Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 01:24

,

 

choc-civilisations-cte-valmy-samuel_huntington.jpg

 

Quel choc de civilisations ?

L'opinion de chantal dupille (eva R-sistons)

 

 

Quel choc de civilisations ?

 

Souvenez-vous ! Forte de mes origines multiples et de la tolérance familiale apprise, j'ai ouvert il y a quelques années un blog contre le choc de civilisations, pour promouvoir le dialogue, la communion, la fraternité entre les différentes religions et civilisations. Au fil des années, il m'a été de plus en plus difficile de le remplir. J'ai découvert trop de choses contrecarrant en particulier mon souhait d'être un PONT entre les individus !

 

Religion, cela veut dire re-lier, créer du lien, avec Dieu d'abord, ensuite entre les hommes. Or artificiellement, pour des raisons impériales, impérialistes, de domination et de prédation, l'Oligarchie a suscité des barrières pour dresser les individus les uns contre les autres. C'est l'éternel "diviser pour régner" ! Et il est si commode de créer des boucs-émissaires pour que les peuples s'en prennent à leur voisin (hier communiste ou Juif, aujourd'hui Musulman) plutôt qu'aux auteurs de leurs souffrances, tout en haut, avec des Rothschild ! Alors, oui, artificiellement, les Occidentaux créent des scénarios abominables, dignes des pires horreurs d'Hollywood. La peur est semée dans l'Opinion, entraînant une soumission toujours plus grande. Car les médias nous abreuvent quotidiennement d'attentats "terroristes", de méfaits "islamistes"... En réalité, le trop fameux "terrorisme islamiste" est l'oeuvre de l'Occident qui avec l'argent des monarchies pétrolières complices, finance, arme, fanatise, drogue des individus précaires (sur le plan social ou mental), et ainsi tout est truqué.

 

 

choc-civilis-copie-1.jpg


 

Et puis, j'ai découvert voici deux bonnes années une effrayante doctrine : Celle des Talmudo-Sionistes, hélas aux commandes d'Israël avec des fanatiques comme Netanyahu, Liberman, Meyer-Habib... ou des colons bellicistes. Cette doctrine repose sur cinq abominables piliers : Un peuple "élu", une race "supérieure", dominer tout, éliminer ou mettre en esclavage les goyim (non Juifs) ! Et finalement, c'est la doctrine du Nouvel Ordre Mondial qui étend ses tentacules barbares sur le monde...

 

choc-civilisations-voile-cte-valmy-samuel_huntington.jpg

 

Alors, entre les "terroristes" mercenaires de l'Occident osant se proclamer "démocrate", les chocs artificiels de civilisations, les Partis politiques prospérant sur la haine et le rejet de l'autre, les doctrines barbares, comment travailler à l'union, la fraternelle communion des humains ?

 

Je ne sais plus quoi faire, et j'en souffre.

 

Et je ne sais plus comment alimenter mon blog pour la communion des humains...

 

A chacun de nous, finalement, de faire briller là où il est une petite lumière de tolérance, d'amour, de fraternité...

 

Ce sera le bonheur et la victoire de tous, et la défaite de ceux qui, pour des raisons de domination ou d'intolérance, travaillent à diviser les humains pour le profit des plus nantis sans scrupules...

 

chantal dupille (dite eva R-sistons)


 

unite-fraternite.jpg

Repost 0
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 00:41

 

 

La foi qui peut déplacer des montagnes

 

 

 

Le bouclier de la foi

en des temps difficiles

Par Chantal Dupille

 

 

A l'occasion de la prochaine parution de mon premier roman (1), j'ai fait une vidéo. Au bout de 11 mn, brusquement, je témoigne : Parce qu'en ces temps si durs, si incertains (crise, WW3...), je voulais proposer le "bouclier de la foi", cette force intérieure qui permet de tout surmonter. J'ai trouvé un trésor, je souhaitais le partager....

 

Alors que j'étais incroyante, je me suis convertie par hasard, en rencontrant une jeune Protestante évangélique : Ayant la passion de la vie et des vivants, de tous les vivants, j'étais affamée d'Amour vrai (dit "agape", de qualité supérieure, prêt à se donner totalement), alors lorsque j'ai entendu que venir à Dieu permettait de l'avoir, j'ai tout de suite dit oui ! Et j'ai été voir un Pasteur qui m'a "imposé les mains" (prié) pour que je puisse vivre cette dimension.  Aussitôt, j'ai été comme saisie, saisie par la Puissance du Saint-Esprit, j'ai pleuré (de joie), et c'était si beau que j'aurais embrassé la terre entière !

 

Protestante, comme ça je peux... protester ! Contre les dogmes, les interdictions, les Institutions rigides, l'Eglise établie, hiérarchisée (comme contre les injustices, les mensonges, etc !) : Une foi simple, vivante, incarnée, ouverte, allant droit à Dieu pour aller à l'essentiel... Et comme j'ai horreur des sectarismes, des fondamentalismes, du communautarisme, de l'intolérance, j'ai choisi de n'être membre de rien pour ne pas me fermer aux autres. Bref, l'accès direct à Dieu sans intermédiaire, dans la foi confiante. Cette foi qui déplace les montagnes, protège et remplit d'Amour vrai, sincère !

 


Le Bouclier de la Foi.

 

Je pensais diffuser cette vidéo présentant mon roman à l'occasion de sa prochaine publication, mais des tweets ont tout changé.

 

Mon tweet : " Dans les temps difficiles comme ceux d'aujourd'hui (crise,WW3), le "bouclier de la FOI", c'est précieux. Mes témoignages " 

 

Réponses : "Merci Eva, excellente vidéo que je vais partager" ! 

 

"Absolument. Dieu est avec tous les gens sincères dans ce combat contre le Mal ! Et la Victoire est pour nous ! Resistance !"

 

"Oui la victoire est déjà à nous ! Il faut juste garder la Foi, se réconcilier avec Dieu avant les tribulations !!" 

 

"magnifique témoignage !! Votre simplicité et votre sincérité me réjouissent ! Que Dieu vous bénisse encore longtemps :-)"

 

Je me suis soudain dit que cette vidéo, finalement, avait sa place dès maintenant, pour les témoignages de foi apportés à l'heure où l'actualité ne présage rien de bon.

 

Les témoignages commencent au bout de onze minutes. Témoignages de foi... qui déplace les montagnes !

 

Chantal Dupille

 


(1) "Et l'espérance jaillit du gang", roman basé sur des faits authentiques (à la fin mon héros se convertit à 16 ans, comme le jeune qui a inspiré ce livre, voir photo ci-dessous)


 

gangs-Mikael-Bab-2-007.jpg

 

.


 

 

 

..
.



Le Bouclier de la Foi

..

 

.

 

 

.

Repost 0
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 00:13

 

 

.

 

http://juliettepatricia.over-blog.com/article-si-tu-ecoutes-dans-ton-coeur-les-promesses-de-dieu-108768415.htmlhttp://versetbibliquegratuit.v.e.pic.centerblog.net/315528b9.jpg 

 

 

La Vie avec Dieu

Par Chantal Dupille

 

 

Le monde va droit dans le mur - le monde sans Dieu son créateur. Le texte que j'ai reçu, dont je publie des extraits plus bas, éveille en moi toutes sortes de pensées. Oui, à force d'avoir oublié le Créateur de ce monde si beau, la terre souffre. Et nous aussi...

 

Je me suis convertie par hasard dans les années 80. Mon mari connaissait une chrétienne évangélique, et puisqu'il était imperméable à Dieu, elle essaya de me convertir, moi. Comme elle évoquait un Dieu d'Amour, et que je voulais me rapprocher toujours plus de l'Amour parfait, j'ai dit oui. Bref, je fis des expériences concrètes que seul un croyant connaît. Et lorsqu'on est sur l'autre rive, que l'on a fait le pas de la foi, on sait que Dieu est vrai, qu'il existe, qu'il est vivant, et qu'Il se révèle volontiers. On ne revient plus en arrière.

 

Par contre, au bout de quelques années j'ai fui les milieux évangéliques sectaires, intolérants, communautaristes, d'autant plus qu'ils étaient très influencés par les Américains, et fanatiquement sionistes. J'ai gardé la foi vivante ancrée en Dieu, mais j'ai largué Eglises, Temples, groupes de prières ou froids (Protestants traditionnels), sans charismes, ou sectaires (Protestants évangéliques), intransigeants. 

 

 

ruralite-paysan.jpg

 

http://photoschineur33.blogspot.fr/2010/03/tableaux-paysans-animaux-et-cour-de.html

 

Dimanche 17 juin 2012

 

 

Mais il est bien évident que l'on ne peut être que frappé par la folie d'un monde sans Dieu. En oubliant l'essentiel, l'Eternel, le divin, et son corollaire le naturel, on se perd dans l'accessoire, le matérialiste, le superficiel, l'artificiel, l'éphémère. L'homme oublie qu'il est aussi esprit... Esprit ! Et cette dimension change toute la perception des choses.

 

Dieu nous appelle à aimer en toutes circonstances, et à pardonner encore et toujours. C'est une libération !

 

Il nous appelle à respecter la nature, le monde, le vivant - tout le vivant - et notre prochain, si proche quelle que soit sa dénomination.

 

Il nous appelle à gérer sa création avec discernement, sagesse, respect, équité, bienveillance. En bon père de famille, responsable !

 

Il nous appelle à choisir les vraies valeurs, et à opter pour la simplicité de vie. Si nous oublions Dieu et ses préceptes, si nous avons l'orgueil d'être notre propre Dieu, alors nous sommes perdus. Et le monde est perdu.

 

 

etranger

 

 

 

Et à l'orée d'un monde au bord du chaos, celui que les tenants du Nouvel Ordre Mondial préparent contre l'humanité, rien ne remplace l'assurance de la foi... le "bouclier" de la foi ! Car si l'on remet toutes choses à Dieu premier dans notre coeur, on sait que c'est LUI qui prend tout en mains et nous protège. En clair, il ne nous arrivera que ce que LUI seul permettra, même au milieu d'un monde tourmenté : En nous protégeant des Grandes eaux, du breuvage mortel, de la malveillance... "Tout concourt au Bien de ceux qui aiment Dieu", "Il ne permettra pas que ton pied chancelle", "Il te gardera jusqu'au bout" (Promesses de Dieu). Oui, quand tout chavire, le roc de Dieu est immuable et nous avons là un appui inaltérable. Et comme dit le célèbre chant, "Il est l'ami fidèle et tendre de chaque instant". Un ami qui nous conduit inévitablement à la solidarité.

 

Alors oui, pour respecter la nature et l'humain, pour rayonner même au milieu des pires épreuves, il faut avoir le Dieu d'Amour dans son coeur.

 

 

 

 

Et comme disait Mère Teresa, TOUS les chemins mènent à Dieu. Le savoir, déjà, rapproche de l'autre, de tous les autres - et de la vie, la vraie Vie débarrassée de tout ce qui la dénature, la flétrit, la corrompt.

 

 

Que Dieu vous bénisse et remplisse votre coeur


 

Chantal Dupille


http://chantaldupille.over-blog.com

 


 

 

 

Vivre selon la chair ou vivre selon l’esprit

Louis d’Alencourt

 

(extraits)

 

 

 

Je vais essayer de faire comprendre au lecteur non averti la différence entre le monde d’aujourd’hui, basé sur un fonctionnement uniquement matérialiste, et le monde authentiquement chrétien, celui du « Dieu premier servi ». Comme saint Paul nous l’a admirablement expliqué, d’un côté nous vivons selon la chair, et de l’autre nous vivons selon l’esprit.

Il est essentiel de comprendre d’abord que ces deux notions ne s’invalident pas l’une et l’autre : vivre selon la chair n’exclut pas une vie spirituelle, et vivre selon l’esprit n’interdit pas de satisfaire aux besoins de la chair. Non, c’est tout simplement une question de priorités.
Pour une attitude donnée, il s’agit en réalité de deux chemins différents, dont les conséquences ne seront pas les mêmes.
 

 

De deux façons de vivre, en fait.
Je voudrais aussi faire comprendre que dans un monde ultra matérialiste comme le nôtre aujourd’hui, vivre selon l’esprit n’est pas un fantasme inatteignable. C’est l’état d’esprit qui change.
Je voudrais vous faire comprendre que le vrai bonheur, ce n’est pas de posséder le dernier iPad à la mode ou de vivre selon ses envies et ses instincts. Ce bonheur-là créée des insatisfactions permanentes et altère en réalité les rapports humains.
 

 

Le vrai bonheur, c’est celui que vous ressentez au plus profond de votre être, celui qui vient de l’âme et du cœur.
Pour le comprendre, il faut le vivre.

 

(..) si votre priorité c’est la vie terrestre et la jouissance des biens matériels et de la chair, vous allez dans le mauvais sens. C’est pourquoi Satan s’acharne à nous entraîner dans ce domaine-là. Mais tous ceux qui ont une vie spirituelle intense, qui sont en état de grâce, se rendent compte combien c’est agréable de se détacher des choses de la terre et de vivre en harmonie avec le ciel. C’est un bonheur intérieur, une plénitude qui est difficilement explicable à quelqu’un qui ne la vit pas.
C’est pourquoi, Dieu vous donne toujours le choix entre Lui (la vie spirituelle en priorité, et "le reste vous sera donné de surcroît") et Satan (la vie matérielle en priorité).
C’est ce qui différencie l’homme de l’animal.

 

Le fruit de l’Esprit, au contraire, c’est la charité, la joie, la paix, la patience, la mansuétude, la bonté, la fidélité, la douceur, la tempérance

 



  veau-d-or-et-Moise.jpg

http://www.alterinfo.net/Le-culte-du-Veau-d-Or-et-la-Mondialisation_a15407.html

 


Les paysans au travail (cp).JPG

http://www.paulhannaux.com/Les%20Personnages/slides/Les%20paysans%20au%20travail%20%28cp%29.html

 

 

Se baser sur la satisfaction unique de ses besoins matériels sans dimension spirituelle mène au même résultat, et là peu de gens s’en rendent compte. C’est le sens profond de vivre selon la chair : elle ne mène pas qu’aux excès liés à la satisfaction unique des besoins charnels, elle nous détourne de la Loi de Dieu, ce qui conduit aux pires calamités : guerres, idolâtries, déliquescence des mœurs, cupidité, haines, envies, etc… un monde qui ressemble bien étrangement au nôtre.


Vivre selon l’esprit, c’est faire passer sa vie spirituelle avant sa vie matérielle. C’est le sens étymologique de spirituel : qui a rapport à l’esprit. C’est appliquer la devise Dieu premier servi. C’est suivre le commandement de Notre-Seigneur : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.

 
Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandements plus grands que ceux-là. »


Mais attention, il faut respecter l’ordre : seul l’amour de Dieu mène à l’amour du prochain, et non l’inverse.

Vivre selon l’esprit, c’est donc tenter d’appliquer dans sa vie les lois de Dieu, de chercher à lui plaire en obéissant à ses commandements. Avec humilité et discernement.



 

http://www.histoire-image.org/photo/zoom/jab2_millet_001f.jpg

 

 

Je crois qu’avant la société de consommation, beaucoup de gens vivaient bien plus heureux que nous car leur vie était simple, proche de la nature, et proche de Dieu. Une façon de vivre que nous sommes incapables aujourd’hui de comprendre car nous les voyons avec nos propres filtres, totalement déformés par ce monde moderne pourri par le triple culte de l’argent, des plaisirs hédonistes et de l’individualisme égoïste.

 

En se rapprochant de la nature


La nature est une merveille créée par Dieu ; vivre en harmonie avec elle et au milieu d’elle favorise la contemplation et la vie spirituelle, et nous rapproche irrémédiablement de Dieu. Tous les auteurs qui ont décortiqué les plans de la Synagogue de Satan vous diront qu’une des premières actions du démon consista à détourner les gens de la nature. L’urbanisation à outrance, les manipulations génétiques (OGM, etc), la chimiarisation de l’agriculture, de la nourriture et de la médecine, jusqu’aux lois contre-nature, tout concourt à la mise en place d’un monde ANTI NATUREL.

 

Pour nous éloigner de Dieu, le démon nous éloigne de la nature, la détruit, l’empoisonne, la pourrit. Pourtant, comme l’explique si bien Dominique Tassot dans son livre L’évolution (éditions Pierre Téqui), « L’un des traits remarquables de l’univers est son harmonie. Et l’harmonie de l’univers se comprend très bien par l’intelligence de celui qui a tout créé avec logique, avec beauté et avec cohérence. [Dans la nature] chaque chose est à sa place et chaque chose a un sens. »


Vivre en harmonie avec la nature et à proximité d’elle est une condition du bien-être humain, car cela favorise à la fois l’équilibre de l’âme et du corps.


Pendant des millénaires, les hommes se sont passés du pétrole, alors qu’ils en connaissaient l’existence. Depuis que le démon est lâché (1884, dialogue de Léon XIII) le pétrole et tout ce qui s’ensuit ont complètement changé la face du monde, mais hélas, pas dans le bon sens. La totalité des changements modernes viennent du pétrole, et ça, ce ne sont pas les hommes qui l’ont trouvé. Leur inspirateur savait très bien ce qu’il faisait.


Pour comprendre le bonheur de vivre des populations, il faut se reporter avant le choix de cette énergie, donc avant le XXème siècle.
Une fois de plus, nous ne pouvons pas comprendre les modes de vie de ces époques avec nos schémas actuels.

En y prenant du plaisir

 


« Cherchez d’abord le royaume des cieux et vous aurez le reste par surcroît » nous a dit Notre-Seigneur. C’est vrai, et ce n’est pas du tout une vie austère, comme certains le pensent.
C’est une vie bien terrestre pourtant. Mais autrement ; parce que vous vivez selon l’esprit.

 


http://legrandreveil.wordpress.com/2013/07/25/vivre-selon-la-chair-ou-vivre-selon-lesprit/


25 juillet 2013

 

 

 

Cardonnel

 jeudi 26 août 2010 - EXTRAITS choisis par  CD

DIEU EST PAUVRE (PERE CARDONNEL) REEDITION

CARDONNEL

       

   

En mettant de l'ordre en vue de la réfection d'une chambre, je l'ai retrouvé ce livre précieux pour moi qui n'a jamais quitté mon esprit depuis que je l'ai lu, il y a près de quarante ans.
   
Le Père Jean Cardonnel est dominicain. Dans toute son oeuvre, comme le dit la préface du livre que je vous présente il entend briser l'idole du "Bon Dieu" pour découvrir le "Dieu vivant".
    Je ne sais s'il vous sera possible de retrouver cet ouvrage qui en ce temps du matérialisme sarkosiste, prend tout son sens.
   
    Tout d'abord ce texte qui nous révèle un peu quel homme est le Père Cardonnel.
   
"Quand je serre la main d'un homme, d'une femme inconnus de moi quelques instants auparavant, je traduits ma surprise, ma joie de rencontrer un nouveau visage humain ; j'exprime ma volonté de me lier avec un autre, d'entrer en sympathie, de chercher à former une nouvelle communauté d'amitié."
       
   
"Nous évoluons dans un monde dont la préoccupation de soi constitue l'armature. Notre monde est celui de l'égoïsme; des choses, de la quantité; il s'épanouit en règne des privilèges, des affaires, de l'argent. Nous sommes dans la société compétitive... Les premiers entendent toujours demeurer les premiers. Ils veulent même de plus en plus distancer tous les autres considérés comme des concurrents... Si les premiers seuls comptent, où seront les derniers. Les autres, les derniers ne seront jamais traités comme des personnes...ravalés au rang de choses...ils demeurent en marge.
    Quand viendra le tour des autres ? Jamais ?"  (page 24)
   
   
Ce livre reprend des sermons adressés à un public sud-américain. Ils restent combien vrais dans cette Amérique latine criante d'injustices mais ils sont de plus en plus vraie en notre Europe soumise à la loi matérialiste du marché, écrasée sous le poids d'un capitalisme qui, déboussolé, entraîne notre société peu à peu dans l'abîme.
   
   
    Réfléchissant au rapport entre Dieu et la pauvreté et partant le richesse, Jean Cardonnel écrit très justement :
   
    C'est uniquement lorsque je n'ai plus rien que je peux me donner à plein.
    Il détaille ce processus en trois attitudes :
   
    - A partir de tout, je ne donne rien.
    - A partir de beaucoup, je donne peu.
    - A partir de rien, je donne tout.
   
    (page 35)
   
Il faut vivre en pauvre pour être humain. Parce qu'il est incapable de donner autre chose que lui-même, le pauvre seul a pouvoir d'accomplir le geste créateur...Le Créateur, selon la définition la plus classique, réalise de rien. Il prend tout de lui-même pour le donner à sa création.(page 36)
   
    "Il est plus facile à un chameau de passer par le trou de l'aiguille, qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu."
    (Certains ont voulu adoucir cette parole de Jésus en parlant d'une porte basse à l'entrée d'une ville : pitoyable !)
La parole terrible doit s'entendre dans toute sa rigueur : il est littéralement impossible au riche de pénétrer dans le Royaume de Dieu (Luc 18,25)  Si nous ne sommes pas des pauvres, entrons en contact avec des pauvres ; il ne s'agit pas d'une rencontre épisodique mais d'un lien permanent qui implique à long terme l'abandon... de notre pouvoir. (page 38)
   
   
    Que pout-on donner en échange d'un seul homme ? Rien ? Si, le sang de Dieu.
    On n'a pas le droit d'estimer, d'apprécier un seul homme à un prix moindre que le Sang du Pauvre. (page 45)
   
Entre amis, il n'est jamais question de s'imposer, de se commander. L'Amitié élimine les rapports de force qui ne peuvent conduire qu'aux catastrophes.... S'il est impossible de contraindre à aimer, il faut obliger, même par la force, à renoncer aux moyens d'exploiter, d'humilier, de dominer, ceci pour...la libération des oppresseurs.
   
   
(Je me rappelle un article du même Père Cardonnel où il n'hésitait pas à dire que pour aimer un riche il fallait  d'une certaine façon le dépouiller de sa richesse en tant qu'elle l'empêchait de vivre la communion avec les autres hommes et tout particulièrement les pauvres. En cela  Jean Cardonnel était très proche de la théologie de la Libération si combattue par Jean Paul II et le pape actuel Benoit XVI.)
   
   
Je dis à mes amis qui nient Dieu des lèvres mais dont le coeur est plein de Lui, aux mécréants évangélique : pourquoi cette Amitié que vous cherchez ne serait-elle qu'un mot, une idée ? Si elle était quelqu'un, un vivant, la réalité même,  la racine de toutes choses  !...


A propos des guerres qu'il faut bien appeler coloniales, on parle volontiers de négocier à partir d'une position de force. Dieu, lui, ne négocie jamais à partir d'une position de force. Dieu n'inaugure pas un dialogue amical à partir d'une reconnaissance de sa puissance. dominatrice...


C'est dans l'histoire, la faiblesse des chrétiens nominaux, leur complicité honteuse avec le monde que de vouloir faire appel à la puissance pour imposer la Bonne Nouvelle de l'Amitié.

       
Yvan Balchoy
    yvanbalchoy13@gmail.com

http://www.poesie-action.com/

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/08/26/18906469.html

 

 

http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/IMG/arton1600.jpg

 

http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article1600

 

 

mains.jpgUnite-et-paix.jpg


   

Voici mon rêve à moi :



Moi, je rêve d'une France chrétienne qui ne sera pas antisémite, passée du racisme anti-juif au racisme anti-musulman,


moi je rêve d'un Israël où les Palestiniens pourront aller librement au lieu d'être parqués comme des animaux et anéantis,

moi je rêve d'une terre d'Islam accueillante comme jadis,  


moi je rêve d'une Amérique chrétienne qui respecte l'Evangile, qui préfère les plus pauvres,


moi je rêve d'un monde débarrassé de tous les hors la loi du Nouvel Ordre Mondial prêts à tout pour accroître leur puissance, même à entreprendre des guerres dévastatrices,


moi je rêve d'un monde sans choc de civilisations,


moi je rêve d'un monde débarrassé des voiles... de l'intolérance,
 
moi je rêve d'un monde où la théologie serait d'abord Amour, ensuite libération,


moi je rêve d'un monde où tous coopèreraient au lieu d'entrer en compétition,


moi je rêve d'un monde où tous se tendraient la main au lieu de se tirer dessus,


moi je rêve d'un monde où chacun écouterait l'autre avec sympathie au lieu d'imposer sa croyance,


moi je rêve d'une planète... où tous seraient citoyens du monde, enfants du même Père céleste, frères et soeurs en humanité,


oui je rêve que tous soient un, un pour tous, tous pour un, oeuvrant ensemble au bonheur de chacun.


Je rêve, je rêve...

Mes rêves seront-ils une colombe qui se perdra dans le Ciel ?

Chantal Dupille, 1.2.2010

 

 

colombe-globe-cigalette.jpg

 

Voir ici, 1 février 2010 :

Choc de civilisations, de fanatismes, de haine - ou communion des âmes?



 

 

Le choc de civilisations nous mène à l'abîme
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/article-22017756.html

 

Eva prend position pour l'engagement politique 

des 3 Religions du   Livre,

en faveur du Bien commun
http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/article-23810476.html

 

 

.

Repost 0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 19:09

 

 

ruralite-tableau-1-copie-2.jpg

 

 

 

CHOMEURS ! Demain, l'ESPOIR !

R-sistons vidéo 17

 

 

Le drame des licenciements me touche profondément :

Trop de vies brisées,

de familles disloquées,

de projets anéantis.

Alors je m'adresse à tous ceux

qui sombrent dans le doute, la crainte, le désespoir.

Il y a un avenir pour vous,

l'espérance est concrète !

Voici pourquoi...

4e vidéo enregistrée le 6 avril 2013.

 

Chantal Dupille  (eva R-sistons)


 

http://www.dailymotion.com/video/xyt9vi_chomeurs-demain-l-espoir-r-sistons-video-17_news#.UWGo2jfmIa8

 

.

 

 

Mes dernières vidéos :

 

 

 

 

hollande-sarkozy_hollande_crif.jpg

 

Le mal qui ronge la France pays aujourd'hui colonisé (vidéo eva R-sistons)

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xyt8pb_le-drame-francais-c-est-aujourd-hui-un-pays-colonise-r-sistons-video-16_news#.UWGc5DfmIa8

 

 

 

Libérons- la France !

 

valmy-france-copie-1.jpg

 

 

.

 

  Autres vidéos "eva R-sistons" :

 

 

Le "rêve américain", et le "cauchemar soviétique". R-sistons vidéo 15  
17:32

Le "rêve américain", et le "cauchemar soviétique". R-sistons vidéo 15


 

Le "rêve américain" ! C'est ce qu'on m'a dit.

Alors à 20 ans je suis partie 2 mois aux Etats-Unis.

 

Le "cauchemar soviétique" ! C'est ce qu'on m'a dit.

Alors j'ai été voir l'URSS sur place.

 

Récits de 2 voyages qui font tomber les préjugés...

surtout à l'heure où la "crise"

(provoquée par les mondialistes pour transférer

tout du "bas" vers le "haut" !)

tue nos emplois et risque de priver chaque citoyen

et chaque famille de sa dignité.


Et l'on se prend à rêver d'un monde où il n'y aurait

ni chômeurs ni sans domicile,

comme l'URSS si décriée d'antan

et qui avait quand même du bon !

 

Au nom de la vérité, je témoigne de ce que j'ai vu

 

Vidéo enregistrée le 6 avril 2013

en même temps que 3 autres.

 

eva R-sistons

 


 

___________________________________

 

 

Un article à relayer !

Le FN est la roue de secours du capitalisme

si la Gauche et la Droite sont trop discréditées.

 

 

Politique - le 17 Avril 2012

Comptes et légendes des Le Pen:

Un Front plus familial que national


« Mieux vaut hériter de bons chromosomes conduisant à la richesse, plutôt que de faibles chromosomes qui vous font perdre le magot légué. » Cette citation tirée de « Droite et démocratie économique », une brochure rédigée par Jean-Marie Le Pen en 1978, pourrait figurer au fronton de sa propriété du très chic parc de Montretout, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), tant la famille Le Pen en a fait son code de conduite. Car si l’ancien président du Front national hier, et sa fille Marine Le Pen aujourd’hui, tentent de présenter le FN comme « le premier parti ouvrier de France », ses dirigeants roulent plutôt sur l’or.


Jean-Marie Le Pen confiait à Henri Chapier, sur son « Divan », le 9 décembre 1989, n’avoir « aucun problème avec l’argent. Quand on n’en a pas besoin, on est un homme libre. » Le patriarche a su mettre sa famille à l’abri du « besoin ». Après la destruction de leur appartement dans l’attentat de la Villa Poirier, et un séjour de trois mois chez leur ami Jean-Marie Le Chevallier, les Le Pen s’installent à Saint-Cloud, dans la demeure de Montretout, chez Hubert Lambert. Nous sommes en 1976, « l’année qui voit changer la situation matérielle de Jean-Marie Le Pen dans des proportions notables », note Eric Roussel dans « Le cas Le Pen », paru en 1985.
Le 25 septembre, l’héritier de « la dynastie Lambert, des ciments du même nom », décède. Aussitôt après avoir fait poser des scellés « sur sa future demeure », nous apprend Libération du 18 octobre 1985, Le Pen père fait valoir un testament, signé du défunt, qui le fait légataire universel de sa fortune. Héritage, frais déduits : « un minimum de 30 millions de francs d’avoirs financiers et bancaires », selon Caroline Fourest et Fiametta Venner (1), « 40 millions de francs lourds », selon Pierrette Le Pen, interrogée par Genève Home information après son divorce en décembre 1987. Et 50% de la société civile immobilière propriétaire de l’hôtel particulier de Montretout, soit 365 mètres carrés et 11 pièces sur trois niveaux, ceint d’un parc de 4 700 mètres carrés, le tout estimé entre 10 et 15 millions de l’époque (estimation portée à 6,5 millions d’euros aujourd’hui) ; plus un immeuble rue du Cirque, dans le 8ème arrondissement de Paris. Philippe Lambert, cousin du disparu, intente un procès en nullité de testament. Il se désiste en 1977, car un « arrangement » est trouvé : les cousins Lambert gardent les ciments, les parts industrielles et un gros chèque. La validité « morale » de l’héritage a maintes fois été contestée. Notamment par Jean-Maurice Demarquet, médecin de Lambert et compagnon de route de Jean-Marie Le Pen, enrôlé en 1976 pour déclarer Lambert « sain d’esprit quand il a testé » en faveur de Le Pen. Mais qui s’avoue « surpris », comme Jean Antonelli, l’autre médecin de Lambert. Il s’interrogeait, le 15 octobre 1985, dans Le Monde : « Lambert ne devait pas mourir si tôt, si vite ».

  • Un héritage construit à la sueur du front de travailleurs immigrés

Jean-Marie Le Pen comme sa fille ont souvent dénoncé les travailleurs immigrés coupables de « vivre aux crochets des Français ». Mais l’héritage Lambert, sur laquelle ils ont construit leur fortune, s’est constitué « par le travail, la peine, parfois même la mort d’un personnel en grande partie étranger », relevaient Jean Chatain et Maryse Lelarge dans l’Humanité du 23 septembre 1987.  Asiatiques après la Première Guerre mondiale, puis Polonais, et après la Seconde Guerre Espagnols, Italiens, Maghrébins sont entrés dans ce que l’on nommait « le bagne Lambert ». « Dans les années soixante, on dénombrait 17 nationalités différentes » dans les carrières de Cormeilles-en-Parisis (Val d’Oise) et Vaujours (Seine-Saint-Denis), logés dans les « cités Lambert », qui possédait aussi sa propre coopérative de distribution, selon le modèle en vigueur dans les corons. « Logés par l’usine, endettés à l’usine, les travailleurs n’avaient alors (qu’à) trimer afin d’accumuler les milliards dont le chef du Front national a hérité en 1976 », écrivait l’Humanité. La somme reçue par Le Pen « équivalait au salaire qu’un ouvrier de Lambert aurait pu espérer toucher en l’espace de… dix siècles » !

  • Un héritage "pour la cause nationale"

Malgré son origine, l’argent des Lambert devait aller « à défendre les idées nationales ». C’est du moins ce qu’a cru le défunt. Dans « A contre flots », Marine Le Pen rapporte ce propos très précis de Hubert Lambert à son père, datés de 1976 : « Je veux que tu aies les moyens financiers de ne jamais dépendre de personne (…) je te fais mon héritier, car je sais que la liberté que je t’apporterai, tu t’en serviras pour défendre les idées nationales. » On peut mettre en doute l’exactitude de la tirade – Marine Le Pen avait huit ans -, pas le flou que l’héritière Le Pen entretient dans la destination du magot. L’héritage lui a été donné « pour la cause », répète à l’envi Jean-Marie Le Pen, « même s’il prend bien soin de le garder à son nom et non de le mettre à celui du Front national », complètent Fourest et Venner. Une constante dans les trois héritages qu’a touché Le Pen.

« Déjà en 1974, révélait Libération en octobre 1985, le président du Front national avait hérité de Julien Le Sabazec », d’un testament écrit « entre deux tentatives de suicide ». Sa fragilité n’a pas joué : « je suis avant tout respectueux de la volonté du défunt », avait déclaré Le Pen. Ce fût également sa ligne de conduite pour Lambert et, plus proche de nous, pour l’héritage d’Henri Bussière. En 1994, ce gendarme retraité voulait léguer ses biens (une maison et 500 000 francs d’économies) au Front national, mais le trésorier du FN, sur commande, lui avait fait modifier son testament en faveur de Jean-Marie Le Pen en son nom propre. Après intervention de la sœur d’Henri Bussière, le tribunal de grande instance d’Epinal avait fait annuler la succession, arguant que le parti s’était « livré à une manœuvre prohibée » par le Code civil. Marine Le Pen, déjà avocate, avait pourtant plaidé devant la cour, « au nom de la morale », pour « respecter la volonté d’un mort ».

  • Une maison à la campagne pour "voir des vaches, au lieu des arabes"

Chez les Le Pen, on s’est toujours servi dans les poches des autres. Le pater familias, qui rappelle à qui veut l’entendre ses origines modestes, fils de pêcheur élevé « dans un deux pièces sans eau courante » de la Trinité-sur-Mer, choisit ses amis comme ses épouses, riches. A la naissance de sa cadette Marine, « la famille vit des avoirs et des biens immobiliers de Pierrette », sa première femme, notamment « la location de deux appartements dont elle a hérité ». Sans compter la maison familiale de Mainterne, près de Dreux- vendue après l’héritage Lambert - qui permettait « aux enfants qui habitaient le XVème de voir des vaches, au lieu des arabes », déclare-t-il sur Public Sénat en avril 2010. Sans oublier la maison de pêcheur de La Trinité-sur-Mer. Le couple « peut aussi compter sur les dons de plusieurs amis fortunés qui soutiennent la cause ». Son deuxième mariage obéit aux même règles : Jany Le Pen, née Paschos, fille d’un marchand de tableaux grec et d’une aristocrate apparentée aux Borghese, possède une somptueuse villa de 200 mètres carrés, 1 600 mètres carrés de jardin avec piscine à Rueil-Malmaison… Maison vendue en 1987 à une société immobilière, mais que le couple va néanmoins squatter sans payer de loyer (estimé à 26 000 francs mensuels) jusqu’en 1995. Il n’y a pas de petits profits.

  • Ménages et passe-passe fiscal

Même son divorce, qui a trainé de 1985 à 1987, est affaire de sous : « Je n’ai pas touché une miette de patrimoine familial en quittant le foyer », déclarait Pierrette Le Pen sur Europe 1, le 21 octobre 1985. Elégant, le président du Front national conseille à sa femme de « faire des ménages » pour gagner de l’argent : elle le prend au mot et pose nue, déguisée en soubrette, dans Playboy. Une première étape de sa vengeance, puisqu’elle déballera dans la presse une partie des petites magouilles de son ex-mari. Dans un manuscrit jamais publié mais dont Backchich livrait des extraits en juin 2010, elle écrit que Jean-Marie Le Pen a « nargué le fisc », « reprochant à l’administration de l’avoir dépouillé à outrance sur ce fameux héritage Lambert en France, alors que l’essentiel de cet héritage se trouve en Suisse », ce que confirment des enquêtes de l’Evénement du Jeudi et du Canard Enchaîné. En décembre 1987, le pourfendeur du « capitalisme apatride » est décrit par son ex-femme en porteur de valise, dans Genève Home information : « Il y avait une fondation. La fondation Saint-Julien dont messieurs Brocard père et fils, étaient gestionnaires. Jean-Marie a demandé que cette fondation soit réalisée, en liquide, et l’argent a été déposé à l’UBS et nous avons mis de l’argent à la banque Darier. » De temps à autre, Pierrette Le Pen sera chargée par son mari de retirer de ce compte des « petits nègres », un code correspondant à 10 000 francs.

Ce n’est pas le seul tour de passe-passe fiscal de Jean-Marie Le Pen. En 1998, il est « redressé » pour un montant d’un million de francs, pour dissimulation de revenus : il a oublié de déclarer deux millions de francs de plus-value sur des placements boursiers. L’administration fiscale a aussi noté des loyers « anormalement bas » payés à la SCI de Montretout, ce qu’elle assimile à un « avantage en nature » indu. Elle épingle également le patron du FN suite à la découverte d’un million de francs « d’origine indéterminée », versés en chèques et espèces par des militants du FN et transitant sur les comptes personnels de son président : « Le Pen avait tendance à confondre ses comptes personnels et ceux du FN », écrit l’Express, qui révèle l’affaire en novembre 1999. Mais c’est peut-être Pierre Poujade, qui dans Le Matin du 13 décembre 1983, le définit le mieux : « C’est un être amoral. Mais c’est aussi un battant et un orateur de talent. Sa stratégie a réussi. Il est même devenu milliardaire grâce à cela. »


(1) Marine Le Pen, mai 2011, éditions Grasset

 

  • A consulter:

Dans l'Humanité, ce mercredi, le Front de gauche, antidote électoral au FN

Dans la salle de bain de Marine Le Pen

Marine Le Pen et les jeunes: halte au sensationnalisme

Le Front de gauche est parti de la reconquête face au FN

Grégory Marin

 

 

 

http://www.humanite.fr/politique/comptes-et-legendes-des-le-pen-un-front-plus-familial-que-national-494738

 

Repost 0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 02:00

 

http://fortune.fdesouche.com/294827-australie-les-villes-organisent-leur-survie-alimentaire

 

.

Les potagers pousseront bientôt sur nos toits

Le potager bio du maraîcher Ben Flanner, à Brooklyn, un quartier de New York.

Un potager dans la ville

Robin Douthitill picks vegetables at the Brooklyn Grange, a 40,000-square-foot produce-growing rooftop farm, in the Queens borough of New York.

 


 

Je l'ai souvent écrit sur mes sites. Nous vivons dans un monde dangereux, où le bien commun, le bien public, ne sont jamais pris en considération, et où seuls les intérêts de quelques-uns comptent.  L'effondrement économique de l'Occident menace, et une étincelle (venant probablement de Tel-Aviv) peut entraîner une conflagration planétaire (1). Nous devons impérativement nous prémunir. En 40, les Français ont encaissé le choc parce que le pays était rural; ils ont trouvé refuge à la campagne. Comme je l'ai régulièrement recommandé, dans la mesure du possible sortons des villes-étouffoirs ("Retour à la terre, ou mourir"). En cas de pénurie d'essence, de paralysie des transports, le ravitaillement ne sera plus assuré. Si nous sommes obligés de rester en ville, organisons, au moins, notre survie (2). Avec ingéniosité, et dans la solidarité de tous, Chantal Dupille

 

 

(1)

(2)

Retour à la terre, à la simplicité de vie, à la solidarité.. Ou mourir !

La dramatique disparition de nos paysans - le choix de la terre, de la vie

 

 

...

 

http://greentop.fr/category/garden-blog/jardin-potager/.Potager urbain

 


Les villes organisent leur survie alimentaire

 

Moi qui pensait l’Australie plutôt isolée et plus à l’abri en cas de krach alimentaire sur la planète… Ils se préparent donc eux aussi pendant que l’on nous répète de continuer à consommer puisque tout va bien! Cherchez l’erreur…

Les petits jardins citadins et autres potagers de poche ont la cote dans les banlieues australiennes. Mais suffiront-ils pour répondre aux besoins des villes en cas de crise alimentaire?


 

Sans changement radical imposé d’ici 2030, 30 millions de citadins seront dépendants d’une chaîne d’avions et de camions pour leur survie alimentaire, à la merci du moindre choc pétrolier. Certains ont décidé de ne pas attendre que les gouvernements réagissent, comme Michael Mobbs, dans la banlieue de Chippendale à Sydney.


Michael Mobbs vit dans une maison qui économise environ 100 000 litres d’eau par an. Mais le régime moyen d’un Australien implique le même volume utilisé pour la nourriture consommée en 10 jours. Pour résoudre le problème, il a décidé d’acheter local et de produire une partie de son alimentation, malgré le fait de vivre en hyper-centre.


Heureusement pour lui, ses voisins ont répondu à l’appel et l’ont aidé à transformer le quartier en potager. Dans sa banlieue, ils ont planté 200 arbres fruitiers et plantes sur 32 hectares, et ce n’est qu’un début.


Le conseil municipal local est conquis et aide à l’amélioration.

 

Les routes vont être repeintes pour réduire la température de deux degrés.

 

On va installer un système d’auto-irrigation,

 

et un super-potager devrait produire 33 tonnes de légumes par an. Pour régler les problèmes d’espace, il sera implanté sur les toits. A ce rythme, d’ici 10 ans, la banlieue devrait atteindre 40 à 50% d’autonomie alimentaire.



Michael Mobbs dans son jardin.

Michael Mobbs interrogé sur son jardin lors d’un reportage télévisé. © Nicolás Boullosa (Flickr.com)

 

Cette démarche n’est pas isolée : le petit potager urbain est en pleine renaissance.

 

Les jardins communautaires sont de plus en plus populaires et les réseaux d’information sur les produits de saison et locaux permettent à tous de prendre les bonnes décisions.

 

A Sydney ou Brisbane, Food Connect vous livre des boîtes de légumes bio et locaux à la demande.

 

Le message de Michael Mobbs est pourtant encore difficile à faire passer car la population australienne a du mal à croire à la possibilité de manquer un jour de nourriture. Pourtant, en 2008, 17 pays ont connu des révoltes dues à la pénurie alimentaire. Et l’infiltration continue d’eau de mer dans les sols cultivables des îles du Pacifique laisse présager le pire. Pour Michael Mobbs :

Il faut jardiner comme si nos vies en dépendaient, parce que, au fond, c’est fort probable.

abc.net.au

Trouvé sur greenetvert.fr

D’ailleurs, puisque nous en parlons, je vous conseille un documentaire proposé par les brindherbes sur un éventuel krach alimentaire, doc qui date de 2008, les choses se confirmeraient-elles?)


Les villes organisent leur survie alimentaire

.

 

La ferme verticale : mondes agricoles en mutation

Publié par Marc Lafontan |

 


Pensées par certains comme la solution idéale pour garantir la sécurité alimentaire des villes ou imaginées par d’autres comme des constructions futuristes inquiétantes, les fermes verticales bousculent indubitablement les représentations sociales que nous avons tous des mondes agricoles et de la place qu’ils occupent dans nos sociétés contemporaines.

L’érection de ces tours fertiles et l’irruption de l’agriculture dans la cité nous apparaissent de prime abord comme des ruptures fondamentales dans notre façon de concevoir non seulement la ville, mais aussi l’agriculture, l’agriculteur lui-même et la campagne.

 

.

 

Voir aussi :

 

 

http://greentop.fr

link

 

Le portail de l'agriculture urbaine

 

.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§


 

L'actualité, sélection :

 


L'invention du virus du sida

 


 

 

presse-20janv-2013

 

Scoops. Meurtre C Belaid: Ministère de l’Intérieur accusé. Nouvelle agression. Valls indispose la Tunisie

Mali: La France médaille d'argent de la guerre des civilisations

L'ONU alarmé par le nombre d'enfants afghans tués par les Américains.

Quand Libération faisait l'apoligie de la pédophilie...

Liens Qatar-Israël. Liens Frères Musulmans-USA. L'Iran se défendra..

Afrique: Le continent spolié, le désespoir des Africains (Robert Bibeau)

Le PDG de Goldman Sachs et Elisabeth Guigou (PS!) visent l'Afrique (UE-Afrique)

L'UE et les élites financières ont entrepris de disloquer la démocratie

La crise du Mali, 1, 2, et 3e article (Aymeric Chauprade) .

L’OTAN se prépare à militariser l’Arctique et autres infos guerres

Le Japon s’implique dans la logique de guerre. Jusqu'où ?

Goldman Sachs veut la Révolution Française - Pitoyable Europe de Hollande
Prochaine cible USA-Israël: Le Hezbollah,insoumis,résistant, donc à éliminer

 

 

TOUS AU TROCADERO !

 

Pour la Syrie SOUVERAINE, tous au Trocadéro (Paris) le 10 février

 

 

.

 

Repost 0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 17:11

Voici la recette du bonheur

- et de l'émancipation

(du Système mortifère)


Rahbi-pierre--1.JPG
"Sur quatre critères : il faut changer de paradigme, mettre définitivement et résolument l'humain et la nature au cœur de nos préoccupations ; pour qu'il y ait changement de société, il faut qu'il y ait changement humain, d'où une autre éducation qui ne soit pas seulement dans la compétitivité, mais dans la complémentarité ; la reconnaissance du féminin comme étant une composante très importante de l'histoire et qui ne doit plus être subordonnée ; une belle civilisation de la modération, exalter la beauté de la modération ; quatrième critère, un peu plus délicat mais qu'on ne pourra plus continuer à évacuer : reconnaître le caractère sacré de la vie. Et sur ces critères, nous essayons de faire que ce manifeste ait bien toute cette créativité."
Pierre Rabhi

Suite :
.
Je dédie cette parution
à un voisin (il se reconnaîtra),
qui aime la terre,
qui aime l'authenticité,
qui aime la solidarité,
qui aime la vie,
la vraie vie,
tout simplement.

chantal dupille

 

 

http://bouddhanar.blogspot.fr/2010/09/mornes-ecovillages.html

 

 

" "Il vous faut vivre sobrement,

c'est une forme de libération"

( Pierre Rabhi )

 

Sur LCP (reportage écovillages), j'ai saisi au vol cette phrase de Pierre Rabhi, cette recette du bonheur. Vous connaissez mes orientations : Le bonheur se cueille chaque jour dans l'accueil de ce qui est authentique, sobre, simple, fraternel, solidaire. Pas besoin de grand chose : La terre, la mer, le soleil, les sourires, les tendresses, nos amis les animaux, et plein, plein de choses à notre portée, surtout l'aptitude à saisir chaque instant comme unique, beau, parce que relié à l'humain, tout l'humain. Nous avons à notre portée un monde magnifique qu'il s'agit d'abord de voir, ensuite de protéger comme une plante rare. En vivant sobrement, simplement, chaleureusement. Alors, personne, personne ne pourra rien contre nous. Chantal Dupille

 

 

http://unoeilsurlavie.over-blog.com/article-un-nouveau-monde-par-le-biais-de-la-creation-d-ecovillage-c-est-possible-108438474.html

 

maison-391143_2408159336471_1625829663_2313133_1287914326_n.jpg

 

.

Ecovillage - Clede - Cèvennes

 

 

 

 

http://bad.eserver.org/issues/2004/65/kirby.html

Ecovillage at Ithaca - image from ecovillage.ithaca.ny.us
.
.
..
http://www.sustainableecovillages.net/eco_village_designs.php.

ecovillage-shapeimage_2.png

.

 

.

http://www.ecovillagenews.org/wiki/index.php/What_We_Can_Learn_from_Ecovillage_Sieben_Linden

http://www.laplumedefeu.com/31_table-des-matieres-aube-encyclopedie.html
 
.
.
http://www.planetthoughts.org/?pg=pt/Whole&qid=2288

 

The 9' X 14' ceramic mural by Gregory Aliberti, entitled 'Strive for Harmony'. The mural hangs in the community room of the Rapid Station.

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 00:27

 

 

*rural-paturages-verts-TB.jpg

 

 

Le choix de la terre,

le choix de la vie !

Par Chantal Dupille

.

 

Paysan ! Un mot qui m'est si cher, à moi qui ai un amour irlandais de la terre. Dans mon logement, il y a un tableau, mon préféré d'ailleurs, qui représente le poulailler que mes parents avaient. On le voit ici derrière moi, dès la première image, et c'est ma mère qui, en plein bombardements de la Normandie en 44, trayait les vaches et nourrissait les poules alors, les bienheureuses, en liberté :  http://www.dailymotion.com/video/xvdxwi_la-bouffonnerie-du-11-septembre-2001-en-2-mn-r-sistons-video-13_fun#.UOyohKzeEa8

 

Et j'aime parler de nos villages si beaux : http://www.dailymotion.com/R-sistons#video=xl9tpd


Terrible ! 50 exploitations agricoles disparaissent chaque jour en France ! A-t-on pris conscience du DRAME que vit notre pays, une terre de paysans ? Et du drame que vivent ceux et celles qui ont tout donné pour perpétuer ce mode de vie, 365 jours par an !

 

 

rural-mitterrand-force-tranquille-2.1266760769.jpg


 

Mitterrand a enfin réussi à devenir Président grâce à l'inspiration de ses conseillers en publicité et en communication :  Formule géniale, "la force tranquille", et à l'arrière, la France... éternelle. Telle qu'elle est ! Ancrée dans le terroir, sa véritable identité ! Et avec un art de vivre ancestral, simple, naturel, solidaire, plus que jamais nécessaire aujourd'hui, alors que les emplois seront de plus en plus rares, et que nous aurons de plus en plus besoin d'être autonomes.. et de manger sain pour préserver notre santé.

 

Lorsque la 2e guerre mondiale a éclaté, les citadins ont été pris au piège. Mais la France était d'abord rurale, et elle a pu traverser cette sombre période grâce à son mode de vie lié à la terre. Et demain ? Les promoteurs du Nouvel Ordre Mondial redoutent plus que tout l'autonomie des citoyens, leurs jardins potagers, la culture naturelle. Ils préfèrent nous imposer l'alimentation industrielle mortifère. Et la dépendance ! Comme aux Etats-Unis autoproclamés "plus grande démocratie du monde", et où les dirigeants commencent à interdire... les jardins potagers, pour mieux tenir à leur merci les populations.

 

Art de vivre qui a fait ses preuves, osmose avec les éléments naturels, conjoncture internationale problématique, risques de guerre mondiale, traditions françaises... tout concourt à nous pousser à retrouver le goût, le sens et la volonté de plonger dans nos vraies racines. Retour à la terre pour tous, ou... survivre dans un monde inhumain ! Le choix est vite fait. Osons la nouveauté ! Ou plutôt, la redécouverte de l'ancien...

 

Nous n'aurons jamais à regretter ce choix ! Il est celui de la vie, tout simplement...

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

 

ruralite-tableau-1.jpg

 

 

 

Un thème qui m'est cher :

La ruralité

 

 

Il était une fois les paysans, il était une fois les villages, il était une fois hier

 

 

Le drame vécu par les paysans. La France rurale est-elle en train d'agoniser ?


Retour à la terre, à la simplicité de vie, à la solidarité.. ou mourir !


Déclaration Universelle des Droits de la Terre Mère... blessée


Foin de la "modernité", de la compétition, de la barbarie ! Hymne à la vie


Laisserons-nous nos agriculteurs,comme les oiseaux,mourir en silence ?


L'avenir est-il à la dépopulation, ou à la simplicité de vie ? Barbarie ou Sagesse ?

 

 


interieur--fe-enfants-chat.jpg

 

 

Hier et aujourd'hui,

par Chantal Dupille

 

 

Il y avait des enfants qui riaient ensemble

en montant dans les cerisiers ou en jouant à la marelle.

 

Il y avait des enfants qui chantaient en allant à l'école,

il y aura des enfants tristes devant la Télé-Enseignement

 

Il y avait des Tsiganes qui sillonnaient nos chemins,

avec leurs roulottes chatoyantes, on veut brider leur liberté.  

 

Il y avait des paysans qui travaillaient la terre,

et qui enchantaient les paysages comme nos villages.

 

Il y avait des ouvriers spécialisés,

ils se sont battus pour que nous vivions mieux...

 

Il y avait des pêcheurs qui bravaient la mer

pour remplir nos assiettes,

la marée noire de l'Argent va les engloutir. 

 

Il y avait les fonctionnaires de l'Etat,

ils sont privatisés, livrés à la rentabilité meurtrière.

 

Il y avait des apprentis qui aimaient leur travail,

et qui valorisaient chaque geste. Ils deviennent un souvenir.

 

Il y avait des médecins de famille

qui étaient nos amis, avec dévouement,

il n'y a plus que des cabinets médicaux où l'on travaille à la chaîne.  

 

Il y avait un employé à la station service, dans le bus,

dans les couloirs des métros. Où sont-ils ?

 

Il y avait des gendarmes et des gardes-champêtres,

il y aura des caméras de surveillance.

 

Il y avait des soldats de la République pour défendre la France,

il y aura des mercenaires sans foi ni loi ni racines.

 

Il y avait des artisans pour perpétuer, pour parfaire.  

Il y aura des multinationales anonymes.

 

Il y avait nos petits boutiquiers accueillants,

nos petits marchés colorés,

il y aura des super et des hyper marchés

protégés comme des forteresses.

 

Il y avait des villageois qui faisaient la fête, 

il y aura des déserts mélancoliques.   

 

Il y avait des anciens sur le pas de leurs portes,  

que tout le monde cajôlait.

Sont-ils promis à l'épuisement et à l'euthanasie ?

 

 

C'était la vie hier,    

aujourd'hui il y aura

des numéros, des consommateurs, des robots,

des cobayes, des esclaves, de la chair à canons.

C'est la modernité, que voulez-vous...

On n'arrête pas le progrès. 

 

Et ....... 

Et si on l'arrêtait, tous ensemble ?

 

Il était une fois les paysans, il était une fois les villages, il était une fois hier

   

 

  interieur-naturel.jpg.

 

Témoignages du temps de nos grands-parents (2). Appel à tous les témoins

Témoignages du temps de nos grands-parents (1). Appel à tous les témoins

.

 

 

Blomaert : Paysage avec paysans au repos.
Paysage avec paysans au repos, par Abraham Blomaert.

.

Repost 0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 23:11

 

 



Guerre Economique Cyber Guerre Contre L'Iran : La République Islamique Réplique

http://www.planetenonviolence.org/Guerre-Economique-Cyber-Guerre-Contre-L-Iran-La-Republique-Islamique-Replique_a2833.html

 

 

 

Introduction à ce post

de Chantal Dupille


 

Et donc voici la fin de la fin du monde dans quelques minutes. Je fête la fin de ce fun, la fin de cette pantalonnade, en vous offrant un texte plein de bon sens, d'intelligence. Si nous avions un peu plus le sens des responsabilités et un peu moins de goût pour le Veau d'Or, le monde pourrait être tellement plus beau et durer plus longtemps ! Et pour moi, comme pour vous certainement, la paix dans le monde est le bien le plus précieux, l'objectif le plus important. Chantal Dupille

 

NB : Je regarde l'émission de faux débat C dans l'Air du sayanim Calvi-Krettly, où l'on valorise l'affreux Bernard Tapie présenté, le malheureux, comme "un bouc-émissaire de la crise" alors qu'en échange de son appui au candidat Sarkozy, une Justice de circonstance l'a couvert d'or ! Au secours, Tapie revient ! Avec l'argent des contribuables, il achète la Presse provençale, autant pour se venger de ses déboires que pour monter au podium du pouvoir via Marseille ! Et la vendeuse de poisson se pâme devant ce parvenu sans scrupule qui achète des entreprises pour les "dégraisser" de leur personnel, faire du profit et ensuite acheter des yachts toujours plus clinquants ! Après Sarkozy et Valls, va-t-on subir Tapie ? Mais jusqu'où va tomber la France ? Basta la propagande crasse des médias ! Basta les sondages manipulateurs ! Ca suffit toute cette pourriture ! C.D.

 

 

Attaqueront-t-ils ou n’attaqueront-ils pas l’Iran ?

Publié le 19/12/2012

 


nucleaire-iranien-les-prochaines-negociations-vont-avoir-lieu-a-istanbul

 

Ceci a été la question récurrente dans tous les esprits au cours des derniers mois, pendant que les médias recyclent sans fin la fable selon laquelle le programme d’enrichissement de l’uranium par l’Iran n’est qu’une couverture pour une stratégie d’armement. Les peurs souvent citées concernant la prospective d’un Iran disposant de la bombe nucléaire sont que Téhéran ne serait qu’à quelques mois de la bombe et qu’il pourrait utiliser des armes nucléaires dans une première attaque contre ses adversaires dans la région. Jusqu’à quel point ces peurs sont-telles fondées et jusqu’à quel point la menace d’un Iran disposant de la bombe ont-elles été exagérées ? Mon principal argument est que l’hystérie de masse est totalement injustifiée, en raison du fait que jusqu’à maintenant la République islamique d’Iran a agit comme un acteur étatique rationnel. C’est l’approche irresponsable de la communauté internationale qui nous a amenés à la veille d’une troisième guerre mondiale.


China Marks 60 Years Of The Chinese Navy

 

Apparemment, le centre de tout ce conflit supposément insoluble est le programme nucléaire iranien. La vraie question est de savoir qui croit vraiment que l’Iran est en train de construire la bombe. Certainement pas les responsables de haut niveau aux Etats-Unis, puisqu’ils ont répétés à plusieurs reprises qu’il n’existe aucune preuve substantielle que l’Iran a un programme d’armement clandestin.


Lors d’une audition au Sénat le 31 janvier 2012, James R. Clapper J., le directeur du renseignement national américain, a déclaré explicitement que les responsables américains croient qu’il n’existe aucune preuve montrant que l’Iran aurait pris la décision de lancer un effort concerté pour construire une arme nucléaire. David H. Petraeus, alors directeur de la CIA, avait exprimé le même point de vue lors de cette audition. D’autres dirigeants américains, incluant le secrétaire à la Défense Leon E. Panetta et le général Martin E. Dempsey, le chef de l’état-major des armées américaines, ont fait des déclarations similaires dans des programmes télévisés divers. Lors de l’audition de la Commission spéciale sur le renseignement, Clapper a conclu sa déposition en ces termes : « Nous ne croyons pas qu’ils aient véritablement pris la décision d’aller de l’avant avec l’arme nucléaire ». [1]


Mohammad El Baradei [l’ex-directeur de l’Agence internationale pour l’énergie atomique, AIEA] a fait écho à ces réserves dans ses mémoires, où il déclare qu’il doute que les responsables politiques aient jamais vraiment été intéressés à résoudre la question nucléaire iranienne, mais qu’ils cherchaient plutôt à changer le régime en place à Téhéran. L’idée est qu’un Iran « déterminé à construire la bombe » peut servir à engendre la peur – une peur qui se traduit en une justification pour faire la guerre à l’Iran. Et la guerre n’a rien à voir avec la destruction des installations nucléaires iraniennes, il s’agit plutôt d’un changement de régime. Et un changement de régime n’a rien à voir avec la démocratie. Les Etats-Unis défendent la démocratie et les droits de l’homme seulement lorsque cela est conforme à leurs intérêts. L’Iran avait un Premier ministre élu démocratiquement en 1953 [Mohammad Mossadegh], mais les Etats-Unis ont alors orchestré un coup d’Etat et mis un dictateur au pouvoir, Mohammad Reza Shah Pahlavi, qu’ils ont soutenu pendant 25 ans.


Pourtant, les observateurs occidentaux justifient leur approche antagoniste envers l’Iran en critiquant la nature du régime. Et pour justifier sa position égocentrique à l’égard de l’Iran, l’Occident a réduit la présidence de Mahmoud Ahmadinejad à une ère de renouveau révolutionnaire, avec des scénarios apocalyptiques. La réalité est que le comportement de l’Occident n’était pas du tout différent à l’époque de la présidence réformiste de Mohammad Khatami – une période au cours de laquelle l’Iran avait offert au monde « le Dialogue des civilisations » comme antidote au Choc des civilisations de Samuel Huntington, et où l’Iran avait preuve d’une ouverture totale envers l’Occident, pour n’être qu’étiqueté comme membre de « l’axe du mal » avec l’Irak et la Corée du Nord.


En 2007, l’Estimation du renseignement national américain (National Intelligence Estimate, NIE) avait publié un rapport novateur montrant que l’Iran avait mis fin à son programme nucléaire au cours de l’automne 2003. Représentant le consensus de 16 agences de renseignement américaines, la NIE avait renversé les affirmations précédentes concernant les ambitions nucléaires de l’Iran, et démantelé le mythe selon lequel l’Iran serait déterminé à établir son hégémonie régionale par une militarisation camouflée. Le rapport était une reconnaissance que les dirigeants de l’Iran ont un sens d’intérêt national et d’auto-préservation bien plus rationnel que ce que voudrait nous faire croire la grande presse occidentale.


Voilà donc le cœur de mon argumentation. Nous devons mettre fin à cette course vers une troisième guerre mondiale en adoptant une approche entièrement différente à l’égard de l’Iran. Je ne parle pas du « puzzle » ou du « paradoxe » iranien, ou de « l’Etat voyou » ou « pariah » Iran, mais de l’Iran qui est un acteur étatique pragmatique.

Cependant, au cours des 33 dernières années, les puissances hégémoniques dominantes ont adopté la même rengaine, maintes fois réchauffée, pour calomnier l’Iran. La cadence s’est accélérée au cours des dernières années, mais la tonalité générale a été celle de l’hostilité. Albert Einstein disait que la folie consiste à faire toujours la même chose tout en espérant un résultat différent. C’est le cas des relations à l’égard de l’Iran. Une campagne sans relâche pour l’ostraciser n’a servi qu’à créer une polarisation plus prononcée, nécessitant des conférences comme celle-ci, où l’on discute de stratégies pour éviter une possible guerre thermonucléaire. Si l’Occident veut un résultat différent, il doit employer une méthode différente.


Afin de permettre à l’Occident d’aborder l’Iran de manière plus constructive, il est nécessaire de déconstruire, dans un premier temps, la caricature qui lui a été accolée depuis la révolution de 1979 et, ensuite, de reconstruire l’Iran comme l’acteur étatique rationnel qu’il est véritablement.


Nous pouvons commencer le processus de déconstruction en relisant l’Iran d’une manière différente des platitudes d’un régime fou, messianique et révolutionnaire. Il faut alors poser les paramètres d’une stratégie d’approche plus constructive et intègre envers ce pays. Je vais citer quelques faits qui peuvent aider à reconstruire cette perception plus exacte de l’Iran.

Mettre des charbons sur le feu nucléaire

Jusqu’ici, la communauté internationale n’a réussi qu’à conjurer un « démon nucléaire ». En contaminant l’image internationale de l’Iran, l’Occident provoque par la même occasion une course régionale à l’armement. La prolifération mène à la prolifération, comme le fait d’ailleurs la prolifération imaginaire. [2] Les pays de la région se sont de plus en plus regroupés face à la matérialisation d’un monolithe nucléaire géant, une caricature de l’Iran que les puissances occidentales ont dangereusement et de manière irresponsable concoctée. La peur et l’insécurité sont des facteurs qui poussent les Etats à développer leur propre stratégie de dissuasion.


Les provocations fréquentes et menaçantes à l’égard de l’Iran n’ont fait qu’accroître l’antagonisme et le ressentiment. Plus tôt cette année, à l’initiative de lobbyistes américains, le gouvernement des Etats-Unis a fait enlever de sa liste d’organisations terroristes le mouvement d’opposition anti-iranien bien connu qu’est le Mujahidine-e-Khalq (MEK, Moudjahines du Peuple). Les Etats-Unis avaient désigné le MEK comme organisation terroriste à la suite d’assassinats perpétrés contre des iraniens et des américains. [3]


Une autre provocation a été l’initiative méprisable du député Dana Rohrabacher, visant à diviser l’Iran selon des lignes religieuses. Il l’a fait sous forme de résolution introduite au Congrès. M. Rohrabacher sait que jouer sur les tensions ethniques est une recette pour les pires violences. En faut, il a lui-même admis préférer soutenir les terroristes du MEK aux groupes d’opposition pacifiques en raison de la volonté des Moudjahidines de faire appel à la violence. [4]


En plus des autres menaces chroniques comme la guerre économique et cybernétique pour faire tomber le régime, il y a également d’autres menaces stratégiques : les Etats-Unis installe sa Cinquième force navale au Bahreïn, situé à seulement 200 kilomètres de l’Iran. Un groupe naval dirigé par un porte-avions est présentement sur place dans le golfe Persique, ainsi que des avions de combat et des milliers de soldats stationnés au Koweït et au Qatar. Un analyste a dit qu’en termes de provocation, ceci équivaut à la présence d’une force navale chinoise à la Havane, un groupe naval de combat dans les Caraïbes et des avions de combat au Vénézuela et au Nicaragua, ainsi que des troupes au Guatemala, au El Salvador et au Honduras.


Même confronté à ce cœur de menace à haut indice d’octane, l’Iran a dit qu’il n’engagerait le combat que s’il était attaqué. Le brigadier général des Gardes révolutionnaires Hossein Salami a récemment déclaré : « Nous n’allons pas commencer une guerre. Mais si quelqu’un engage la guerre contre nous, nous allons lancer des offensives de manière continue. » Ce qu’il faut retenir ici est la phrase « nous n’allons pas commencer la guerre ». [5] Même dans les circonstances les plus irrationnelles, l’Iran parle avec une voix rationnelle. Avec le barrage de menaces existentielles et de provocations qu’a dû affronter le pays au cours des dernières années, il est presque irrationnel de la part de l’Iran de ne s’être pas retiré du Traité sur la non-prolifération nucléaire (TNP) jusqu’à maintenant.


Guerre-nucleaire

Les victimes de Saddam

De manière générale, l’Iran a fait preuve de calcul soigneusement calibré dans sa politique étrangère. Il ne s’agit pas du régime fanatique représenté dans les médias. L’Iran n’a aucun passé d’aventurisme militaire ou d’agression contre aucun de ses voisins dans l’histoire moderne, et a démontré un niveau sophistiqué de diplomatie dans sa politique étrangère.


Souvent, des intérêts nationaux et des calculs stratégiques ont pris le dessus sur l’idéologie. [6]


Téhéran a répondu aux incitations et pressions de manière pragmatique et raisonnable : à tel point que malgré le fait que le pays se soit retrouvé entouré de puissances nucléaires (la Russie, Israël, le Pakistan l’Inde et la Chine), il a systématiquement dénoncé les armes de destruction de masse. Ceci peut s’expliquer par le fait que l’Iran est l’une des premières victimes de la guerre chimique et biologique. Des civils iraniens innocents ont été victimes de la plus grande expérience chimique conduite par Saddam Hussein au cours de la guerre de 1980-89 entre l’Iran et l’Irak. Quelque 100 000 Iraniens ont été affectés par des gaz moutarde et nerveux au cours de la guerre. Des milliers de victimes reçoivent encore des traitements médicaux aujourd’hui.


Même avant d’avoir été victime des armes de destruction de masse, l’Ayatollah Khomeini avait sans équivoque dénoncé les armes non-conventionnelles. L’Iran a adhéré à cette politique depuis lors – toute déviation suggérant une entorse impensable à l’un des principes fondamentaux stipulés par le père de la révolution. L’actuel dirigeant suprême de l’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei a même publié un édit religieux (fatwa) déclarant que la production, le stockage et l’usage d’armes nucléaires sont « all haram » (prohibés en Islam). Il a dit qu’il « n’existe aucun vainqueur dans une guerre nucléaire et le fait d’entrer dans une telle guerre est irrationnel et inhumain ». [7] Toutes ces déclaration sont tombées dans les oreilles d’un sourd [en occident]. Toute autre mesure de conciliation de la part de l’Iran ont été ignorées.

Les discussions oubliées de Bonn

Dans l’esprit du partenariat de la « guerre contre le terrorisme », l’Iran a joué un rôle significatif en termes de renseignement et d’assistance militaire aux troupes de l’Alliance afghane nordique pour repousser les Taliban hors de Kaboul à la fin de l’année 2001. Lors des discussions de Bonn qui s’en sont suivies, l’envoyé spécial américain en Afghanistan James Dobbins a affirmé que l’Iran a joué un « rôle décisif » en persuadant la délégation de l’Alliance nordique de former un gouvernement avec les autres groupes d’opposition. De plus, c’est l’envoyé iranien qui avait fait remarquer que la constitution intérimaire ne faisait aucune mention à la démocratie ou à la coopération afghane contre le terrorisme international ; le langage de ce document fut modifié en conséquence. Au lieu de voir cette occasion comme fenêtre d’ouverture pour un rapprochement, la Maison Blanche a nié que les Iraniens avaient apporté des contributions significatives à l’occasion des discussions cruciales de Bonn.

Une suspension volontaire

Au cours de son mandat présidentiel, Khatami a consacré beaucoup d’énergie pour dissiper les inquiétudes de la communauté internationale à propos du dossier nucléaire iranien. Le 18 décembre 2003, Téhéran avait promis de faire preuve d’une transparence soutenue en signant volontairement le Protocole supplémentaire du Traité de non-prolifération nucléaire. L’ambassadeur d’Iran, Ali Salehi a ainsi signé un Protocole supplémentaire à l’accord iranien sur les normes de sécurité relatives au Traité sur la non-prolifération, permettant aux inspecteurs de l’Agence internationale pour l’énergie atomique une plus grande autorité pour la vérification du programme nucléaire du pays. Ce protocole additionnel exigeait que les états fournissent une déclaration plus détaillée de leurs activités nucléaires et donnait des droits supplémentaires à l’AIEA pour accéder aux sites situés dans le pays. [8] Une autre ouverture a été la suspension temporaire du cycle du combustible nucléaire de l’Iran – jugé comme une mesure « volontaire » et « de mise en confiance temporaire » sous les accords de Paris de novembre 2004. [9] Aucun de ces geste n’a été reconnu par la communauté internationale et des sanctions additionnelles ont été imposées à l’Iran.

Une chance manquée

Les Etats-Unis ont eu une autre chance de normaliser leurs relations avec l’Iran en juin 2003, lorsque Téhéran a présenté une offre de remise à plat de l’ensemble des contentieux divisant les deux pays. Le document fut rédigé par l’ambassadeur d’Iran en France, Sadegh Kharrazi, avec l’aide de l’ambassadeur de Suisse en Iran Tim Guldimann et de Mohammad Javad Zarif, un ministre adjoint iranien des Affaires étrangères. Le Suisse transmit l’agenda pour les discussions offrant « une transparence totale en matière de sécurité montrant qu’il n’existe aucun effort iranien pour le développement ou la possession d’armes de destruction de masse, une action conjointe décisive contre les terroristes, une coordination pour un Irak stable, une coordination sur les questions nucléaires, la fin de tout soutien matériel aux groupes d’opposition palestiniens (Hamas, Jihad) résistant à l’occupation israélienne, et une normalisation des relations.


NetanyahouNucleairIran@ONU120924

 

 

L’administration Bush, dans une attitude triomphante après le renversement du régime irakien, n’a pas répondu à ce qui aurait pu être la base d’un grand compromis. Le camp modéré en Iran a été découragé et discrédité en raison de cet échec et le silence américain a engendré un ressentiment parmi les partisans de la ligne dure, permettant d’expliquer du même coup pourquoi l’Iran s’est rebiffé au cours des années suivantes. Même si un grand accord n’avait pu être conclu, un accord limité aurait pu certainement voir le jour.

Un nouveau dialogue

J’ai essayé d’étayer l’affirmation selon laquelle la République islamique d’Iran, malgré le fait qu’elle soit une entité révolutionnaire et idéologique, a essayé de poursuivre une politique étrangère pragmatique et calculée basée sur les intérêts et la sécurité nationaux. Ainsi l’Occident se doit de reconsidérer l’Iran sous un autre jour et de reconstruire sa perception de l’Iran comme acteur rationnel. L’Alliance atlantique et les puissances d’Europe de l’Ouest dominant aujourd’hui ne peuvent plus avoir recours à la coercition pour obtenir un changement dans l’arène politique – un changement qui refléterait invariablement leurs seuls intérêts – des intérêts qui nous ont amenés au bord d’une guerre thermonucléaire. Il est temps que l’Occident essaie de s’allier l’Iran en tant que partenaire plutôt que de s’en faire un ennemi, à la lumière d’un objectif plus noble, celui de prévenir un désastre humanitaire en vue.


Pour y arriver, un dialogue robuste et substantiel est requis. Cependant, nous sommes tous conscients que ce dialogue est plein de difficultés et de déraillements potentiels. Le bagage historique dans la dynamique des relations entre l’Iran et les Etats-Unis est une source majeure de dispute qui a engendré la méfiance et la suspicion au cours des trois dernières décennies : les griefs passés doivent être exprimés puis laissés de côté. Même si l’impasse nucléaire est vaincue, un pont de confiance devra être construit pour un dialogue constructif : un dialogue poursuivi dans un contexte de bonne volonté et de complicité. Le plus important est qu’il soit libre de préjugés ou d’impulsions à vouloir dominer, assimiler, menacer ou de contraindre. Le dialogue doit prendre la forme d’un véritable échange à double sens, libre de vision ethnocentrique ou d’égocentrisme. La route pour des relations améliorées sera rocailleuse mais le mur de la mésentente doit être abattu, brique par brique, avant qu’il ne se densifie.


Ghoncheh Tazmini,chercheur associé, Instituto de Estudos Estratégicos e Internacionais   : « Une perspective nouvelle pour l’Iran »

Conférence internationale de l’Institut Schiller
Flörsheim, Allemagne, 24-25 novembre 2012


Transcription par solidariteetprogres.org



[1] ‘U.S. Agencies See No Move by Iran to Build a Bomb’ (accédé le 18 novembre 2012)

http://www.nytimes.com/2012/02/25/world/middleeast/us-agencies-see-no-move-by-iran-to-build-a-bomb.html

[2] Joseph Cirincione, ‘Deadly Arsenals – Tracking Weapons of Mass Destruction’, Washington D.C., 2002. S 256.

[3] Le MEK a perpétré des attaques terroristes dans les années 70 et 80 contre le Shah et le clergé. Dans les années 80, le MEK s’est allié avec Saddam Hussein qui leur a permis d’opérer depuis Camp Ashraf.

[4] ‘Stop Rep. Rohrabacher’s Resolution Calling for Dividing Iran Along Ethnic Lines’ (accédé le 18 novembre 2012) https://secure3.convio.net/niac/site/Advocacy?cmd=display&page=UserAction&id=225

[5] ‘Strike on Iran Would Trigger World War III’(accédé le 18 novembre 2012) http://www.timesofmalta.com/articles/view/20120924/world/-Strike-on-Iran-would-trigger-World-War-III-.438212

[6] Par exemple, lors de la dispute entre l’Azerbaïdjan et l’Armenie sur le Nogorno-Karabakh, l’Iran était plus favorable à l’Arménie chrétienne qu’à l’Azerbaïdjan musulmane. La position de Téhéran était contraire à l’opinion selon laquelle la politique étrangère de l’Iran ne serait conduite qu’en fonction de considérations idéologiques zélées. Un autre exemple est la politique de l’Iran accordant la priorité à ses liens stratégiques avec la Russie : l’Iran est resté silencieux lors de l’élimination des séparatistes musulmans par l’armé russe en Tchétchénie, arguant qu’il s’agissait d’une affaire interne russe.

[8] ‘Iran Signs Additional Protocol on Nuclear Safeguards’ (accédé le 21 novembre 2012)
http://www.iaea.org/NewsCenter/News/2003/iranap20031218.html

 

http://mediabenews.wordpress.com/2012/12/19/attaqueront-t-ils-ou-nattaqueront-ils-pas-liran/

 

.

 

 

image.

 

 

 

 

 

image

 

.

 

image

 

 

 

Pas de destruction de l'Iran millénaire

pour asservir le pays

et voler ses ressources ! (C.D.)


 

http://img0.mxstatic.com/ast%E9ro%EFde/guerre-nucleaire-mondiale_6438_w460.jpg

 

 

 

 

Pays attaqués par des bombardements, des actes de sabotage

ou des tentatives de renversement des gouvernements

depuis la seconde guerre mondiale.

 

 

Iran_versus_USA_attaques_d_autres_pays-99b0d.jpg

 


 

Score des attaques : Iran : 0 - USA : 51.

Si l'image n'apparaît pas (censurée !)

cliquer sur le lien en-dessous =


http://www.europalestine.com/spip.php?article7533

.

 

 

 

.

Repost 0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 00:59

 

 

  rural-paysage.jpg

 

 

Introduction :

 

Retour à la terre, à la simplicité de vie, à la sobriété, au troc des services et des biens, à la solidarité fraternelle, ou...  mourir !

 

Notre société va droit dans le mur; Elle est invivable !

 

Les mégapoles sont étouffantes. On nous y regroupe pour mieux nous contrôler, nous isoler les uns des autres, nous asphyxier. Elles seront bientôt un piège mortel. Sortons-en ! Pour les villages, ou mieux, pour la pleine campagne.

 

C'est ce que je m'apprête à faire. Cela se sait. Voici deux courriers reçus aujourd'hui même, cordialement, Chantal Dupille

 

NB : Bientôt, effondrement économique, bancaire..  les banques seront peut-être bientôt fermées, plus de salaire, plus de retraite, plus de transports, plus d'eau, plus d'électricité... sans parler de la guerre mondiale à l'horizon, via l'attaque de la Syrie puis de l'Iran ! Prenons toutes nos dispositions... D'ailleurs l'individu n'est pas fait pour vivre dans le béton, ni isolé et égoïstement !


 

Mails reçus ce 13 juin 2012

 

Bonjour

 

Marre de cette vie, envie de tout lâcher, envie de retour à la nature et de retour à la démocratie, on est beaucoup comme cela, pourquoi ne pas se rassembler et créer un genre d'auroville ou de marinaleda ici, en france, j'ai plein d'idées, on en a tous, internet regorge de solutions... et il parait que le changement c'est maintenant, pourquoi ne pas tenter ?


J'ai créé un fil ici http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/13152-creation-dune-commune-auto-geree/


Je compte faire un site regroupant les idées de chacun, mais je ne sais pas comment trouver les gens ayant la même philosophie, peut-être pourras tu m'aider, merci, Nicolas.

 

Bonjour,

Je ne pense pas être seul dans ce cas, au fil des jours passés sur la toile, j'ai l'impression que les gens commencent à comprendre ce qu'il leur faut vraiment (retour à la nature, retour de la démocratie, etc...). Alors voila,

J'ai décidé de m'investir dans un projet concrêt : construire en France ce qui s'est fait à Auroville en Inde ou en Andalousie, a Marinaleda. Il parrait que le changement c'est maintenant, autant en profiter. Pourquoi ne pas se rassembler, et reconstruire un village abandonné ou bien partir de zéro, il faudra bien sûr entammer beaucoup de démarches via les préfecture ou bien le ministère directement (j'ai lu par-ci par-la que l'on pouvait créer une fondation d'interet général exonéré d'impots par ex.).

Il faut du monde, de toute compétences, medecins juristes instits profs jardinier etc... Pour cela on peut faire tourner le message sur les médias alternatifs, je pense par exemple au blog d'eva. Pour ce qui est du fonctionnement de ce village auto-géré, c'est bien sûr des habitations écologiques et économes en energie (ex la maison autonome), un éducation différente développant l'esprit critique et non le par coeur(fresnel, lycee experimental etc...), une monnaie alternative (ex project SEL euro RES, mouvement colibri "bon pour une heure de travail" etc), il suffira de rassembler tout ce qui est proposé sur le net pour améliorer le système, les idées ne manquent pas (et inviter les auteurs à nous rejoindre etc...). Pour des transactions avec l'extérieur il y aura la culture biologique, et pourquoi pas ouvrir une usine de conditionnement comme a marinaleda.

J'ai plein d'idées, du courage, quelques fonds car j'ai décidé de tout lâcher. Des gens seraient-ils partants ?

En espérant vous lire bientôt, Nicolas

 

http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/13152-creation-dune-commune-auto-geree/

 

.

 

Ou ce même jour, reçu :

 
Le choix se porte d'abord sur un lieu où il est possible de loger les 10 à 20 personnes du démarrage du projet avant de pouvoir construire autre chose plus écolo.
De plus quand on voit les projets de lotissement pur comme à Verfeuil (ou d'autres) où après 6 ans ils n'ont pas obtenu encore les autorisations, c'est bien d'avoir des logements utilisables dès le départ.
Ces 2 châteaux sont des anciens centres de vacances, donc pour les mairies de faire des demandes pour augmenter les capacités d'accueil en construisant des chalets est bien vu et donc facilité. Ce qui ne sera pas toujours possible sur des fermes ou des terrains nus comme on le voit pour de nombreux projets.
Avez-vous fait des recherches pour nous proposer un lieu intéressant ? Merci de nous en informer.
Cela ne peut avancer que si chacun cherche de son côté !
Les projets ne peuvent se réaliser que si l'on tient compte des aspects géopolitiques et financiers du moment.
Faire des projets sans tenir compte des baisses de revenus (En Grèce on licencie les personnes à 1500 € pour les réembaucher ou les remplacer par des salariés à 500 € par mois. Les retraites sont réduites de moitié…) que vont nous imposer les gouvernements (la France est aussi endettée que l'Italie, la Grèce ou l'Espagne, donc ce qui se passe en Grèce se passera chez nous !).
Comme le disent les économistes Olivier Delamarche sur BFMbusiness ou Max Kaiser sur les télés américaines, les banques sont foutues ! Informez-vous !
Donc un investissement dans de la pierre et des terres permet de protéger son argent de la fermeture des banques (dans quelques semaines) et de vivre dans des lieux où on peut être autonome, ce qui permet de supporter plus facilement les baisses des revenus, des allocations et des pensions prévues.
Nous ne sommes pas à une période normale où nous avons du temps pour construire un projet "idéal", il faut tenir compte du contexte, qui est exceptionnel, où des événements imprévus peuvent arriver et où les personnes qui ne sont pas préparées vont beaucoup souffrir.
Si vous avez tissé un réseau relationnel de solidarité autour de vous, c'est bien !
Bonne continuation aussi, Philippe

 

 

§§§§

 

Et sur le retour aux villages, ma vidéo (sous pseudo "eva", Eve est mon second prénom)

 

 

.
Et voilà, je complète par l'article
approfondissant ce concept d'un genre nouveau :
.
.
http://c7.img.v4.skyrock.net/c76/francine909/pics/570182350_small.jpg
http://c7.img.v4.skyrock.net/c76/francine909/pics/570182350_small.jpg

Contre la désertification rurale,
la proposition d'eva R-sistons
pour revitaliser nos villages
.
Mort d'un village ! C'est le titre d'un article paru le 18 juillet 1982 dans le journal Le Monde. Extraits :

" Les cloches de l'église ne sonnent que pour les morts, jamais pour les naissances et pour les mariages. Il n'y a plus d'école ni de curé. Les maisons vétustes sont transformées une à une en résidences secondaires.

Dans ce village perché à 900 m d'altitude au coeur des Pyrénées, sur 300 habitants au siècle dernier, il en reste 30 aujourd'hui, pour des centaines d'hectares de forêts, de pics et d'herbages. (..) Les métiers à tisser ont été brûlés depuis longtemps, ils ne servaient plus à rien et prenaient trop de place. (..) Un a un, les vieux meurent, les jeunes sont partis à la ville depuis 30 ans, et le seul couple resté est sans enfants. Les célibataires en sabots tirant leur âne, harassés et épuisés, montent et descendent la montagne (..) Personne n'a voulu d'eux et de leur fumier collé aux sabots, personne ne voudra de leurs terres où aucune route ne mène. Les derniers habitants disent : "Bientôt les ours seront à notre porte..." (..) Personne ne cultive plus, les fours à pain tombent en ruine, dans ce village sans commerçant qui vivait encore en autarcie il y a cinquante ans.."

La lecture de cet article m'a fendu le coeur, moi qui aime tant l'odeur de la bonne terre, l'authenticité, le terroir, moi qui suis née à la limite de la Picardie et de la Normandie, au milieu des chevaux, des vaches, des poules en liberté... Je ne supporte pas de voir nos villages mourir, asphyxiés par Bruxelles et par le Nouvel Ordre Mondial et leurs réformes des Collectivités territoriales pour mieux nous étouffer.

Quoi, nos joyaux du terroir seront-ils un jour condamnés à n'être que des déserts, des hangars à machines, ou des lieux folkloriques qu'on visite, éventuellement, comme témoins d'un passé révolu ? Intolérable !

Il est temps de retrouver le goût de la bonne terre, il est temps de défendre un cadre de vie plus humain, plus solidaire, aussi. Le bonheur dépend de la qualité de vie et des relations sociales, pas de l'épaisseur du porte-monnaie. On veut tuer nos villages ? Rendons-les attractifs, vivants ! Et pour cela, nos zones rurales ont besoin d'initiatives. Substituons la logique humaine, créative, à la logique financière !

Imaginez : On ne parle même plus d'agriculteurs, aujourd'hui, on parle d'entrepreneurs, d'investisseurs avec nécessairement retours sur investissements ! Mais nos paysans sont l'âme du terroir, ils sont la providence nourricière, et on veut les sacrifier à la Loi impitoyable du Marché ? Insensé !

Le Nouvel Ordre Mondial a un projet : Nous détourner du terroir, nous inciter à nous agglutiner dans les grandes villes, dans les mégapoles monstrueuses, inhumaines, pour mieux nous y enfermer, nous y entasser, nous y étouffer, chacun dans notre coin, sans tisser des liens alentour puisqu'il n'y a que du béton ! Les grandes villes concentrent tous les grands problèmes de l'humanité. Alors il faut CONTRER ces projets malfaisants. La petite commune, le village, c'est un supplément d'âme ! Chacun doit redevenir acteur social... Et si l'on invente de nouvelles voies, si l'on met de l'ambiance, le lieu, la Maison du Village peut très vite devenir un espace incontournable (comme la Librairie le Bleuet à Banon, dans un coin perdu des Hautes Provence, on y accourt de partout !), un vrai phénomène de société, tout en étant la vitrine de la commune, tout en apportant un supplément d'âme, d'animation, de solidarité.

Alors, réapproprions-nous nos villages, nos espaces, notre vivre ensemble... Non à l'exode rural, non à la désertification, mettons l'imagination au pouvoir !

Et d'abord, trouvons un local, demandons à la commune de nous fournir un ancien fonds de commerce, rénovons-le dans l'esprit de la région, équipons-le, et proposons le lieu en gérance ! Mettons en valeur notre patrimoine, en nous basant sur une démarche solidaire et d'ouverture.

Voici mon idée, ma proposition :
Objectifs de cette Maison de Village :
- Etre une vitrine de la commune
- Etre un outil de dépannage
- Renforcer le lien social, la solidarité, le goût pour la culture
- Etre un lieu d'animation et de service public
- Etre un relais des talents locaux, des acteurs de proximité, des producteurs du terroir, des artistes en herbe ou de talent...
Et encore sans doute bien d'autres choses !

Et pour quelles activités ? Comme l'Auberge espagnole, chacun y apporte ce qu'il veut...

D'abord, cela devrait être un lieu de dépannage, si par exemple on s'aperçoit que la bouteille d'huile est vide. Produits de base, de dépannage, utiles, mais proposés pour leur qualité et si possible, leur authenticité (production locale). D'une façon générale, choisir un produit durable...

Ensuite, un lieu de dépôt-vente de la production locale, du terroir, avec vente directe du producteur au consommateur - les produits locaux doivent trouver des débouchés. C'est une nécessité absolue pour pérenniser notre patrimoine local !

Cet espace proposera une épicerie "intelligente", un mini bazar intelligent, offrant des produits d'utilité publique. Le profit n'y aura pas sa place, les prix seront serrés, pas question de faire du business, mais d'animer, d'être utile, et de créer, si possible, un ou plusieurs emplois. Un exemple de produits proposés ? Une lampe-radio solaire (coût une vingtaine d'euros, et c'est économique, c'est écologique, et ça évite le gaspillage).

Enfin, on pourra proposer le dépôt-vente de vieux objets, vêtements, petit mobilier etc, cela soulagera financièrement certaines familles et cela évitera le gaspillage... Un mini-Emmaüs, quoi !

On va plus loin. Pourquoi ne pas imaginer un véhicule, un "commerce" (épicerie-petit bazar-mercerie..) itinérant, proposant même du pain mais par exemple complet, bref pourquoi ne pas songer à des tournées au moins hebdomadaires pour visiter les villageois isolés, se déplaçant peu, âgés, etc. Ce petit commerce itinérant participerait du service public, il permettrait de rompre un peu la solitude des isolés, comme jadis le facteur. Et pourquoi ne pas imaginer d'utiliser le véhicule afin de  dépanner une personne ayant besoin de chercher ses médicaments, de faire ses courses, de transporter son animal chez le vétérinaire ? Et même lorsqu'il y a une animation, il est possible d'envisager de "cueillir" les personnes isolées, âgées, à leur domicile, pour les faire participer à la vie locale. Bref, un véhicule rendant de menus services, et faisant rayonner la chaleur humaine.

Et pourquoi, dans la foulée, ne pas imaginer le portage à domicile, au moins une fois par semaine, de repas préparés par un "cordon-bleu" local, par exemple une mère de famille ou une retraitée ayant besoin d'arrondir ses fins de mois ? Et cela permettrait de créer des liens, de re-créer du lien social...

Mais ce n'est pas fini ! Et le pôle d'animation, alors ?

D'abord, le local mettra à la disposition de la population locale un panneau d'affichage mettant en relation offres et services, proposant troc de biens, de services, etc, pour soulager, là encore, les bourses plates, créer du lien, et contrer la société capitaliste financière et marchande.

Ensuite, puisque nos bistrots disparaissent les uns après les autres, un distributeur de boissons sera proposé, il y aura une ou deux petites tables, on pourra venir jouer à la belote, discuter, lire le journal et le commenter avec ses pairs ou avec ses impairs, échanger, débattre - et pourquoi, avec quelques chaises, ne pas imaginer des soirées-débats, à thèmes ? J'en ai animé à la frontière franco-espagnole. Une mini-bibliothèque proposera quelques ouvrages, offerts par la population (au lieu d'être jetés), cela évitera le gaspillage, là encore, et puis cela favorisera la culture et les échanges. Le tout sera agrémenté d'un mini-coin Internet, pour dépanner, avec un volontaire pour former les non-initiés.

La décoration mettra en valeur les artistes locaux, qui pourront exposer leurs peintures, leurs contes, leur savoir-faire, bref remplir les murs de leurs talents. Petit lieu d'exposition, et de vente directe, là aussi, de l'artiste au public !

Et pourquoi, dans ce lieu évidemment charmant, un habitant ne viendrait-il pas apporter son accordéon, et le public esquisser trois pas de danse, comme dans les fêtes d'antan ? Ca me donne des ailes, j'adorerais animer un lieu comme ça, et bien sûr aussi (à 12 ans Serge Lifar me voulait à l'Opéra, maman a refusé) danser, évidemment.

Alors, elle serait pas belle, la Maison de Village ? Projet polyvalent, global, souple, ouvert, vitrine de la région, et revitalisant nos petites communes désertées. Alors, chiche ?
 
Proposez-moi un local dans le Sud, et j'y vais ! Et ça sera vivant, sûr !

Demandez l'aide de votre Municipalité, il y a bien quelque part un local désaffecté qui ne demandera qu'à revivre. Des aides financières pourront peut-être être apportées, aussi.

Et surtout, si vous habitez une micro-commune, sans commerce, alors contactez votre Elu local, et montrez-lui le projet !

En avant les vocations, en avant nos villages, en avant la ré-humanisation, en avant la vie et le partage, et foin du Nouvel Ordre Mondial, au diable la barbarie !
.
Votre eva R-sistons
.

 

 

TAGS: Nouvel Ordre Mondial, villages, ruralité, terroir, Banon, Haute Provence, Alpes, Emmaüs, local, Maires, culture, dépôt-vente, artisans, dépôt-vente, animation, bistrot..

 

 

.

http://imageshack.us/photo/my-images/213/grantwood.jpg/
.

 

Voir aussi,

Revitalisons nos villages (Eva R-sistons, Mandji). Consommer juste et local

 

Les sites et blogs de Mandji,

que je vous recommande chaudement

 

 

http://www.scoop.it/t/echange-local-monnaie-locale

 

link 


 

 

Mandji.fr | consommer juste et local

 
.
.

http://www.protic.net/profs/menardl/agriculture/ruralite.gif

http://www.protic.net/profs/menardl/agriculture/ruralite.gif

 

 

 

Commander l'ouvrage ici :
.

 

Guide du savoir vivre en autosuffisance, 16 euros

 

.Le Guide des Alternatives

Un Editeur à connaître : Eco-habitat, vacances écologiques, alternatives..

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-crise-il-est-temps-d-organiser-de-preparer-votre-survie-avec-eva-r-sistons-89763287.html

 

 

 

Vers la sobriété heureuse, par Pierre Rabhi
http://www.voie-militante.com/divers/breves/de-bonnes-fetes-de-noel-a-toutes-et-a-tous/

 

 

Voir aussi :

 

Propositions pour un nouveau projet de vivre ensemble, utopie nécessaire

L’autonomie, une clé vers la sortie de crise

Un Editeur à connaître : Eco-habitat, vacances écologiques, alternatives..

Dans la Grèce rurale, la révolution des jardins

La révolution "peas & love" ou les "Incroyables comestibles" (+ vidéo)

Pierre Rabhi: "Si nous nous accrochons à notre modèle de société,c’est le dépôt de bilan planétaire"

Autonomie locale et Solidarité populaire

Découvrir mandji.Fr, produire et consommer juste et local, annonces etc

New-york, une ville… Ferme ?? - une ferme bio en plein new-york

Défis de demain: monnaie locale, poules urbaines, supermarché communautaire..

 

LIENS, suite ici :

 

Alternatives au Système (306)

 

 

 

Rouanie-un-coin-de-paradis.jpg.

 

Roumanie, peut-être un petit coin de paradis, la vie simple d'hier...

 

.

 

 

 

 

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 22:25

 

rural-paysage.jpg  

 

Barbarie, ou sagesse ?

Dépopulation, dénatalité, ou... simplicité de vie ?

 

 

Dépopulation. Le maître-mot - non prononcé - du Nouvel Ordre Mondial, qui rêve d'une planète presque sans habitants, et où l'Oligarchie pourra indéfiniment puiser dans les ressources pour son bon plaisir. Pour son très bon plaisir !

 

L'eugénisme est donc à la mode. Frontalement, ou discrètement. Et la Science - sans conscience - s'est saisie de ce domaine.

 

Bill Gates, une fois sa fortune faite, s'est recyclé dans la vaccination "humanitaire". Pour quelles fins ? Dépopulation par l'inoculation très discrète de substances toxiques, diminuant la résistance de l'organisme aux maladies, ou rendant, à terme, les femmes stériles ? Dieu seul le sait, et surtout le Diable !

 

Et puis, face à ce monde dit "surpeuplé", et donc promis à une fin prochaine, il y a ce qu'il est coutume d'appeler "l'eugénisme soft", faisant l'éloge de la dénatalité, c'est-à-dire moins d'habitants par une dénatalité plus ou moins désirée. Va pour l'enfant unique, à la Chinoise ! Et là, on se bouscule au portillon : Ecologistes radicaux ou désespérés, écophilosophes, adeptes de la Démosophie et de son enfant unique, etc.

 

Je prends position. Ras-le bol de l'eugénisme soft ou surtout dur, vive la vie ! On ne m'a pas baptisée dans mon adolescence "La force vitale de Bergson", pour que je prêche pour le contrôle plus ou moins forcé des naissances. Laissons les parents décider de la taille de leur famille, voulez-vous ?

 

La sagesse consiste-t-elle à inciter à avoir un enfant seulement ou même aucun ? Eh bien, j'irai à contrecourant. Je plaiderai pour une autre sagesse ! Celle de la simplicité de vie...


 

http://www.protic.net/profs/menardl/agriculture/ruralite.gif

http://www.protic.net/profs/menardl/agriculture/ruralite.gif

 

Pourquoi y-a-t-il trop d'habitants sur terre ?


Parce que la terre ne peut nourrir tout le monde ? Mais bien sûr que non !

 

Si la terre souffre et nourrit de moins en moins, c'est à cause de l'homme, très exactement, de sa folie.

 

Ce qui est en cause, c'est

 

- Le Capitalisme sauvage, brutal, prédateur, aveugle. Qui sacrifie l'humain - Individu, animal, nature - à sa soif de profit sans scrupules

 

- La Spéculation qui s'en prend même au vivant, à l'alimentaire, aux produits de base, vitaux

 

- L'égoïsme, qui conduit certains - comme les Rothschild - à accaparer à leur profit le maximum de terres de la planète

 

- Les bio-carburants, qui nourrissent les moteurs plutôt que les individus

 

- L'utilisation, par les Multinationales (notamment agro-alimentaires), de la faim comme arme  (Voir Jean Ziegler)

 

- L'imposition de la monoculture au détriment de l'agriculture familiale

 

- La destruction de la paysannerie

 

- La surconsommation et le gaspillage

 

- La pollution des terres (pesticides, chimie, gaz de Schiste..)

 

- Les OGM qui ruinent les agriculteurs notamment des pays pauvres ou des pays émergents

 

- L'industrie nucléaire, abondamment utilisée pendant les guerres, comme au Vietnam, où les terres ancestrales ne sont plus cultivables

 

- Les mines antipersonnel qui rendent certaines terres impropres à la culture

 

- Les guerres imposées partout, qui dévastent des régions entières.

 

Etc, etc, etc. Et tout cela est Barbarie !

 

Mon raisonnement est donc le suivant :

 

Si nous revenions à la simplicité de vie, excluant bien sûr tout ce qui précède, si nous revenions à la simplicité volontaire et joyeuse de vie qui rejette surconsommation ou productivisme, nous n'en serions pas là. Comme je l'ai écrit ailleurs, il y a un siècle nos aïeux vivaient plus sain, plus propre, plus raisonnablement, sans hypothéquer l'avenir de leurs enfants - et la terre pouvait nourrir tous ses habitants. La simplicité de vie, la modération, sont la clef de tout.

Alors, barbarie de la surconsommation et du profit égoïstes ? Ou joyeuse simplicité de vie volontaire ?  Moi, j'ai choisi. Concrètement, quotidiennement ! J'ai fait le pari des naissances multiples - 2 garçons et une fille, le 3e fils je l'ai perdu avant la naissance - et de la modération librement assumée. De la simplicité de vie, même !

 

Et pourquoi pas le retour aux modes de vie anciens, aussi, respectueux des équilibres ? Il n'est pas nostalgie du passé. Mais préservation de l'avenir, sagesse, et bonheur. Le bonheur, d'ailleurs, ne passe-t-il pas par le qualitatif plutôt que par le quantitatif ? Avez-vous vu le reportage : "Une semaine sans électricité ?" Des familles volontaires redécouvraient la bougie. Les jeux en famille. Les repas qui se prolongent avec les enfants ou avec les voisins. Le bon vieux lavoir des lavandières. Et la convivialité !

 

En tous cas, en plaidant pour la simplicité de vie assumée, on rejoint l'écophilosophie. Une philosophie de vie humaniste, respectueuse de la nature, du vivant, de tous les vivants, de tous les possibles, de toutes les naissances, une philosophie de vie toute en simplicité, excluant avec fermeté toutes les formes de barbarie.

 

Même celle de la dénatalité, de l'enfant unique proposé ou imposé...

 

Chantal Dupille

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chantal_Dupille

.

 

Et revitalisons nos villages !


Vidéo enregistrée le 24 septembre 2011 avec l'aide d'un Lecteur de mes blogs


 

R-sistons video 1 : Revitaliser nos villages, l'idée d'eva R-sistons  
14:50

R-sistons video 1 : Revitaliser nos...

 

 

http://imageshack.us/photo/my-images/213/grantwood.jpg/
.
.
.
Notre terre souffre !
La barbarie du Système
qui empoisonne la terre

.

.

Petropolis

Vue du ciel, la terre est un enchevêtrement de forêts, de rivières et d'affluents à perte de vue. Une nature souveraine au-dessus de laquelle plane la caméra. Soudain, une plongée vertigineuse à la manière d'un oiseau de proie, et nous voilà aux portes de l'enfer : une mine de pétrole à ciel ouvert. De visions d'apocalypse en séquences hypnotiques tournées depuis un hélicoptère, Petropolis adopte le point de vue des oiseaux pour réaliser l'autopsie de cette immense blessure. Violée par l'homme, abusée sans remords, la terre filmée par Peter Mettler est une bête à l'agonie.

(Canada, 2009, 43mn)
ARTE F

 

.http://videos.arte.tv/fr/videos/petropolis-6355278.html

Repost 0