat de tels excès est aujourd'hui palpable: l'effacement de l'homme, la fragilisation de l'être humain et la diabolisation de la femme.

Tout d'abord, l'homme bon et raisonnable est effacé à la fois des textes et des raisonnements mis en œuvre. L'article 5 sexies A du projet de loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, votée par l'Assemblée Nationale le 26 juin 2014, supprime le modèle du bon père de famille des différents codes. Il y substitue les mots: «de manière prudente et diligente». Désormais le mot homme ne serait utilisé dans les textes qu'au sens d'être humain («mort d'homme», «fait de l'homme», «main de l'homme»). En revanche, le mot femme reste présent, et c'est heureux, pour des motifs de protection: violences faites aux femmes (C ; pén. art. R 131-18 et R 131-13); travail des femmes (C. pén. art. 131-23); mères porteuses (C. pén. art. 227-12); accouchement sous le secret (C. civ. art. 57). Ainsi, l'image que notre société offre aujourd'hui de l'homme est à la fois celle de l'absence ou de la violence, ce qui ne correspond pas à la réalité dans la très grande majorité des cas.

La fragilisation de l'être humain se trouve corrélativement réalisée en droit de la famille par la remise en cause du «noyau dur de la raison», selon l'expression de Pierre Legendre: la distinction de l'homme et de la femme.

La fragilisation de l'être humain se trouve corrélativement réalisée en droit de la famille par la remise en cause du «noyau dur de la raison», selon l'expression de Pierre Legendre: la distinction de l'homme et de la femme. S'y trouve associée un brouillage de l'identité sexuée de garçon et de fille par le biais de ce que l'on appelle gender, ce dernier mot étant utilisé pour dissocier les théories qui en découlent des études liées au genre (féminin-masculin). La loi du 17 mai 2013 ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de personnes de même sexe a opéré en l'occurrence une rupture profonde sur laquelle il est urgent de revenir. Contrairement à ce qui a été dit, il ne s'agissait pas de refuser d'ouvrir l'institution qui symbolise l'amour durable à des personnes de même sexe qui vivent en couple, il était question, beaucoup plus profondément, de continuer ou non à ancrer le mariage et la filiation qui en découle dans l'union de l'homme et de la femme. Or, seuls l'homme et la femme peuvent procréer ensemble. Il s'agit d'une singularité constitutive de la règle de droit. Il en résulte que la loi précitée n'a de cohérence que si la filiation devient sociale et ne renvoie plus à la réalité de l'homme et de la femme qui procréent ensemble; mais alors il s'agit de construire dans l'abstrait un monde «meilleur» à la Huxley. Dans l'intérêt de qui? Certainement pas de l'enfant d'ores et déjà chosifié à outrance (cf par exemple le commerce d'enfants adoptés aux Etats-Unis). La loi du 17 mai 2013 porte en germe cette logique archaïque plaçant l'enfant dans le commerce. Cela explique que des femmes (manifeste des 343 fraudeuses) se croient désormais autorisées à réclamer ce qu'elles considèrent comme un dû alors même que l'enfant n'est pas une chose que l'on peut délibérément priver de père sans que le droit ne doive en tirer des conséquences. Autrement dit, la loi du 17 mai 2013 annonce, voire introduit (selon les jurisprudences contradictoires rendues) l'ouverture de la PMA pour les couples de femmes et, s'agissant des couples d'hommes, de la GPA, alors même que le droit a précisément pour rôle de tenir compte de tous les protagonistes de l'histoire, et donc aussi de l'enfant.

En l'état actuel du droit, les conséquences juridiques de la loi du 17 mai 2013 posent problème. Par exemple, dans le cas d'une adoption par la compagne de la mère après PMA à l'étranger, la fraude à la loi française (interdiction des PMA de convenance, C. pén. art. 726-14) et le détournement (selon les termes mêmes du Conseil constitutionnel) corrélatif de la loi du 17 mai 2013 qui en résulte peuvent être remis en cause sur action du ministère public et aussi, de nombreuses années plus tard, par l'enfant devenu majeur. L'hypothèse n'a rien de saugrenu: le mariage réduit sensiblement la vocation successorale de l'enfant au profit de la compagne de la mère. Quelle violence à l'égard de celle qui aura cru qu'était valable cette opération juridique associant mariage et adoption entre deux personnes de même sexe! C'est notamment en cela que le droit se montre cruel depuis le 17 mai 2013: il porte à croire que l'on peut se passer de la réalité lorsque la réalité ne peut être gommée et rejaillira toujours un jour ou l'autre, sans compter que l'enfant ne peut se construire que sur la réalité et non sur une suite de dénis.

C'est notamment en cela que le droit se montre cruel depuis le 17 mai 2013: il porte à croire que l'on peut se passer de la réalité lorsque la réalité ne peut être gommée et rejaillira toujours un jour ou l'autre

Quant à la gestation pour autrui, les deux arrêts rendus par la Cour européenne des droits de l'homme le 26 juin 2014 contribuent à ouvrir plus encore la boîte de Pandore au nom d'un intérêt supérieur de l'enfant appréhendé exclusivement sous l'angle de son identité dans la société française et non, ce qui devrait être le cas, non seulement du lien primal de ce dernier à la mère (celle qui l'aura porté pendant neuf mois) dont on l'aura privé, mais aussi de la chosification dont il fait alors l'objet. Certes ces décisions ne remettent pas directement en cause la règle d'interdiction des conventions de mère porteuse sur le territoire français et les sanctions pénales qui l'accompagnent, mais elles les fragilisent. En outre, la Cour EDH raisonne en l'occurrence sans se pencher sur la situation de ces femmes dont la maternité se trouve niée contre rémunération ou «indemnisation». La femme devrait-elle être désormais considérée juridiquement comme un animal?...

A force de vouloir satisfaire les désirs (ou fantasmes) de chacun le droit se meurt en contorsions qui appellent les conflits, les abus et les drames au lieu de les prévenir

De tels excès nuisent aux femmes. L'importance du contexte mondial ne peut être purement et simplement ignorée: ce qui s'observe chez nous produit des conséquences jusqu'à l'autre bout de la planète. Or, à raison même de ce qui s'affiche dans les pays occidentaux les femmes sont aujourd'hui de plus en plus fréquemment et violemment diabolisées, ou bien exploitées dans le cas notamment des mères porteuses. Chez nous aussi: il suffit, pour en prendre toute la mesure, de constater non seulement le développement préoccupant d'un déni des violences domestiques lorsque celles-ci sont réelles, mais aussi avec quelle virulence le lien primal à la mère est aujourd'hui contesté, et encore le succès d'un soit disant syndrome d'aliénation parentale sans aucun fondement scientifique. Le point commun de ces évolutions réside dans l'existence d'un déni de la réalité. Or, le droit n'a pas le pouvoir de gommer le réel. Certes il peut construire, mais en tenant compte de ce qui est. A défaut les dommages sont considérables. Le Droit ne doit pas oublier qu'il a le devoir de rester humble et respectueux de l'humain, donc du réel.

La réification du corps des femmes (spécialement par le développement de conventions de mères porteuse que l'on cherche à faire passer pour généreuses dans le discours «bien-pensant» à la mode qui conduit à tout inverser dans un but mercantile) et la banalisation de l'affichage d'images dégradantes de celles-ci aggrave le processus analysé. A force de vouloir satisfaire les désirs (ou fantasmes) de chacun le droit se meurt en contorsions qui appellent les conflits, les abus et les drames au lieu de les prévenir. A qui cela profite-t-il? Ni à l'enfant, ni à la femme, ni à l'homme. Alors à qui?

 

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/06/27/31003-20140627ARTFIG00341-du-mariage-pour-tous-a-la-gpa-comment-on-erige-l-exception-en-regle-generale.php

 

 

Ce que je retiens de cette séance houleuse :


 

Nous avons assisté à un simulacre de démocratie, seule la forme en est préservée ; les séances parlementaires sont finalement inutiles, c'est de la simple gesticulation, car les amendements proposés par l'Opposition, aussi sages, aussi pertinents soient-ils, sont repoussés, niés. Un spectacle inutile, en somme ! Chaque bloc campe sur ses positions. Et celles du Gouvernement, passant du social au sociétal, sont outrancières, caricaturales, et surtout très dangereuses : Car elles mènent directement au Nouvel Ordre Mondial qui sur ce plan, doit être dénommé "Nouvel Ordre Sexuel", ainsi qu'on le voyait il y a peu encore sur le fameux ABCD de l'égalité garçons-filles (comme s'ils pouvaient être égaux, alprs qu'ils sont différents et complémetaires).

 

La boîte de Pandore est ouverte. On passera de la "tolérance" de la GPA à l'étranger (au risque de reprocher aux socialistes de défendre les plus nantis capables de louer un ventre pour 150.000 €), à l'imposition de la GPA en France, au nom de l'égalité, pour ne "pas pénaliser les plus pauvres". Puis à la PMA, au coeur du Nouvel Ordre Sexuel conduisant au "genre neutre" cher au Nouvel Observateur qui cette semaine encore, loue "l'homme-femme"(boycottez ce dangereux canard qui a visé le public de Gauche, pour ensuite le prendre au piège du NWO. Il est aussi traître que François Hollande ! De surcroit, il plaide pour Valls).

 

Je rappelle une constante de la politique : Pour faire admettre l'intolérable, les projets fous du NWO, les Gouvernements ont deux armes

 

- La Presse vendue, la Télévision aux ordres. Ainsi, encore hier soir le sayan Pujadas, "Laisse d'Or du journaliste le plus servile", plaidait pour le code-barres qui mènera à la puce RFID scellant ensuite l'esclavage monstrueux de l'humanité.

- L'hypocrisie. Le but de la politique est masqué : Ainsi, le Gouvernement imposera la GPA, en passant de l'Etranger à la France, pour des raisons "d'égalité". C'est la politique des petits pas, furtifs, insidieux, sournois, menant au désastre final pour les peuples ! Et une politique d'autant plus menaçante, qu'elle sera imposée au moyen d'amendements, de pratiques sur le terrain conduisant au fait accompli (comme pour la réforme des territoires), de contournements et au besoin, de décrets du Prince (Hollande ou Valls). La dictature ? Chut, elle est là. Masquée elle aussi, dissimulée sous le trop fameux vernis "démocratique" :  Pour tout imposer,  la faconde hypocrite, traître, de Hollande, ou les muscles impitoyables de Valls, feront merveille. Pour notre malheur !

 

Le NWO avance... et plus vite qu'on ne l'imagine ! La génération suivante ne pourra plus s'y opposer, il sera trop tard ; Les carottes seront cuites - ou la grenouille (1), nous !

 

Chantal Dupille (dite eva R-sistons)

 

Tags: Nouvel Ordre Mondial, GPA, PMA, Philippe Gosselin, Hollande, Valls, puce RFID, Hervé Mariton, dictature, grenouille, médias, Genre, technique

 

 

Voir aussi :
Les conséquences vertigineuses de l'arrêt de la CEDH sur la GPA

 

Mes posts :

Alerte ! L'école du Nouvel Ordre Mondial est en route. Elle est intolérable !
Gender à l'école. On vous ment! Ce n'est pas une rumeur,mais une réalité (

Alerte,nos enfants sont en danger ! Crèche et école de demain via le NWO
Le meilleur des mondes unisexe. Comment les médias nous y préparent

Le Nouvel Ordre Sexuel. Aspects du NWO. La société du futur, transhumaniste ?

L'Oligarchie déclare la guerre à l'humanité.Quels sont ses plans? Jesse Ventura. NWO

 


A quelle sauce le Nouvel Ordre Mondial va nous bouffer ? (en images)

 

GR 20

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL : LA RECETTE | Blida Eveil

 

.

 

Que se passe-t-il en Ukraine ?

Que penser de la situation ?

http://reseauinternational.net/ukraine-tournant/

 

...

Le FN tel qu’en lui-même.

 

ravier_tract.jpg?itok=9H48IR3V

 

La politique de façade d’un Maire au service de tous ses administrés n’aura duré que l’espace de quelques semaines. Le Conseil d’Arrondissements du 25 juin l’aura vu déployer la logique politique qu’on pouvait craindre, sectaire et xénophobe, et socialement orientée contre la partie la plus défavorisée de notre secteur.


Par ses abstentions ou votes négatifs, le groupe FN a ainsi systématiquement rejeté toutes les délibérations permettant des rénovations dans nos Cités et nos Quartiers (que ceci concerne le bâti lui-même ou des équipements), toute construction de logement social quels que soient les cas. Il s’est de même opposé à des financements d’associations à de multiples reprises au seul motif de leur intitulé, lequel sonnait sans doute mal à ses oreilles sectaires.


Il a ainsi symboliquement voté contre le soutien à des actions de collaboration purement culturelles avec la Tunisie, au seul motif qu’il s’agissait en l’occurrence d’un pays du Maghreb. Même des structures agissant en urgence humanitaire absolue ont rencontré son opposition au motif qu’elles s’occupaient aussi d’étrangers. Stéphane Ravier en a profité pour fixer l’horizon de 2017, où espère t-il le FN sera en mesure d’imposer les dispositions xénophobes de la « préférence nationale », actuellement anticonstitutionnelle et contraire aux engagements internationaux de la France. En quoi de plus, ça concernerait notre secteur, où la grande majorité de ce que les racistes voient comme « des étrangers » est en fait titulaire de la nationalité française, voilà une question qui ne semble pas le troubler.


Enfin il a refusé de voter en faveur d’une dotation aux Centres Sociaux (dont tout le monde connaît le travail indispensable qu’ils effectuent dans notre secteur au plus près des populations et de ses jeunes en particulier) au motif explicite que leur Fédération s’était prononcée contre les dangers de l’extrême droite. La menace a été ainsi clairement brandie, comme en d’autres Mairies FN du pays : on est aux ordres ou on dégage. Une conception très particulière de la démocratie qui est pourtant toujours au final le droit au désaccord. Mais pas pour le FN, désormais clairement orienté contre ces droits élémentaires comme, pour des raisons purement idéologiques et communautaires, ,contre la partie la plus en difficulté de nos arrondissements.

 

Marion Honde et Samy Johsua, élus Front de Gauche.

Article

1984 de ORWELL

1984 de ORWELL
Livre prémonitoire

 

 

LE PRIX DE LA DEMOCRATIE


dc3a9mocratie1.jpg
C'est le prix de la démocratie et vous devez l’accepter !

N'avez vous jamais entendu ce genre de déclaration de la part de nos très chers politiques ?
Sûrement !

Mais quel est la signification de cette belle phrase ?

Eh bien qu'il faut financer les partis politiques, financer les élections, également les micros partis, les congrès, les repas, les débats, les prostituées, les partouzes, les trafics d'armes, les voyages...
Pour qu'enfin nous puissions vivre dans ce modèle de liberté qu'est la démocratie !
Pour que nous puissions avoir à la tête de nos institutions, des minables, des lâches, des incompétents et des crétins.. Ah quel bonheur..

Certains doivent penser que j'exagère, que j'emploie des raccourcis, que ma colère m'emporte.. Que nenni !
Car le pire reste à venir.. Ils ont raison !

Savez vous que s'ils occupent ces postes, s'ils se pavanent dans les médias, s'ils nous volent notre argent, c'est grâce à nous..
Oui nous tous et nous toutes !

Nous les dindons, les moutons, les truffes, les moins que rien qui cavalons tous les matins au boulot et revenons avec notre salaire de misère alors qu'ils sont payés 10 fois plus que nous pour ne trouver aucune solution et faire semblant de se chamailler les uns les autres !

Savez vous que c'est avec votre assentiment qu'ils se foutent de vous ?
Savez vous que nous leur donnons le droit de nous maltraiter et de nous déposséder ?
Mais il y a pire encore !

Savez vous que parmi vous, il y en a qui pensent que c'est normal de se battre pour conserver cette démocratie ?
Par exemple, nos valeureux soldats toujours prêts à attaquer les pays les plus faibles et à massacrer femmes, enfants, vieillards et tout ce qui peut bouger pour sauver cette fameuse démocratie !

Savez vous que notre belle police, ne comprenant pas qu'elle fait partie du peuple, est prête à matraquer le premier ouvrier qui manifeste en dehors des créneaux horaires définis par les syndicats !
Elle pourrait taper sur la gueule du premier venu qui n'est pas en accord avec la politique d'égalité et de liberté définie par le gouvernement.
Voilà le drame !

Nous sommes trop bêtes pour réagir et en définitive, nous méritons ce que nous vivons.

Après tout, ce n'est pas si mal ! On nous explique comment élever nos enfants grâce aux programmes de télé réalité, on nous vend ce que nous devons manger pour grossir en harmonie et si c'est vraiment cela devient un problème, un programme télévisé vous expliquera comment accepter d'être malade, inculte, stupide mais … heureux !

Vous voulez vous marier eh bien devenez agriculteur ou agricultrice et les médias vous trouveront un compagnon ou une compagne en un temps record !
Par contre, et pour votre bien, ne cherchez pas à comprendre . Répétez matin et soir démocratie, démocratie et vous serez heureux..

Si nous en sommes là, c'est grâce à nous et rien d'autre..

Dernier petit cadeau de notre gentil système, l'équipe de France de foot à grand coup de pied dans une baballe transforme ce pays en paradis..

Quel cadeau tout de même d'avoir la chance d 'assister à le chute d'une société en direct live !
C'est fascinant !
Abbas

.

DIVISER POUR MIEUX REGNER

La fameuse stratégie “Diviser pour mieux régner” vise à semer la discorde et à opposer les éléments d'un tout pour les affaiblir et à user de son pouvoir pour les influencer.

 

.
Suite de cette publication sur mon blog coup de coeur,
car j'ai eu un immense coup de coeur pour cet article sur la démocratie
ET pour le suivant...
.

RESISTANCE

 

 

 

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 01:15

 

 

Chantal Dupille et trois ex membres de gangs de rues,

  le héros de son roman est avec le polo blanc

 

gangs-membres-dont-mikael-livre-eva002-1.jpg

 

Mon premier roman, je vous l'offre !
Ouvrage né d'une rencontre fortuite
avec un ex jeune membre de gangs de rues de New-York

 

 

Sommaire de ce post

 

Le premier roman de Chantal Dupille,

présentation, extraits, vidéo, liens

 

Guerre mondiale bientôt, ou pas ?

Article de Chantal Dupille

suivi de celui du site mondialisation.ca

 

 

Reportage sur un journal, mars 1986

photos de membres de gangs que j'ai côtoyés,

à droite j'interviewe Nicky Cruz le héros de "La Croix et le Poignard",

chef d'un des gangs les plus réputés de New York devenu Pasteur

 

Gangs-J-liberee-bas-coupe.jpg

 

Avant-Propos du Livre

Cet ouvrage a vu le jour voici quelques années, juste une maquette destinée à la mise en place d'une Maison d'Édition de livres engagés. D'autres sujets devaient suivre, dont un sur les gangs de rues américains mais cette fois sous forme de reportage, et mon autobiographie que Fayard voulait éditer lorsque j'avais trente ans. Finalement, le projet d'Édition était trop lourd pour moi, et mon roman sur les gangs n'a pas du tout été commercialisé.

L'actualité incertaine (bruits de guerre...) m'a donné envie de reprendre rapidement la publication, pour que cette histoire basée sur des faits authentiques puisse voir enfin le jour - mais avec un titre différent (d'ailleurs celui que j'avais prévu au départ), et sans illustration.

Dans l'urgence, j'ai décidé de l'auto-éditer, mais un Éditeur européen à diffusion internationale s'est intéressé à mes écrits et a voulu publier ce roman. Il m'a envoyé le contrat stipulant 12% de droits pour moi, mais aucun exemplaire d'auteur, ce qui était inacceptable car j'ai l'habitude d'offrir, de partager... Acheter mon ouvrage pour l'offrir ? Impossible, je ne pouvais le concevoir. Donc j'ai proposé de renoncer à une partie de mes droits d'auteur en échange de quelques exemplaires, puis de renoncer à tous mes droits en échange d'une vingtaine de livres. Voici les courriers reçus à la suite de mes deux offres :

" J'ai longuement discuté avec la direction pour votre demande et nous ne pourrons malheureusement pas faire d'exception par rapport aux copies gratuites. Pour des raisons de "fair play" envers nos autres auteurs, nous ne pouvons changer les conditions existantes.
   J'espère pouvoir compter sur votre compréhension sur ce sujet et je tiens également à vous dire que je reste à votre disposition si vous souhaitez poursuivre l'aventure avec nous ".

" Après une nouvelle tentative du côté des responsables, il en ressort que nous ne pouvons toujours pas accepter l'offre que vous nous faites. Je suis vraiment désolée que cette collaboration ne puisse aller de l'avant. Votre ouvrage nous avait bien plu !
   Malheureusement, les conditions ne peuvent être changées. J'espère que vous pourrez aller de l'avant avec la publication de votre livre en auto-édition.
Tout de même, si vous changez d'avis, nous serons très certainement ravis de poursuivre cette aventure avec vous. N'hésitez pas à me contacter à cet effet ".
.
L'argent ne m'intéresse pas, mais le partage, oui. Donc, je poursuis l'"aventure" seule. Pas tout-à-fait d'ailleurs, avec l'aide d'un Lecteur ami sur le plan technique et la diffusion, préférant comme moi la société de la gratuité à celle du profit.

La version pdf du livre est gratuite, la version imprimée est à prix coûtant. Bref, j'aurai mes exemplaires d'auteur, et le prix de vente du livre ne sera pas un obstacle pour les Lecteurs et les Lectrices potentiels...

Bonne lecture, fraternellement,

Chantal Dupille

Couverture de la maquette de départ,
photo d'un des Ching-A-Ling (gang à motos)
qui m'a reçue dans le repaire du gang
rival des Hells'Angels, à NY
Titre envisagé : Du gang... à la Vie !
Ce roman n'a pas été publié,
il est resté dans le tiroir, lu par personne,
le projet de mise en place de Maison d'Edition
avec ce livre pour commencer, n'ayant pas abouti.
Depuis, l'ouvrage a été largement remanié
et il a été publié sous le titre
"Et l'espérance jaillit du gang".

 

gangs-couverture-1.jpg

 

 

Ce roman est basé sur des faits authentiques,

c'est l'histoire d'un gang de rues dont tous les membres sont morts

les uns après les autres.

Le héros, Miguel, s'est converti la veille

de l'extermination de son gang.

Le rencontrer était un cadeau pour un écrivain !

A travers ce personnage, c'est l'histoire dramatique d'un gang,

et la "résurrection" du héros à la fin, à 16 ans.

Dans la vie, il sera envoyé en Inde comme missionnaire,

moi je l'envoie dans son gang ennemi... Fin imaginée, donc !

Chaque événement, chaque mort de gang

est basé sur des faits authentiques,

romancés, mais en général à partir

de documents d'archives de la Police US.

Pour pénétrer dans les gangs,

je me suis installée notamment au coeur du Bronx,

pendant deux bons mois,

et j'ai reçu l'aide de la Police américaine

(patrouillant avec les Cops),

ainsi que celle de missionnaires évangéliques.

Merci à eux !

Chantal ève Dupille


 

Couverture de l'édition brochée


 

Gang-livre-pour-Lullu-couverture-prete.jpg

 

 

Pdf gratuit :

http://ahp.li/ba9dc639e94111dee1e2.pdf

(3 mois, clos fin septembre)

 

 

 

 

Maquette de la 1e page de l'édition actuelle, version pdf

gang-couverture-TB-avec-bulles-copie-1.jpg

 

 

 

Avertissement

Cet ouvrage n'est pas pour tout public.

Il comporte des passages très violents,

pour rester fidèle à la réalité

(sauf les scènes de combats, romancées),

et certains passages à teneur évangélique

qui peuvent heurter la sensibilité de personnes

athées, juives, musulmanes...

 

L'ouvrage dresse le portrait d'une Amérique violente,

et dans certais passages, d'une Amérique à la foi flamboyante,

bref terre d'excès en tous genres.

 

 

Un sincère merci à Jean-Claude,

Lecteur-écrivain--blogueur,

pour sa si précieuse aide technique.

 

 

 

Courte présentation de l'auteur, sur le livre

 

a-photo-preferee-chantal-30-ans-copie-1.JPG

 

Chantal Dupille est née dans l'Oise, père bordelais et mère russe.
Après avoir obtenu son diplôme de journaliste et sa
licence de Lettres Modernes à la Sorbonne, elle se lance dans
l'écriture d'un livre sur le mai 1468 des étudiants. Suivent
trois autres ouvrages, publiés par Hachette Littérature et
Balland. Parallèlement elle réalise à 20 ans son premier
reportage en vivant parmi les gitans d'Espagne. Puis elle
devient journaliste, notamment à Noir et Blanc, aux Dernières
Nouvelles d'Alsace (entre autres, Pages Jeunes) et à FR3 Alsace
: elle y produit plusieurs documentaires, en particulier
sur l'accessibilité des villes aux personnes handicapées
("Mulhouse, ville en pentes douces"), ou sur les motards
("Les croisés de la moto").
.
Son souci pour les plus démunis l'a conduite
à accueillir chez elle des personnes en
difficulté, à s'engager dans des associations humanitaires
comme la Boutique Solidarité Fondation Abbé Pierre,
à partager la vie des plus défavorisés
(dans le cadre de reportages, de conférences ou de livres),
à mettre en place et à animer un centre d'entraide à Marseille.
Elle est mère de trois enfants, deux garçons et une fille.
Aujourd'hui, Chantal Dupille administre plusieurs blogs
(6.000.000 de visiteurs uniques au 15 mai 2014)
contre "l'intolérable, la désinformation, les guerres,
le choc de civilisations, les crises provoquées", etc,
  ou pour les seniors et les jeunes, et elle a enregistré
plusieurs vidéos sur daily motion, sous le pseudo eva R-sistons.
Un site centralise tout : http://chantaldupille.fr
.
Chantal Dupille a, par hasard, découvert la foi
dans les milieux chrétiens charismatiques;
sa foi est vivante comme celle des premiers chrétiens,
ouverte, tolérante, incarnée, prophétique,
engagée aux côtés des plus faibles.
Elle se considère comme citoyenne du monde
et milite pour une société plus juste, plus humaine, plus fraternelle,
où chacun trouverait sa place. Pour elle ce qui compte avant tout,
c'est la liberté, la vérité, la justice et la paix.
Elle a vécu parmi les gangs de rue au cœur des ghettos américains,
surtout dans le Bronx à New-York.

 

......


cliquer sur l'image pour la vidéo
193x108-6Ju.jpg

50:36
Dans cette vidéo,
à partir de 11 mn,
trois témoignages extraordinaires de foi vivante.

 

 

Extraits.

Le gang dans le métro,

le Welfare Center,

combat de gangs.

 

 

Comme le sang gicle partout sur les trottoirs du Bronx, les graffitis jaillissent sur les murs de la ville, à chaque point stratégique, sur chaque wagon de métro : inscriptions énormes, slogans accrocheurs, dessins figuratifs ou apocalyptiques, mots obscènes, phrases incompréhensibles, dédicaces hâtives, plaisanteries grossières, initiales gigantesques, commentaires vengeurs, messages politiques, sociaux, amoureux ou écologiques, tout cela fait partie du paysage newyorkais au même titre que les immeubles éventrés, les cimetières de voitures, les églises pentecôtistes.

Les graffitis, c'est la violence et l'imagination étalées sur chaque mur, une débauche de couleurs et de talents éphémères. Il s'agit d'ailleurs moins de décorer les murs, que de délimiter un territoire âprement disputé et de matérialiser son désir d'exister.

Graffiti (NB C'est le Président du gang Les Fils de Satan, note de ch d) adorait voir son nom s'étaler en lettres gigantesques, et il n'avait pas son pareil pour dénicher l'emplacement idéal pour exalter sa personne. Mais, par dessus tout, il affectionnait les wagons de métro qui traversaient la ville de part en part. Ainsi, sa réputation dépassait largement les limites du quartier, du moins le croyait-il.

Les Fils de Satan parcoururent à grandes enjambées la distance qui les séparait de l'entrée du métro, cette case noire qui se dresse à intervalles réguliers dans l'échiquier du Bronx. Comme ils s'y attendaient, l'accès était gardé par un policier qui tripotait machinalement sa matraque et son colt pendu à la ceinture.

Les cinq garçons passèrent avec insolence devant le sergent, et Miguel, volontiers farceur, s'amusa même à lui envoyer un pied de nez alors qu'il regardait dans une autre direction.

— Hé, qu'est-ce que vous fichez ici, sales garnement ?

Visiblement, le policier n'appréciait ni l'allure des kids ni les grands sacs beiges de super-marché qu'ils tenaient en mains. Il voulut les interpeller mais, déjà, les adolescents avaient disparu.

— Sales Portoricains ! grommela l'officier.

Les Fils de Satan gravirent l'escalier quatre à quatre, et ils franchirent les tourniquets encore plus vite.

— Hé, là-bas !

Derrière son guichet, le préposé haussa les épaules. Il n'allait pas risquer sa peau pour quelques resquilleurs !

Les cinq kids arrivèrent sur le quai juste au moment où les portes du métro se fermaient en grinçant.

— Raté ! commenta Graffiti d'une voix rageuse. Au suivant !

Quelques instants plus tard, on entendit un grondement de roues d'acier et une nouvelle rame, longue et bariolée, fit son entrée. Les Portoricains montèrent dans un wagon à demi plein qui, à leur apparition, se vida aussitôt. En descendant, d'ailleurs, quelques voyageurs reçurent au passage, sur la tête, une mixture puante soigneusement élaborée par les kids eux-mêmes. Ils étaient furieux ! Les garçons, eux, savouraient leur plaisanterie ; joie de terroriser, joie de régner en maîtres, joie, aussi, de voir bientôt la ville défiler à leurs pieds.

 

§§§§

 

Manhattan. Acier et verre, verre et acier à perte de vue. Manhattan, c'est une jungle en béton jaillie du sol dans un formidable élan de puissance. Angela et Miguel étaient assommés par l'énormité des buildings qui se dressaient sur leur route comme autant de géants menaçants. Et ils ne cessaient de s'égarer dans le dédale de l'orgueil américain.

Enfin, le Welfare Center apparut, ultime bastion des perdants et des exclus, dernier refuge de ceux qui n'attendent plus rien de la vie qu'un peu de pitié et les miettes du grand festin des riches. Tous ceux qui avaient fait confiance au système américain, tous ceux qui s'étaient raccrochés aux folles chimères de la réussite à tout prix, tous ceux qui avaient misé sur le dollar-roi, se retrouvaient là, floués, hagards, suppliants, résignés à solliciter les bribes du grand rêve qui s'écroule.

En voyant la masse imposante du Welfare Center, les Sanchez pressèrent le pas. Il était temps ! A huit heures du matin, la queue n'en finissait pas, immense cortège de la misère, interminable rebut du mirage américain.

Quand les portes s'ouvrirent enfin, à neuf heures précises, ce fut la ruée ; la multitude de femmes et d'enfants se précipita. Et tout ce monde courait, se bousculait, s'accrochait, tombait, se relevait, avec l'énergie du malheur accumulé pendant des années. Le spectacle était vraiment pitoyable : on s'agitait, on s'empoignait pour avoir les places assises ; on s'énervait, on se lançait des injures colorées ; les enfants pleuraient, s'impatientaient ; les mères étaient tendues, constamment sur le qui-vive...

Angela et Miguel se virent enfin attribuer un numéro. Pour eux, l'attente commençait, inconfortable, incertaine, angoissée. A force de scruter les visages, sombres surtout, les Sanchez reconnurent des expressions familières, et des sourires crispés s'échangeaient. Au Welfare, il n'y avait plus d'amis, plus de familles, plus de solidarité ; c'était le chacun pour soi, la lutte pour la survie.

 

§§§§


Dans un élan meurtrier, Miguel bondit contre deux Noirs en même temps et les renversa au milieu des balles qui sifflaient de tous côtés ; puis il asséna un coup terrible à l'un de ses adversaires qui, péniblement, tentait de se relever. Et il repartit héroïquement à la charge. Autour de lui, il y avait des gueules écrasées, disloquées, pulvérisées, ce qui le rendait plus furieux encore.

Les Noirs étaient décontenancés par la brutalité de l'attaque ; ils battirent précipitamment en retraite. Seules deux filles s'étripaient encore comme deux lionnes en furie, toutes griffes dehors, accrochées l'une à l'autre, violemment enchevêtrées.

La pause ne dura pas. Pendant que les Noirs se regroupaient, les Portoricains rassemblaient leurs forces et rechargeaient leurs armes. La façon dont ils avaient repoussé l'assaut leur donnait confiance. Et la bataille reprit, redoublant d'intensité, de haine raciste, de fureur. Un corps arrivait, puis un autre, puis d'autres. Cela n'en finissait pas !

On visait sans cesse Miguel, on le manquait toujours. Cela dépassait l'entendement ! Le garçon se couchait, se redressait, frappait, disparaissait, réapparaissait, multipliait les attaques et les défenses, narguant la mort, se riant d'elles.

Soudain, le jeune Sanchez fut encerclé. Le visage tuméfié, il fonça dans le tas, aux côtés de Sombrero et de Zorro venus à la rescousse. Un poignard dans chaque main, le virtuose de la lame bondissait à travers la meute hurlante, frappant consciencieusement, systématiquement, presque scientifiquement. Brusquement, Zorro reçut un formidable coup de poing dans l'estomac qui faillit lui faire perdre la respiration. Un Dragon en profita pour le prendre à revers et, d'un magistral coup de tête, l'envoya à terre. Avant même qu'il eût eu le temps d'esquisser le moindre geste de défense, un Noir sauta à pieds joints sur lui, tandis qu'un autre l'assommait au moyen d'un marteau avant de l'achever avec une machette.

De son côté, Sombrero repoussait toutes les attaques avec une vigueur décuplée par la haine. Il utilisait l'élan de ses agresseurs pour les neutraliser, culbutait ses assaillants, les projetait au sol, leur faisait des clefs de bras et des saisies au cou. Sombrero n'avait pas besoin d'armes ; sa science du judo, si exceptionnelle dans le quartier, lui suffisait pour terrasser ses adversaires décontenancés.

 

 

Scène du Bronx, quartier peuplé de gangs de rues

Gangs-Bronx-immeuble.jpg

 

 

 

 

Rappel pdf gratuit

(pour ne pas gréver, en temps de crise,

le budget de mes ami(e)s Lecteurs et Lectrices)

 

 

http://ahp.li/ba9dc639e94111dee1e2.pdf

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

guerre-business.gif

 

 

 

Vers la guerre mondiale, ou pas ?

Par Chantal ève Dupille (dite eva R-sistons)

 

 

 

Depuis un moment, je m'interroge. L'Amérique n'a plus d'argent pour les guerres, malgré sa planche à billets, alors elle les sous-traite à des imbéciles sans scrupules comme en France, ou à des frustrés, des laissés pour compte de la mondialisation mûrs pour être fanatisés. Et puis EIIL arriva, surmontant tous les obstacles, conquérant en peu de temps le nord de l'Irak et même mettant en déroute une armée subventionnée à hauteur de près de 25 milliards par les Américains. Fou ! Il était évident qu'EIIL avait des appuis importants, d'abord sionistes et même français obsédés par la résistance populaire d'Assad, mais aussi yankees. Et je me suis dit : L'USraël, finalement, n'a plus besoin de déclencher de grandes guerres coûteuses, impopulaires auprès des milieux financiers, et à l'issue problématique ; il lui suffit de soudoyer (armée ou dirigeants), de sanctionner sous de faux prétextes, de diviser les communautés ou les peuples, de provoquer chaos économiques, guerres civiles ou fausses révolutions... la panoplie est vaste !

 

 

Et je trouve cet article rejoignant exactement mes interrogations, "Irak, Libye, Iran, Ukraine : Guerres des élites contre les peuples", voir ici,  Guerre mondiale d'un nouveau type ? L'impérialisme rusé, subtil, de classes

 

 

Bref, pas de guerre mondiale en vue, mais des conflits de basse intensité ravageurs (comme en Irak où les USA financent à la fois EIIL et le Pouvoir, pour favoriser les exterminations mutuelles, et leurs marchands d'armes), de fausses révolutions, etc. Au final, les Anglo-Saxons doivent contrôler, asservir, piller le monde entier. Gare aux récalcitrants !

 

 

Ma préoccupation essentielle est d'informer pour éviter à l'humanité les affres d'une nouvelle guerre mondiale d'autant plus apocalyptique, qu'elle sera nucléaire avec au final, le risque d'un hiver... nucléaire (plus rien ne pourra pousser). Vous le savez, j'ai mis en place un blog au titre explicite, "no war", et un autre, "communion de civilisations", ce dernier contre le choc de civilisations, pour la fraternité des peuples quelles que soient leur origine sociale ou géographique, leur religion, leur opinion, etc.

 

 

Alors, la question est simple : Le risque de guerre mondiale s'éloigne-t-il ? Apparemment, oui. Mais en est-on si sûr ? Celle-ci a d'ailleurs été au menu des plus nantis, à Bilderberg. Ces invités au pouvoir démesuré, et usurpé, n'ont-ils pas préféré, au final, leur confort, la tranquillité, au risque d'une aventure incertaine, apocalyptique, dont on ne peut mesurer les conséquences ?

 

 

Donc, l'Amérique est en plein effondrement économique et la planche à billets ne peut fonctionner indéfiniment. A l'extérieur, le pays est de plus en plus impopulaire, et à l'intérieur, la politique des gouvernements a de moins en moins d'adeptes. Enfin, des puissances émergent, et plus le temps passe, plus leur armement sera sophistiqué, menaçant. L'Oncle Sam cherchera-t-il une issue militaire à ses problèmes ? N'oublions pas, aussi, qu'il veut la peau de la Russie... Il y a cinq ans, j'avais écrit que la guerre mondiale pourrait partir de la Crimée-Ukraine !

 

 

Obama a choisi l'impérialisme soft, discret, rusé, furtif. Mais si les Républicains sont élus, l'Amérique ne troquera-t-elle pas les interventions discrètes contre des guerres musclées, totales, voire la mondiale ?

 

 

Et puis, en embuscade il y a toujours Israël, c'est-à-dire une entité qui se complait dans les guerres, se nourrit d'elles, et qui surtout avec des fanatiques au pouvoir liés aux colons extrémistes,  rêve d'allumer la mèche qui embrasera la planète pour ensuite, imposer un Jérusalem hégémonique sur les décombres de l'humanité, en fait le Nouvel Ordre Mondial. S'il impose la guerre, les Etats-Unis suivront - et le monde s'embrasera. Israël, rappelons-le, a une obsession, asseoir sa sécurité au prix de l'insécurité de tous les pays environnants. Et le fait que l'Iran ne soit pas encore tombé, lui est intolérable. Au point de vouloir l'attaquer, au risque d'une guerre mondiale d'autant moins gênante pour Tel-Aviv, donc, qu'elle débouchera sur l'objectif suprême, le Nouvel Ordre Mondial totalitaire, esclavagiste, eugénique.  

 

 

Enfin, il y a l'inattendu, les surprises de l'Histoire. Un dérapage, par exemple, entraînant des réactions en chaîne...

 

 

Alors, qui vivra, verra !

 

 

Eva R-sistons (Chantal Dupille)

 

 

 

Banques gouvernements peuples

Irak, Libye, Iran, Ukraine : Guerres des élites contre les peuples

Mondialisation.ca, 20 juin 2014

 

La plupart des experts de l’évolution historique ont tendance à percevoir une nouvelle guerre mondiale par le déploiement à grande échelle de moyens militaires visant la défaite, la destruction ou l’asservissement d’un des belligérants. Bien que l’idée d’un tel scénario sinistre ne peut certainement pas être exclue, il y a des raisons de croire, cependant, que la fameuse Troisième Guerre mondiale dont on parle tant pourrait être d’un type différent : plutôt entre classes qu’entre pays.

Vue sous cet angle, la troisième guerre mondiale se déroule déjà, et elle fait rage depuis des années : la guerre unilatérale néolibérale, transfrontalière de l’économie d’austérité qui est menée par la classe transnationale de l’oligarchie financière contre l’écrasante majorité des citoyens du monde, les 99%.

La mondialisation du capital et l’interdépendance des marchés mondiaux a atteint un tel niveau que des affrontements militaires de grande envergure comme ceux des première et seconde guerres mondiales pourraient conduire à une catastrophe financière pour tous. Sans surprise, le réseau des élites financières transnationales, qui choisissent souvent depuis les coulisses les politiciens et les gouvernements, semblent être opposés à une autre guerre internationale qui pourrait paralyser les marchés financiers à travers le monde.

Cela explique pourquoi les récentes agressions impérialistes ont souvent pris la forme d’interventions de type « soft-power » : révolutions de différentes couleurs, coups d’état « démocratiques », guerres civiles provoquées, sanctions économiques, etc. Bien sûr, l’option militaire demeure lorsque les stratégies de changement de régime « soft-power » échouent ou s’avèrent insuffisantes.

Cependant, même dans ce cas, tous les efforts sont faits (par les grandes puissances capitalistes) pour rendre ces interventions militaires « contrôlées » ou « gérables », c’est-à-dire limitées à un niveau local ou national. Alors que les guerres « contrôlées » ont tendance à protéger les fortunes des profiteurs de guerre et les bénéficiaires des dépenses militaires (principalement le complexe sécurité-militaro-industriel et les grandes banques), ils ne provoquent pas de paralysie des marchés financiers internationaux.

Cela explique aussi pourquoi les grandes puissances mondiales comme la Chine, la Russie, l’Inde et le Brésil ont tendance à ne pas s’opposer plus fermement aux politiques d’intimidation des États-Unis. Les cercles oligarchiques de ces pays ont plus en commun avec leurs homologues des États-Unis et d’autres pays capitalistes qu’avec leurs compatriotes. «  Qu’ils élisent domicile à New York ou Hong Kong, Moscou ou Bombay, les super-riches aujourd’hui constituent de plus en plus une nation à part entière », fait remarquer Chrystia Freeland, rédactrice de Reuters, qui côtoie les élites à travers le monde.

Il est donc logique de penser qu’une alliance de fait existe entre les membres de cette « nation » mondiale des super-riches, qui contribue à faciliter les plans impérialistes de changement de régime. Par exemple, lorsque la Russie est menacée par les Etats-Unis et leurs alliés européens, les oligarques russes ont tendance à collaborer clandestinement avec leurs homologues de classe à l’Ouest, sapant ainsi la résistance de la Russie à une ingérence des puissances occidentales.

Un bref regard sur les opérations récentes de changement de régime dans des pays comme l’Irak et la Libye, d’une part, et l’Ukraine et l’Iran, d’autre part, peut aider à comprendre quand et où les puissances impérialistes ont recours à une action militaire directe pour provoquer le changement (comme en Irak et en Libye), et où et quand ils ont recours plutôt à des tactiques de « soft-power » pour les mêmes objectifs, comme en Ukraine et en Iran. Deux raisons ou considérations principales peuvent être identifiées quant au choix des impérialistes dans les moyens ou tactiques à mettre en oeuvre.

La première est liée aux écarts entre classes dans les pays ciblés. Grâce à une vaste (et souvent scandaleuse) privatisation des biens publics dans l’Ukraine et l’Iran, on a vu émerger des cercles d’oligarques financiers assez riches dans ces deux pays.

Ces magnats pro-occidentaux ont tendance à collaborer avec les forces interventionnistes de l’étranger ; ils sont essentiellement des agents de changement de régime de l’intérieur, en collaboration avec les forces impérialistes de l’extérieur. C’est ce qui explique (au moins partiellement) la raison pour laquelle les plans de changement de régime dans ces deux pays se sont appuyés principalement sur le « soft power » et les révolutions de couleur au lieu d’une intervention militaire directe.

En revanche, l’Irak de Saddam Hussein et la Libye de Mouammar Kadhafi n’avaient pas de classes riches influentes et connectées au niveau international. Ni Saddam, ni Kadhafi n’étaient des parangons de vertu ou des champions de la démocratie, mais ils ont joué le rôle de ce qu’on appelle parfois de « dictateurs éclairés » : ils ont mis en oeuvre des programmes sociaux étendus, maintenu un fort secteur public, se sont opposés à la privatisation des services publics tels que la santé et de l’éducation, et conservé les industries « stratégiques » telles que l’énergie et la finance sous la propriété et le contrôle de l’État.

Ensemble, ces politiques ont empêché l’émergence d’élites financières puissantes comme celles qui ont émergé et se sont développées en Iran ou en Ukraine. Cela signifie, entre autres, que la « puissance douce » et/ou la tactique de la révolution de couleur, qui dépendent fortement d’alliés autochtones ou locales, à savoir la bourgeoisie dite compradore, n’avaient pas de bonnes chances de succès dans ces pays – d’où le recours au « hard-power » ou intervention militaire/occupation directe en Irak et en Libye.

La deuxième considération impérialiste dans le choix entre tactiques « soft » ou « hard » est celle de savoir si la guerre déclenchée pourra être contrôlée et gérée au niveau local ou national, ou si elle peut échapper à tout contrôle et se transformer en un conflit régional et/ou mondial.

Dans le cas de l’Ukraine, par exemple, une agression militaire directe aurait certainement impliqué la Russie, et serait très probablement devenue mondiale, avec des conséquences désastreuses sur le plan économique/financier, échappant au contrôle des puissances impérialistes – d’où le choix d’employer le « soft-ppower » et/ou le coup d’état « démocratique » en Ukraine.

Une préoccupation similaire pour l’Iran – qu’une guerre totale pourrait échapper à tout contrôle – explique aussi pourquoi les plans de changement de régime dans ce pays ont (pour l’instant) porté principalement sur des sanctions économiques et d’autres tactiques de « soft-power », dont la « révolution de couleur » baptisée verte de 2009.

En revanche, c’est le « hard power » ou la force militaire brute qui a été choisie pour un changement de régime en Irak et en Libye, choix basé sur la quasi-certitude que ces guerres allaient pouvoir être contrôlées avec un certain succès et ne pas se transformer en un conflit régional ou mondial.


Le cas de l’Ukraine


La crise récente et en cours en Ukraine montre clairement comment les élites financières transnationales ont tendance à éviter les guerres internationales cataclysmiques, de l’échelle de la Première ou Seconde guerres mondiales, en faveur de guerres contrôlables et souvent entre classes via des sanctions économiques et autres tactiques de « soft power ».

Au lendemain du putsch du 22 février à Kiev, qui a renversé le président dûment élu Viktor Ianoukovitch et porté au pouvoir le régime issu du coup d’Etat et soutenu par les Etats-Unis, les tensions entre la Russie et les puissances occidentales étaient si fortes que de nombreux observateurs ont averti de « l’imminence d’une IIIème guerre mondiale ».

Bien que les tensions et le danger de grands affrontements militaires entre les deux parties persiste, ils ont considérablement diminué depuis le début mai, lorsque le président russe Vladimir Poutine a cédé dans le bras de fer avec les puissances occidentales en annonçant le 7 mai que la Russie respecterait l’élection présidentielle en Ukraine, et travaillerait avec celui qui sera élu – en l’occurrence le milliardaire oligarque Petro Proshenko.

Malgré la poursuite de la répression brutale contre les militants autonomistes dans les provinces du sud-est/est de l’Ukraine, les manoeuvres diplomatiques sans relâche menées par les représentants des élites financières des États-Unis, l’Europe, l’Ukraine et la Russie ont néanmoins réussi à éviter un clash militaire entre les parties américaines et russes.

Qu’est-ce qui a changé entre toutes les menaces antérieures de sanctions massives et/ou d’actions militaires contre la Russie et l’accalmie relative et les « solutions diplomatiques » d’aujourd’hui ?

La réponse, en un mot, est que les puissants intérêts économiques au sien de la finance internationale, le commerce et les investissements (c’est à dire les élites financières en Russie, l’Ukraine et le noyau des pays capitalistes) ne peuvent tout simplement pas risquer une nouvelle guerre mondiale incontrôlable. Certes, les grandes banques et les complexes militaro-industriels influents ont tendance à prospérer sur les guerres perpétuelles et les tensions internationales. Mais ils ont aussi tendance à préférer des guerres « gérables », « contrôlables » au niveau local ou national (comme celles en Irak ou en Libye, par exemple) aux grandes guerres cataclysmiques régionales ou mondiales.

Ce n’est pas un secret que l’économie de la Russie est devenue de plus en plus liée à l’économie Occidentale (principalement en raison de la puissance économique et du comportement de ses oligarques transnationaux), et elle est également devenue de plus en plus vulnérables aux fluctuations du marché mondial et aux menaces de sanctions économiques. C’est ce qui explique, dans une large mesure, les gestes conciliants du président Poutine destinés à atténuer par des moyens diplomatiques les hostilités sur la crise en Ukraine.

Ce qui est moins connu, cependant, c’est que les économies occidentales sont vulnérables aussi à des sanctions de la Russie, si la Russie décide de se venger. En fait, la Russie possède de puissants armes économiques pour exercer des représailles, si nécessaire. Les effets économiques de sanctions réciproques pourraient être très douloureux pour un certain nombre de pays européens. En raison de l’interconnexion de la plupart des économies et des marchés financiers, des sanctions en représailles pourraient aggraver de façon significative l’économie de l’Union européenne, déjà fragile, et même l’économie mondiale :

Des sanctions sur les exportations russes affecteraient sévèrement l’UE. L’Europe importe 30% de son gaz de la société d’Etat russe Gazprom. La Russie est également le plus gros client de l’Europe. L’UE est, de loin, le premier partenaire commercial de la Russie et représente environ 50% de toutes les exportations et importations russes.

En 2014, les échanges commerciaux entre l’UE et la Russie s’élèvent à environ 360 milliards d’euros (491 milliards de dollars) par an. Le total des exportations de la Russie vers l’UE, principalement de matières premières comme le gaz et le pétrole, s’élève à environ 230 milliards d’euros, tandis que les importations de la Russie de l’UE s’élèvent à environ 130 milliards d’euros, principalement de produits manufacturés et de denrées alimentaires. L’UE est également le plus grand investisseur dans l’économie russe et représente 75% de tous les investissements étrangers en Russie. [1]

La Russie peut aussi exercer des représailles contre l’Occident et ses menaces de geler des avoirs d’individus et de sociétés russes en gelant les avoirs de sociétés et d’investisseurs occidentaux :

En cas de sanctions économiques occidentales, les législateurs russes ont annoncé qu’ils adopteraient un projet de loi pour geler les avoirs des entreprises européennes et américaines qui opèrent en Russie. De l’autre côté, plus de 100 hommes d’affaires et hommes politiques russes sont prétendument visés par l’UE d’un gel de leurs avoirs européens.

Outre Alexey Miller, chef de l’entreprise publique Gazprom, le PDG de Rosneft, Igor Setchine, est apparemment aussi sur la liste des sanctions. Rosneft est la plus grande compagnie pétrolière au monde et, en tant que tel, a des partenaires dans le monde entier, y compris en Occident. Par exemple, la société américaine Exxon-Mobil a un projet d’exploration de pétrole de 500 millions de dollars avec Rosneft en Sibérie, et Exxon-Mobil est déjà en partenariat avec le géant pétrolier russe pour exploiter les réserves de pétrole de la mer Noire. [2]

La Russie a d’autres armes économiques à sa disposition pour infliger des dégâts aux économies américaine et européenne. Par exemple, en réaction aux menaces de gel des actifs par les Etats-Unis et ses alliés européens, la Russie a liquidé (fin Février et début Mars 2014) plus de 100 milliards de dollars d’avoirs en bons du Trésor américains.

L’escalade de telles menaces imprudentes de geler les avoirs des gouvernements « hostiles » pourrait bien toucher la Chine, avec des conséquences désastreuses pour le dollar américain, puisque « La Chine détient environ 1,3 mille milliards de dollars en bons du Trésor américain et est le premier investisseur parmi les gouvernements étrangers ». [3]

Ce degré élevé d’interconnexion économique et financière explique pourquoi – avec le soutien de Washington et l’accord de Moscou – les diplomates européens de Berlin et de Bruxelles se sont précipités à Kiev pour une Table Ronde de Discussions et pour ouvrir la voie à la pseudo élection présidentielle du 25 mai, donnant ainsi une légitimité au régime issu du coup d’Etat, et évitant la perspective d’une escalade mutuellement destructrice de sanctions économiques et/ou d’actions militaires.


La comparaison avec l’Irak et la Libye


Les changements de régime en Libye (2011) et en Irak (2003) au moyen d’interventions militaires tendent à étayer l’argument principal de cet essai selon lequel, dans le cadre des objectifs de changements de régime, les puissances impérialistes ne recourent à l’action militaire directe que lorsque

a) les opérations militaires peuvent être contrôlées ou limitées dans le pays ciblé, et

b) en absence d’alliés locaux importants ou puissants dans le pays ciblé, c’est-à-dire des forces oligarques riches liés aux marchés mondiaux et, par conséquent, à des forces externes de changement de régime.

Kadhafi et Saddam gouvernaient avec un poing de fer, mais ils avaient maintenu de solides secteurs publics et des industries et services largement nationalisés. Cela est particulièrement vrai dans le cas des industries stratégiques comme l’énergie, la banque, les transports et les communications, ainsi que des services sociaux essentiels tels que la santé, l’éducation et les services publics.

Ils l’ont fait non pas tant par conviction socialiste (même s’ils prétendaient parfois être les champions du « socialisme arabe »), mais parce que, dans leurs luttes antérieures contre les régimes rivaux d’aristocraties, ils ont appris que le contrôle des économies nationales par une gestion bureaucratique de l’État, avec un État-providence fort, était plus bénéfique à la stabilité et la continuité de leur domination que le développement de forces économiques débridées et/ou l’émergence de puissances industrielles et financières dans le secteur privé.

Quelle que soit la motivation, le fait est que ni Saddam, ni Kadhafi n’ont toléré la montée d’élites financières puissantes avec des liens importants avec les marchés mondiaux ou les puissances occidentales. Sans surprise, dans ces deux pays, les figures de l’opposition et les forces qui ont collaboré avec les projets impérialistes de changement de régime étaient composés en grande partie soit des restes d’une époque royale et/ou tribale, soit de petits intellectuels expatriés et militaires déchus qui ont été forcés de vivre en exil.

Contrairement aux élites financières en Ukraine, par exemple, les forces de l’opposition en Irak et en Libye n’avaient ni les moyens économiques pour financer les forces du changement de régime, ni une base sociale/soutien dans leur pays d’origine. Ils manquaient aussi des liens financiers et politiques forts et fiables avec les marchés occidentaux et les institutions politiques.

Cela explique pourquoi les sanctions économiques et autres tactiques de « soft-power » (telles que la mobilisation, la formation et le financement de forces d’opposition) se sont avérées insuffisantes pour faire tomber les régimes de Saddam Hussein et Kadhafi et pourquoi l’impérialisme américain et ses alliés ont dû déployer le « hard-power » de l’action militaire/occupation pour atteindre cet objectif. En outre, comme mentionné plus haut, les puissances impériales interventionnistes étaient convaincus que (contrairement à l’Ukraine ou à l’Iran, par exemple) ces invasions militaires pouvaient être contrôlées et limitées à l’intérieur des frontières.


Le cas de l’Iran


La politique américaine de changement de régime en Iran ressemble davantage au modèle suivi en Ukraine qu’à celui suivi en Irak ou en Libye. Ceci est en grande partie due à (a) la crainte qu’une intervention militaire directe en Iran ne puisse pas être contrôlée ou limitée à ce seul pays, et (b) l’existence en Iran d’une oligarchie financière relativement bien développée et orientée vers l’Occident sur laquelle les États-Unis et ses alliés peuvent compter pour aboutir à une réforme et/ou un changement de régime de l’intérieur.



Bien-sûr, ces deux méthodes ne sont pas exclusives : soit la puissance militaire, soit le « soft power ». Il s’agit plutôt d’une question de dosage entre l’une et l’autre, en fonction des circonstances spécifiques. En effet, le projet impérialiste envers l’Iran depuis la révolution de 1979 inclut un certain nombre de tactiques (souvent concurrentes). Elles vont de l’incitation et le soutien à Saddam Hussein pour envahir l’Iran (en 1980), à la formation et le financement d’organisations terroristes de déstabilisation anti-Iranniennes, les menaces militaires constantes, aux efforts visant à saboter l’élection présidentielle de 2009 par la soi-disant « révolution verte », et l’escalade systématique de sanctions économiques.


Ayant échoué (pour l’instant) dans ces complots de « changement de régime » de l’extérieur, les États-Unis semblent avoir opté ces dernières années pour un changement de régime (ou réforme) de l’intérieur ; à savoir par la collaboration politique et économique avec les courants pro-occidentaux au sein des cercles dirigeants de l’Iran.

Ce qui semble avoir fait changer d’avis les États-Unis et ses alliés est l’émergence en Iran d’une classe capitaliste ambitieuse dont la priorité principale semble être de faire des affaires avec leurs homologues de l’Ouest. Ce sont en grande partie des oligarques iraniens riches qui sont littéralement là pour faire du business, pour ainsi dire ; pour eux, des questions telles que la technologie nucléaire ou la souveraineté nationale sont d’une importance secondaire.

Après s’être méthodiquement (et souvent scandaleusement) enrichis à l’ombre du secteur public de l’économie iranienne, ou en vertu des postes politiques/bureaucratiques qu’ils occupaient (ou occupent encore) dans l’appareil d’état, ces gens ont désormais perdu tout appétit pour des mesures économiques radicales nécessaires à l’autosuffisance économique afin de résister ou supporter le poids des sanctions économiques brutales. Au lieu, ils sont maintenant pressés de conclure des affaires et d’investir avec leurs alliés de classe transnationaux à l’étranger.

Plus que tout autre couche sociale, le président Hassan Rouhani et son administration représentent les intérêts et les aspirations de cette classe montante capitaliste-financière en Iran. Les représentants de cette classe détiennent le pouvoir économique et politique principalement par la très influente Chambre Iranienne de commerce, d’industrie, des mines et de l’agriculture (ICCIMA).

Les affinités idéologiques et/ou philosophiques entre le président Rouhani et les gens de pouvoir au sein de l’ICCIMA se reflètent dans le fait que, immédiatement après son élection, le président a nommé l’ancien chef de la Chambre de Commerce, Mohammad Nahavandian, un économiste néo-libéral éduqué aux Etats-Unis, et un conseiller de l’ancien président Hashemi Rafsanjani, comme son chef de cabinet.

C’est grâce à la Chambre de Commerce d’Iran qu’en Septembre 2013, une délégation économique iranienne a accompagné le président Rouhani à l’Organisation des Nations Unies à New York pour négocier des affaires/investissements potentiels avec leurs homologues américains. La Chambre de commerce d’Iran a également organisé un certain nombre de délégations économiques qui ont accompagné le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, en l’Europe pour des objectifs similaires.

De nombreux observateurs des relations américano-iraniennes ont tendance à penser que le dialogue diplomatique récemment lancé entre les deux pays, y compris des contacts réguliers dans le cadre des négociations nucléaires, a commencé avec l’élection du président Rouhani. Cependant, les faits montrent que les contacts en coulisse entre les représentants des élites financières dans et autour des gouvernements américain et iranien ont commencé bien avant l’élection de Rouhani. Par exemple, un article relativement bien documenté du Wall Street Journal a récemment révélé que :

Selon des fonctionnaires européens informés sur cette affaire, de hauts fonctionnaires du Conseil national de sécurité (US) avaient commencé à semer les graines d’une telle rencontre plusieurs mois auparavant – par une série de réunions secrètes et de conversations téléphoniques et l’implication de tout un assortiment de monarques arabes, d’exilés iraniens et d’anciens diplomates américains pour transporter clandestinement des messages entre Washington et Téhéran. [4]

L’article, qui montre comment le « réseau de communications complexe a contribué à propulser le récent rapprochement entre les États-Unis et l’Iran », révèle que les réunions, souvent tenues en secret, « se sont déroulées en Europe, principalement dans la capitale suédoise de Stockholm ». En passant par des voies diplomatiques internationales telles que l’Asia Society, l’Association des Nations Unies et du Council on Foreign Relations, « Les parties américaines et iraniennes se sont réunies dans des hôtels et des salles de conférence, à la recherche de formules pour désamorcer la crise sur le programme nucléaire de l’Iran et empêcher la guerre », souligne l’article. Les auteurs, Jay Solomon et Carol E Lee, ont également écrit :

L’Asia Society et le Council on Foreign Relation, non gouvernementale, ont organisé des tables rondes pour MM Rouhani et Zarif en marge de la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies en Septembre. Les deux hommes s’en sont servies pour expliquer les plans de Téhéran à des hommes d’affaires, anciens responsables gouvernementaux, universitaires et journalistes américains.

Obama a personnellement fait un geste envers Rouhani l’été dernier, peu après l’élection de Rouhani. Le président américain a écrit une lettre au nouveau président iranien, soulignant la volonté de Washington de régler pacifiquement le différend nucléaire. Rouhani a répondu en termes similaires.

Zarif, quant à lui, a renoué avec les responsables de la politique étrangère américaine de premier plan qu’il avait rencontrés lorsqu’il était ambassadeur de l’Iran à l’ONU dans les années 2000.

Mme [Suzanne] DiMaggio de l’Asia Society dit qu’elle était parmi ceux à New York qui ont contacté Zarif peu après sa nomination au gouvernement de Rouhani. Vétéran de contacts informels entre les responsables iraniens et américains, elle a tenu de nombreuses réunions au cours des dix dernières années avec ce diplomate éduqué aux Etats-Unis sur les moyens de sortir de l’impasse nucléaire. [5]

Cela explique pourquoi le président Rouhani (et son cercle de conseillers pro-occidentaux) ont choisi Zarif comme ministre des Affaires étrangères, et pourquoi ils ont, peut-être imprudemment, placé tous leurs espoirs d’une reprise économique en Iran sur le rapprochement politique et économique avec l’Occident, c’est-à-dire sur le libre-échange et les investissements des États-Unis et d’autres grands pays capitalistes.

(Soit dit en passant, ceci explique aussi pourquoi l’équipe des négociateurs nucléaires du président Rouhani a été, bon gré mal gré, condamné à une position de faiblesse dans leurs négociations avec le groupe de pays P5 +1, et pourquoi les négociateurs iraniens ont renoncé à autant en échange de si peu.)


Conclusion et implications


Alors que les puissants bénéficiaires des guerres et dépenses militaires – les grandes banques (comme principaux bailleurs de fonds des gouvernements) et le complexe militaro-industriel sécuritaire – se développent sur les guerres et les tensions internationales, ils ont néanmoins tendance à préférer les guerres locales, nationales, limitées, ou « gérables » aux grandes guerres régionales ou m

ondiales qui, dans un mode cataclysmique, pourraient totalement paralyser les marchés mondiaux.


Ce qui explique en partie pourquoi, dans les cas de changement de régime en Irak et la Libye, par exemple, les États-Unis et leurs alliés ont opté pour une action militaire/occupation directe ; alors que dans des cas comme l’Ukraine et l’Iran ils ont (pour l’instant) évité une intervention militaire directe et comptent, au contraire, sur la tactique « soft-power » et révolutions de différentes couleurs.

Comme indiqué plus haut, ceci est largement du, d’une part, à la crainte qu’une guerre et intervention militaire en Ukraine ou en Iran puisse échapper à tout « contrôle » ; et d’autre part, à l’existence d’élites financières pro-occidentales suffisamment fortes et influentes en Iran et en Ukraine à qui on pourrait faire appel pour provoquer un changement de régime de l’intérieur, sans risquer une guerre catastrophique mondiale qui pourrait détruire avec tout le reste la fortune de la classe capitaliste transnationale.


Les pouvoirs interventionnistes ont pratiquement toujours appliqué la vieille tactique de diviser pour régner. Ce qui est relativement nouveau ici, c’est qu’en plus de l’emploi traditionnel de cette tactique (qui passe souvent par des questions controversées telles que la nationalité, l’origine ethnique, la race, la religion, etc), les exemples récents montrent qu’elle s’appuie de plus en plus sur les divisions de classe.

 

Le calcul semble être le suivant : lorsqu’un pays comme l’Iran ou l’Ukraine peut être divisé à travers des lignes de classe, et que des alliances peuvent être nouées avec les oligarchies riches des pays ciblés, pourquoi se lancer dans une attaque militaire qui pourrait d’une manière indiscriminée toucher aussi à nos propres intérêts et ceux de nos alliés locaux en même temps que ceux de nos ennemis ?


Lorsque des sanctions économiques ainsi que des alliances et des collaborations avec les oligarques locaux et économiquement puissants peuvent être utilisées pour réaliser des « coups d’etat démocratiques » ou une révolution de couleur quelconque (souvent par le biais d’élections bidons), pourquoi risquer une attaque militaire aveugle aux conséquences incertaines et potentiellement catastrophiques ?


Cela montre (entre autres choses) comment les politiques impériales d’agression ont évolué au fil du temps – des premiers stades de l’occupation militaire « brute » de l’époque coloniale aux tactiques modernes d’intervention, subtiles et furtives, sur plusieurs fronts. A la lumière des récentes aventures de la politique étrangère des États-Unis, on peut dire l’ancien modèle d’agression ouvertement impérialiste trouvait ses faveurs dans la politique étrangère militariste sans vergogne du président George W. Bush, alors que le nouveau modèle, insidieusement « sophistiqué » et furtif, est préféré par le président Barack Obama.


Alors que les champions de la faction ouvertement militariste de l’élite dirigeante des Etats-Unis critiquent Obama comme un président « frileux » ou « faible », le fait est que sa politique relativement discrète mais sournoise qui consiste à bâtir méthodiquement des coalitions – à la fois avec les alliés traditionnels des États-Unis et les forces oligarchiques ou compradores des pays ciblés – s’est révélée plus efficace (en termes de changement de régime) que la politique d’actions militaires unilatérales à la Bush-Dick Cheney.


Ceci n’est ni de la spéculation, ni simplement de la théorie : le Secrétaire d’Etat John Kerry l’a récemment clairement formulé dans le contexte de la politique de l’administration Obama envers l’Ukraine et l’Iran. Lorsque Gwen Ifill, sur la chaîne de télévision PBS, lui a demandé, le 30 mai 2014 :

« Selon vous, est-ce que le président s’attire des critiques parce qu’il est faible ou parce que sa politique paraît moins spectaculaire ? », Kerry a répondu :

« Franchement, je pense qu’on n’accorde pas assez de crédit au Président pour les succès obtenus en ce moment …. Je veux dire, si vous regardez ce qui s’est passé en Ukraine, le président a mené un effort pour essayer de l’unité entre l’Europe et les États-Unis, pour imposer des sanctions difficiles. L’Europe n’était pas enthousiaste mais elle a suivi malgré tout. C’était du leadership. Et le président a réussi, avec les Européens, à obtenir un effet à terme sur les choix qui se présentent au président Poutine.

« En outre, le président a renoué avec l’Iran. Nous étions dans une logique d’affrontement frontal où ils construisaient un système nucléaire auquel le monde entier est opposé. Mais le président a mis en place une série de sanctions qui ont

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Chantal Dupille
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 15:50

 

Bonjour

 

On s'amuse un peu ?

 

Alors que je venais d'écrire ce tweet (1),

un blogueur d'Algérie (2) m'envoie ce texte sur Hollande,

à lire d'abord de haut en bas mais surtout ensuite de bas en haut. Etonnant !

 

 

Hollande-endroit-envers.jpg

 

 

(1) MON TWEET : Là, c'est trop ! François Hollande le traître, le menteur, le vendu à Tel-Aviv, Washington, Bruxelles, la City... a rendu hommage à l'homme du 18 juin !


(2) Blida Eveil | Blog d'information et de culture générale sur le ...

 

Inutile d'épiloguer sur Hollande, si falot, si ambigu, si misérable, qu'il ne mérite même pas ses 2 ou 3% d'opinions "favorables". Qu'il dégage rapidement, mais malheureusement avec sa sale équipe des Fabius-BHL-Valls, il ose juste demander le départ d'un Assad ou d'un Poutine alors que tous quatre ne sont même pas dignes de lécher les pieds des Présidents de la Syrie et de la Russie !


Au secours,  "Sarkozy l'Américain" (3) revient ? Il ne vaut guère mieux qu'Hollande, même soumission au CRIF, à la City, à la Maison "Blanche", à Bruxelles, au NWO (4)... l'énergie en plus, et l'hypocrisie en moins !

 

Fuyons tous ces voyous !

 

Chantal Dupille


 

NS l'Américain (camargue)

 

 

(3)

Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents

(2007, sur mon blog R-sistons à l'intolérable)

Un casseur nommé Sarkozy...

(2009, sur mon blog sos-crise, très court)

 

(4)

Le Nouvel Ordre Mondial dans les discours de Nicolas .. 

Sarkozy veut imposer le NOUVEL ORDRE MONDIAL (NWO .. 

www.youtube.com/watch?v=aeXhEp7dhvw
30 janv. 2009 - Ajouté par Noovok
You need Adobe Flash Player to watch this video. Download it from ... Sarkozy veut imposer le NOUVEL ORDRE ...


 

Sarkozy-De Gaulle vus par le talenteux dessinateur Laplote

NS-grandi---de-Gaulle--Laplote.jpg

 

 

 

 

 

Message reçu hier, d'un Lecteur :

 

 

Mes respects Madame,

 Je vous suis depuis peu connaissant votre vraie identité,
 par contre, cela fait quelques années que je lisais les articles

d'une certaine eva r-sistons.

 Vos articles m'intéressaient par leur pertinence et,
 surtout, les sujets traités.

 Les sujets que vous traitiez, ou que vous abordiez,
 sortaient du cadre
 de la routine qui sévit sur le net. Certes,

il y a du mouvement sur la toile,

mais pas suffisamment, je pense, pour pouvoir amorcer

  un processus qui puisse, à terme, affranchir les peuples
  du joug et de la tyrannie des dirigeants

(dirigeants que nous nous donnons soit dit en passant).

 Il est vraiment pénible et malheureux de constater que bien 
  que les peuples soient plus éduqués, plus conscients,

plus informés ...
il n'en demeure pas moins qu'il leur manque

l'outil indispensable :
 l'esprit d'analyse et de critique.

 Au fil de mes lectures de beaucoup de sites,

dont le vôtre, je me suis aperçu

qu'il y'avait une catégorie de personnes

qui portait haut et fort les valeurs humaines universelles.

Il va sans dire que chacun, de par sa position et son expérience propre,

avance des arguments qui lui semblent les plus appropriés

pour l'ébauche d'une solution à la
 situation que vivent les peuples

à travers notre si belle planète.
 Mais il existe néanmoins un dénominateur commun:

Tous sont unanimes  quand à l'objectif à atteindre :

La libération des peuples !

 Je vous avoue, madame, que je ne me fais pas trop d'illusion

quant aux différents concepts modernes qui se veulent les représentants
  de valeurs telles que la liberté, la démocratie, le droit à l’autodétermination ...

Non, je pense que le destin de l'humanité est
 dans tout ce qui fédère et surtout pas dans ce qui divise.

 Je me permets, au risque d'alourdir ce message,

de vous donner un bref
 aperçu historique de l'évolution des notions mis en avant 
 quotidiennement par les médias que vous ne semblez

pas porter dans votre coeur.

 Le concept d'état, de nation, de peuple et de liberté, tel
 qu'il est connu de la plupart d'entre nous,

est le fruit de la pensée de philosophes

pour la majorité issus des lumières.
  En ces temps là, il a été observé le recul de l'influence

qu'avait l'église sur la vie du peuple.

C'était une ère qui a favorisée l'apparition de nouveaux concepts,

de nouvelles valeurs, inconnus jusque là par le peuple
car il ne faut pas oublier que la majorité n'avait pas reçu d'instruction
 ni d'éducation et était, pour la plupart, inculte.
Il était facile pour quiconque avait un minimum de savoir

de peser sur le quotidien de ce peuple démuni

afin de lui faire suivre la voie qu'il voudrait le voir suivre.

Les nouveaux penseurs, libérés de toutes ces contraintes,
 commencèrent alors à réfléchir et chacun,

d'après sa propre expérience
 et vision des choses de la vie,

construisit un modèle de ce qu'il pensait être la solution ..

la voie que devait suivre les gens afin de recouvrir leur liberté

et préserver ainsi ces nouveaux acquis par un choix bien précis

de la forme de gouvernement qui serait le plus

à même d'assouvir leurs aspirations.
 Est né donc le concept d'état, état nation, parlement ... et, surtout,
 de deux concepts clés qui allaient changer de façon irréversible
  la structure même des sociétés :

le Nationalisme et le Patriotisme !

 A la base, tous ces concepts n'ont pas eu l'aval de toute la
 population parce que, en ces temps là,

elle était peu cultivée et peu encline

à assimiler des notions qui revêtaient beaucoup plus

un aspect philosophique que populaire comprises de tous.

Un important travail de propagande s'en est suivi

afin de faire accepter ces nouvelles idées
 et, au final, en faire les aspirations légitimes du peuple
 en lui faisant croire qu'elles émanaient directement de lui.

 A ce moment là, les seuls foyers de résistance étaient les seigneurs,
 car, ils y voyaient une menace directe à leur droits et privilèges !
 Comment ce peuple composé d’ignares et d'incultes

osait-il remettre en question leur droit absolu, leur appartenance

à la classe noble qui
 faisait d'eux les maitres naturels incontestables.. ?

 Enfin, je m'en tiendrais là, juste pour vous dire, chère madame,

que les choses sont plus complexes qu'elles ne paraissent et,

si nous voulons vraiment nous libérer,

nous devrons d'abord nous débarrasser
 de toutes ces idées qui intoxiquent et altèrent nos jugements,

et nous unir, tous sans exception et sans exclusion aucune,

afin de trouver la voie commune

qui nous fera parvenir, une fois parcourue,
à ce monde porteur de tous nos espoirs,

de toutes nos aspirations

et où se concrétiseront tous nos rêves ...

 Je vous remercie de vous être donnée la peine de lire

cet ennuyeux, lourd et pesant message.

 S.A.

 

N'oubliez pas de lire les commentaires d'AHURA sur ce site


 

émeute 2005

 

« Vers des émeutes géantes et la fin de la démocratie ! »

Du haut de cet Empire, deux siècles vous contemplent

Cette guerre que (presque) tout le monde attend

.

 

 

C'est à un Appel du 18 juin 2014 que je convie.

Chantal Dupille

 

 

S’inspirer aujourd’hui de l’Appel du 18 juin 1940

du Général de Gaulle, pour une nouvelle Résistance !

 

 

Cette journée est celle du 74ème anniversaire de l’Appel du Général de Gaulle, le 18 juin 1940 à Londres.

Cette commémoration de l’appel à la résistance de 1940 se fait, à nouveau, dans le contexte d’une France en grande difficulté.


La situation de notre pays est, encore une fois, caractérisée par la trahison nationale et par la vassalisation, idéologiquement consentie, de notre pays par de prétendues élites adeptes de la capitulation et du rejet de l’intérêt national.
Cette trahison est celle des dirigeants compradores de notre pays qui, délibérément, entendent faire sortir la République Française de l’Histoire, au nom de la construction d’une Europe supranationale au service d’une oligarchie financière, sous hégémonie germano-américaine.

Comme en 1940, lorsque le Général de Gaulle lança son appel, l’esprit de capitulation et de collaboration, de type pétainiste, imprègne les classes dirigeantes.
Il est général dans les partis européistes qui, à droite ou à "gauche", diffusent dans notre peuple la pédagogie de la résignation et du renoncement à la souveraineté. Au bout du compte, ils prônent l’acceptation de la destruction de la nation française.


L’appel historique du Général de Gaulle a marqué l’origine du combat de la France Libre, à Londres d’abord. Il a également stimulé le développement de la Résistance, qui se construisait parallèlement sur le territoire national, et dont il a ultérieurement favorisé la dynamique d’unification autour de Jean Moulin et du CNR.

Comme en 1940, la liberté du peuple de France, sa souveraineté et l’indépendance nationale, sont aujourd’hui détruites. Nous vivons dans un régime de dictature qui, pour être moins visible que celle des nazis, n’en est pas moins efficace.
La soldatesque allemande ne défile pas de la même façon arrogante qu’en 1940 sur les Champs Elysées, mais la domination germano-américaine et l’occupation, notamment dans le domaine idéologique, est plus généralisée que celle des nazis.


Aujourd’hui, les marionnettes collabos au pouvoir ne vont pas manquer, hypocritement, de parader au Mont Valérien et dans les médias aux ordres, pour y tenir de beaux discours sur Charles de Gaulle et son célèbre appel. Mais les Français sont de moins en moins dupes devant les simagrées de François Hollande.
En ce mois de juin 2014, seulement 16 pour cent d’entre eux n’ont pas encore compris qu’ils n’ont rien à attendre de positif de ce fondé de pouvoir du "monde de la Finance".
Majoritairement, le peuple de France constate, depuis des décennies, que la politique de la social-démocratie atlantiste, comme de celle de la droite européiste, est l’antithèse de ce qu’impliquait l’appel du 18 juin pour la liberté de la France, la reconquête de l’indépendance et de la souveraineté.

Il est aujourd’hui nécessaire de remettre à l’ordre du jour l’esprit de l’appel du 18 juin 1940, l’esprit de la Résistance.
Le Comité Valmy, depuis plus de 20 ans, appelle à s’inspirer de celle-ci.
Charles de Gaulle, Jean Moulin et la plupart des héros de la Résistance nous ont quittés, mais leur exemple demeure dans l’Histoire.
Le peuple de France doit compter sur ses propres forces, desquelles ne manqueront pas d’émerger de nouvelles élites républicaines, pour forger une nouvelle résistance patriotique et républicaine. Prenant exemple sur le CNR et son programme, dont les principes demeurent d’une grande modernité, il est urgent de développer un rassemblement populaire pluraliste et anti-oligarchique, autour de la nation, de la République et de la question sociale, afin de rétablir le droit inaliénable de notre peuple nation à disposer de lui-même. En même temps, les Français devront également s’opposer aux fauteurs de guerre occidentalistes, qui, notamment en Syrie ou en Ukraine, menacent la paix mondiale.


Paris le 18 juin 2014
Pour le Comité Valmy, Claude Beaulieu

Mis en ligne le 18 juin 2014

 

 

 

 

 

  http://maison-resistance-aubin.asso-web.com/45+le-conseil-national-de-la-resistance-cnr-jean-moulin.html

 



  • Manque-t-il aujourd'hui de l'argent pour maintenir les acquis du CNR ?


  • CNR - le Conceil National de la Résistance au 20h de France 2 le 28 novembre 2013 (vidéo - Les Jours heureux) :
    La "deuxième guerre mondiale" fut en réalité une guerre contre la révolution :
    Le programme du CNR du 15 mars 1944 au format PDF
    Version simple et très légère : mai68.org/spip/IMG/pdf/Programme_du_Conseil
    Jolie version : mai68.org/spip/IMG/pdf/Les-J
  •  
    Fac-similé : mai68.org/spip/IMG/pdf/Livre
     
  • (Faire un clic droit sur un lien, puis "Enregistrer sous")

  • Résistance - 15 mars 2004 - Manque-t-il aujourd'hui de l'argent pour maintenir les acquis du CNR ?
     Appel à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944 :
    « programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des "féodalités économiques", droit à la culture et à l'éducation pour tous, presse délivrée de l'argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc.
    « Comment peut-il manquer aujourd'hui de l'argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l'Europe était ruinée ? »
    Article complet et vidéo : http://mai68.org/spip/spip.php?article7423


 

 

L’appel longtemps oublié de Charles TILLON

(j'ai retiré ce qui n'est plus d'actualité, note de ch.d ):


 

"Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini : l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie... Et maintenant, ils livrent la France.

 

Ils ont tout trahi.

 

Après avoir livré les armées du Nord et de l’Est, après avoir livré Paris, ses usines, ses ouvriers, ils jugent pouvoir, avec le concours de Hitler, livrer le pays entier au fascisme.

 

Mais le peuple français ne veut pas de la misère de l’esclavage du fascisme.

 

Pas plus qu’il n’a voulu de la guerre des capitalistes.

 

Il est le nombre : uni, il sera la force.

 

Pour l’arrestation immédiate des traîtres


Pour un gouvernement populaire s’appuyant sur les masses, libérant les travailleurs, luttant contre le fascisme hitlérien et les 200 familles, luttant pour l’indépendance nationale et prenant des mesures contre les organisations fascistes.

 

Peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes, UNISSEZ VOUS DANS L’ACTION !"

 

Charles Tillon, Gradignan, 17 juin 1940


Source : F.T.P. Soldats sans uniformes.

 

.

 

.

Repost 0
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 00:51

 

 

NWO-fou.jpg

 

 

L'horreur du Nouvel Ordre Mondial

Psychopathes et Prophètes

L'Appel du 18 juin 2014

L'introduction à cette parution

de Chantal Dupille

 

 

Je reçois l'article ci-joint très original, très profond, très vrai. Pour nourrir notre réflexion ! L'ombre du Nouvel Ordre Mondial, et en commentaire, une phrase (très fine), surtout, à laquelle je souscris totalement, hélas : "Mais les américains sont encore les plus forts militairement, et c’est peut-être pour éviter leur débordement sur ce plan que les événements peuvent se précipiter". Je commençais en effet à subodorer que l'Amérique ruinée, et forte juste sur le plan militaire (sa principale industrie est de mort), aurait intérêt à hâter la grande guerre avant que ses concurrents (Russes, Chinois, Iraniens...) ne soient trop forts pour lui résister et empêcher l'imposition du monstrueux NWO à la terre entière. Avec sur les décombres de la folie des Dirigeants, un résidu d'humanité à asservir. A ce niveau, l'espérance est-elle possible ? A mon avis, seule reste la foi... qui peut déplacer les montagnes. Je ne cherche évidemment pas à convaincre les incrédules ! Je vois une énergie alternative à l'horreur dessinée par les cerveaux fous de puissants psychopathes assoiffés de pouvoir et ne tolérant pas que d'autres pays puissent prospérer en dehors d'eux, pire encore, que ces pays soient capables de proposer un autre monde, en empêchant la domination d'un seul conduisant au NWO totalitaire, aliénant.

 

Je ne cesse de le dire : Au point où nous en sommes, et pour peu de temps encore, seule l'Armée peut éviter l'atroce monde d'esclaves asexués ne procréant même plus librement ! Un esclavage pire encore que celui que nos frères noirs ont subi de la part d'un Occident déjà arrogant, cupide, barbare et sans le moindre scrupule. Car même l'amour entre humains ne sera plus possible avec des individus de genre neutre et "robotisés" ; Et la nourriture sera uniforme, fétide, sans goût, pestilentielle... entre autres.

 

Les lanceurs d'alertes, les Sages, les prophètes seront-ils entendus, surtout lorsque la pauvre humanité aveugle s'étourdit de plaisirs artificiels ?

 

La balle est dans le camp des Militaires, des Gendarmes, des Policiers. Aujourd'hui, car demain il sera trop tard...

 

Chantal Dupille, solidaire de tous ses frères et soeurs humains.



 

 

DE LA CHUTE DE L’URSS A LA PRISE DE LA CRIMEE - Partie II (LIESI

Nous vivons chaque jour le remplacement de notre République une et indivisible par une démocratie de second rang sur le modèle anglo-saxon

Vers une frappe nucléaire prévemptive contre la Chine ou la Russie ?


 

NWO-par-ceux-qui-ont-bourse.jpg

En fait, ils ne veulent pas sauver le capitalisme

 

Posté par calebirri le 31 mai 2014

 

Les élections sont inutiles. La peur du FN est un leurre. Et les économistes de tous bords n’ont rien compris. En réalité, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire ici, le système capitaliste fonctionnerait même plutôt bien si les agents économiques étaient réellement rationnels ; ce que des décennies de conditionnement n’ont pas réussi à imposer aux êtres humains, et c’est tant mieux !


Depuis le temps qu’on sait comment le sauver, il faut être naïf ou aveugle pour ne pas comprendre que si nos gouvernants continuent à agir contre le bon sens le plus élémentaire (c’est-à-dire imposer la régulation), c’est qu’ils ne le désirent pas : au point où les Occidentaux en sont rendus, après des décennies de tricheries, de distorsions de concurrence et de protectionnisme « patriotique », il apparaît que le retournement -inévitable au regard des ressources, de la population et du niveau de confort des pays « riches », a déjà bien entamé son oeuvre : aujourd’hui sauver le capitalisme revient pour les « occidentaux » à la fin de leur hégémonie sur le reste du monde.


Et c’est bien ainsi qu’il faut comprendre les événements qui se jouent actuellement. Alors que les économistes se disputent sur la meilleure manière de « sauver » le capitalisme, qu’ils vilipendent telle ou telle politique économique, ils refusent de voir que sauver ce système est non seulement inutile, mais aussi et surtout considéré comme « néfaste » par la plupart des « idéologues » qui nous dirigent, car ce système est tellement corrompu qu’il ne sert plus leurs intérêts mais celui de leurs « concurrents » (ou ennemis si on anticipe un peu). Cela implique pour les pays dits « développés » -et en dehors de la réflexion collective à laquelle j’appelle sans succès (mais je ne suis pas le seul!) la mise en place d’alliances, de tensions et de guerres pour redéfinir, sans passer par le capitalisme (et oui les occidentaux ne sont plus les plus puissants en richesse), un nouvel équilibre mondial dans lequel la force brute sera le référent (et là, les occidentaux sont encore les plus forts).


Ce qui se passe en Afrique, en Europe, des printemps arabes à l’Ukraine en passant par le Mali, n’est rien d’autre qu’une politique de déstabilisation de ces régions pour s’octroyer de « nouveaux marchés » à « peu de frais » (et oui pour eux les morts ne font pas partie des « frais »). En Europe, la « Troïka » (qui n’est rien d’autre qu’un lobby « occidentaliste ») appauvrit les peuples et le prépare à la révolte qui précédera, soi-disant pour lutter contre le « nouveau fascisme », une « Union Sacrée » des partis dits « de gouvernement » qui imposeront la fin totale de la démocratie pour faire allégeance aux Etats-Unis dans le cadre d’une alliance comme le TAFTA, qui donnera aux multinationales le véritable pouvoir politique.


Les grandes alliances se formant peu à peu, les tensions vont monter jusqu’à ce qu’un des camps soit ruiné ou prêt à combattre. Les bourses s’effondreront d’un coup et le capitalisme sera détruit, remplacé par un régime autoritaire dans lequel l’argent n’aura plus d’utilité, quand chaque mouvement de chaque personne sera alors contrôlé et déterminé sans qu’il puisse faire autre chose que d’obéir.


C’est cela le monde qu’on nous prépare. Cela ne sert à rien de continuer à voter ou ne pas voter, critiquer ou suivre, nous ne sauverons pas le capitalisme car ceux qui ont encore le pouvoir ne le veulent pas. L’extrême-droite ne gouvernera pas l’Europe, et personne ne sortira de l’Europe. Les alliances seront scellées, les armes fourbies, la misère organisée, les lois votées, et la révolte préparée… les restes de la démocratie éparpillés, la liberté enterrée.


Le progrès technique a rendu possible le contrôle et la surveillance totale possibles, rendant ainsi l’utilisation de la monnaie obsolète et l’esclavage attrayant : pourquoi faudrait-il payer des hommes pour travailler alors qu’il est désormais possible de les y contraindre ? L’argent était jusqu’à aujourd’hui le lien permettant la dépendance des hommes vis-à-vis du pouvoir, mais la technologie le remplace avantageusement. Nos dirigeants n’ont plus besoin du capitalisme pour exercer leur domination, ils ont la force totale. Internet est à la fois l’arme et le rempart qui séparent la démocratie de la dictature. Et il ne fait aucun doute que la bataille pour préserver un internet libre sera notre dernière bataille. Après, nous ne pourrons plus rien faire.


Caleb Irri


http://calebirri.unblog.fr

 

4 Réponses à “En fait, ils ne veulent pas sauver le capitalisme”

  1. betovdit :

    « Les grandes alliances se formant peu à peu, les tensions vont monter jusqu’à ce qu’un des camps soit ruiné ou prêt à combattre »

    Si j’ai bien compris les (autres) alliances actuelles, un des principaux problèmes que rencontrent, par exemple, la Russie et la Chine, serait justement de ne pas entrer dans une logique de blocs, qui permettrait aux judéo-bourricains de relancer leur industrie militaire. La CEI n’est pas le pendant de l’EU. Les états qui rejoignent ces organisations ne renoncent pas à leur souverainetés respectives. Ce sont, pour le moment, des unions d’intérêts souples et multidimensionnelles, sans véritable leader et sans autre idéologie apparente que le développement.

    On observe aussi l’engluement à la chinoise du dollar pour lequel les nouveaux développés préféreraient manifestement un atterrissage en douceur à un effondrement brutal… qui ne leur permettrait pas de prendre toutes les dispositions voulues.

    En gros, les bourricains sont ruinés et leur monnaie invalidée. Leur armée dépassée ne sera probablement plus jamais en état de combattre que pour des clowneries CIA-esques du genre Boko-Haram. Entre les chinois qui apportent des milliards en développement et les bourricains qui apportent le terrorisme, la mort, la destruction et le pillage, le choix devrait s’imposer, quelque soit la puissance du système de propagande.

    « L’extrême-droite ne gouvernera pas l’Europe »

    L’utra-droite israélienne gouverne actuellement toute l’Europe. Schématiquement, son nom est Rothschild. Si, par « extrême-droite », tu veux dire « nationaliste »… il est certain que la diabolisation fera son travail. D’autre part, pour autant qu’on puisse le savoir, il semble bien que ce soit les bourricains qui pilotent sur le plan formel.

    « personne ne sortira de l’Europe »

    Tu es d’un pessimisme noir, camarade. :)) Et pourquoi pas une jolie auto-destruction du bouzin ?

    • calebirridit :

      @ betov

      En ce qui concerne la Chine et la Russie, des accords commerciaux comme celui sur le gaz (voir http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/05/21/gaz-mega-accord-entre-la-chine-et-la-russie_4422950_3244.html) est un signe important de leur rapprochement. Et le problème insoluble de l’interdépendance de la Chine et des EU par rapport au dollar pourrait être réglé avec quelque chose comme le bancor ou un truc du genre…

      Mais les américains sont encore les plus forts militairement, et c’est peut-être pour éviter leur débordement sur ce plan que les événements peuvent se précipiter.

      pour ce qui est de l’ultra-droite israélienne, je suis plutôt d’accord avec « un passant » !

      @ un passant

      Effectivement rien n’est gravé dans le marbre ; cependant on peut craindre qu’une fois la dictature installée il devienne très difficile de s’en sortir sans passer par des années de guerres, de misères et d’horreurs. Comme le disait « je-ne-sais-plus-qui » à propos des nazis, il est fort possible qu’une telle dictature possédant les outils technologiques actuels de surveillance et de contrôle aurait perduré bien au delà de 1945… rien n’est figé, mais les choses bougent lentement.

      @ monde indien

      A vrai dire je suis de plus en plus pessimiste sur le fait qu’on ne fera jamais taire la voix de la liberté : comme je l’ai dit plus haut, une fois la dictature orwellienne installée, il sera très long et très difficile d’en sortir.

  2. un passantdit :

    « Après nous ne pourrons plus rien faire. »

    « Après », il est toujours possible de « faire ». Il n’est gravé nulle part dans le marbre que l’individualisme et le renoncement sont installés pour l’éternité.
    Et l’ultra droite en Israël ne pilote que ce que les dirigeants américains veulent bien lui laisser piloter.

    Bref, rien n’est figé, ni en bien, ni en mal, jamais.

  3. mondeindiendit :

    Bigre !
    Tout ceci est un peu effrayant ! –
    A vrai dire je vois un peu les choses dans ce sens -
    Big Brother pointe son nez , ce monstre !
    ( ce traître de Jacques Attali l ‘ avouait de lui-m^me et piteusement il y a 2 ans ) -
    D ‘ abord , n ‘ oublions pas qu ‘ aucune dictature , si terribles soient-elles , ne fera JAMAIS taire aucune voix de la liberté et de l ‘ amour -
    ( si d ‘ aventure nous nous décourageons , relisons les grands auteurs révolutionnaires d ‘ Amérique Latine – Pablo Neruda – Le chanteur Uruguayien Daniel Viglietti , … et tous les autre frères et soeurs … ) -
    Et puis n ‘ oublions pas qu ‘ ici aussi , m^me en Europe , il y a 1000 bonnes volontés , 1000 frères et soeurs , qui sont comme nous , et dans le fond nous savons bien que nous voulons , et aurons la m^me chose -
    Comment tout cela surviendra-t-il ?
    Les violences sont si grandes qu ‘ on a du mal à l ‘ imaginer !
    Pourtant ,
    des Mai 68 ont surgit , on ne savait d ‘ où ,
    des révolutions de 1789 ,
    des communes ,
    des révolutions russes ou chinoises ,
    d ‘ autres -
    Nous sommes les +forts , fortes -
    Sachons-le -
    Disons-nous le -
    ( ici le soleil se lève sur la mer et la plage du sud , magnifiques d ‘ amour – Alleluiah ! !

http://calebirri.unblog.fr/2014/05/31/en-fait-ils-ne-veulent-pas-sauver-le-capitalisme/

 

20:59
Enregistré le 10 mai 2014
(cliquer sur l'image)

Texte de l'appel du 18 juin
Actualité de l'Appel du 18 juin

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article