Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 01:47

 

etats-unis-effondrement.jpg

On m'envoie ce très beau texte qui dit tout.

L'Amérique exsangue, aux abois,

devient une bête furieuse qui sème le chaos partout,

et tandis que la France est déjà moribonde,

l'Allemagne relève la tête...

et avec Merckel qu'on fait peut-être chanter,

la perd maintenant.

En route vers l'apocalypse...


Chantal Dupille


2014, l’année où l’Empire a refusé de mourir dans son lit


 

On espérait un peu naïvement que l’Empire US mourrait dans son lit (1). Il n’en est rien. Gangrené par sa faillite financière, morale et sociale, il décline bien sûr comme prévu et le Système atlantiste avec lui. Sauf que tout se passe beaucoup plus vite qu’attendu. Saisi de panique, l’Empire a donc mis à profit l’année 2014 pour semer partout le chaos dans le but de conjurer son déclin, allant jusqu’à construire toutes les conditions d’une Troisième guerre mondiale. Il aura évidemment pris soin de fixer l’épicentre de la chose loin de son sanctuaire (2), avec l’assentiment d’une élite européenne de groupies-technocrates, et autres idiots utiles, encadrés par un proconsul allemand dangereusement rétabli dans sa grandeur (3). 2014 aura donc été l’année d’un emballement stupéfiant et d’une montée aux extrêmes terrifiante, l’année où l’Empire aura refusé de mourir dans son lit, ouvrant une nouvelle séquence historique plus folle que jamais.  


 

annus-horribilis

 

 

Du grand frère protecteur au tortionnaire


Lorsque des clowns formatés dans des écoles de com’ prétendent lui commander, l’Histoire peut se montrer d’une cruauté infinie. Ainsi en va-t-il du dernier POTUS, Barack Hussein Obama, à la fois Prix Nobel de la Paix, geôlier en chef du camp de torture de Guantanamo et artisan d’une nouvelle guerre froide à l’issue potentiellement apocalyptique.

Le mythe hollywoodien du grand frère américain protecteur, un peu couillon mais bienveillant, est bel et bien définitivement enterré, malgré la puissance de la machine de propagande mobilisée pour l’entretenir.

Aujourd’hui, la plupart des peuples du monde sont ainsi passés de la fascination pour l’American Dream au dégoût à l’égard d’une hyperpuissance aussi vorace que brutale, qui n’hésite pas à semer la mort et le chaos pour perdurer dans son être.

2014 fait à ce titre un peu figure de point d’orgue, où l’on aura vu l’Empire étrenner l’année par une alliance avec des groupes néonazis ukrainiens (pour perpétrer le coup d’État que l’on sait), puis la terminer dans la puanteur exhumée de ses habituelles pratiques tortionnaires (4).

Et c’est aux pieds de cet Empire-là que les élites européennes n’en finissent plus de ramper, se soumettant à tous ses diktats, couvrant tous ses crimes, se prêtant à toutes ses manigances les plus folles. 


A cet égard, le cas de l’Allemagne mérite désormais une attention particulière. 

« We’ve beaten the Germans twice, and now they’re back! »

On se souvient des craintes de Mitterrand et de la Dame de fer à l’aube de la réunification allemande, craintes parfaitement résumées par Margaret Thatcher lorsqu’elle s’était écriée : «Quoi, nous avons battu deux fois les Allemands et les voilà encore de retour ! (5)». 

De facto, l’Allemagne est en effet (re)devenue la puissance dirigeante en Europe, au point que certains observateurs, comme Emmanuel Todd, n’hésitent plus à parler d’un Empire allemand reconstitué (6).

 

Or la soudaine adhésion de la chancelière allemande à l’hystérie guerrière antirusse de l’Empire US pose de graves questions. 
Suite au scandale des écoutes perpétrées par la NSA sur son téléphone portable, on pensait pourtant que la lune de miel avec Washington ne serait pas pour demain, la chancelière allemande faisant savoir qu’« entre des amis proches et des pays partenaires, comme le sont la République fédérale d’Allemagne et les États-Unis depuis des décennies, une telle surveillance d’un chef de gouvernement ne saurait exister ». Parlant même d’un « coup sérieux porté à la confiance mutuelle entre les deux pays ».

C’était en octobre 2013, peu avant le début du coup d’État de Kiev. 
Mme Merkel s’était ensuite joint à la meute des toutous pour hurler avec l’Empire contre Moscou, mais toutefois sans excès. Du moins jusqu’au discours de Sidney, le 17 novembre dernier, où la chancelière a attaqué la Russie avec une agressivité inédite, affirmant notamment « que les agissements de la Russie mettaient en péril la paix en Europe » (7).

 

Comme le souligne Philippe Grasset dans dedefensa (8), « aucun élément nouveau décisif, dans les trois ou quatre derniers mois, ne paraît devoir justifier le revirement de Merkel exprimé dans des termes si dramatiques et alarmistes, et encore moins l’expliquer ».

D’où l’hypothèse, de plus en plus répandue, que les écoutes de la NSA ont finalement payé, et que les USA feraient tout simplement chanter la chancelière. Les États-Unis disposeraient donc de « moyens de pression, pouvant aller aussi bien de documents récupérés de l’ex-RDA, par exemple des archives de la Stasi, que de certaines affirmations et confidences de la chancelière interceptées par la NSA ».

C’est bien évidemment possible, la politique étrangère étasunienne relevant davantage du gangstérisme que de la diplomatie.

 

« Une autre guerre en Europe ? Pas en notre nom ! »


Il n’en reste pas moins que la volonté des États-Unis de faire de l’Allemagne leur principal supplétif en Europe ne date pas d’hier, et qu’ils estiment apparemment depuis longtemps déjà qu’Angela Merkel a le profil idéal pour le rôle (9).

 

De son côté, en jouant ainsi la carte US de l’affrontement contre la Russie, l’Allemagne d’Angela Merkel paraît tentée par un nouvel impérialisme (10), qui soulève des questions, il est vrai dérangeantes, compte-tenu de l’Histoire du siècle dernier.

Bien sûr, en Allemagne même, les critiques commencent à fuser. Le Spiegel a ainsi récemment ouvert les feux avec un article fleuve, très mordant contre la politique de la chancelière (11).

Puis ce fut le discours fantastique tenu à la tribune du Bundestag, devant la représentation nationale, par Sahra Wagenknecht (12), vice-présidente du parti Die Linke (La Gauche). Un discours où tout est dit avec les mots les plus justes.

Enfin, il y a eu cet appel lancé par des personnalités allemandes (anciens présidents, intellectuels, artistes ou industriels) dont le titre se passe de commentaire : « Une autre guerre en Europe ? Pas en notre nom ! » (13).


On voit toutefois mal Angela Merkel reculer, à plus forte raison s’il y a chantage.

Aujourd’hui, l’Empire US semble donc avoir trouvé dans l’Allemagne le pivot européen idéal pour articuler sa croisade contre la Russie. Servie par la quasi dissolution d’une France qui ne pèse strictement plus rien en matière de politique étrangère, Berlin peut en effet s’appuyer pour ce faire sur la russophobie « naturelle » d’anciennes républiques soviétiques, qu’elle contrôle largement (14).


L’Empire aux abois


De son côté, l’Empire poursuit furieusement sa montée aux extrêmes. Le 12 décembre dernier, le Congrès US a ainsi autorisé la livraison d’armes létales à l’Ukraine, en votant à l’unanimité un texte, que d’aucuns considèrent comme une véritable déclaration de guerre contre la Russie (15).

Nous en sommes donc là, en cette fin 2014.

En s’appuyant sur les faiblesses, les aveuglements ou les rêves de grandeur inavoués d’acteurs européens parfaitement lamentables dans cette affaire, l’Empire a décidé de privilégier la politique du pire, pour tenter de conjurer son déclin, fixant une guerre en Europe de l’Est, en acceptant avec une inconséquence inouïe la possibilité d’une confrontation militaire entre puissances nucléaires.

C’est peut-être que pour lui le temps presse de plus en plus.

L’offensive menée contre la Russie a en effet convaincu les pays du Brics de passer à la vitesse supérieure, et les rapprochements entre Moscou et Pékin, et même plus récemment New Delhi, font paniquer Washington (16).


Sur le plan intérieur, la situation étasunienne se détériore d’heure en heure. Un Américain sur cinq bénéficie désormais de bons d’alimentation pour vivre (17), et une réplique amplifiée de la crise des subprime de 2008 est d’ores et déjà sur dans les starting blocks.

Pour éviter la rébellion des 99 % contre les prédateurs du corporate power US, c’est-à-dire du peuple contre le gouvernement, l’administration Obama a même exhumé la vieille technique de la division raciale. Noyer le poisson ainsi (18), c’est tout de même un comble pour un premier Président noir US. Mais passons.

La faillite des États-Unis est consommée, tant sur les plans financier, que moral ou social.

Ne reste dès lors que l’Empire en tant que structure, en tant que Système, en tant que machine à dominer et à écraser, dans toute sa froideur et toute sa brutalité.

Un Empire aux abois, qui refuse de mourir dans son lit.


Pierre Vaudan

 

Notes

L’empire et le docteur Kübler-Ross

Enfumage ukrainien, contre propagande

L’Allemagne tient le continent européen

Torture à la CIA, les passages les plus terrifiants du rapport

L’Allemagne, puissance hégémonique à reculons

L’Empire allemand reconstitué

Le grand virage de Sidney

Merkel sous chantage ?

Angela Merkel va-t-elle entraîner l’Europe et le monde dans les prochaines guerres?

10 L’essor de l’impérialisme allemand et la pseudo-menace russe

11 Summit of Failure: How the EU Lost Russia over Ukraine

12 Le discours de Sahra Wagenknecht (sous-titré français)

13 «Une autre guerre en Europe, pas en notre nom»

14 L’Allemagne tient le continent européen

15 Ukraine: la Russie menace les Etats-Unis de mesures de rétorsion

16 Avec la Crimée, l’Inde défie les USA

17 Explosion du nombre d’Américains ayant recours à l’aide alimentaire

18 Du racisme à la révolution

 

Source : 2014, l’année où l’Empire a refusé de mourir dans son lit (entrefilets.com, français, 15-10-2014)

 

Déjà publié de Pierre Vaudan

http://www.vineyardsaker.fr/2014/12/15/2014-lannee-ou-lempire-refuse-de-mourir-dans-son-lit/#more-9239

 

.

Etats-Unis-drapeau-sur-ruines.jpg

.

Le chaos orchestré par l'Empire

De Kiev à Damas, une même folie

 

 

On sentait évidemment le coup venir depuis des semaines. Destinées à émouvoir la ménagère de plus de 50 ans et le militant de base de l’UMPS mondial, les fausses décapitations de citoyens US (1) puaient en effet le casus belli à plein nez. Stopper la barbarie de l’EI/Daech par des frappes forcément chirurgicales en Irak et en Syrie ? Vaste plaisanterie quand nombre de pays de la coalition montée à la hâte par Washington, pour se la jouer « communauté internationale », figurent parmi ses principaux bailleurs de fonds. Vaste fumisterie, lorsque, sous prétexte de sauver des minorités dont on favorise le martyre depuis des années, on cherche surtout à achever la trop résistante légalité syrienne, pour affaiblir la Russie et permettre au Bloc atlantiste de conserver son hégémonie mondiale. 

 

 

Un instrument aussi


Daech ou EI, ou ISIS comme on veut, c’est d’abord le résultat de la deuxième guerre d’Irak et de la dissolution de l’armée de Saddam par le proconsul américain Bremer. Une opération accessoirement lancée elle aussi sans l’aval de l’ONU, elle aussi avec une coalition de bouffons et de petits pays clients, à qui on a tordu les bras.

Daech ou EI, ou ISIS comme on veut, c’est ensuite le financement et l’armement durant trois ans de groupuscules terroristes en Syrie sous couvert de pseudo révolution. Et cela sous les acclamations de l’Occident américanisé et de sa machine de propagande bien huilée.
Daech ou EI, ou ISIS comme on veut, c’est enfin, idéologiquement parlant, le résultat de 100 ans de délire wahhabite saoudien. Cette Arabie saoudite si chère au cœur de notre Bloc atlantiste, dépendance à l’or noir oblige, et pourtant matrice idéologique de ce terrorisme sunnite contre lequel on prétend se défendre.

Mais Daech ou EI, ou ISIS comme on veut, et la franchise al-Qaïda avant lui, c’est aussi un instrument pour le Système atlantiste.
Car dans la version ultime de la terreur pseudo-islamiste (2) qui nous est proposée aujourd’hui, l’horreur atteint un tel degré qu’elle permet désormais toutes les guerres, toutes les frappes, tous les assassinats et toutes les opérations de regime change rêvées par le Système atlantiste, et cela au mépris de la légalité internationale et de la souveraineté des nations.

Car avec ce cynisme affolant et cette inculpabilité qui sont aussi sa marque de fabrique, ce Système, bien que totalement dépassé par l’ampleur soudaine du monstre qu’il a contribué à créer, cherche tout de même à tirer profit de la situation.

 

Un Grand Jeu contre le BRICS

 

Ce n’est donc pas un hasard si on a largement traîné les pieds en attendant les premiers succès concrets de Daech sur le terrain.
Ce n’est donc pas un hasard si des frappes d’une ampleur sans précédent sont désormais menées en Syrie, un an presque jour pour jour après une première tentative avortée (3) de lancer une guerre dans ce pays.

Ce n’est donc pas un hasard si, au premier jour de ces frappes, Israël, qui devrait pourtant craindre le pire de Daech, a jugé bon d’abattre un avion de chasse syrien qui opérait justement contre la nébuleuse terroriste.

L’idée folle, derrière cette vertueuse campagne atlantiste, est probablement d’y voir l’opportunité d’accélérer l’effondrement du régime de Damas, dans l’espoir d’une recomposition favorable au Système atlantiste. Une recomposition qui permettrait de casser l’axe Iran-Syrie (4) et d’infliger ainsi un sérieux revers à la Russie, qui pourrait perdre le contrôle de sa base maritime de Tartous (5).

Et c’est là que s’opère la jonction entre l’Ukraine et Daech, dans le Grand Jeu du Système américaniste pour casser la Russie, et ce faisant,  pour contrer la montée en puissance des pays du BRICS (6).

 

« Guerre contre le terrorisme 2.0 »

 

Enfin, accessoirement, l’avènement de ce nouveau fléau, et la «guerre perpétuelle contre le terrorisme 2.0» qu’il impose, va nécessairement favoriser l’avènement du totalitarisme que nous redoutions en 2012 déjà, dans notre essai «De la bataille contre le Système» (7). Déjà, la censure d’internet est en marche (8), ne reste plus qu’à attendre les inévitables attentats qui vont survenir ici et là au cœur du Bloc, et sa riposte en matière de restriction des libertés.

Dans sa folle entreprise pour «persévérer dans son être» et maintenir son hégémonie, le Système atlantiste a ainsi allumé partout des incendies qu’il ne contrôle plus.

Des incendies qui vont chaque jour le contraindre à se pervertir lui-même un peu plus, jusqu’à renier et invertir toutes les valeurs qu’il prétend défendre, et dont il se réclame.

Jusqu’à la tyrannie ou l’effondrement.


Pierre Vaudan

 

Notes

(1) Sur les fausses décapitations (même les grands merdias ont dû en parler)
(2) Hassan Nasrallah, sur la nature de Daech
(3) Première tentative avortée de guerre contre la Syrie
(4) Sur l’axe Iran-Syrie
(
5) Pourquoi l’Amérique veut-elle toujours la chute de Bashar al Assad ?

(6) Enfumage ukrainien : contre propagande
(7) De la bataille contre le Système
(8) La censure d’internet votée en France

Source : De Kiev à Damas, une même folie (entrefilets.com, 23-09-2014)

 

 

..

Les États-Unis sur le «pied de guerre»: une mesure législative ouvre la voie à la guerre contre la Russie

 

Pourquoi nous allons vers la 3e guerre mondiale (excellente vidéo 13 mn

.

Les États-Unis sur le «pied de guerre» : Une mesure législative ouvre la voie à la guerre contre la Russie

http://www.mondialisation.ca/les-etats-unis-sur-le-pied-de-guerre-une-mesure-legislative-ouvre-la-voie-a-la-guerre-contre-la-russie/5419376

 

 

 

https://www.youtube-nocookie.com/embed/v8O15DogWgg?rel=0

 

..

 

.

.

OB-pub-panneau.jpg

 

Pour ne plus voir les sales pubs

que désormais, soudain, over-blog impose EN MASSE

au mépris complet des Lecteurs :

téléchagez un logiciel Addblock

Publicités

Nous condamnons la décision unilatérale

de la plateforme Overblog de truffer ce blog

de publicités en VIOLATION des conditions générales

d'utilisation initialement définies.

et sur ce blog,

Blog devenu depuis aujoud'hui diffuseur de pubs malsaines !

Partager cet article

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Un monde fou !
commenter cet article

commentaires

ahura 19/12/2014 19:07

Eva ...voici ce qu'un "sans dent" conseille aux quelques milliardaires français qui s'apprêtent à se gaver comme des oies en ces fêtes de fin d'année alors que des enfants n'auront rien dans leurs
souliers et que des concitoyens n'auront rien dans leur assiette. Faites comme ce milliardaire russe et venez nous parler de patriotisme après !
L’homme le plus riche de Russie, Alicher Ousmanov, a annoncé vendredi avoir rapatrié dans son pays ses principaux actifs, l’opérateur télécom MegaFon et le sidérurgiste MetalloInvest, après
l’annonce par Vladimir Poutine de mesures pour contrer les fuites de capitaux croissantes.

Les « participations majoritaires » de ces entreprises ont été transférées en Russie conformément à la volonté du président russe de lutter contre les paradis fiscaux et en raison de nouvelle
dispositions sur l’impôt sur les bénéfices des sociétés étrangères, a indiqué dans un communiqué USM, la holding de l’homme d’affaires dont la fortune est estimée par Forbes à 18,6 milliards de
dollars.

Ces actifs étaient auparavant basés à Chypre.

De nombreuses sociétés russes sont contrôlées par des holdings appartenant à des Russes mais basés à l’étranger, souvent Chypre dont le régime fiscal est très favorable.

Vladimir Poutine a depuis des années fait une priorité de la lutte contre les paradis fiscaux mais cette nécessité s’est renforcée avec la crise ukrainienne et les sanctions occidentales qui ont
entraîné des fuites de capitaux massives du pays.

Début décembre, le président russe a ainsi proposé une « amnistie totale » à ceux qui rapatrieraient leurs capitaux en Russie, et qui ne seront pas inquiétés concernant l’origine de ces fonds.

ahura 18/12/2014 13:19

Objectif « Nouvel Ordre Mondial »
par le moine du côté obscur

Oui je suis un théoricien de la conspiration comme aiment le dire ces personnes qui n’aiment absolument pas qu’on les bouscule dans leur confort. Oui je suis de ceux qui mettent en doute la version
officielle du drame du 11 septembre 2001. Oui je suis de ceux qui avaient dit il y a longtemps qu’on nous dirigerait vers un Nouvel Ordre Mondial avec un gouvernement mondial dirigé par une élite
sans pitié et ne prenant en compte que ses intérêts. J’étais aussi de ceux qui disaient que les pays européens voire occidentaux finiraient par ressembler à des pays du tiers monde avec une
minorité ultra riche et une grande majorité cherchant à survivre ! Ceci était pour moi évident. Oui à l’époque les gens se moquaient disant que nous voyions le mal partout ! Je pense que
malheureusement (parce que j’aurais beaucoup aimé me tromper) les gens rigolent moins et doivent s’inquiéter comme les gaulois que le ciel leur tombe sur la tête.

Pour moi il était évident que le système dans lequel nous vivons allait s’effondrer tôt ou tard. Tout ne semble être que mensonges, tromperies et arnaques au bénéfice des mêmes. Les fameux 1% de
Chouard et d’autres. J’avais dit aussi que les libertés allaient se réduire au point ou même des personnes somme toute modérées et peu conflictuelles comme Chouard allaient être attaquées. Et pas
sur leurs arguments (pour changer) mais sur leurs présumées fréquentations. Dans ce cas on pourrait attaquer le fumeux Jacques Attali aussi qui a pris une photo avec Soral
(http://www.nouvelordremondial.cc/wp...). Pourquoi pas, après tout, le grotesque n’ayant plus de limite. On se rappelle Haziza essayant de s’acharner sur Philippot avant que celui-ci ne le remette
habilement à sa place (http://www.dailymotion.com/video/x1...). Car on ne veut pas que les gens puissent développer leurs arguments alors il faut les salir pour les rendre inaudibles ! L’humain (et
pas seulement les nègres comme pensait Senghor) étant un animal émotif donc facile à manipuler. Que des personnes comme Soral soient diabolisés ce n’est guère surprenant d’autant plus que l’homme
par ses maladresses (volontaires ou involontaires mais le résultat est le même) donne le bâton pour se faire battre. Mais les gens devraient s’inquiéter du fait que l’on empêche des personnes «
soft » de s’exprimer ! S’ils ne s’en inquiètent pas et bien ils auront ce qu’ils méritent. Donc on commence à faire taire les « penseurs » pour que la « pensée unique » puisse gangréner toute
réflexion. Pourtant si les gens avaient un peu de jugeote ils écouteraient Chouard quand ils parlent de la capacité des 1% à détourner l’attention des gens en se focalisant sur les Soral et autres
(https://www.youtube.com/watch?v=P83...).

Mais les gens ont-ils la capacité de passer outre les diabolisations faciles de la classe politico-médiatique ? Il faudra pourtant bien que les gens se posent les bonnes questions ! Il n’y a pas
d’échappatoire. Comme dit quelqu’un si vous ne faites la politique, elle vous fera. Ou comme l’a dit Paul Valery : « La politique est l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. ».
Alors certains sont prompts à croire la classe politico-médiatique quand celle-ci traite les curieux de conspirationnisme. L’acharnement contre Bigard et autres Kassovitz sur le 11 septembre 2001
n’a-t-il donc pas troublé les gens ? Les mensonges éhontés de Powell avant que l’ogre Sam aille dévaster l’Iraq ne leur parlent pas ? Peut-être que comme l’on va bombarder des « sauvages », ils ne
sentent pas concernés ! Mais il faut bien que le « carnage » commence quelque part et loin si possible pour éviter les « endormis » de se réveiller trop tôt. Ou encore pensent-ils que les hommes
politiques occidentaux ont encore un « fond de morale » ? Compréhensible puisque c’est rassurant ! Alors qu’ils se demandent pourquoi Attali tient des propos curieux à propos de la guerre mondiale
et du gouvernement mondial (https://www.youtube.com/watch?v=ZLK...). Attali en parle, ce n’est pas un conspirationniste ? Il le répète tellement que ça en devient un mantra ! Que dire alors du
rabbin Rav Ron Chaya (https://www.youtube.com/watch?v=Y7D...) et de la future domination israélite ? Ce même rabbin qui dit que la Shoah est un bienfait pour Israël (www.youtube.com/watch
?v=CHmQ...) ? Oui il faut se poser des questions et chercher des réponses ! Se demander quel est cet acharnement des hommes politiques à vouloir signer le traité transatlantique
(http://www.agoravox.tv/tribune-libr...) ! Se demander pourquoi cette obsession à développer l’Union Européenne envers et contre tout ! Et pourquoi cet acharnement dans une politique désastreuse
avec ses innombrables « dommages collatéraux ». Quel est le but final de ceci ?

Et bien notre cher ami Sarkozy avait parlé d’un Nouvel Ordre Mondial qui serait imposé de gré ou de force (www.youtube.com/watch ?v=aeXh...) ! Il faudrait donc que les gens se demandent qu’est-ce
que c’est ! Pas en se basant sur nos propos, mais en faisant des recherches ils verront que les élites politiciennes notamment en parlent régulièrement. Ces mêmes élites obsédées par des politiques
qui créent tant de souffrances et de misère. Puisque ces élites aiment tant faire des raccourcis, on peut s’en permettre d’en faire avec elles ! Elles notamment en France composées de young leaders
(http://www.agoravox.fr/tribune-libr...). Celui qui dit que les complots n’existent pas est soit un ignorant, un naïf ou un idiot. Quoi, ils diront que les coteries n’existent pas aussi ? Alors
pourquoi ces termes sont dans le dictionnaire ? Qu’on les efface donc s’ils n’existent pas ! Je me demande souvent si les peuples se préoccupent de savoir qui les dirigent vraiment. A moins bien
sûr qu’ils pensent qu’ils sont impuissants. Si c’est le cas, tirons le rideau, la représentation est terminée. Mais s’ils pensent qu’ils ont leur mot à dire et bien je pense que ce serait le
moment. Beaucoup cependant veulent agir mais cherchent les voies et moyens d’agir. Je pense que la première des choses est d’arrêter de faire des cultes à des soi-disant dissidents qui défendent
eux aussi sans aucun doute leurs intérêts. Quoique l’homme sensé doit se dire qu’il est vital que la majorité des humains puissent au moins satisfaire leurs besoins primaires. Parce que s’ils n’y
parviennent, ils deviennent une menace sérieuse à plus ou moins court terme. Pour ma part la situation est catastrophique et il faudrait une grosse révolution et une immense évolution des
mentalités. Pour entre autres, Définir les priorités qui sont entre autres de pouvoir nous nourrir, nous soigner, répondre à un certain nombre de besoins sans subir le chantage permanent des
friqués.

L’objectif est pour moi clair mais comment l’atteindre, telle est la question que je me pose. Les humains sont malheureusement trop différents pour pouvoir résister de manière efficace aux élites
qui excellent dans « le diviser pour régner » (on le voit quand certains s’excitent sur certains sujets sociétaux) ou « pour agiter le peuple avant de s’en servir ». Et la question est de savoir si
les humains sont conscients de la menace. Moi j’ai l’impression que tant qu’ils peuvent remplir les caddies, tant que certains ont l’impression de pouvoir voir le bout du tunnel, ils se disent : «
jusqu’ici, tout va bien ». Sauf que les grecs devaient penser la même chose, idem pour les argentins. Tant qu’ils ne voient pas les morts tomber, ils pensent sans doute que la « guerre est
lointaine » et que l’avenir est radieux. Sauf que Coluche disait avec raison :

« Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça. »

Alors non seulement la « crise » ne prendra pas fin mais elle s’amplifiera car elle sert d’outil aux puissants pour atteindre leur objectif qui est il me semble évident d’atteindre leur monde où un
oasis de prospérité prendra place sur un désert de misère. Il leur faut entre autres par exemple les liens entre les pays européens et la Russie pour jeter ceux-ci dans les mains des
multinationales étasuniennes. Le but étant entre autres d’accélérer la signature du traité transatlantique qui renforcera encore les pouvoirs des fameux 1% ! Mais il est possible comme le dit le
professeur Hillard que tout ceci soit une mascarade et que le but ses tensions soient d’accélérer la mise en place des gros blocs tels que Eurasia (Russie, Chine et consort) et Océania (OTAN et
affiliés) (http://www.bvoltaire.fr/pierrehilla...). Ceci étant un préambule au gouvernement mondial qui verra se fusionner ces gros blocs. Et si les humains n’arrivent pas à trouver le moyen de
sortir de ce système mortifère, le Nouvel Ordre Mondial tant souhaité prendra place sur un océan de cadavres. Car en vérité la question que les gens devraient se poser est de savoir si les élites
auront besoin de 7 milliards de bouches à nourrir et de rebelles potentielles à sa toute puissance. Pour moi la réponse est évidente et il faudra donc appliquer la « solution finale » aux bouches
jugées inutiles. L’élite ne pourra se permettre d’avoir une telle bombe à retardement. La suite pour le conspirationniste que je suis est facile à deviner. Donc nous n’en sommes peut-être pas
encore là, mais la situation est grave et seuls les aveugles ou les « autruches » ne le perçoivent pas !

ahura 18/12/2014 11:38

Eva ...les merdias saluent avec force le rapprochement des Etats-Unis avec Cuba . A première vue bien entendu cela semble une bonne chose . Nous sommes tous américains ! Ah bon et pourquoi pas tous
cubains ? L'avenir nous le dira mais je ne suis pas certain que ce geste ne cache quelque chose ! Obama a réussit un beau coup de com certes. Il a peut-être nargué Poutine en difficulté
provisoirement mais l'avenir nous dira si "cet évènement historique" est vraiment aussi bon pour le peuple cubain qu'on veut bien nous le faire croire . Je crains que Cuba redevienne le bordel des
américains qui vont corrompre la population privée jusqu'alors de biens matériels mais heureuse et souriante. Les Etats - Unis n'ayant pas pu la soumettre en 50 ans d'embargo attaque d'une autre
manière hypocrite et sournoise . Dans un premier temps les cubains auront l'impression de recevoir une bouffée d'oxygène mais avec le temps ils regretteront d'avoir fait revenir le loup dans la
bergerie .