Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 06:08

 

 

Spécial résistance (1)

 

Prochaine parution (2), la suite :

Comment faire tomber l'Empire ?

 

 

 

 

Ukraine : Pour Fabius, le parti antisémite Svoboda n'est pas .

Fabius trouve que SVOBODA( (parti ukrainien neo-nazi) est "

 

 

 

De Lucien Pons


Chers (es) Amis (es), Républicains et Patriotes,


 

Une inquiétude et une légitime colère grandissent face à l’évolution dangereuse de la situation en Ukraine. Les autorités légales ont été renversées par une émeute à Kiev, qui a bénéficié de l’appui et de complicité de l’Union européenne, de l’OTAN et de la CIA ainsi que du président de la République et du gouvernement français. Ces derniers ont engagé la France dans une promiscuité inacceptable avec les groupes néo-nazis dont la glorification d’Hitler, l’antisémitisme virulent, la russophobie et l’anticommunisme viscéral se traduisent par la chasse aux communistes.


Nous sommes en présence de risques évidents de guerre civile voire de guerre pure et simple avec la Russie qui considère que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN serait un « casus belli ».


Vous avez pris ou vous pouvez prendre connaissance d’une initiative que j’ai conduite en tant qu’ancien résistant et ancien député, appelant à censurer le gouvernement français sur son attitude scandaleuse en Ukraine (soutien à des néo-nazis, hostilité systématique à l’encontre de la Russie, ingérences, alignement sur les milieux les plus agressifs de l’OTAN et des USA). Cette initiative a été diffusée avec plus de 150 signatures, dont celles de Résistants prestigieux, à l’ensemble des parlementaires.


Le remaniement du gouvernement n’a rien changé au soutien indéfectible affiché aux néo-nazis ukrainiens dans les dernières semaines, nous ne pouvons rester les bras croisés. Nous suggérons que le 24 avril prochain, date à laquelle le héros franco-ukrainien Vasil Porik (dirigeant de la Grande Grève Patriotique des mineurs français du nord en mai-juin 41, fusillé par les nazis avec plusieurs centaines de communistes français) s’est évadé du camp de prisonniers soviétiques de Beaumont grâce aux FTP, soit l’occasion de marquer avec force notre indignation.

 

Le 24 avril, téléphonez à l’ambassade ukrainienne à Paris

Téléphone : 01 43 06 07 37

Horaires d’ouverture : Lundi-Vendredi, 9h-13h – 14h30-18h30


avec le mot d’ordre suivant : HALTE AUX PERSÉCUTIONS CONTRE LE PARTI COMMUNISTE UKRAINIEN, HALTE AUX PERSÉCUTIONS CONTRE LES RUSSOPHONES UKRAINIENS, PAIX EN UKRAINE !

 

Et au Ministère français des affaires étrangères

Téléphone : 01 43 17 53 53

Horaires d’ouverture : 9h – 17h

avec le mot d’ordre suivant : NON À LAURENT FABIUS QUI APPUIE UN REGIME NEO-NAZI EN UKRAINE ! NON AU RISQUE DE GUERRE CIVILE EN UKRAINE ET DE GUERRE EN EUROPE ! RETRAIT DE LA FRANCE DE L’OTAN.

 

Si vous vous associez à cette initiative, informez-moi de votre appel afin que nous puissions avoir une vue d’ensemble de la mobilisation.


Vous pouvez aussi inscrire l’horaire de votre appel dans le tableau accessible à l’adresse suivante : http://doodle.com/d25iab3r7ebgcawz


Si nous étions capables de mobiliser chacun dix, vingt personnes pour téléphoner tour à tour, les autorités ukrainiennes et françaises sauraient qu’elles n’ont plus le champ libre en France pour marcher vers la fascisation, la guerre civile sous influence et l’expansion vers l’est de l’Empire euro-atlantique.

 

Nous vous assurons de nos sentiments cordiaux.*

 

Pour le collectif d’organisation

 

Pierre Pranchère

Ancien résistant FTPF

Député Honoraire

 

De Lucien PONS

http://lucien-pons.over-blog.com/


 

 

Rappel :

 

ZDF - "Le Putsch en Ukraine financé par les USA" -

 


 

Lettre ouverte à Fabius - Plainte pour complicité de crimes - L'UPR demande qu'il soit démis de ses fonctions

 

La fin de l'Etat ukrainien ? - Géopolitique : Quoi de nouveau ?

.

Le vrai visage des "démocrates" ukrainiens. Médias, l'insoutenable pouvoir

 

Israël si discret... pourtant derrière, aussi, le coup d'Etat en Ukraine !

 

Qui sont les amis de Fabius en Syrie, faisant "du bon boulot" ? DES EGORGEURS

 

Anschluss de l’Ukraine par l’UE. Olivier Berruyer explique (vidéo, liens)

 

.


resister-revolution.gif

 

 

Résister !

Par Chantal Dupille


 

Nous devons résister à l'horreur en marche.

L'UE est une entité totalitaire,

elle prolonge le 3e Reich nazi,

en imposant ses lois, son racket des peuples,

son Parti Unique décliné en deux versions, Droite et Gauche,

ou avec un Valls de Droite fasciste

sous une étiquette de Gauche,

ou même avec des dirigeants sans un simulacre d'élection,

comme en Italie pour commencer.

Et ce sera pire encore avec le Grand Marché Transatlantique !


Cette UE qui tue Nations, Etats, Presse libre et libertés,

services publics, protection sociale, Droit du Travail,
emplois, industrie, avenir...

cette UE-là est le tremplin du Nouvel Ordre Mondial

financier, totalitaire, hyper technique,

esclavagiste, eugénique...

qui impose peu à peu encore pire

qu'un changement de civilisation,

la barbarie d'un monde matérialiste cupide

sans passé, sans traditions, sans cultures,

sans territoires, sans religions, sans Histoire,

sans différence de sexe, sans procréation naturelle,

sans famille, sans fraternité, sans solidarité, sans santé,

sans respect, sans âme, sans idéal...

 

Ou nous lassons le monde devenir mortifère, fou,

avec l'accaparement de tout par quelques-uns

et l'asservissement des peuples,

ou nous nous dressons pour refuser

un bouleversement apocalyptique de la civilisation

sous la houlette de nouveaux Fuhrers.

Voici encore des exemples de refus...

Bonnes lecture,


Chantal Dupille

 

 

 

 

Jeudi 17 avril 2014 15h39
APPEL À LA GRÈVE GÉNÉRALE SAUVAGE
TOTALE ET ILLIMITÉE !
  

   
Le "plan d'économies" du fasciste Manuel Valls (en fait une véritable arnaque) devra faire semblant d'être voté à l'Assemblée, prévient le metteur en scène Cambadélis.

Cela rappelle la triste époque où la prétendue "écologiste" Dominique Voynet avait volé la mairie de Montreuil aux communistes avec les voix de la droite ! Que ce soit bien clair, la droite officielle (UMP) votera le plan Valls qui en réalité lui plaît bien, et il sera voté aussi par la droite du P"S". Il sera donc voté à une large majorité.
À quoi ça sert, de voter à gauche dans de telles conditions ? Si voter pouvait changer quelque chose, ce serait interdit !
Et on nous fera croire que le plan Valls est le seul moyen de "sauver la France et son système social", alors qu'il est là au contraire pour les détruire. Seul un nouveau mai 68 pourra empêcher ça !

N'attendez pas que les syndicats et les partis l'aient décidé à votre place ! D'ailleurs, ils ne le feront pas, car ils ne l'ont jamais fait. Invitez vos collègues lycéens, étudiants ou travailleurs, à une Assemblée Générale et proposez-leur la grève reconductible de jour en jour, une vraie grève dure et qui dure. Avec occupation du lieu de travail et piquet de grève dur.

Ensuite, si la grève est votée, pendant que le piquet de grève reste sur place pour éviter que les patrons fassent travailler les jaunes (des traîtres), il faut que la plupart des grévistes aillent dans les lycées, les usines etc. près de votre école ou entreprise afin de leur demander de vous suivre dans la grève, au moins par solidarité. L'extension géographique de la grève est en effet plus efficace que son extension par branche, même si les deux peuvent être menées de concert.

N'attendez pas qu'une autre école ou une autre entreprise vienne vous demander de vous mettre en grève. Vous êtes grands. Mettez vous-même votre lycée, votre entreprise privée ou votre service public en grève !

Ne faites pas confiance aux directions syndicales, elles font partie du pouvoir et sont nos ennemies autant que les patrons.

Pour gagner, il nous faut auto-organiser notre mouvement de contestation en une coordination dont le premier acte important sera de lancer un appel à la grève générale illimitée.

.

 

QU'EST-CE QU'UNE COORDINATION ?

http://mai68.org/spip/spip.php?article1081

   

Bien à vous,
    do
    17 avril 2014
    http://mai68.org/spip

 

Le menteur Manuel Vals promet de dire la vérité ! Le croirez-vous ?

Manuel Valls va vous enfumer en vous disant que c'est la crise et qu'il faut se serrer la ceinture. Pardon, apprendre à gérer un budget. C'est comme ça qu'il faut dire, maintenant. N'en croyez rien, la crise est un mensonge destiné à vous faire accepter une diminution drastique de votre niveau de vie. Enrichir les riches en appauvrissant les pauvres ! En fait, tout le discours de Manuel Valls DOIT être ressenti par les exploité-e-s comme un appel à la grève générale sauvage totale et illimitée !

Article complet : http://mai68.org/spip/spip.php?article7073


CGT - Et Bernard Thibault devint chef :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1170

(Historique des grèves depuis mai 68, et ce qu'elles nous enseignent en pratique)

La CGT, la CFDT, FO, etc., sont des syndicats gouvernementaux !

Les seules grèves qui font peur au pouvoir, les seules auxquelles il cède, ce sont les grèves sauvages, celles qui sont incontrôlables, celles qui ne sont donc pas contrôlées par les syndicats.

Pendant la grande et belle grève de 1986, qui s'était ardemment battue contre toute forme de récupération et qui s'était par conséquent auto-organisée en coordination, les drapeaux et insignes de syndicats et de partis avaient été interdits en manif et comme Assemblées Générales !

Article complet : http://mai68.org/spip/spip.php?article7031

 

Comment a-t-on fait pour gagner contre le CPE en 2006 ?

Voici une liste de divers articles classés par ordre chronologique, ainsi que leurs résumés. Cela constitue non seulement un historique essentiel du mouvement qui a réussi à supprimer le CPE, alors même qu'il avait été déjà voté ; et, d'une façon générale, cela indique une méthode pour gagner une grève ou une bataille de la lutte de classe. Cela donne des indications stratégiques et tactiques sur ce qu'il faut faire ou ne pas faire pour gagner ; ainsi que divers pièges où il ne faut pas tomber. Diverses magouilles utilisées par le pouvoir sont aussi dénoncées ainsi que la méthode pour les contrer.

Article complet : http://mai68.org/spip/spip.php?article6

 

FAIRE CIRCULER RAPIDEMENT


LIEN : http://mai68.org/spip/spip.php?article7132

 

 

 

 

 NON AUX TEST ADN !

 


Sinon, bientôt ils voudront les ADN du monde entier !


.
.
resister-revolution.gif

« La résistance française a besoin de l’aide de la Russie » Sylvain Baron, résistant

 

(..) Il est une totale hypocrisie de croire que l'on peut faire une révolution électorale, dans un pays où un parti unique subdivisé en deux entités, s'accapare le pouvoir et les médias depuis plus de 40 ans, et je dirais même depuis plus d'un siècle si l'on souhaite prendre encore plus de recul sur l'Histoire récente de la France.

 

 

LVdlR : Vous voulez dire qu’il ne peut pas en France y avoir de changements significatifs par la voie des urnes ?


S.B. : Je ne connais que trois épisodes révolutionnaires d'importance en France, qui ont amené quelques changements significatifs : La Révolution Française, la Commune et le Front populaire. On pourrait ajouter, parce que les circonstances y poussaient, la reprise en main du pays par le Conseil National de la Résistance à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Tous ces grands moments insurrectionnels ont fait trembler nos oligarchies politiques (et leur ont parfois coûté la vie) sans jamais avoir été initiés par une élection quelconque.

 

(..) Après avoir obtenu les avancées sociales et démocratiques espérées, le peuple à nouveau s'endormait, tandis que les politiciens corrompus s’affairaient déjà à détruire les acquis sociaux, et prostituer la France à des intérêts étrangers ou privés. La France à ce titre ressemble beaucoup à un volcan. Elle s'endort généralement sur un demi-siècle, avant de se réveiller brutalement et éructer toute sa colère dans des épisodes violents. Pour autant, et cela particulièrement au XXIème siècle, je considère que la violence est la force des faibles, quand l'organisation collective et l'intelligence sont les armes létales des dissidents éclairés contre un pouvoir en place.

 

(..) Le volcan français, bien que vapotant quelques fumerolles, reste assoupi. Le réveil du Titan tricolore est en marche. (..) Tout autour du gouffre béant du volcan, des incendies sont entretenus par une population civile qui s'entre-déchire au lieu de se fédérer dans un grand élan de fraternité et de désir de Liberté commun. Nos politiciens y veillent ainsi que nos médias, tous sous la tutelle d'empires industriels et financiers ayant un intérêt à perpétuer le dumping social européen et mondialiser l'économie.

 

 

LVdlR : Quelles solutions prônez-vous donc pour fédérer les insatisfaits du système actuel et créer une résistance efficace ?


S.B. : Il y a des solutions simples qui pourraient fédérer chacun, sans avoir à imposer à un partisan de renier sa religion électoraliste. La première serait d'envahir le Parti Socialiste, qui structurellement, s'effondrerait sous le poids d'au moins 30.000 nouveaux adhérents souhaitant sortir la France de l'enclave européenne et de l'OTAN. La seconde serait une révolte monétaire. Dans sa version la plus simple, il s'agit juste de rédiger le mot « FRANCS » sur chacun des billets de banque temporairement en notre possession, afin de délivrer un message à toute la population de façon très virale. Cette solution comportant de nombreux points techniques à considérer, j'invite chacun à comprendre les mécanismes sur ce lien. La troisième solution consiste tout simplement à spammer de courrier physique nos institutions, et en premier lieu la Présidence de la République. Il serait impossible pour M. Hollande d'ignorer une insurrection qui approche, si un semi-remorque devait livrer des dizaines de milliers de lettres au Palais de l’Élysée quotidiennement.

Psychologiquement, la situation serait pour lui intenable. Enfin, la cinquième solution est celle dans laquelle je me suis profondément engouffré avec quelques fous qui ont accepté de me suivre : créer un journal papier que l'on distribuerait directement à la population. Cela afin de délivrer les informations que l'on ne peut trouver uniquement que sur internet, et qu'à partir d'une recherche active et très ciblée. Par définition, le format papier permet la prise de connaissance d'une information de façon passive. Il n'impose pas à son lecteur des recherches spécialisées dans une bibliothèque ou sur internet. Un journal papier est donc un outil permettant de former rapidement de nouveaux dissidents.

 

LVdlR : Vous créez un journal papier au moment ou l’économie de la presse papier agonise et se cherche un nouveau modèle ?


S.B. : En vérité, notre étude de marché nous a permis de constater que la presse quotidienne régionale, les périodiques spécialisés et les journaux gratuits survivent parfaitement au déclin de la presse papier, contrairement à la presse quotidienne nationale payante et à un certain nombre de périodiques totalement dans la ligne euro-atlantiste. C'est donc à partir de ces données que nous avons considéré qu'il y'avait une carte à jouer pour notre journal. D'abord évidemment par la qualité de notre contenu et le fait qu'une partie de celui-ci sera soumis et approuvé sur un site internet par notre lectorat (sur le modèle du site Agoravox), mais en cherchant en plus à atteindre la quasi-gratuité dans notre système de distribution. Ainsi, Poil à Gratter ! est colporté à la population contre libre participation, et nous comptons sur les abonnements à tarifs fixes et les espaces publicitaires loués à des petits commerçants locaux pour disposer d'un équilibre budgétaire suffisant pour nous développer.

 

LVdlR : Du pouvoir intrinsèquement révolutionnaire de la presse papier donc ?


S.B. : Les Russes et les Français ont en commun cette compréhension du pouvoir de la presse. Nos deux peuples ont fait des révolutions avec celle-ci. Entre 1789 et 1799, de quelques dizaines de publications confidentielles dans les milieux bourgeois, nous passerons à plus de 1300 titres de journaux diffusés partout en France. De la même façon au début du siècle dernier, c'est la diffusion par des ouvriers russes de journaux communistes qui permettra d'éveiller une population toute entière à de nouvelles idées.

Voici donc les ferments intellectuels qui je le pense sincèrement, pourraient permettre au peuple Français de se libérer en moins d'une année des institutions qui l'oppressent. Mais les difficultés sont énormes, et la première d'entre elles est assurément financière. A ce titre, je souhaite mentionner, puisque c'est un média russe qui a la gentillesse de m’interviewer, toute mon interrogation sur la stratégie de M. Poutine face à l'Union Européenne et l'OTAN qui attaquent constamment les intérêts fondamentaux de son pays de diverses façons. La plus visible et la plus récente est l'affaire ukrainienne. Ce qui m'étonne étant que, si la Russie réagit toujours habilement et sans succomber à des tentations guerrières qu'aucun peuple ne mérite, M. Poutine ne cherche pas à user des mêmes armes que son adversaire américain pour ne plus être dans la réaction, mais clairement dans l'offensive. En effet, quoi de mieux pour la Russie qu'espérer l'éclatement de l'Union Européenne ? (..)

 

 

LVdlR : La Russie aurait donc selon vous intérêt à s’ingérer dans les affaires françaises en aidant des mouvements protestataires… Sur quels fondements ?


S.B. : Il ne s'agit pas d'ingérence dans les affaires intérieures d'Etats souverains dans ce cadre, il s'agit d'une part pour la Russie de défendre ses intérêts fondamentaux par une attaque en règle contre l'OTAN du point de vue institutionnel, et d'aide à la démocratie dans les pays concernés, en permettant aux résistants les plus hostiles à cette organisation, de trouver le souffle financier nécessaire à leur organisation et leur visibilité médiatique de facto. (..)


.
Un fait de résistance aux USA :
/
.
Commentaire de Ahura sur cette affaire :

Eva...je vais me servir de ton blog pour évoquer un évènement dont les médias français n'ont pas parlé, à savoir "l'affaire du Bundy Ranch". J'invite tes lecteurs à s'y intéresser car elle prouve que Washington a maintenant à faire avec une contestation violente avec une partie de ses citoyens ! Le gouvernement central a baissé son froc ! On a frôlé la catastrophe . L'Empire vacille . Il est obligé de gérer de trop nombreuses affaires à l'extérieur de son territoire tant en Amérique du Sud, qu'en Asie , en Afrique et en Europe et voilà que s'y ajoute des "jacqueries" sur son propre territoire ! Ca va mal pour Obama et ses néocons ! Le Président noir doit passer des nuits blanches dans sa maison de la même couleur . L'Empire donc n'est pas loin de la chute ! Il ne pourra se battre sous tous les fronts et agressé la Russie et la Chine excusez du peu, encore bien longtemps ! Il est grand temps qu'il remballe son arrogance et sa volonté de dominer le monde avant qu'il ne soit trop tard car sans être devin je crois que ce serait mieux pour lui ! Ca suffit de vouloir jouer les gendarmes de la Planète et de s'ingérer dans les affaires de tous les pays du monde .
.

 

Voir aussi


Appel à résister - Pourquoi la guerre de 14-18 ? - Peut-on sortir de l'UE ?

/

 

. Avant que la classe politique

.

L'Appel envoyé par Demosophy

http://www.demosophie.com

 


http://mvt14.blogspot.fr/2014/04/appel-la-dissidence-francaise_18.html

(Un premier mouvement dissident important s'est déjà joint et fera
paraître vidéo et "appel au 14 juillet" la semaine prochaine).

 

 

.......

.

La quatrième et dernière partie de la série « Les Américains jouent aux Monopoly, les Russes jouent aux échecs – et les Français jouent aux Américains… » publiée ce jour, notamment sur Agoravox (http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-arenes-emergentes-du-refus-du-150898).

Elle est consacrée à l'émergence de nouvelles arènes

de Résistance à la domination impérialiste,

qu'il s'agisse de nations telles que la Russie et l'Iran

ou de champs de bataille virtuels comme Internet,

où tous les individus peuvent s'exprimer

et contrebalancer la propagande officielle.

 

.

 

Les ingrédients d’une explosion sociale

.

.

resister-NOM.jpg 

De notre ami Aspeta.
aspeta.blogspot.com

Comme le démontre cette vidéo jubilatoire,
les élus sont des modèles de dignité :

Hilarant !

http://www.youtube.com/watch?v=4CYqw4s6XF8

 

 

.

 

...

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Changer les choses
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 15:31

 

Mes 3 derniers tweets :

Attention, grand penseur, grand humaniste, honteusement, injustement discrédité !

Son texte: Se convertir à l' HUMAIN

D'une façon générale, ceux qui sont chouettes sont discrédités par média (Chavez..);

les pires (2 Mario italiens appelés"super Mario"..) sont encensés

DONC soyons des esprits libres, refusons de penser comme on nous dit de penser,

pensons par nous-mêmes, esprit "critique" en alerte !

 

unite-paix-solidarite.jpg

 

 

Introduction

de Chantal Dupille

 

 

Notre pays a été prioritairement ciblé parce qu'il est volontiers frondeur. Désormais, les dirigeants, à tous les niveaux, sont aux ordres. Le CRIF est un Etat dans l'Etat, imposant (via les médias collabos) sa chape aux Gouvernements depuis Sarkozy : Dictature de la Pensée, ultra libéralisme financier (même à "Gauche"), soumission totale à Bruxelles, France fer de lance des politiques néo-conservatrices va-t-en guerres illégitimes et meurtrières, préparation des esprits à la dictature suprême: Celle du Nouvel Ordre Mondial totalitaire, raciste, esclavagiste, eugénique... Et parce que la Police de la Pensée veille à brider la liberté, un très grand penseur comme Roger Garaudy est calomnié, diffamé, discrédité INJUSTEMENT. Pourtant, non seulement il s'agit d'un esprit libre comme nous les aimons, totalement indépendant et créatif, mais d'abord et surtout d'un grand humaniste et d'un très grand penseur : Pour un monde meilleur, juste, de paix et ouvert à toutes les cultures. Mieux encore, et c'est pourquoi je raffole de cet homme (d'ailleurs à gauche, de foi et artiste comme moi) : Il a aussi la passion de la vie et du vivant, de TOUT le vivant. Ses textes sont créatifs et empreints, à chaque ligne, d'un amour immense et d'une infinie sagesse. Il ne se contente pas, courageusement, de dénoncer les abus, les injustices qui défigurent l'humain :  Il propose des solutions réalistes, universelles, et porteuses d'espoir. Découvrons cet homme merveilleux en dehors de tous les préjugés artificiellement imposés. Soyons des esprits réellement libres (et humanistes).  Nous avons tout à gagner !  Chantal Dupille

.

 

  http://eucamillptus.skyrock.com/

.

 

Conversion à l'humain

 

 

 

Tous nos problèmes majeurs: chômage, immigration, culture et sens de la vie, violence et guerre, découlent d'un seul problème fondamental: la déchirure post-coloniale du monde...


"Ce monde où des fous mènent des aveugles", écrivait Shakespeare dans le Roi Lear, à cette époque de la Renaissance où débutaient ces dérives de l'Occident dont nous vivons aujourd'hui la "fin de partie".


A ce monde du non-sens, à cette nouvelle défaite de l'homme, aggravée par la puissance technique de la barbarie informatisée, il s'agit d'opposer l'alternative d'une conversion à l'humain.


Quatre objectifs sont prioritaires pour réaliser cette mutation à la fois des fins et des moyens de notre société:


1. Eveiller une réflexion populaire critique sur les raisons de vivre et sur les fins de notre commune histoire. A contre-courant de l'individualisme du "chacun pour soi", faire prendre conscience à tous que chacun est personnellement responsable du destin collectif. L'unité et l'interdépendance, de la technique à l'économie, de l'écologie à la culture, est devenue telle qu'aucun problème ne peut être résolu à partir d'une seule nation, d'une seule église, d'un seul parti, d'une seule ethnie.


2. Prendre conscience de cette unité voulue et non subie à l'échelle du monde. Un changement radical de nos rapports avec le tiers-monde afin d'inverser les méthodes de contrainte dévastatrices du Fonds monétaire international, est la clé de nos problèmes majeurs.
Ceux du chômage, par reconversion de notre appareil économique pour répondre à nos besoins réels et à ceux du tiers-monde.
Ceux de l'immigration, qui deviendront, si les disparités actuelles continuent de s'aggraver, une invasion de la misère.
Ceux de la culture, si les prétentions de l'Occident à la supériorité et à la fausse universalité de ses modèles de croissance et de culture s'effacent pour s'ouvrir aux autres cultures, dans un désir de fécondation réciproque et si cesse la destructuion, par la domination coloniale, des développements endogènes.


3. L'obstacle principal est le monothéisme du marché, avec ses deux fondements idéologiques: le mythe de la modernité et le mythe de la démocratie. Pour l'abattre, peuvent se conjuguer les efforts de tous ceux pour qui la vie a un sens: foi en Dieu ou foi en l'homme.


4. Le changement de notre mode de vie ne se fera pas par une prédication moralisante et par une conversion subite, mais par une progressive reconversion de notre production et de notre écomomie entière. Avec la participation de tous ceux qui ne vivent pas de spéculation parasite et de corruption, mais de créations et de productions réelles au service de la communauté.


Roger Garaudy,

"Les fossoyeurs. Un nouvel appel aux vivants",

L'Archipel, 1992, pp 181-182

 

.

 

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Changer les choses
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 14:45
Russie eternelle - Marina Vlady

L'espérance russe, l'engouement.

De plus en plus, dans le monde,

on se tourne vers la si sensible Russie,

on attend d'elle qu'elle soit un contre-poids

au matérialisme ambiant,

au militarisme croissant,

aux ingérences intolérables partout.

On attend d'elle qu'elle impulse

le respect des nations souveraines,

d'un monde multipolaire,

et un supplément d'âme.

De Gaulle l'avait dit :

L'avenir de l'Europe,

culturel, commercial, et pour la paix,

est avec la Russie, intimement.

Parole de sagesse qui doit aujourd'hui

résonner plus que jamais...

pour un monde viable !

Chantal Dupille

.

Xavier Faure: "Pourquoi je souhaite devenir russe!"

Alexandre Latsa
12:34 23/01/2013
"Un autre regard sur la Russie" par Alexandre Latsa

Alors que l’affaire Depardieu n’en finit pas de faire des remous médiatiques, on peut cependant déjà tirer une conclusion de ce Buzz planétaire: la Russie pour des centaines de millions de gens apparaît comme un pays dans lequel on peut désormais envisager de s’installer. On peut même imaginer que l’affaire Depardieu a fait plus pour l’image de la Russie que la plupart des grands cabinets de PR qui travaillent pour l’Etat! Depardieu n’est cependant pas le seul à vouloir devenir russe. Les lecteurs de RIA Novosti ont pu lire une nouvelle surprenante vendredi dernier affirmant qu’un pilote de Montgolfière français, du nom de Xavier Faure, souhaitait lui aussi devenir Russe!

.

 

 

197310767.jpg
© Photo

J’ai donc voulu en savoir plus sur ses motivations à "souhaiter devenir russe".


Xavier Faure bonjour et merci de bien vouloir rependre a mes questions, tout d’abord, pourriez vous vous présenter?


J'ai 37 ans, célibataire, né à Reims en Champagne. J'ai étudié le Russe comme première langue étrangère au collège. Je n'étais pas un très bon élève mais j'ai toujours porté ce pays dans mon cœur. J'ai ensuite étudié dans le domaine technique et obtenu un brevet de technicien en électrochimie, avant de travailler dans diverses usines, de simple operateur jusqu'à chef d'équipe. J'ai ensuite travaillé comme équipier de montgolfière, un métier au contact du public et de la nature. Puis j'ai passé mon brevet en contrat de qualification. En 2006, je suis devenu pilote professionnel après 150 heures de vols et avoir piloté des montgolfières de gros volumes dans différentes grosses sociétés en France et à l'étranger. Du fait de la précarité et de la saisonnalité de cette activité, j'ai essayé en parallèle de trouver une activité stable qui me correspondrait.

J'ai donc passé un examen professionnel en sérigraphie en 2001, puis un BTS en agriculture Biologique en 2007 mais les belle promesses sur le Bio ne sont pas suivis de financement. Parallèlement donc j’ai travaillé sur d'autres sujets: l'eau sous tous ces aspects, des traitements naturels a la potabilisation, les médecines alternatives et quantiques et aussi sur les systèmes énergétiques innovants. Je suis en relation avec des chercheurs et expérimentateurs dans ces domaines et j'écris quelques articles dans des revues spécialisés. En gros je fais de la veille technologique.


Si j’ai bien compris vous résidez actuellement à Koungur, une petite ville dans l’Oblast (région) de Perm. Pourriez-vous nous présenter la ville, et ce que vous y faites? Comment y est la vie?


C'est une très petite ville de province, source de quelques moqueries de la part des habitants des grandes villes, mais c'est surtout une étape sur la voie du transsibérien. Elle est traversée par trois rivières. Le Héros Ermak y serait arrivé en Bateau et aurais fait étape avant de conquérir les territoires sibériens et battre les tatares. Les Armes de la ville sont la corne de l'abondance et les cristaux de l’Oural, ainsi que le bateau d’Ermak.

Koungur possède de nombreuses et magnifiques églises et il est possible de se baigner dans les rivières en été comme en hiver, c'est même le sport local préféré, me semble-t-il. Il y a une grotte très rare ou il y de la glace toute l'année, plusieurs usines et de la place tout autour pour se poser en montgolfière. Comme partout en Russie les femmes y sont très belles.

La nature est très riche avec les paysages typiques des contreforts de l’Oural, plats avec de la forêt trouée par de grandes étendues de champs peu cultivés et des vallées fluviale plus prononcés mais parfois encaissées. En France, cela pourrais ressembler à un mélange de régions entre Colmar au pied des Vosges et les Ardennes entre Charleville-Mézières et Gisors.

Il y a quelques usines comme "Маштаб" qui fabrique des camions et emploie entre 3.000 et 4.000 personnes, deux usines de transformation de viande dont la célèbre "Телец", deux usines de limonade "Пикон", le "Молокобинат" pour le lait, deux scieries et d'autres que je ne connais pas encore.

La vie y est dure et douce en même temps. Dure économiquement car il me semble qu’il faille au moins deux activités pour vivre correctement. Il y beaucoup de "débrouille" mais tous le monde se connaît et il y a une forte entraide et une importante solidarité que je ne connais pas chez nous en France, en tout cas pas à cette échelle. J'entends malgré tout, souvent, que c'est moins fort qu'il y a 10-15 ans en arrière. L'esprit de la surconsommation effrénée et l’hyper matérialisme me semble porter atteinte à l'âme des gens et ici comme ailleurs les mêmes causes produisent les mêmes effets. Mais il y encore de la marge avant d'arriver à la même situation qu'en France. Les habitants sont patriotes, ils aiment leur pays et l'affichent. La ferveur religieuse est aussi très présente et importante.

Les institutions locales et fédérales sont socialement très présentes surtout après des enfants, écoles, bibliothèques, maison des activités de l'enfance pour les petits, maison des jeunes et du tourisme, parcs pour les enfants et installations de jeux enfantins, le sport et les installations sportive, stades, piscine, salles d’entraînement etc. Il y a aussi des musées dont celui de la conquête spatial et enfin le collège des Artistes et son foyer ou j'habite et dont les conditions matérielles pourraient paraître spartiates pour un Européen normal. Il y partout de grands quartiers d'isbas traditionnelles et parfois un ensemble d'immeubles au milieu. On trouve des petits magasins partout et quelques hypermarchés de types super U, et il y a aussi un club très actif d'école de pilotes de montgolfière, dirigé par Andreï Vertiproxov, ancien pilote de Mig.

Mes occupations sont diverses. J'ai fait quelques interventions dans une école locale ou on y enseigne le Français en deuxième langue. L'administration issue de l'époque Eltsine pousse pour l'anglais en première langue et le français ainsi que l'allemand font de la résistance. Je suis sinon fort occupé par mes démarches administratives (pour obtenir un passeport Russe) et les nombreuses interviews que j’ai commencé à donner a ma grande surprise. Enfin et surtout j’apprends le russe.


Pourquoi avoir choisi une aussi petite ville, alors que généralement les étrangers s’installent plus généralement dans des grandes villes russes?


J'aime les petites villes car la nature est à porté de la main, c'est très important pour moi. Je ne supporte plus, en France comme ailleurs, l'absurdité de la vie dans les grandes villes. Passer sa précieuse vie dans les embouteillages à dépenser une énergie de plus en plus rare, tout ça pour un travail qui ne sert qu’à perpétuer un système moribond, me parait complètement aberrant.

Mais surtout, j'ai trouvé un endroit ou je me sens à ma place.

Grâce à Daria Gissot de l'association So!art qui représente la ville de Perm à Bruxelles,  j'ai cet été participé à "небесная ярмака", le festival de montgolfière annuelle de Koungur. Elle m'avait souvent parlé de sa Région natale et c'est un projet que nous avions depuis longtemps.

J'ai rencontré ici de nombreuses personnes avec qui je me suis profondément lié d'amitié, une équipe municipale dynamique et volontaire, ainsi qu'une population chaleureuse. Une sorte de liberté et de joie de vivre malgré les soucis quotidiens, règne ici. Une ville, belle, historique avec un potentiel de développement important. Bref, un petit morceau de paradis, comme il en existe beaucoup en Russie.


Comment arrive-t-on de France (Lille?) à Koungur? Je veux dire physiquement bien sûr mais aussi mentalement? Quelles sont les raisons ou motivations qui vous ont poussé à quitter la France?


Et bien en voiture déjà, car je suis parti avec ce qui me semblais essentiel à emporter et j'ai traversé toute l'Europe et le pays baltes. Après, moralement, je ne sais pas expliquer comment, c'est à l'intérieur que cela se joue et je n'ai pas les mots pour le dire, il faut le vivre. Comme ont dit en Russe "просто так" simplement comme ça! Quelques habits chauds, une volonté de fer de rester et d'y vivre et un forte envie de pleurer de joie tout les jours quand je me lève et que je regarde par la fenêtre et ce malgré les difficultés.

Les raisons sont diverses et nombreuses. D’abord je crois que fondamentalement j'ai toujours voulu habiter en Russie, donc c'est un rêve d'enfant que je devais réaliser avant d'être trop âgé.  Ensuite la situation en France est devenue intenable sur beaucoup de plan. La vie est excessivement chère, cela se dégrade chaque jours et ne va pas s'arranger de si tôt, je pense même que cela va fortement se dégrader cette année. La situation économique et sociale est exécrable. Je n'y ai plus de perspectives d'emploi. Les projets et idées que j'ai eues n'ont rencontré aucun écho. Je trouve que beaucoup de gens sont fermé d'esprit ne s'intéressent qu'a eux et sont vieux dans leur tête. Les politiques n'en ont que faire du peuple et ne vivent que pour eux et leurs petites magouilles personnelles. Il n'est pas possible ne montrer qu'on aime son pays, comme en Russie. Je ne me sentais plus de rester en France. C'est mon pays que j'aime, j’aime son histoire qui me rend fier, j’aime sa culture et sa cuisine, il a été grand, mais je n'arrive plus à m'y projeter dans le futur.

Aujourd'hui, la France est un pays en faillite qui ne peut plus payer ses militaires en opération depuis 8 mois et qui fait enlever les culasse des armes quand le président visite une caserne!

J'ai vécu une expérience intéressante l'hiver dernier qui m'a décidé à partir. En revenant d'Afrique, j'ai remarqué qu'en nous posant à Orly les même gens qui était joyeux dans l'avion devenait soudain apathique comme si un couvercle leur était tombé dessus. C'est là que j'ai réalisé qu'il y avait une atmosphère particulière qui planait sur la France. J'ai eu la confirmation de ce phénomène par beaucoup de personnes qui ont voyagé ainsi que sur le blog de Pierre Jovanovic : nombreux sont ceux qui ont ressentis la même chose. Personnellement, je suis de nature joyeuse mais c'était un effort de tous les instants de ne pas être contaminé par cet apathie générale et c'était très énergivore et fatiguant.

En Russie il y a beaucoup de problèmes à régler mais ma vie c'est transformé d'un mauvais film de série B en aventure de tous les instant. Il m'arrive ici des choses qui n’auraient pas été possible en France!


L’image de la Russie est mauvaise, tout le monde le sait. Vous habitez dans ce pays depuis quelques mois et dans des conditions normales (pas en tant qu’expatrié), quelle est votre opinion sur l’image de la Russie par rapport à ce qu’est la Russie en réalité? Ou du moins telle que vous la vivez?


La vision médiatique est complètement fausse et n'a pas grand chose à voir avec la réalité. Il règne ici une forme d’insouciance, un joyeux bazar organisé, (les russes disent всё нормално!) à tout bout de champs pour les choses un peu curieuse et il y a une envie de vivre que j'ai aussi rencontré en Afrique noire et qui à a mon avis disparu depuis longtemps de chez nous dans nos pays Européens.

Sinon c'est une démocratie représentative comme les autres, ni plus ni moins avec ses particularités propres, qui sont une administration parfois lente et lourde et des différences sociales très marqués, résultat sans doute de l'hyper-libéralisation de l'économie des années 90. Les Russes sont comme les autres humains, ils y en a des bons, des très bons, des mauvais et des très mauvais, mais heureusement ceux que je connais ont un cœur "grand comme ça".

Surtout, je m'y sens plus libre que ces dernières années en France. Il y plein de choses, aussi simple que de se baigner librement en rivière par exemple, qui ne sont plus possible en France. Gérard Depardieu à dit que: "La Russie est une grande démocratie". La Russie est une démocratie comme la France (qui d’ailleurs à été un modèle dans la rédaction de la constitution russe) et c'est un pays à l'échelle d'un continent donc oui, techniquement "c'est une grande démocratie".


Comparativement à la France et dans le cadre du quotidien vécu: quel est le plus grand atout de la Russie et aussi ce qu'il faut améliorer en priorité?


Le plus grand atout, c'est la solidarité. Les Russes sont tous différents mais se sentent tous Russes dans l'âme et sont prêt à vivre ensemble et à construire une grande Russie. L'immense espace territorial est aussi un grand atout car il recèle de nombreuses ressources naturelles qui assurent à la Russie son indépendance. Il y a ici de la place pour tous et pour tout faire.

J'entends très souvent autour de moi des plaintes envers l'état des routes et la précarité des rémunérations et du système des retraites. Une autre inquiétude est la dépendance économique basé principalement sur la ventes des ressources énergétiques, qui si celles-ci devaient se tarir, laisseraient la Russie exsangue. Je pense que la Russie devrait massivement investir dans les économies d'énergies et les ressources locales de productions énergétiques et alimentaires. Parallèlement développer un système de sécurité sociale fort sur le modèle Français, modèle envié dans le monde entier et qui a été un gage de prospérité économique pendant 40 ans, jusqu'aux attaques gouvernementales de ses dernières années.


Beaucoup de Français, depuis l’affaire Depardieu, affirment à haute voix vouloir un jour devenir russe, notamment sur ma page Facebook j’ai pu le constater. Tous ne connaissent pas la Russie, mais ce pays pour eux représente quelque chose, comme une sorte de forteresse? Etes-vous d’accord avec cela?


Oui en partie. Pour l'instant c'est un pays qui semble être sur une position non-aligné par rapport à l'axe du bien censé être le monde des démocraties occidentales. En tout cas, elle participe à l'élaboration d'un monde multipolaire favorisant l'entente des peuples et est donc gage de stabilité mondiale et de prospérité économique. Les valeurs qui ont permis aux humains de vivre ensemble y sont encore défendues.

Le même phénomène a eu lieu envers la France quand le Président Chirac avait refusé de participer à la deuxième guerre en Irak. La France s'était levé contre une injustice majeure et avait suscité l'intérêt et l'admiration à travers le monde. Partout les Alliances Françaises avaient été envahies par des personnes qui voulaient apprendre le français.

La Russie représente aujourd'hui un phare guidant les gens qui refusent la vision simpliste, marchande et unipolaire du monde, et qui recherchent un peu d'enthousiasme et de chaleur humaine. Elle retrouve un peu le statu qu'avait l'URSS face au modèle tout capitalisme libéral américain, mais dans un monde qui a évolué et où les repères et valeurs sont différents.


Vous avez parlé de prendre la nationalité russe? Vous êtes donc prêt à abandonner votre nationalité française comme le prévoit la loi russe?


Et bien, je ne suis pas un expert en droit international, mais je ne vois pas d'inconvénient à abandonner la nationalité française! Mes meilleurs amis en France sont Belges, Polonais, Russes, Géorgiens. La France est aujourd’hui vendue à l'idée européenne qui ne reconnaît pas les nations en tant qu'entités souveraines. 90% des lois françaises qui sont votées par le parlement sont des lois européennes transcrites en droit français. La Commission Européenne décide du budget de la France. Le drapeau français a disparu du site de l’Élysée et nos gouvernements privatisent le système des retraites et la sécurité sociale, soit le meilleur système de protection sociale que tout le monde nous envie.

La France en tant que tel pour moi n'existe plus donc quid? Où est le problème?


Vous sentez-vous proche de la mentalité russe, et si oui comment la définiriez vous ? En quoi diffère-t-elle de la mentalité française?


Oui, je me sens assez proche de la mentalité russe, qui est une forme de résignation joyeuse, "вот как мы живем" disent souvent mes amis. Voilà comment nous vivons, traduction. "C'est dur mais on est chez nous avec nos amis et cela nous plaît, que peut-on faire d'autre?". C'est un mélange de survie au jour le jour et de vie intense de chaque bon moment de la vie sans trop se poser de question sur l'avenir.  En tout cas en province c'est comme cela que je le ressens.

En France tous est contrôlé, aseptisé, propre, rangé, légiféré, organisé, fini! Il est difficile de trouver de l'aventure comme c'était possible jusque dans les années 1950. Il n'y a plus de grandes causes dans lesquelles s'identifier sinon celles proposées par le monde anglo-saxon. C'est d'ailleurs pourquoi beaucoup partent en vacances loin, dans des destinations exotiques et aventureuses. Moi qui est vécu une grande partie de ma vie à Reims puis suis parti pour mon travail aux 4 coins de la France: Angers, Saumur, Toulouse, Lille, j'ai ressenti partout le même malaise d'être jeune avec peu de débouché et de faire face a cette situation nouvelle en France: l'ennui dans des grandes villes désertées à partir de 20h00, les tensions avec les banlieues, l'incompréhension réciproque, etc.


Quels sont vos plans et objectifs aujourd’hui en Russie? Que pensez- vous que la Russie peut vous apporter?


Dans un premier temps, je vais travailler avec les élèves de l'école de français de Perm, le temps de mieux maîtriser le russe et d'étudier le fonctionnement des structures locales. Mon expérience dans l'émission d'Andreï Makarov sur la Première chaîne m'a donné envie de participer à des émissions où il est possible de débattre calmement des questions économiques et sociales et d'apporter mon expertise, car j'ai aussi étudié l'économie politique dans un parti politique pendant cinq ans. J'écris parallèlement des articles sur la vie en Russie et aussi sur les autres sujets auxquels je m’intéresse à destination de la France.

Par la suite, je souhaiterais partager l'expérience de mes divers domaines de compétences, montgolfières, tourisme et agriculture biologique avec la Russie et principalement à Koungur. J'aimerai aider Koungur à devenir une ville modèle dans le domaine des questions d'environnement et monter une association de promotion des techniques liées à la protection de l'environnement en Oural, voire créer une maison de l'environnement et du tourisme environnemental, comme il en existe en France, associant une découverte du terroir en Montgolfière. Un tel centre serait je crois un pôle d'excellence et d'attraction pour Koungur.

Il y a ici de nombreuses possibilités. Le président Poutine et le premier ministre Medvedev ont déclaré: "2013 année de l'environnement et de l'agriculture biologique en Russie", l'occasion d'agir dans ce sens est une chance dont Koungur pourrait se saisir. La ville est idéalement située dans ce cadre, au croisement de deux axes routiers importants, un axe Nord/Sud et l'autre faisant le lien entre la Russie européenne et asiatique. La ville est proche d'un aéroport et desservie par une ligne ferroviaire. De plus, son cadre naturel et historique la chaleur de sa population, sont tout autant d'atouts qui en font une ville attractive.

J'aimerai que la Russie m'apporte, que la France ne permet que difficilement d’obtenir, un travail, de la reconnaissance et un terrain pour construire une maison et une famille. Mais j'aimerai surtout que ma présence ici permette à la Russie ainsi qu'à la France, deux grand pays avec des histoires communes sur de nombreux points, de mieux se comprendre et de travailler ensemble en dépassant les conflits politiques.


Merci Xavier Faure pour vos réponses, les lecteurs souhaitant en savoir plus peuvent consulter votre blog, qui relate votre nouvelle vie en Russie.

L’opinion exprimée dans cet article ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction, l'auteur étant extérieur à RIA Novosti.


Alexandre Latsa est un journaliste français qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destiné à donner un "autre regard sur la Russie".


"Un autre regard sur la Russie": Les enfants, enjeu politique de Moscou à Paris?

"Un autre regard sur la Russie": Depardieu est devenu russe: pas si fous ces Gaulois!

"Un autre regard sur la Russie": De Rospatriotism, des Cosaques et de l’interdiction de MTV 

"Un autre regard sur la Russie": La fin du monde, non, mais la fin du monde unipolaire, oui

"Un autre regard sur la Russie": La Syrie, la Russie et la France

"Un autre regard sur la Russie": La bataille pour l’Eurasie va-t-elle s’accélérer?

 "Un autre regard sur la Russie": Quel modèle de société pour la Russie de demain?

"Un autre regard sur la Russie": Dialogue Russie – Occident: un problème de morale?

"Un autre regard sur la Russie": La Russie: incarnation du rêve gaulliste au 21ème siècle?

"Un autre regard sur la Russie": La guerre totale contre la corruption a-t-elle commencé?

 

.

.

Voir aussi sur ce site mes articles :

.

 

La russie est de retour. L'âme slave dont nous avons besoin

La russie est de retour. L'âme slave dont nous avons besoin

 

L'empire a déclaré la guerre à l'humanité, mais il se heurtera à la russie

L'empire a déclaré la guerre à l'humanité, mais il se heurtera à la russie

 

Russie joker des peuples, meilleur garant de la paix dans le monde

Russie joker des peuples, meilleur garant de la paix dans le monde

.

Russie eternelle - Marina Vlady
Plus de vues
  • Russie eternelle - Marina Vlady
  • Russie eternelle - Marina Vlady
 

MARINA VLADY

Russie eternelle

  • Type : Livre
  • Editeur : Archipel
  • Date de sortie : 20/10/2010

http://www.gibertjoseph.com/russie-eternelle-475858.html

  • Description
    Un voyage dans la Russie de toujours, celle qui a survécu aux vicissitudes de la politique et aux épreuves de l'histoire : tel est le périple auquel cet ouvrage nous convie. En 150 photos, l'oeuvre de quelque 70 photographes, il nous mène à la rencontre du peuple russe. Dans toute sa diversité : de ces indomptables babouchkas sur qui repose le salut du foyer à ces enfants au sourire rêveur, des redoutables Cosaques aux prêtres déambulant en quête spirituelle. Une myriade de peuples, sur fond de steppes, de lacs gelés, de monastères aux coupoles dorées ou multicolores. C'est aussi à une découverte de la littérature et de la spiritualité russe que nous sommes ici invités. Au fil des photos, les maîtres mots et citations de grands auteurs, choisis par Michel Evdokimov, ponctuent les images : ils se nomment Saint-Séraphin de Sarov, le père Men, Pouchkine, Tolstoï, Dostoïevski. Empreintes d'émotion et de profondeur, les photos, toutes en couleurs, ayant été prises par des photographes qui habitent sur place pour la plupart, ont su capter la lumière au moment où elle était la plus belle.

 

.

sd
Je ne vous dis pas les émotions des voix de basse profonde. On comprend pourquoi il n'y a pas d'orgues en Russie.
 
vil
Tôt matin, à l'ouverture des échopes, devant le vieux village en bois sans clous (que du chanvre contre les courants d'air)
 
ni
La grande salle familiale où tout se vivait, se faisait, se discutait
 
bt
Chaque rue commerçante avait son église : question de prestige !
 
btf
J' y ai pu filmer 5 minutes d'un carillonneur magique ! Doigts gelés ? pas grave ! C'est pour la cause !
 
or
Les célébrissimes "portes d'or". Un process peu commun par gravure ?
 
ret
Retour sur Moscou : Cathédrale Basile le Bienheureux
 
df
Petite découverte de Madame Mauss dans une rue ordinaire
 
 
 gr
L'impressionnante université de Moscou sous les brumes matutinales
 
gtr
Préliminaire à ce jour : St Petersbourg, avec la Neva gelée
 
lk
La Grande Catherine dont a toujours rêvé le Docteur Bonobo : enfin une femme à sa hauteur :-)
 
nev
Demain : Ermitage et autres beautés de cette ville totalement époustouflante !
.
http://gje.mabulle.com/index.php/2012/02/13/204600-la-russie-nternelle-de-souzdal-nc-moscou
.
.
La Russie éternelle par ses fleuves
Claude Bédard Agence QMI

russie - La Russie éternelle par ses fleuves
© CLAUDE BÉDARD/AGENCE QMI
pix.gif
Une des plus belles écluses du voyage, celle d’Ouglitch. pix.gif
Une musique de type militaire retentit. Comme à chaque appareillage, c’est le signal du départ du M/S Tchaïkovski, notre navire de croisière russe qui, au cours des prochains 2000 kilomètres, sillonnera les fleuves Neva, Svir et Volga ainsi que les immenses lacs Ladoga et Onega.

Ce périple passionnant de 12 jours nous fera découvrir des villes et villages historiques avec leurs trésors cachés, à partir de Saint-Pétersbourg, la «Venise du Nord», jusqu’à la capitale de toutes les Russies, Moscou. À une époque où tout va trop vite pour découvrir le monde, ce voyage par les voies fluviales nous permettra de prendre conscience en toute tranquillité de l’immensité de ce pays mythique et d’en apprécier les beautés insoupçonnées.

La lumière du soleil de minuit – nous sommes en juillet - s’étend sur un paysage infini dans lequel s’enfonce notre navire qui ronronne en toute quiétude. Nous sommes à quelques centaines de kilomètres du cercle polaire et pourtant, la nuit qui tombe nous enveloppe d’une douce moiteur.

 

Le voyage s’amorce par cette voie fluviale qui demeure encore aujourd’hui le moyen privilégié pour relier la Russie des tsars, Saint-Pétersbourg, à la Russie moderne, Moscou, notre destination finale.

Il faut souligner que la construction de canaux aux multiples écluses permettant de relier par voie d’eau les deux grandes métropoles date d’à peine un siècle. Et jusqu’en 1998, il était absolument interdit aux étrangers d’emprunter cette route pour des raisons stratégiques. Aujourd’hui, c’est l’enfant chéri des croisières en Russie. Le panorama fabuleux qui défile sous nos yeux rappelle par ailleurs, sous bien des aspects, les paysages de chez nous, avec ces maisonnettes de bois coquettes, entourées d’épinettes et de bouleaux blancs, qui bordent le rivage.

La Venise du Nord

Reconnue comme une des plus belles villes du monde, célébrée par les poètes, écrivains et musiciens, Saint-Pétersbourg (qui s’appelait Leningrad durant le régime communiste) étonne par toutes les couleurs pastel qui ornent les principaux édifices de la ville. Créée de toutes pièces par le tsar Pierre le Grand au début du 17e siècle, cette métropole du nord-est en fait constituée de 42 îles reliées entre elles par 342 ponts dont les principaux sont levés durant la nuit pour laisser les navires circuler.

 

Aussi!

Au fil de l'eau

Comme Paris, c’est une ville qui se laisse apprivoiser, mais il faut y prendre son temps, car il y a tant à faire. Pour se déplacer d’un quartier à l’autre, son métro, le plus profond du monde, est très facile à utiliser même pour des touristes, à condition de faire attention au nom des stations, écrit en caractères cyrilliques.

 


imp?migAgencyId=375&migSource=adsrv2&mig

Parmi les nombreux monuments à visiter, il faut citer en premier lieu le Musée de l’Ermitage, fondé par l’impératrice Catherine II, qui renferme trois millions d’œuvres et qui vaut à lui seul le voyage. Un véritable labyrinthe constitué de 700 chambres! Il vaut mieux avoir un guide.

À ne pas rater également la forteresse Pierre-et-Paul et le Palais Youssoupov. Et puis, il faut absolument folâtrer sur la «Perspective Nevski», l’artère centrale de la cité où jeunes et moins jeunes se donnent rendez-vous de jour comme de nuit. Si le cœur vous en dit, vous pouvez faire une balade sur les canaux de la ville et admirer au passage la célèbre église du St-Sauveur-sur-le-Sang-Versé, haute en couleur.

Aux environs de la ville, il faut absolument visiter le «Versailles-sur-Mer» dont les travaux d’embellissement ont duré deux siècles! On considère que Peterhof, c’est son nom, surpasse en grandeur, en beauté et en ingéniosité le Château de Versailles, orgueil des rois de France. Le palais Catherine, lui aussi en banlieue, est aussi une splendeur d’architecture.

20111003-172026-a.jpg

Disneyland au cœur de la Carélie

On nous avait prévenus. Il n’y a plus que 150 habitants dans le village de Mandrogui, démoli pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais 150 habitants, artisans, musiciens, bâtisseurs, farouchement résolus à faire revivre leur village reconstruit en 1996 sur les bases de l’ancien. Les visiteurs, dont le bateau vient de faire escale après une nuit à naviguer sur la Svir, s’en font mettre plein la vue! Devant leur détermination, le gouvernement a même fait réapparaître leur municipalité sur la carte de la Fédération de Russie. Musée de la vodka, ferme d’élevage de cailles et de lapins, nombreux magasins d’artisanat, isbas très colorées, rien n’est vraiment authentique, mais tout est si joli et les gens si sympathiques que nous sommes prêts à jouer le jeu dans ce mini Disneyland coloré à la sauce russe.

En passant, on nous dit qu’il faut être trois pour vider une bouteille de vodka, pas plus, pas moins. Est-ce ça la fameuse «troïka» dont on nous parle tant? Même le premier ministre Poutine a succombé à son charme et s’est fait potier, l’espace de quelques heures, pour créer une jolie matriochka toujours exposée dans une vitrine du marché artisanal.

Une cathédrale de bois

Une des plus belles surprises de la croisière nous attend au petit matin au cœur de l’immense lac Onega dans le Grand Nord russe. Sur la petite île de Kiji, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, trône majestueusement la magnifique cathédrale de la Transfiguration construite en bois, sans un seul clou, en 1714.

Surmontée de 22 bulbes recouverts de 30 000 tuiles en bois de tremble argentées, elle arbore un aspect mystérieux et on dit que de nombreux mythes l’entourent. Miroitant sous la lumière du jour, cette « huitième merveille du monde » est absolument fascinante et il est difficile de porter votre regard ailleurs tant elle vous mystifie par ses formes et son originalité. Elle domine d’ailleurs tout le paysage de l’île.

Yaroslavl la funeste

Après avoir atteint Goritsy, perché sur la rive de la Cheksna, une visite s’impose à l’émouvant monastère Saint Cyrille du lac Blanc, où on exilait jadis les femmes des grandes familles russes qui tenaient trop tête à leur mari et seigneur… Nous naviguons ensuite sur la Volga, ce fleuve mythique présent dans le cœur russe, en empruntant l’immense réservoir de Rybinsk, qui nous mène vers Yaroslavl.

Fondé il y a plus de mille ans, ce bijou de l’anneau d’Or est renommé pour la grande beauté de son architecture religieuse et de ses fortifications, témoignages de son glorieux passé.

20111003-172026-b.jpg

Depuis septembre dernier, cette séduisante cité de 650 000 habitants a vu son nom s’étaler dans les médias du monde entier suite à la funeste tragédie de son équipe professionnelle de hockey de la KHL, entièrement décimée lorsque leur avion s’est écrasé au décollage dans la Volga à quelques centaines de mètres de la ville.

 

Avant dernière étape de notre voyage, Ouglitch se présente à nous comme une petite ville de province calme et charmante. Le temps s’écoule doucement dans cet endroit dont le passé cache pourtant de terribles événements. C’est en effet ici qu’on a assassiné Dimitri, le fils cadet d’Ivan Le Terrible, ce qui conduira plus tard à l’occupation polonaise dont elle ne s’est jamais remise, dit-on. Le célèbre opéra «Boris Godounov» s’inspire d’ailleurs de cette troublante histoire.

 

Le café de chez Pouchkine

Le navire glisse silencieusement sur la Moskova et l’étoile rouge de la tour du port d’arrivée paraît à l’horizon. Notre croisière s’achève dans la chaleur moite de Moscou, capitale moderne de la Russie depuis Lénine et ville la plus peuplée d’Europe avec ses 11 millions d’habitants.

Sur la place Rouge m’attendait mon guide Nathalie… Non la muse de du chanteur Gilbert Bécaud n’y était plus, mais il est maintenant possible de prendre un café chez Pouchkine, à Moscou… 40 ans après que Bécaud l’ait rendu célèbre! En effet le café n’existait pas à l’époque où a été composée la chanson, mais les guides, fatigués de se faire demander par les touristes de les guider jusqu’à cet endroit mythique, ont provoqué sa construction et il est toujours aussi demandé aujourd’hui.

Il faudrait des pages pour décrire tout ce que recèle Moscou, tant cette capitale est riche. Bien sûr, on ne peut éviter de visiter la célèbre place Rouge et le Kremlin (qui signifie forteresse en russe), immense lieu d’où tous les dirigeants du pays ont élu domicile depuis des siècles.

Connue du monde entier, la cathédrale de Basile-le-Bienheureux, recouverte de bulles multicolores partage les lieux avec le mausolée de Lénine, qu’on peut toujours visiter, et le «magasin universel» Goum, comme se plaisaient à l’appeler jadis les Soviétiques. C’est ici que les impressionnantes parades militaires se déroulent en novembre de chaque année.

Le Kremlin, qui est en quelque sorte le cœur de l’empire russe, est maintenant ouvert au public. Une visite qu’il ne faut surtout pas rater, notamment la place des Cathédrales! Autres points d’intérêt incontournable, le quartier Arbat avec ses restos, cafés et boutiques rappelant d’une certaine manière le quartier St-Germain à Paris et le métro de Moscou, dont la fameuse ligne circulaire numéro 5, est d’un luxe et d’une splendeur à rendre jaloux le métro de Montréal.

Et finalement, rien de tel pour terminer cette agréable croisière à travers les voies d’eau de la Russie éternelle qu’une soirée au théâtre Bolchoï. Une représentation du légendaire corps de ballet rappelle, par sa légèreté et sa grâce, les beautés et la sublimité des découvertes faites au fil de ces 2000 kilomètres de voyage maritime.

 

http://fr.canoe.ca/archives/voyages/decouvrir/destinations/2011/10/20111003-172026.html

.

stalingrad-index.jpg
strategietotale.com

RASSEMBLEMENT

À PARIS POUR LE 70E ANNIVERSAIRE

DE LA VICTOIRE DE STALINGRAD

 

La farouche résistance russe qui terrifia Hitler,

c'est la Russie qui, avec ses + de 20.000.000 de morts,

a sauvé l'Europe du nazisme hitlérien,

et non l'Amérique avec ses 350.000 morts.

Note de chantal dupille

  

SAMEDI 2 FÉVRIER 2013 à 15 HEURES,

place de la bataille de STALINGRAD

 (métro Jaurès)

    .

Le 2 février 2013 coïncide avec le 70ème anniversaire de la victoire de Stalingrad que tous les antifascistes ont alors saluée comme le tournant central de la Deuxième Guerre mondiale. C’est d’abord sur les champs de bataille de l’URSS dévastée par la Wehrmacht nazie que Hitler a perdu la guerre, à une époque où le « second front » n’existait pas. 


A une époque où la scandaleuse équation « URSS = Allemagne nazie » (sic) sert à la fois à criminaliser les communistes et à réhabiliter le fascisme, un Collectif unissant des résistants antifascistes, des communistes, des démocrates et des patriotes républicains, vous invite à vous s’associer à l’appel, ci-joint, qui débouchera sur un rassemblement place Stalingrad à Paris, le 2 février 2013.

  

Le Général de Gaulle et les Français reconnurent le rôle capital de l’Union Soviétique dans la victoire sur l’hitlérisme.


Alors que, de l’école aux médias en passant par les déclarations du « parlement européen », une propagande de chaque instant prétend amalgamer l’Union Soviétique au Troisième Reich, les vrais démocrates gardent au cœur les combattants de Stalingrad, de Koursk et de Leningrad qui, au prix de sacrifices inouïs, ont brisé la machine de guerre nazie, ont permis la contre-offensive générale de l’Armée rouge et la prise de Berlin, pendant qu’à l’Ouest s’ouvrait enfin le second front contre la Bête immonde hitlérienne.

L’impératif de l’histoire conduisit pendant la seconde guerre mondiale à « la belle et bonne alliance » entre l’URSS et la France combattante reposant sur la coopération entre peuples libres, égaux et fraternels, coopération toujours d’actualité au plan européen et mondial. Le général de Gaulle en donna une illustration à son arrivée à Moscou, le 20 juin 1966, répondant au président NV Podgorny, il évoqua la grande Russie qu’il avait vue en 1944 : « tendue dans l’esprit guerrier qui allait assurer sa victoire et, pour une très large part celle de la France et de ses alliés », puis à la réception au Kremlin, en soulignant chez les Français le sentiment de solidarité, il revint sur « la part capitale que l’Union Soviétique prit à la victoire décisive » qui, précise-t-il le 30 juin, a porté l’URSS « au plus haut degré de la puissance et de la gloire ». À cette occasion fut signée une déclaration bilatérale qui donna une impulsion considérable à une coopération multiforme. Le domaine spatial en témoigne encore.

Quoi qu’on pense de l’URSS et de son histoire – et cela appelle de notre point de vue de nombreux débats exempts d’intolérance et de caricature – nul ne peut nier que la bataille de Stalingrad prend place dans l’Histoire au même niveau que celle de Marathon, où les jeunes démocraties grecques stoppèrent l’Empire mède – ou de Valmy, où l’armée de la Révolution française repoussa les envahisseurs de l’Europe contre-révolutionnaire.

Nous avons commémoré, le 2 février 2008 à Paris, le 65ème anniversaire de la victoire de Stalingrad, car le sommet de l’ignominie avait été atteint par les gouvernements profascistes des Pays Baltes qui, avec la caution de l’Union Européenne, dressaient des monuments à la gloire des SS.       Notre solidarité va à la puissante et légitime riposte qui s’est manifestée en Russie et dans les pays de la CEI défendant l’honneur et l’héroïsme des combattants qui sacrifièrent leur vie pour la liberté.

À l’heure où l’UE, arrogamment pilotée par Berlin, écrase les peuples, leur souveraineté nationale et leurs acquis sociaux, à l’heure où des dirigeants du MEDEF appellent publiquement à « changer d’aire » pour mieux liquider la nation et les conquêtes du CNR, à l’heure où les peuples se dressent de plus en plus contre les guerres impérialistes et contre la dictature des marchés financiers et de leur bras armé l’OTAN, menaçant la Russie et les Etats de la CEI avec le bouclier antimissiles américain, à l’heure où la criminalisation du communisme en Europe de l’Est suscite une chasse aux sorcières liberticide et prépare la revanche posthume des fascismes, les signataires de cet appel, représentants de sensibilités politiques distinctes,

 Appellent la population de France à continuer le combat des héros de Stalingrad et de la Résistance antifasciste et patriotique en défendant l’indépendance nationale, la démocratie, les conquêtes sociales, pour qu’un nouveau Reich euro-atlantique destructeur des libertés ne prenne pas la succession de Hitler sous des oripeaux pseudo-démocratiques ;

Appellent à combattre sous toutes ses formes le racisme et la xénophobie d’Etat (..)

suite ici : http://www.initiative-communiste.fr/wordpress/

.

 

lL'Atlantisme est un totalitarisme

L’Atlantisme est un totalitarisme

Un devoir d’introspection L’Atlantisme est l’idéologie dominante des sociétés européennes actuelles, celle qui aura sans doute le plus d’influence sur le devenir de nos destinées communes et pourtant elle est de ces idéologies (...)

 

.


 

 

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Changer les choses
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 15:49

 

russie-urss-contre-financiers.jpg

Communisme, capitalisme... communisme ?

 

L'actualité du communisme

Par Chantal Dupille

.

Aujourd'hui, il y a une Pensée Unique, devenue horizon incontournable pour tous, modèle absolu, seule "alternative" possible. Autrement dit, pas d'alternative. C'est ça, le libéralisme, la mondialisation ultra-libérale, le Marché Unique, la  globalisation, le capitalisme d'entreprise devenu financier, etc, etc,... c'est ça, ou RIEN. Le vide ! On nous conditionne chaque jour pour penser ainsi !

Lorsque j'entends tout ça, lorsque je vois comment on étouffe tout ce qui de près ou de loin rappelle d'autres Systèmes, je suis atterrée. Même dans les Livres d'Histoire, on tente de gommer au maximum tout ce qui rappelle les luttes de libération des peuples, les "Communes", les Révolutions, les Théologies de la Libération, etc. A la trappe ! Et gare aux nostalgiques... ils sont fustigés, ridiculisés, discrédités. On a même entendu dire récemment qu'il n'y avait plus de communistes. Vraiment ? Le 29 juin dernier, à la Fête du Travailleur Catalan, il y avait des milliers de communistes du Languedoc-Roussillon... Bien vivants, et affirmés !

Lorsque je vois le spectacle du monde dessiné par les valets du Cartel bancaire et des Multinationales de mort (Armement, Chimie, Nucléaire, Pétrole, Agro-alimentaire, etc) au mépris de toutes les lois, du Bien public, des Nations, des peuples, de la nature, des animaux, des générations futures, je me dis que du temps du communisme soviétique, les choses allaient beaucoup mieux ! Outre un monde multipolaire favorisant la paix, grâce au contrepoids de l'URSS à la domination anglo-saxonne, nous avions un Ordre qui nous manque beaucoup aujourd'hui : Un emploi et un toit pour tous, pas de chômage et de sans logis, la Santé, les Crèches, l'Ecole, l'Université, les Loisirs, les Sports, les Vacances, tout était gratuit, pris en charge de la naissance à la mort, les produits de première nécessité étaient subventionnés, le transport coûtait un prix symbolique, etc. J'ai été en URSS, et j'ai vu de mes yeux tout cela, c'est irréfutable. Et par exemple, un appartement, un toit (prioritaire pour la dignité d'un individu) coûtait moins cher qu'une voiture. Et pas de hiérarchie, s'il vous plaît ! Tous étaient camarades. Coopérant. Et pourtant, le Système communiste était loin d'être parfait: Trop bureaucratique, par ex.

Et que demandent un Castro ou un Chavez ? Que les Etats, que les peuples COOPERENT, qu'ils travaillent ENSEMBLE au Bien commun. Ca change de l' "idéal" proposé par la Pensée Unique mondialiste, à base de compétition, de concurrence, d'individualisme, et ben sûr d'adoration du Veau d'Or ! Coopérer, tous unis, tous camarades, c'est autre chose, quand même !

 

Le capitalisme - passé de l'entreprise à la Finance, d'ailleurs -, de la production à la spéculation, a fait faillite. Il s'effondre, entraînant avec lui les populations dans une misère indescriptible, misère d'ailleurs voulue pour se débarrasser de la classe moyenne conscientisée, et pour enrichir les plus nantis.

 

Ce que l'on constate, c'est que les peuples, à l'Est, qui ont vécu l'époque du communisme, en ont de plus en plus la nostalgie. Et comment ne pas l'avoir, alors que tous avaient un travail, un toit, et que tous les principaux besoins étaient satisfaits ?

 

Alors si tout était loin d'être parfait en URSS (par ex, un écrivain était subventionné à condition de ne pas critiquer le Système), s'il y a eu de graves abus notamment en matière de liberté, reconnaissons au moins la supériorité du communisme en matière sociale. Et c'est déjà immense ! Surtout à l'heure où tout est fait pour priver les peuples, les citoyens, de leurs dernières protections sociales. Et à l'heure où la "liberté" à la sauce occidentale conduit en particulier à la dictature du Marché Unique, à la dictature de Bruxelles...

 

Moi, en tous cas, face au désastre général et à la souffrance planétaire, j'ai choisi.


J'ai choisi.. de réhabiliter le communisme et son idéal de justice sociale!

 

Chantal Dupille

 http://chantaldupille.over-blog.com

PC-36-.jpg.

NB : Avez-vous lu la Bible ? Dans Actes 3, il est écrit que " Les premiers chrétiens (proposés en modèles pour tous) n'avaient qu'un seul coeur et une seule âme, TOUT était mis en COMMUN et réparti à chacun selon ses BESOINS ". Si l'on est honnête, il faut bien reconnaître que la Bible propose un idéal de vie... communiste. Combien d'authentiques chrétiens, d'ailleurs, se sont engagés dans les luttes de libération des peuples au nom de cet impératif vraiment évangélique  ? 

 

 

 

Russie-uRSS-contre-capitalisme.jpg

 

 

Voici ce que j'ai écrit

sur mon blog R-sistons

le 17 septembre 2010

 

Hier l'Est,

aujourd'hui l'Ouest.

Pour le malheur de l'Est

Par eva R-sistons

 

 

Le communisme en URSS ? Je l'ai vu, de mes yeux, avant la chute de l'URSS, et ce que j'ai constaté n'a RIEN à voir avec la propagande occidentale. L'ordre régnait: Pas de chômage, pas de sans domicile, pas de délinquance, tout le monde a un travail, un toit, et toutes sortes d'avantages sociaux: Crèche, école, fac, santé, culture, vacances, sports... gratuits. Un métro-Musée pour un prix symbolique, la retraite assurée, des subventions pour les produits de première nécessité. Et l'Occident, aujourd'hui, crache en permanence sur tout ça ?

 

Petite anecdote: Une femme de notre groupe est tombée malade, elle a été prise en charge, gratuitement, bien qu'étrangère, par l'Hôpital, un hôpital hyper-moderne... Vous imaginez ça aux USA, le modèle que Sarkozy l'Américain veut nous imposer de gré, et surtout de force ? Sauve qui peut ! Ce qui nous attend, c'est le chômage, un toit et des études inaccessibles, une médecine à deux vitesses, la flexibilité, la retraite par capitalisation elle aussi inaccessible et de surcroît aléatoire, etc etc... Et bien sûr une société violemment disparate et antagoniste !

 

Vous voulez que je vous dise ? Bien des citoyens de l'Est, aujourd'hui, regrettent le communisme. Ils pâtissent du chômage, de la vie chère, de la rigueur...  de la modernité triomphante ! Les capitalistes, eux, pavoisent: tout leur sourit. Les citoyens sont pressurés, taillables et corvéables à merci, oui à la merci des caprices de leurs maîtres, obligés d'accepter des salaires de misère, par exemple. Le maître-mot: Délocalisations ! Bravo, au mieux 300 euros pour celui qui, en France par exemple, gagnait 1500 euros, et puis des familles séparées, disloquées, impossibilité de payer le trajet pour les voir. Sommes-nous devenus fous d'accepter ça ? Car on l'accepte, palier par palier, via un ignoble chantage au travail. Encore récemment, à Continental les salariés ont voté la régression contre leurs intérêts. C'est ça, le modernisme ? C'est ça, l'Occident qui ose proclamer son modèle supérieur à tous les autres ? Les peuples ont raison de se rebiffer ! Jour après jour, l'Ouest triomphant étend sa loi d'airain sur le monde, en grignotant petit à petit les derniers avantages sociaux des citoyens, en vampirisant leurs conditions de vie. 

 

Après avoir vaincu son rival, l'Ouest entreprend maintenant la conquête de l'Est. Pour son malheur !

 

Eva R-sistons à la pieuvre occidentale assassine des peuples.

.

guerres-bush.jpg

NB Eva: Instantanés de l'Ouest   

  

En écrivant, j'écoute une vidéo d'infos sur la guerre d'Irak. Voici 2 extraits:

- Non-Droit à Guantanamo. Détenus sans jugement et sans défense. Nombreuses tentatives de suicide.

- Les soldats US investissent un village abandonné, reste une famille: Un vieillard, des femmes, des enfants. Hébergent-ils des résistants (pardon, des terroristes) ? Le soldat américain s'adresse au vieillard: "Parle, ou on va balancer plein de bombes". Commentaire du journaliste: "2 mondes séparent les 2 hommes".

En effet. Celui de l'Ouest qui bombarde de souffrances les peuples nous convient-il ? (eva)

Séquence suivante de la vidéo regardée: Bush fait l'éloge de la Liberté... Quelle liberté ?

Et à l'instant, j'entends ceci (document sur les transfuges US de la guerre de Corée): "Le mot de paix, aux Etats-Unis, fait de vous un terroriste, un hors-la-loi". No comments ! Ce pays est à vomir...

 

TAGS: Est, Ouest, Russie, Etats-Unis, Sarkozy, Bush, Irak, Guantanamo, Non-Droit, URSS, capitalisme, Occident, délocalisations, retraite par capitalisation

 

La conquête de l'Est :

A travers le cas de la Roumanie,  Eric Scavennec, du blog « les dessous de Bruxelles » revient sur l'ouverture de la Roumanie aux investisseurs ouest-européens après la chute du régime communiste, et sur ses conséquences sociales et économiques pour la population roumaine.

.

Roumanie : La conquête de l'Est

.

« C’est comme si nous avions découvert une nouvelle Asie du Sud-Est à notre porte [1] », explique Keith Richardson, ancien secrétaire de la Table Ronde des Industriels (European Round Table - ERT) [2]. Au début des années 90, les lobbyistes des grands groupes européens ont de solides raisons de se réjouir de la chute des régimes communistes d’Europe de l’Est. Avec la réserve énorme d’une main-d’œuvre hautement qualifiée mais à bas salaire, l’addition de 150 millions de consommateurs au marché représentent des perspectives qui excitent au plus haut point l’intérêt des industriels européens.

L’intérêt de l’ERT pour les pays de l’Est part d’une intention parfaitement philanthropique : en proposant un ticket d’entrée pour le grand marché européen, n’offre-t-on pas aux anciens pays communistes la chance d’entrer de plain-pied dans la modernité ? Pour preuve, le lobby des grands groupes européens publie un rapport en 1999, au titre évocateur : « L’infaillible succès du commerce Est-Ouest ». Sa lecture nous enseigne en détail sur les bienfaits de l’investissement des compagnies occidentales à l’Est, tant pour l’Union Européenne que pour les pays d’accueil.

Depuis sa création dans les années 80 (sous le patronage de l’inévitable Vicomte Davignon), l’ERT a toujours offert un soutien sans faille à la politique d’intégration des anciens pays communistes d’Europe de l’Est. Le mot d’ordre : y faciliter les investissements en faisant « tomber les barrières réglementaires ». L’intégration européenne, n’est-elle pas un vaste processus « gagnant-gagnant » ? Pour en avoir le cœur net, les Dessous de Bruxelles enquêtent en Roumanie, dans les plaines du Far Est du libéralisme européen.

 

Inégalités

 

Sur une route accidentée, dans les hauteurs des Carpates, un luxueux 4x4 Porsche Cayenne dépasse à toute allure la charrette d’un bûcheron. Celui-ci regarde passer le bolide d’un air indifférent. Une scène a priori anodine, mais néanmoins symbolique de la société roumaine, à plusieurs égards.

La société roumaine demeure assez largement rurale. Ainsi, le bûcheron pourrait représenter les 45,7% de Roumains qui vivent en milieu rural et pratiquent une activité agricole. Soit 38% des actifs, qui produisent moins de 12% des richesses. Ici, les terres cultivées permettent avant tout à de nombreuses familles d’assurer leur autosuffisance [3]. Et pour cause : malgré un sol très riche, ces petites exploitations aux méthodes artisanales ne peuvent rivaliser sur le marché avec les grandes exploitations mécanisées des plus importants exportateurs agricoles. A la campagne, on vit d’échange, voire d’entraide, en dehors des circuits économiques classiques.

La « modernisation » du pays et l’ouverture à l’Ouest ont par ailleurs vu l’émergence d’une nouvelle bourgeoisie urbaine, dont la richesse n’a d’égal que l’arrogance, à l’image de ses Porsche Cayenne et autres 4x4 de luxe qui peuplent les routes roumaines. Pratiques vu l’état parfois désastreux du réseau, ces grosses cylindrées sont à elles seules les symboles d’une inégalité profonde au sein de la société roumaine. Un rapide calcul permettra d’en donner une idée ; En divisant le prix d’un modèle Porsche Cayenne, V6, injection 3,6 L, acheté en Roumanie : 62 438€ [4] ; par le salaire moyen : 350€ [5] ; on trouve que l’Equivalent-Porsche-Cayenne (EPC) correspond à environ 15 ans de travail pour un salarié roumain.

D’autres chiffres sont évocateurs. Selon une étude réalisée par la société de conseil en management Hay Group en octobre 2007, les managers roumains disposent d’un pouvoir d’achat qui est l’équivalent d’un salaire moyen de 115.280 dollars, plus important qu’aux Etats-Unis, au Japon, au Canada, ainsi que dans une majorité de pays du centre de l’Europe. Ils restent cependant dans ce classement encore loin derrière les managers saoudiens et émiratis [6].

En 2007, en Roumanie, « 300 personnes se partagent plus de 33 milliards de dollars, c’est-à-dire 27 % du produit intérieur brut de la Roumanie » nous apprend une dépêche de l’agence Rompres. « Les personnes qui ont des affaires dans le domaine immobilier ont enregistré des hausses spectaculaires de leurs fortunes. La plupart de ces avoirs sont concentrés à Bucarest [7]. »

 

Gabegies immobilières

 

Mais les fortunes « spectaculaires » des nouveaux magnats de l’immobilier ne font pas le bonheur de tous. Adina, étudiante à Iasi (seconde ville du pays), nous fait part de ses inquiétudes : « Les prix ne cessent d’augmenter. Comment faire quand, une fois le loyer payé, il ne reste plus d’argent ? » Et d’ajouter « Je ne sais pas combien de temps les gens pourront supporter ça. »

L’entrée dans l’Union européenne, accueillie avec un certain enthousiasme par les roumains, s’est accompagnée d’une importante vague de spéculation immobilière. En janvier 2007, (mois d’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne) les prix de l’immobilier en Roumanie ont augmenté de 20% [8]. Une tendance qui se poursuit au point que la Roumanie enregistre en janvier 2008 la hausse la plus importante, en rythme annuel, dans le secteur de la construction (33,7%) dans l’Europe des 27 [9].

Les investisseurs, eux, viennent d’Europe de l’Ouest ou des Etats-Unis, et ils viennent pour faire fructifier leur argent. « La Roumanie présente actuellement le potentiel européen le plus important pour les affaires avec un profit élevé et rapide, si bien que l’immobilier représente l’un des domaines les plus attirants. [10] » Au plus fort de l’euphorie, le journal Evenimentul Zilei titre « On construit la nouvelle Roumanie [11] ».

Malheureusement, les plus belles histoires ont une fin. Il semble que les architectes de cette « nouvelle Roumanie » aient vraisemblablement oublié un détail : en Roumanie il existe des gens qui vivent, travaillent... et payent un loyer. « L’affaiblissement du pouvoir d’achat, doublé d’une appréciation du leu (NDR : monnaie nationale roumaine) pourrait provoquer une crise du marché immobilier en Roumanie, similaire à celui de l’Occident » s’effraie le quotidien bucarestois Adevarul. De fait, dès mai 2008, le marché immobilier commence à montrer des signes de faiblesses. Dans les mois qui suivent, c’est la décrue. En septembre 2008, les prix reviennent à ceux de 2006 [12], et laissent la place à une forte récession économique dans le domaine de la construction et de l’immobilier, qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui [13].

L’éclatement de la bulle immobilière roumaine laisse le parc immobilier dans un piètre état. « Les logements de Bucarest sont 10 fois plus chers qu’en 90 et à la moitié du confort de l’UE », titre en septembre 2008 le magazine Business Standard. « Le prix d’un appartement de deux pièces, situé dans une zone semi-centrale de la capitale, a augmenté 10 fois depuis 1990 jusqu’à présent et le confort offert par ce type d’habitation est resté inchangé voire il s’est dégradé. »

 

Investissements, chômage et pollution

 

Avec la crise et le chômage, la vie devient de plus en plus chère, l’inflation étant renforcée par l’augmentation des cours du pétrole et des céréales… « Alors que le salaire minimum est ici de dix fois inférieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance (smic), les produits alimentaires affichent souvent les mêmes prix qu’en France [14] » rapporte le Monde Diplomatique. En dehors des campagnes, où les familles vivent encore dans une relative autarcie et autosuffisance, joindre les deux bouts devient de plus en plus difficile. Au point que « dix ans après la chute du communisme, certains citoyens semblent regretter les conditions de vie du temps de la dictature » rapportent les auteurs du Guide du Routard.

Et pourtant, les investissements sont bel et bien là. En Roumanie, les groupes français tirent même tout particulièrement leur épingle du jeu, à l’image de la Société générale qui a racheté la première banque de Roumanie (BRD), Orange, premier opérateur mobile, et Carrefour dont les grandes surfaces fleurissent aux abords des villes roumaines. Ou encore Renault qui a racheté en 1999 le constructeur automobile Dacia.

Alors, quid des retombées délicieuses de l’« infaillible succès du commerce Est-Ouest » ? En fait, déjà bien avant la crise, les investissements ne tenaient pas toujours les promesses annoncées en grande pompe par l’ERT... loin s’en faut.

A ce titre, le Corporate Europe Observatory (CEO) [15] pointe le cas de la Hongrie, où les entreprises transnationales participent jusqu’à 30 % du PNB : « Dans toute cette région, les entreprises locales se débattent – souvent en vain – pour concurrencer les grandes firmes, qui bénéficient d’énormes avantages d’échelle, d’un accès moins onéreux aux capitaux, d’une technologie supérieure et de très gros budgets publicitaires. » Et de conclure : « Rien d’étonnant donc à ce que sur le sillage des multinationales on trouve un lourd contingent de chômeurs. [16] »

Le bonheur et la prospérité attendront la « fin de l’histoire » ; car dans l’immédiat, l’investissement des grands groupes européens apporte surtout son lot de dommages collatéraux, sociaux et environnementaux : « Unilever et Procter & Gamble sont deux exemples de compagnies ayant profité de ce combat inégal. Ces firmes se sont tout simplement partagé le marché des cosmétiques de l’Europe centrale et de l’Est, provoquant la fermeture des compagnies locales » rapporte le CEO. « En outre, alors que ces industries utilisent plutôt des technologies non polluantes en Europe de l’Ouest, elles profitent des normes de production moins sévères de ces régions pour abandonner de telles exigences. »

Pour les multinationales qui investissent en Roumanie, désignée comme « l’atelier de l’Europe » rapport au coût faible de la main d’œuvre, le succès est certes « infaillible » - qu’il s’agisse de profiter des « avantages comparatifs » du pays, ou de spéculer sur la bulle immobilière roumaine. L’espoir d’adhérer à l’Union européenne et de bénéficier des fameux « bienfaits » de l’afflux d’argent européen a en effet poussé la Roumanie à dérouler le tapis rouge devant les investisseurs.

 

Intégration et restructuration

 

Le processus d’adhésion suppose que les nouveaux entrants reprennent à leur compte les bonnes recettes du marché commun, et s’y soumettent. Au menu, « restructuration des économies et des infrastructures nationales, adoption en bloc de la législation de l’UE, réduction du rôle de l’État et augmentation de la dépendance vis-à-vis des investissements directs étrangers. »

A ce titre, les lobbyistes des grandes multinationales européennes peuvent se frotter les mains : l’adhésion des anciens pays communistes à l’UE permet d’ouvrir en grand les portes des marchés de l’Est, sans que leurs investissements ne soit entravé de trop de contreparties ou d’obligations. C’est une véritable leçon de démocratie qui est administrée à ces pays, au sortir de leur longue expérience communiste. « Bien que les critères [d’adhésion] et l’inévitable domination économique des multinationales occidentales soient débattus par les pays concernés, les négociations ne laissent de place à aucune alternative » rapporte le CEO, « ce qui est, sans nul doute, une expérience dégrisante pour ceux qui, dans cette zone, imaginaient une démocratisation progressive de l’économie après la chute du rideau de fer. »

Dans le processus d’intégration, les groupes industriels membres de l’ERT n’hésitent pas à mettre eux-mêmes la main à la pâte, en conseillant directement les gouvernements et des entreprises des pays de l’Est : « l’ERT a créé des Conseils en expansion commerciale [BEC] en Hongrie, en Roumanie et en Bulgarie, respectivement sous la direction de Shell, de la Lyonnaise des Eaux et de Solvay. » Il ne s’agit de rien d’autre que de s’assurer que le travail soit bien fait : « La participation du milieu des affaires constitue une garantie que les fonds servent bien les intérêts prioritaires », explique Eberhard von Kœrber. [17] »

Aux officiels, ainsi qu’aux cadres dirigeants des grandes entreprises nationales ou d’ores et déjà privatisées, les Conseils en expansion commerciale délivrent de véritables leçons de libéralisme à la sauce bruxelloise : « La recette préférée de l’ERT offre en particulier comme ingrédients la libéralisation du marché dans les secteurs de l’énergie, des transports et des télécommunications et l’augmentation de l’investissement public dans les infrastructures de transports. »

Une stratégie gagnante qui permet notamment aux compagnies membres de l’ERT d’inonder progressivement les marchés d’Europe centrale et de l’est. Celles-ci jouent en effet un rôle particulièrement actif dans le chiffre des exportations de l’Union vers l’Europe centrale et de l’Est qui a triplé pendant la décennie 90, comme le rapporte le CEO.

 »

Hormis l’ERT, de nombreux cabinets de conseil spécialisés dans les pays de l’Est font leurs affaires du processus d’adhésion, en offrant leurs services - conseil à l’investissement dans les pays de l’Est, à l’obtention de subventions européennes... On compte notamment la SISIE, filiale Schneider Electrics dirigée un temps par Edith Cresson qui rejoindra en 1995 la Commission européenne (et dont l’ancien chef de service deviendra directeur des programmes PHARE et TACIS à la Commission) [19]. Ou encore Euractiv, plateforme en-ligne d’information sur l’Union européenne, qui propose notamment des services de conseil pour l’obtention de fonds européens, via ses franchises implantées localement.

 

Grèves et mouvements sociaux - Dacia

 

Et pourtant, cette « conquête de l’Est » par les investisseurs européens ne va pas sans heurts. L’ERT reconnait que la restructuration brutale des économies des pays de l’Est engendrera des problèmes, mais relègue ces maux au rang de petites choses du quotidien dans un monde en voie de mondialisation, comme le note le CEO en citant le rapport de la Table Ronde sur le commerce Est-Ouest, : « Des changements structurels signifient inévitablement des changements dans les schémas d’emploi ; des emplois sont détruits dans certains secteurs et protégés ou créés dans d’autres. [20]. » Pour l’ERT, les destructions d’emploi sont un moindre mal ; « Notre travail consiste à dire que les gains probables ont beaucoup plus d’importance [21]… »

Il faut bien dire que la recomposition industrielle de l’Europe présente de substantiels avantages pour les industriels européens. « Non seulement les emplois détruits à l’Ouest se recréent à l’Est délestés de leurs conquêtes sociales, mais ils exercent une pression à la baisse sur les rémunérations de l’Ouest — divisant les travailleurs européens [22] », comme le fait remarquer le Monde Diplomatique. Il arrive cependant que la mécanique du dumping social se grippe ; à ce titre l’exemple de la grève qui s’est déroulée en 2008 dans les usines de Dacia est significatif.

En 2007, Dacia, racheté en 1999 par Renault, avait connu un record de ventes de la nouvelle Logan, une voiture « low-cost » conforme aux standards européens, avec une hausse 17,4% de 2007 à 2008. Avec un salaire brut moyen au sein du groupe ne dépassant pas 1 064 lei, soit environ 285 euros, les « gains probables » du commerce Est-Ouest semblaient décidément échapper aux ouvriers de Dacia. Estimant leur salaire inadapté, par rapport à l’augmentation du coût de la vie en Roumanie d’une part, et aux profits dégagés par Renault de l’autre, ceux-ci décidèrent au printemps 2008 d’entamer une grève illimitée avec pour principale exigence une augmentation des salaires de l’ordre de 40%.

Au terme d’un mois de mobilisation et malgré les pressions (menaces de délocalisation [23]), les ouvriers de Dacia ont finalement obtenu une augmentation substantielle de 34% de leur salaire. Une forme de victoire à la fois pour le mouvement syndical, en Roumanie (où les grévistes ont bénéficié du soutien assez large de la part des partis de gauche et des syndicats) mais aussi en France, comme le montre la solidarité exprimée par la CFDT et CGT Renault et les fonds récoltés en soutien des ouvriers roumains.

Les ouvriers français avaient de fait un intérêt objectif à ce que les conditions de vie de leurs homologues roumains s’améliorent, faisant ainsi retomber la « pression compétitive » que le bas coût des salaires à l’Est exerce sur les salaires à l’Ouest.

 

Intervention du FMI

 

Mais l’espoir provoqué par la grève des ouvriers de Dacia de voir se gripper la machine à compresser les salaires sera cependant de courte durée. Dans la tourmente de la crise qui frappe de plein fouet la Roumanie en 2009 suite à l’éclatement de la bulle immobilière, le rouleau compresseur de la « rigueur » s’apprête à sévir.

La hausse brutale des prix de l’immobilier, du pétrole ou des denrées alimentaires est-elle dans une large mesure imputable à des phénomènes spéculatifs qui échappent complètement aux salariés ? Qu’importe, ce sont eux qui sont appelés à jouer le rôle de variable d’ajustement : « Pour freiner la hausse des prix, le patronat et le gouvernement roumains réclament en chœur une baisse de la pression salariale » rapporte le Monde Diplomatique, et de noter que « cette thèse fait écho à celle de la réunion de l’Ecofin — rencontre des ministres des finances des pays membres de l’Union —, le 5 avril 2008, à Ljubljana (Slovénie) [24] »

Au printemps 2009, un an avant la crise grecque, la Roumanie est au bord d’une grave crise de liquidités, et son système financier risque la faillite. Après dix ans de forte croissance, la Roumanie entre en récession en 2009, son produit intérieur brut (PIB) s’étant contracté de 7,1%. Le FMI, l’Union Européenne et la banque mondiale « viennent en aide » au gouvernement roumain en lui accordant un prêt de 20 milliards d’euros en contrepartie d’un plan de rigueur destiné à réduire son déficit public. En octobre 2009, en échange d’un prêt de 20 milliards d’euros du FMI, de l’UE et de la Banque mondiale, Bucarest s’engage à « dégraisser un appareil bureaucratique jugé obèse » pour faire passer son déficit public de 7,1% du PIB en 2009 à 5,9% en 2010.

Mais les experts du FMI estiment que le gouvernement roumain tarde à « dégraisser » la fonction publique, et menace de geler les prochains versements du prêt international. Les experts sont scandalisés : « En faisant le bilan aujourd’hui, nous constatons que la majeure partie des fonds est allée au paiement des salaires et des allocations sociales [25] » déclare à l’AFP l’économiste Doru Lionachescu de Capital Partners. Le secteur privé, lui, n’aura pas manqué de faire les « ajustements » nécessaires : le chômage était de 4% en décembre 2008, il atteint 15% courant 2010.

Devant les menaces du FMI, Bucarest a annoncé en mai 2010 un train de mesures d’austérité draconiennes, incluant une baisse de 25% des salaires de la fonction publique et de 15% des retraites et allocations chômage, ainsi qu’une hausse de la TVA, de 19% à 24%. En réponse à ces annonces, les syndicats roumains ont déclenché, lundi 31 mai, une grève générale illimitée dans la fonction publique, pour protester contre le plan de rigueur que Bucarest vient d’adopter pour contenir le déficit. Une grève très largement suivie, et qui a mobilisé une partie des salariés du secteur privé.

Pourtant, malgré leur mobilisation, il semble que les salariés roumains ne soient pas au bout de leurs peines. En aout 2010, M. Franks, chef de la mission du FMI, a appelé Bucarest à poursuivre le plan d’austérité « particulièrement drastique » adopté en juin, qui prévoit notamment des coupes de 25% des salaires du secteur public. Parmi les mesures encore attendues par le FMI, il a mentionné la réforme des « retraites spéciales », une baisse des arriérés du secteur public et un assouplissement du marché du travail. Avant de conclure qu’après avoir supprimé environ 30.000 emplois dans la fonction publique, le gouvernement devrait réduire le nombre d’enseignants à partir de septembre, dans le cadre d’une restructuration de ce secteur [26].

(NB : Un enseignant gagne moins de 180€ par mois à ses débuts [27]. On laisse au lecteur le soin de calculer l’EPC – l’Equivalent-Porsche-Cayenne)

La mission de la Commission européenne a pour sa part constaté que « les conditions pour le versement d’une tranche d’aide de 1,2 milliard d’euros ont été remplies ». La Commission a effectivement de quoi être satisfaite : le gouvernement roumain a promis, compétitivité oblige, de ne pas toucher à l’impôt sur les sociétés, qui se trouve être parmi les plus bas en Europe, ayant été réduit récemment à 16%. Ni par ailleurs à l’impôt sur le revenu, fixé au même taux de 16% (sans aucune progressivité) [28].

L’essentiel est donc sauf : les intérêts des investisseurs européens en Roumanie ne seront pas menacés. Ce seront bel et bien les salariés qui paieront l’addition. « "Modèle social européen"… Je ne comprends pas bien le sens de cette expression » s’interrogeait Frits Bolkestein [29], grand promoteur du dumping social dans l’Union européenne. On gage que le cas du « modèle roumain » pourrait lui mettre la puce à l’oreille.

Quant aux procédés « gagnant-gagnant », force est de constater qu’ils figurent d’éternels « perdants-perdants ».

Etric Scavennec

[1] Rapporté par le Corporate Europe Observatory (CEO), dans Europe Inc - Entretien téléphonique avec Keith Richardson, 11 mars 1997.

[2] Lobby rassemblant les grandes multinationales européennes à Bruxelles

[3] Pour combien de temps ? « De vastes terres sont rachetées, parfois par des entreprises étrangères, pour produire des denrées propres à la consommation locale et à l’exportation. Et cette nouvelle réforme de l’agriculture est un des grands défis à venir. » (Petit futé Roumanie).

[4] Voir le site de Porsche Roumanie, http://www.porsche.ro/html/page.php...

[5] Octobre 2008, d’après le journal Financiarul : http://www.financiarul.com/articol_...

[6] Pouvoir d’achat des managers dans le monde : la Roumanie bien classée , Roumanie.com, octobre 2007, http://www.roumanie.com/Economie-en...

[7] Sept nouveaux milliardaires roumains, dans une seule année, Investir en Roumanie, 30 novembre 2007, http://www.investir-roumanie.com/Le...

[8] Roumanie : les prix de l’immobilier en augmentation à Bucarest ? , Roumanie.com, mai 2007, http://www.roumanie.com/Economie-im...

[9] Bâtiment : la Roumanie leader des constructions en Europe, Roumanie.com, mars 2008, http://www.roumanie.com/Economie-ba...

[10] Immobilier en Roumanie : la plupart des investisseurs viennent de l’Ouest, Roumanie.com, mars 2007, http://www.roumanie.com/Economie-in...

[11] Bâtiment : on construit une nouvelle Roumanie, Roumanie.com, juin 2007, http://www.roumanie.com/Economie-ba...

[12] A Bucarest l’immobilier revient aux prix de 2006, Roumanie.com, septembre 2008, http://www.roumanie.com/Economie-pr...

[13] Immobilier Roumanie : les promoteurs peinent à vendre , Roumanie.com, juin 2010, http://www.roumanie.com/Immobilier-...

[14] Les ouvriers roumains font reculer Renault, Monde Diplomatique, juin 2010, http://www.monde-diplomatique.fr/20...

[15] Le Corporate Europe Observatory (CEO - Observatoire de l’Europe industrielle) est une association basée à Amsterdam et Bruxelles qui fait de la recherche et mène des campagnes sur les menaces pour la démocratie, l’équité, la justice sociale et l’environnement que fait peser le pouvoir économique et politique des grandes entreprises et leurs lobbies.

[16] Les citations qui suivent sont issues de l’ouvrage « Europe Inc », publié par le CEO aux éditions Agone (2005).

[17] Eberhard von Kœrber, « The Voice of Experience », in Business Central Europe. 1997-1998, p. 18. Kœrber est le président actuel d’Asea Brown Boveri (ABB), compagnie qui fut pendant plusieurs années membre de l’ERT sous la présidence de Percy Barnevik, aujourd’hui président d’Investor AB et toujours membre de l’ERT.

[18] Principal canal de soutien financier et technique de l’Union aux pays d’Europe centrale et de l’Est, Phare a été créé en 1989 pour aider à la transition économique. Étendu à 13 pays partenaires en 1996, il reçut un budget initial de 4,2 milliards d’euros (période 1990-1994), augmenté à 6,693 milliards pour la période 1995-1999. Pour une vision critique de ce programme, voir Jo Brew, « EU Aid or Asset Stripping », in Europe Inc., Corporate Europe Observatory, Amsterdam 1997, p. 62-65.

[19] Lire L’Europe des Fraudes ", Jean Nicolas, éditions pna, 1999, extraits sur http://www.investigateur.info/affai...

[20] ERT, « The East-West Win-Win Situation », Bruxelles, février 1999, p.25.

[21] Entretien avec Keith Richardson, op. cit.

[22] Les ouvriers roumains font reculer Renault, Monde Diplomatique, juin 2010, http://www.monde-diplomatique.fr/20...

[23] Ainsi une lettre ouverte du directeur général de Dacia, M. François Fourmont, en date du 21 mars, avertissaient les ouvriers que les Logan pourraient, à terme, être produites au Maroc ou en Ukraine, rapporte le Monde Diplomatique (Les ouvriers roumains font reculer Renault, Monde Diplomatique, juin 2010)

[24] Les ouvriers roumains font reculer Renault, op.cit.

[25] Roumanie : FMI et UE promettent de nouvelles tranches d’aide sur fond d’austérité, La Croix, 04/08/2010, http://www.france24.com/fr/20100804...

[26] Ibid.

[27] Roumanie : Un quart de salaire en moins pour les fonctionnaires, La Croix, 25/05/2010, http://www.la-croix.com/Un-quart-de...

[28] Roumanie : réforme fiscale 2005, LPG, http://www.lpg-roumanie.ro/reforme2...

[29] cité dans « Et les lendemains n’ont pas chanté », Frédéric Lordon, le Monde diplomatique, mai 2005


Sources : Eric Scavennec, Les dessous de Bruxelles

 

http://www.michelcollon.info/Roumanie-La-conquete-de-l-Est.html

 

.

Mardi 24 juillet 2012

moldova[1]Le 12 juillet dernier, le Parlement moldave a voté une loi interdisant l’utilisation des symboles du « communisme totalitaire » dans le pays.


Les trois partis anticommunistes qui ont créé l’« Alliance pour l'intégration européenne » osent parler de « totalitarisme » alors même que la Constitution mise en place par le Parti Communiste de Moldavie, au pouvoir jusqu’en 2009, leur permet de gouverner contre lui bien qu’il soit le premier parti du pays avec près de 40% des suffrages aux dernières élections de 2010 – parfaitement régulières selon les observateurs internationaux !


En europhiles zélés, ils suivent les recommandations de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, qui avait dès 2006 prôné l’interdiction des symboles communistes dans toute l’UE, à l’initiative du catholique intégriste suédois Göran Lindblad.


Cette nouvelle insulte aux communiste et à l’URSS, dont la Moldavie a fait partie jusqu’à son éclatement, ne fera pas oublier que ce pays a été le principal artisan de l’écrasement du Reich nazi, qu’il a payé de 20 millions de morts. Elle ne fera pas oublier non plus que les communistes ont été et sont toujours les ennemis les plus résolus et les plus conséquents de la barbarie fasciste. Elle ne cachera pas l’inquiétante dérive d’un pays dans lequel les homosexuels et les musulmans sont chaque jour plus en danger. Et elle n’empêchera pas le peuple moldave de constater que ses conditions de vies se sont terriblement dégradées depuis le retour du capitalisme. La Moldavie était une république socialiste soviétique prospère, elle est aujourd’hui le pays le plus pauvre d’Europe. Le chômage y était nul, et la santé y était gratuite pour tous. Aujourd’hui, près de la moitié de la population active a émigré pour travailler (souvent clandestinement), et les malades doivent payer leurs médicaments – s’ils le peuvent…


 Les « libéraux » et « démocrates » au pouvoir à Chișinău auront beau multiplier les boucs émissaires, cela n’y changera rien.

Didas Kalos

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

1945 © Evgueni Kaldeï

La libération de Berlin par les troupes soviétiques

 

Encore une injustice ! On présente les Yankees

comme les libérateurs de l'Europe,

avec leurs 300.000 morts,

alors que les vrais libérateurs du Nazisme

sont les Soviétiques avec leurs 21 millions de morts !

(Chantal Dupille)

 

 

 

Vous préférez peut-être

le revenu de base pour tous ?

 

Reçu ce jour :

 

Chers amis,

Grâce à tous-ceux d'entre vous qui ont répondus à l'appel aux dons lancé le 17 avril dans la précédente lettre d'information, grâce aussi aux efforts de beaucoup d'entre vous qui ont mis la main à la pâte, le site revenudebase.info est aujourd'hui opérationnel !

Dans l'esprit de l'appel pour le revenu de vie, mais avec beaucoup plus de force et d'énergie, revenudebase.info, co-animé par la communauté des partisans du revenu de base, se donne pour ambition d’être la plateforme phare pour promouvoir le concept dans la sphère francophone.


Nous vous invitons à le découvrir, à le faire découvrir, et vous abonner à la newsletter, et bien entendu à y contribuer, car il va y avoir du boulot pour enrichir les pages, écrire des articles, communiquer vos événements, etc.


Pour toute question relative à cela, contacter equipe@revenudebase.info .

L'un des gros chantiers en préparation est l'organisation d'une initiative citoyenne européenne (ICE) en faveur du revenu de base, par notre réseau français, conjointement avec les réseaux militants et associatifs de 14 autres pays. Il s’agira, sur une durée d’un an, de rassembler 1 000 000 (un million) de signatures en Europe, dont au moins 54 000 en France, afin que le revenu de base devienne un sujet de débat officiel à la Commission Européenne et au Parlement, et que ceux-ci prennent des mesures en ce sens. Le lancement de cette initiative est prévue en septembre prochain, le temps va passer vite d'ici là !

L'enjeu est de taille et toutes les énergies disponibles seront les bienvenues. Afin de commencer à nous organiser, nous vous proposons de répondre à un simple questionnaire. Il s’agit d’une enquête collective destinée à mieux nous connaître entre militants du revenu de base et à estimer ensemble les ressources humaines, matérielles et financières sur lesquelles nous pouvons compter pour démarrer un plan d’action efficace pour notre ICE.

Le questionnaire est à cette adresse.

Merci  à tous pour votre engagement.

Les initiateurs de l'appel.

PS : En parallèle de revenudebase.info, le site appelpourlerevenudevie.org restera bien entendu opérationnel pour continuer à recueillir les signatures tant que la pétition européenne ne sera pas lancée. Ce jour là, nous ne manquerons pas de vous en informer afin que vous puissiez la signer et la faire connaître autour de vous.

 

 

Valmy-panoramique.jpg

 

 

Comité Valmy   info@comite-valmy.org    -   www.comite-valmy.org 


Dernières publications :

 

.        Les communistes et la question nationale - regroupement d'articles sur ce sujet
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2632

        Rencontres communistes de Marseille : un commentaire de Jean Lévy
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2639

        Communistes, Rencontres nationales : un succès grandissant - par Rouge Midi     
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2636

        Communistes d’Europe - Francis Arzalier  -     http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2633
       
        La passion de la France - Georges Marchais - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2631

        En vue des Rencontres communistes de Marseille: REFLEXIONS SUR LES MOYENS DE SORTIR DE LA         SITUATION ACTUELLE - Par Jean LEVY - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2621

 

 

Comité Valmy, un de mes sites préférés, ce sont des souverainistes de gauche, des gaullo-communistes (Programme du CNR, le Conseil National de la Résistance) ! Chantal

 

valmy-france.jpg..

 

Militons pour l'Axe "gaullien"

Paris-Berlin-Moscou !

Pour un monde multipolaire,

pour la Paix !


Chantal Dupille

.

 

.

 

..

.

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Changer les choses
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 19:36

http://storage.canalblog.com/41/26/505176/63111931.jpg

http://storage.canalblog.com/41/26/505176/63111931.jpg

(cette image ne représente pas les couples dont il est question ici)

.

L'amour "différent",

par Chantal Dupille

.

Un fait de société scandaleux vient de m'interpeller. Un couple de personnes handicapées "mentales" a vu au dernier moment son mariage empêché par un parent. Mais la jeune femme a tenu à revêtir malgré tout sa robe de mariée, et le couple a manifesté devant les photographes son amour.

Voilà deux personnes qui s'aiment, et qui  du fait de leur handicap "mental", ne peuvent se marier comme tout le monde. Lorsque j'étais à FR3 Alsace, j'avais proposé plusieurs sujets de documentaires au Directeur des Productions de l'époque, M. Alheillig. Il en avait retenu quelques-uns, qui ont été tournés sous ma direction, dont un reportage sur Mulhouse, cité particulièrement accessible aux personnes handicapées, intitulé "Mulhouse, ville en pentes douces".

J'ai toujours été sensible à la question de l'aménagement des équipements au moins publics, afin qu'ils soient accessibles à tous. Pour moi, c'est une priorité nationale, un devoir citoyen de soulager la souffrance des plus handicapés. Or, durant le tournage, j'ai visité des Centres d'Aide par le Travail, des CAT permettant l'insertion professionnelle des personnes handicapées. Et dans l'un d'entre eux, j'ai fait la connaissance d'un jeune couple d'handicapés mentaux légers, accompagnés chacun de leur côté dans leur vie courante autonome, dans un studio (système de tutorat, si mes souvenirs sont bons). Et là, j'ai été confrontée de plein fouet à la question de la reconnaissance de leur amour par la société.

Je dois dire que j'ai été à la fois profondément choquée par l'intransigeance de la société, et émue par leur amour touchant, si sincère, si pur, si beau. Je voulais absolument tourner l'histoire de cette tendresse contrariée, si pudique, et ne pouvant se concrétiser ni par la liberté sexuelle ni par le mariage, mais le sujet a été trouvé trop "sensible". Je me voyais faire un documentaire tout en délicatesse, tout en demi-teintes, dans le respect de leur détresse commune.

Alors, en découvrant dans un Journal télévisé un sujet sur le mariage empêché d'Albert et de Giselle, tout m'est remonté. Jusqu'à quand cette question sera-t-elle taboue ? Jusqu'à quand deux personnes dites "handicapées" ne pourront-elles pas vivre "librement" leur histoire d'amour à elles ? Jusqu'à quand la "différence" sera-t-elle contrariée ? Je tiens à soulever ce sujet, car il pose toutes sortes de questions d'abord sur notre esprit de tolérance, ensuite sur notre humanité.

Et ce que j'ai appris au contact du jeune couple de Mulhouse, c'est que les personnes handicapées vivent aussi l'amour, comme tout un chacun, certes à leur façon, mais finalement d'une manière si tendre, si pudique, si touchante, qu'elle ne peut laisser indifférent. Il est temps de reconnaître la différence, et de tout faire, absolument tout, pour que les personnes handicapées puissent elles aussi s'épanouir dans tous les domaines. Avec cet article, le seul apparemment, je tiens à sensibiliser le public le plus vaste à la question de l'amour différent.

Et j'ajouterais que moi qui suis si sensible, je n'ai jamais autant ressenti d'émotion qu'en voyant le jeune couple de Mulhouse manifester son amour l'un pour l'autre, si pudiquement et avec autant de dignité.

Et si, en définitive, nous avions à apprendre beaucoup des personnes dites "différentes" ? Au moins en matière d'humanité !

Chantal Dupille

 

 

Albert et Giselle ou le mariage empêché :

un couple de personnes handicapées

 

 

Récit collecté auprès de deux éducateurs concernant le projet matrimonial de jeunes gens issu de deux CAT-foyers.


Ce projet, accepté par le juge des tutelles, a été cassé par un parent durant la publication des bans.


Les fiancés vont lutter pendant six ans pour faire reconnaître leur couple, se rapprocher, puis mener une vie commune, et enfin se marier.


Ce témoignage illustre l'évolution des mentalités des familles et des éducateurs et la ténacité des intéressés.

 

Handicap et sexualité. 1. , LES CAHIERS DE L'ACTIF, n° 268-269, 1998, pages 73-82, 3 réf., ISSN 1145-2684, FRA

 

http://www.bdsp.ehesp.fr/Base/204437/

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Changer les choses
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 01:01

 

 

http://img.over-blog.com/299x297/0/54/47/88/oeuvres/eboueur_playmobil_1518.jpg

http://img.over-blog.com

 

 

Un stage dans le quart monde pour futurs Elus ?


 

"On voudrait vous y voir", émission de LCP où un député endosse l'habit d'un Français au travail, boulanger, pompier, enseignant ou... éboueur. Comme le député communiste Maxime Gremetz ! Bravo Maxime, t'as du cran ! Entre mauvaises odeurs et chiens, à 71 ans, tu l'as fait. Et tu t'es pris une poubelle en pleine poire !


 

Stage obligatoire pour futurs élus


 

Moi, cela fait longtemps que je plaide pour qu'aucun Elu ne puisse accéder à sa charge sans avoir, au préalable, effectué un séjour d'une semaine dans le "quart monde", auprès de ceux qui luttent au quotidien pour survivre. Un séjour nécessaire pour se mettre dans la peau de ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts. Pour vivre, de l'intérieur, les souffrances des fins de mois, de la quête du travail, des humiliations, du rejet, des discriminations, de l'isolement, des attentes à Pôle Emploi ou à la Sécu, des couloirs d'Hôpital, des refus de soins, des soirées d'hiver sans chauffage, des factures impayées, de l'eau coupée, des frais bancaires démesurés, du surendettement, des huissiers, du désespoir, de l'alcool, de la prison, même... Pour sortir de la bulle des nantis, pour appréhender la réalité. Pour comprendre, tout simplement ! Sachant que la compréhension précède l'action...


"J'ai voulu mettre à l'honneur ces gens", clame Maxime Gremetz. Et sa conclusion ? "Faire ça tous les jours, c'est presque inhumain". Maintenant, il a compris ! Et les éboueurs devraient prendre leur retraite aussi tard que les cols blancs ?

Mais pour un Député comme Maxime Gremetz, combien seulement attentifs aux sollicitations des lobbies ?


Alors, on exige une formation sur le terrain, avant de confirmer l'élection d'un nouvel Elu ?


Et Sarkozy éboueur, quand même, ça aurait du style, non ? Il aurait plus d'allure qu'en roitelet...

 

Chantal Dupille


 

http://idata.over-blog.com/0/39/20/96/en-bref/sarkoblingblingqi2-copie-1.jpg

http://idata.over-blog.com

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Changer les choses
commenter cet article