Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 00:46

 

veau-d-or-et-Moise.jpg

 

 

Avant-Propos,

par Chantal Dupille

 

 

On me signale ces articles, effroyables, que je relaie dans la souffrance. Ce miniscule "peuple" est-il "élu" pour faire le mal partout, racket planétaire via l'usure pesant sur les peuples asservis, génocides de Gaza à la Syrie, de l'Irak à la Libye, de l'Ukraine Est à l'Afrique, en détruisant au passage la France (1), et en attendant de rayer de la carte l'Iran, la Russie, et finalement tous les pays insoumis, faisant obstacle à sa domination sur la planète pour ensuite imposer le Nouvel Ordre Mondial satanique qui scellera la fin de l'humanité au profit de quelques crapules de haut vol ? Allez, je caricature... six millions d'individus contre six milliards ! Sans une révolte du monde entier, ces parasites malfaisants feront de la vie des humains un enfer qui n'aura rien à envier aux fameux camps de la mort que les meRdias collabos nous servent en pemanence pour nous culpabiliser et nous faire accepter les pires atrocités !

 

Chantal Dupille

 

(1) La France désormais colonie d'Israël, est devenue l'ombre d'elle-même

 

 

 

Etats-Unis-moise-fusil-3909171552.jpg

 

 

Sommaire: 

 

La solution finale,

du camp de concentration à ciel ouvert

à l'extermination des Palestiniens.

Gaza, le gaz dans le viseur.

Psychanalyse du Juif, mon témoignage

 

 

 

Gaza-prison-nazi.jpg

 

 

 

En 2014 comme en 1948 : une seconde nakhba ?

La « solution » pour Gaza

 

Le déferlement impuni de violence contre la population de Gaza aiguise les appétits des diverses factions israéliennes. Le vice-président de la Knesset et rival de Benjamin Netanyahu au sein du Likoud, Moshe Feiglin, propose d’en finir et d’expulser toute la population de Gaza (1,5 million de personnes) qui serait immédiatement annexé par « l’État juif ». Selon Ahmed Aboul Gheit, ancien ministre des Affaires étrangères égyptien, les États-Unis auraient organisé la chute d’Hosni Moubarak, en 2011, parce qu’il s’opposait au déplacement des Gazouis dans le Sinaï que Washington lui aurait demandé.

| 25 juillet 2014

 

JPEG - 21.5 ko
Moshe Feiglin, vice-président de la Knesset, membre du Likoud

Le secrétaire-général de l’Onu Ban Ki-moon, à l’ombre du secrétaire d’État US John Kerry dont il apprécie l’ « engagement dynamique », est en train de chercher à Jérusalem la façon de « mettre fin à la crise de Gaza ». Il semble cependant ignorer que quelqu’un l’a déjà trouvée. Le vice-président de la Knesset, Moshe Feiglin, a en fait présenté le plan pour « une solution à Gaza » [1].

Il s’articule en sept phases.


1) L’ultimatum, donné à la « population ennemie », à qui est intimé d’abandonner les aires où se trouvent les combattants du Hamas, « en se transférant dans le Sinaï, non éloigné de Gaza ».

2) L’attaque, déclenchée par les forces armées israéliennes « à travers tout Gaza avec la force maximale (et non pas avec une fraction minuscule) », touchant tous les objectifs militaires et infrastructurels « sans aucune considération pour les boucliers humains et les dommages environnementaux ».

3) Le siège, simultané à l’attaque, afin que « rien ne puisse entrer à Gaza ou sortir de Gaza ».

4) La défense, pour « frapper avec la pleine force et sans considération pour les boucliers humains » n’importe quel lieu d’où soit partie une attaque contre Israël ou contre ses forces armées.

5) La conquête, opérée par les forces armées israéliennes qui, après avoir « assoupli » les objectifs par leur puissance de feu, « conquerront l’entière Gaza, en utilisant tous les moyens nécessaires pour minimiser tout dommage à nos soldats, sans aucune autre considération ».

6) L’élimination, opérée par les forces armées israéliennes, qui « anéantiront à Gaza tous les ennemis armés » et « traiteront en accord avec le droit international la population ennemie qui n’a pas commis de méfaits et s’est séparée des terroristes armés, à laquelle il sera autorisé de quitter Gaza ».

7) La souveraineté sur Gaza, « qui deviendra pour toujours une partie d’Israël et sera peuplée de juifs », contribuant à « alléger la crise de l’habitat en Israël ». Aux habitants arabes, qui « selon les sondages désirent pour la majorité quitter Gaza », sera offerte « une généreuse aide pour l’émigration internationale », qui sera cependant concédée seulement à « ceux qui ne sont pas impliqués dans des activités anti-israéliennes ». Les arabes qui choisiront de rester à Gaza recevront un permis de séjour en Israël et, après un certain nombre d’années, « ceux qui acceptent la domination, les règles et le mode de vie de l’État juif sur sa propre terre » pourront devenir citoyens israéliens.


Ce plan n’est pas le fruit de l’esprit d’un fanatique singulier, mais d’un homme politique qui est en train de recueillir un consensus croissant en Israël. Moshe Feiglin est le chef de Manhigut Yehudit (Leadership juif), la plus grande faction à l’intérieur du Comité central du Likoud, c’est-à-dire le parti de gouvernement. Dans l’élection à la direction du Likoud en 2012, il a fait campagne contre Netanyahu, obtenant 23 % des voix. Depuis lors son ascension est continue, si bien qu’en juillet il a ajouté à sa charge de vice-président de la Knesset celle de membre de l’influente Commission des Affaires étrangères et de la Défense.


Si l’on examine le plan que Feiglin est en train de promouvoir activement, que ce soit en Israël ou à l’étranger (surtout aux États-Unis et au Canada), on voit que l’actuelle opération militaire israélienne contre Gaza comprend presque intégralement les quatre premières des sept phases prévues. Sous cet éclairage, on comprend que le déplacement des colons israéliens hors de Gaza en 2005 avait pour objectif de laisser le champ libre aux forces armées israéliennes pour l’opération « Plomb durci » de 2008/2009. On comprend que l’actuelle opération « Bordure de protection » n’est pas contingente mais, comme les autres, est une partie organique d’un plan précis (soutenu au moins par une partie consistante du Likoud) pour occuper de façon permanente et coloniser Gaza, en expulsant la population palestinienne. Et Feiglin a sûrement déjà, aussi, prêt, le plan pour « une solution en Cisjordanie ».

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto

 

http://www.voltairenet.org/article184844.html

 

 

 

Gaza. Enfant tronc et sans bras

 

gaza-4-enfant-tronc-sans-bras-ali1.jpg

 

 

Et à propos de gaz, des Palestiniens sont gazés viants dans leurs tunnels de survie ! En attendant, au mieux, d'être raflés puis déportés, au pire génocidés après avoir vécu dans un gigantesque camp de concentration à ciel ouvert, exterminés plus ou moins lentement, bref un effroyable nettoyage ethnique par une race se prétendant supérieure aux autres, alors qu'elle  est une entité malfaisante, barbare, ne continuant à ensanglanter le monde que grâce au plus effroyable chantage, sempiternel : Parce qu'une partie d'etre nous a souffert un temps (NB: Comme tant d'autres !), on a tous les droits, même les plus atroces, sur l'ensemble de l'humanité !  (Ch D)

Gaz-Gaza.jpg

Gaza, le gaz dans le viseur
Manilo Dinucci

|

22 juillet 2014

 

Pour comprendre quelle est une des raisons de l’attaque israélienne contre Gaza il faut aller en profondeur, exactement à 600 mètres sous le niveau de la mer, à 30 Km au large de ses côtes. Là, dans les eaux territoriales palestiniennes, se trouve un gros gisement de gaz naturel, Gaza Marine, estimé à 30 milliards de mètres cubes d’une valeur de milliards de dollars. D’autres gisements de gaz et pétrole, selon une carte établie par la U.S. Geological Survey(agence gouvernementale étasunienne), se trouvent en terre ferme à Gaza et en Cisjordanie.

En 1999, avec un accord signé par Yasser Arafat, l’Autorité Palestinienne confie l’exploitation de Gaza Marine à un consortium formé de British Group et Consolidated Contractors (compagnie privée palestinienne), avec respectivement 60% et 30% des actions, dans lequel le Fonds d’investissement de l’Autorité Palestinienne a un pourcentage de 10%. Deux puits sont creusés, Gaza Marine-1 et Gaza Marine-2. Mais ils n’entrent jamais en fonction, car bloqués par Israël , qui veut tout le gaz à des prix cassés. Par l’intermédiaire de l’ex Premier ministre Tony Blair, envoyé du « Quartet pour le Moyen Orient », est préparé un accord avec Israël qui enlève aux Palestiniens les trois quarts des futurs revenus du gaz, en versant la part qui leur revient sur un compte international contrôlé par Washington et Londres. Mais, immédiatement après avoir gagné les élections de 2006, le Hamas refuse l’accord, en le qualifiant de vol, et demande sa renégociation. En 2007, l’actuel ministre israélien de la Défense, Moshe Ya’alon indique que « le gaz ne peut pas être extrait sans une opération militaire qui éradique le contrôle du Hamas à Gaza ».

En 2008, Israël lance l’opération « Plomb durci » contre Gaza. En septembre 2012 l’Autorité Palestinienne annonce que, malgré l’opposition du Hamas, elle a repris les négociations sur le gaz avec Israël. Deux mois après, l’admission de la Palestine à l’ONU en tant qu’« Etat observateur non membre » renforce la position de l’Autorité palestinienne dans les négociations. Gaza Marine reste cependant bloqué, empêchant les Palestiniens d’exploiter la richesse naturelle dont ils disposent. En ce point l’Autorité palestinienne prend une autre voie. Le 23 janvier 2O14, lors de la rencontre du président palestinien Abbas avec le président russe Poutine, est discutée la possibilité de confier au russe Gazprom l’exploitation du gisement de gaz dans les eaux de Gaza. C’est l’agence Itar-Tass qui l’annonce, en soulignant que Russie et Palestine entendent renforcer la coopération dans le secteur énergétique. Dans ce cadre, en plus de l’exploitation du gisement de gaz, on prévoit celle d’un gisement pétrolifère dans les environs de la ville palestinienne de Ramallah en Cisjordanie. Dans la même zone, la société russe Technopromexport est prête à participer à la construction d’un site thermoélectrique d’une puissance de 200 MW. La formation du nouveau gouvernement palestinien d’unité nationale, le 2 juin 2014, renforce la possibilité que l’accord entre Palestine et Russie parvienne à bon port. Dix jours après, le 12 juin, survient l’enlèvement des trois jeunes Israéliens, qui sont retrouvés tués le 30 juin : le ponctuel casus belli qui amorce l’opération « Barrière protectrice » contre Gaza. Opération qui entre dans la stratégie de Tel Aviv, visant à s’approprier aussi des réserves énergétiques de l’entier Bassin du Levant, réserves palestiniennes, libanaises et syriennes comprises, et dans celle de Washington qui, en soutenant Israël, vise le contrôle de tout le Moyen Orient, en empêchant que la Russie ne réacquière une influence dans la région.

Un mélange explosif, dont les victimes sont une fois de plus les Palestiniens

.

Traduit de l’italien par Maie-Ange Patrizio Source : mondialisation.ca

 

 

 

Ma mère russe, Raïssa Ossipovna Haletzkaya

 

maman-chapeau.jpg

 

Psychanalyse du Juif, mon témoignage

 

Par Chantal Dupille

 

 

Mes influences sont multiples. Père bordelais catholique, mère russe juive avec quelques parents orthodoxes, moi-même je suis devenue par hasard protestante (pour mieux protester !), amie préférée Palestinienne Musulmane (son père, enseignant en fac, a conduit toute sa famille au Maroc).

 

Mon éducation a été traditionnelle, catholique, Paroisse St Honoré d'Eylau à Paris, et j'ai même été scolarisée un an au Couvent des Urselines à Neuilly (Classe Primaire). Presque une moitié de mes camarades d'école était, par ex au Lycée Lafontaine ou Molière comme au Cours Hattemer (Annie Weber...), d'origine juive. Et mes voisins aussi. C'est ainsi que ma copine Chantal Nathan m'a entraînée le samedi soir, danser à la synagogue de Neuilly, la seule "tolérant" les Non Juifs (sic !). Je ne me posais pas de questions, à vingt ans je voulais danser, et j'y allais avec ma voisine, point. Un jour, ma mère, Raïssa Ossipovna Haletzkaya, m'a dit : "Tu es toujours avec des Juifs !". Je lui ai répondu : "Il y en a plein. Juif ou autre chose, c'est pareil, je ne vois pas la différence, je prends ce qui vient !". Et elle a ajouté : "Mon père était Juif, et ma mère aussi mais avec juste certains parents russes de confession orthodoxe". On n'en a jamais reparlé ! Et à la fin de sa vie, elle est devenue chrétienne évangélique, après avoir "rencontré" Christ, comme moi.

 

Et ce fut tout ! Mais il y a un peu plus de trois ans, toute la famille s'est retrouvée, on a vu des diapos, et à la fin, mon neveu m'a dit : "Au fait, toute la famille de grand-mère est allée vivre en Israël". Ah, ça alors ! Quoi, dans ce pays de merde ? "Moi, jamais je n'y mettrai les pieds, quelle horreur" !  Et ce fut tout. Mais j'étais écoeurée. Comment peut-on choisir de vivre dans un pays où à peine né, on apprend à tuer et à haïr ?

 

Entre temps, j'ai rencontré voici une quinzaine d'années, à Marseille, une Juive dans l'immobilier (je cherchais un local pour accueillir des personnes en difficulté). En discutant, je lui ai dit : "Je vous fais confiance, Madame, vous êtes Juive, les Juifs doivent avoir des principes, n'est-ce pas ?". Elle a ricané : "Vous avez tort, les Juifs sont les plus grands voleurs de la terre". J'étais choquée. Cela s'est passé Place du Panier. Puis il y a eu l'Intifada, Plomb durci... et j'ai épousé la cause palestinienne, celle du faible contre le puissant, comme d'habitude. Et peu à peu, j'ai repensé au profil de ma mère....

 

J'ai l'habitude de dire, avec les Juifs, "il y a le pire et le meilleur". Mais en réfléchissant, pour un Jacob Cohen, un Roni Brauman ou un Stéphane Hessel, combien de sionistes acharnés et arrogants ? Et plus je découvrais les faits et gestes comme la mentalité de cette Commnauté, plus je reconnaissais ma mère, bien que celle-ci n'eut jamais fait état de sa judéité, et pour cause, puisqu'elle a rencontré mon père avant les événements de 39-44. Et il valait mieux, alors, ne pas la claironner ! Qu'y avait-il alors dans sa tête, je ne sais pas. Elle était follement amoureuse de mon père, et elle a "épousé" son catholicisme. C'était d'ailleurs la prudence même ! 

 

En me plongeant de plus en plus dans l'actualité et surtout ses coulisses, en fouillant les événements avec toujours plus de curiosité, j'ai réalisé qu'au coeur de tout, il y avait le sionisme international, une doctrine horriblement intolérante, haineuse, raciste, arrogante, dominatrice, prédatrice. Et qui asphyxiait la planète, avec ses monstres à la tête de la Haute Finance assassine, des multinationales voraces, des médias de propagande, et j'en passe. Comment disait De Gaulle, déjà ? "Un peuple fier et dominateur". La suite, on la connaît : Une grande partie de l'humanité est sacrifiée à la cupidité des adorateurs du Veau d'Or, via génocides, rackets, attentats commandités, assassinats ciblés, fausses Révolutions de couleurs, chaos, conflits en tous genres, guerres civiles et même mondiales... Cette mafia spécifiquement juive est très certainement le CANCER de l'humanité, une verrue à la face du monde. Je viens de voir que des soldats ukrainiens sont vendus dans le cadre du trafic d'organes, et c'est justement une spécialité juteuse de cette effroyable Communauté.

 

Donc, j'ai fini par repenser à ma mère, je me suis posée des questions. Car après tout, j'ai eu à côté de moi pendant vingt-cinq ans un spécimen de ce soi-disant "peuple élu", "race supérieure", appelé à "tout dominer" et même à "exterminer les Goyim" ou à les "mettre en esclavage". Et des pans entiers de mon enfance me sont revenus....

 

Ma mère était tout simplement invivable ! INVIVABLE ! Une âme bien trempée, certes, mais qui tyrannisait tout le monde, surtout mon père et moi, bonnes poires (ma soeur a le même tempérament qu'elle, et le physique de papa, blond, tandis que j'ai hérité du caractère de papa et de la physionomie de maman). On ne pouvait pas respirer ! Tout était décidé par elle. Ainsi, mon père, doux comme un agneau, n'a jamais pu avoir une télévision car Madame avait décidé qu'il ne devait pas y en avoir. Comment a-t-il pu supporter un tyran de tous les instants ? Il endurait tout sans se plaindre. Et l'arrogance, l'arrogance ! Une horreur ! "Tout, disait-elle, appartenait à ma famille, dans la région, même le cinéma muet qu'on venait d'y installer en 1917" (elle a quitté la Russie à ce moment-là). "Ma mère est morte d'une pneumonie en visitant SES pauvres, en leur distribuant des vêtements". Ainsi, tout lui appartenait, même les pauvres ! Fichtre ! Et celle-ci : "Une personne bien née peut TOUT SE PERMETTRE, même dire merde, avec panache !". Je t'en foutrais, moi, du panache !

 

Dominatrice, tyrannique, arrogante.. était-ce tout ? Non, le pire était derrière ! Un tempérament IMPLACABLE, incapable du MOINDRE sentiment, de la moindre pitié, compassion ! Je citerais juste un exemple qui m'a traumatisée. J'avais environ quinze ans, et nous passions le week-end en bord de mer, à Houlgate. La maison avait un étage, sans ascenseur. Et nous avions un très vieux petit chien. Voyant qu'il peinait à monter lui qui était habitué aux ascenseurs, je l'ai pris dans les bras pour le porter. "Arrête ! Laisse-le monter seul ! C'est marche ou crève !". Eh bien... il est monté seul, et il a crevé. J'ai beaucoup pleuré. Quant à mon père si doux et si faible, il n'était pas intervenu, habitué à ne jamais pouvoir prendre la moindre liberté. La mama juive, l'épouse juive !

 

Et quand je regarde, quand j'écoute, je me dis qu'il y a partout la même insensibilité à la douleur d'autrui, la même dureté, et que ce monde tant dessiné par cette Communauté particulière, est vraiment atroce. Arrogance, domination, intolérance, tyrannie, insensibilité... Et ce sont ces gens-là qui veulent mettre en place le Nouvel Ordre Mondial ? Mais quelle horreur, sauve-qui-peut !

 

Alors oui, je le dis solennellement : Le combat de nos frères et soeurs palestiniens est le nôtre. Pleinement. Car s'ils succombent, alors nous succomberons avec eux. Forts de leur impunité, des monstres à visage humain enchaîneront demain la planète entière avec le Nouvel Ordre Mondial à leur image. Implacable, arrogant, tyrannique.

 

Barbare, tout simplement.

 

Il nous reste peu de temps pour échapper à l'horreur programmée pour tous par ces êtres inhumains, malfaisants.

 

Chantal Dupille

 

TAGS : Nouvel Ordre Mondial, barbarie, Russie, Juif, Palestinien, résister..

 

 

 

israel-sionisme-begin.jpg

 

resister-s-indigner-copie-1.jpg.

 

 

.resister-NOM-copie-1.jpg

 

.

Résistance, dossier - Pour un vrai 14 Juillet: Reprendre la Bastille - Le 14.7.2015

Palestine,le carnage,images (très dures) - Juifs et Musulmans ensemble

Shoah des Palestiniens: Les armes de destruction massive d'Israël


La France désormais colonie d'Israël, est devenue l'ombre d'elle-même

 

 

Gaza-israHELL.jpg

.

.


Paix-MLK-vivre-ensemble.jpg

 

.

Actualité, sélection,

RIRE

 

Régalez-vous avec le bêtiser de Tsahal,

La France humiliée par les Américains,

et le dessin animé les souris et les rats !

 

.

  .

 

..

Partager cet article

Repost 0
Published by Chantal Dupille - dans Alerte - menace !
commenter cet article

commentaires

GdeC 03/08/2015 23:59

on t'a déja dit que tu pues de la tête ? Ce ramassis d'ordures ne mérite qu'une chose ! mon mépris et un signalement. Honte à toi.

ahura 02/08/2014 08:54

Eva...masqué par ce qui se passe sous nos yeux, en direct dans la bande de Gaza un évènement important vient de se dérouler en France avec l'aval du conseil des sinistres à savoir le remplacement
du N°3 de la gendarmerie qui avait osé le bougre, exprimer de fortes réserves sur la politique pénale du gouvernement. Je voudrais saluer le courage de Monsieur Bertrand SUBLET qui a eu le courage
d'émettre son avis à haute voix . Sa carrière est stoppée soit mais il peut se regarder en face le matin en se rasant. Dommage que la France n'est plus guère d'hommes et de femmes de cette trempe !

ahura 31/07/2014 23:31

Eva...c'est pas moi qui le dit mais les américains ! La France paie bel et bien des rançons alimentant ainsi le terrorisme. Je m'en doutais un peu mais là, j'ai la confirmation. 58 millions de
dollars excusez du peu ! en évitant de les donner on pourrait baisser les impôts des particuliers et les charges qui assomment les petites entreprises

L’État français a versé plus de 58 millions de dollars à Al Qaïda


Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) est loin d’être découragée quant à la poursuite des enlèvements puisque elle a réussi à engranger d’importantes sommes d’argent.

Cette organisation est encouragée dans cette activité criminelle par certains pays qui donnent suite aux exigences des criminels et acceptent de payer des rançons. Parmi ces pays, la France, selon
le journal américain The New York Times.

Al Qaïda aurait, ainsi, perçu depuis 2008 au moins 125 millions de dollars (93 millions d’euros), dont 66 millions de dollars (49 millions d’euros) pour la seule année 2013, révèle une enquête
duNew York Times parue mardi.

Ces sommes proviendraient pour l’immense majorité des gouvernements européens, selon le journal américain qui note que ces pays versent de l’argent à des organisations terroristes tandis qu’ils
nient régulièrement tout paiement de rançon en échange de libérations d’otages. The New York Times assure que cet argent est parfois dissimulé derrière des lignes budgétaires consacrées à l’aide au
développement.

« L’Europe est devenue un peu précautionneux souscripteur d’Al Qaïda », résume le journal, qui décrit un « cercle vicieux » encourageant les terroristes à kidnapper des Occidentaux. Principale
contributrice : la France, avec plus de 58 millions de dollars versés depuis 2008, est-il rapporté par cette gazette.

Selon toujours le New York Times, les sommes versées sont en augmentation sachant qu’elles ne dépassaient pas les 200 000 dollars par otage en 2003 ; elles peuvent désormais atteindre 10
millions.

« C’est de l’argent facile », reconnaissait en 2013 le chef d’Al Qaïda dans la péninsule arabique, Nasser al-Wuhayshi cité par le New York times. L’Algérie a, pour rappel, initié une loi votée à
l’ONU criminalisant le paiement de rançons aux terroristes.

Officiellement, certains pays disent adhérer à cette démarche tout en continuant à accepter de verser des rançons aux organisations terroristes.

Le paiement de rançons encourage Al Qaïda et autres organisations terroristes à poursuivre cette activité criminelle et à utiliser l’argent obtenu dans des attentats.

Letempsdz

ahura 30/07/2014 17:57

Eva...la France ne verse pas de rançon en contrepartie de la libération d'otages ! Qui peut le croire ? C'est un commerce lucratif qui finance les actions de terroristes qui déstabilisent
actuellement de nombreux pays africains en particulier . Voici un article qui vient appuyer mon intime conviction ! "En payant des rançons, l'Europe finance la terreur d'Al-Qaïda" (New-York
Times)

Publié par Kiergaard sur 30 Juillet 2014, 10:33am

Catégories : #Géopolitique-International



Dans une longue enquête, le New-York Times documente l'entreprise globale qu'est devenue le kidnapping pour les diverses composantes d'Al-Qaïda. Documentant les enlèvements et les rançons réalisées
depuis 2008, le journal prétend parvenir à un montant de 125 millions de dollars, cette somme serait donc passée des mains des nations des kidnappés aux mains des ravisseurs alimentant les
activités d'Al-Qaïda. Si le New-York Times rappelle que les États-Unis ne payent pas de rançons, on peut néanmoins contester la conclusion où il semble en venir en raison de la position spéciale
des américains sur ce sujet. Notons également que la France est au 1er rang des nations confrontées à ce problème.


"Kidnapper des européens contre rançon est devenu un business mondial pour Al-Qaïda, finançant ses opérations à travers le monde. Pendant que les gouvernements européens nient le versement de
rançons, une enquête du New-York Times a trouvé qu'Al-Qaïda et ses affiliés directs ont tiré au moins 125 milliards de dollars de revenus des kidnappings depuis 2008, dont 66 milliards ont été payé
la seule année dernière. Dans divers communiqués de presse et déclarations, le Département du Trésor des États-Unis a cité des montants de rançons qui, pris ensemble, porte le total à environ 165
milliards sur cette même période". Les chiffres sont posés, reste désormais à comprendre et à décrypter ce nouveau business.

Le journal s'appuie sur des entretiens avec d'anciens otages, diplomates et négociateurs ainsi que sur des documents tirés directement des communications entre les responsables d'Al-Qaïda.
Plusieurs éléments émergent alors : une organisation très précises des enlèvements, une prise de conscience rapide de l'intérêt financier des prises d'otages, une centralisation à l'extrême de la
négociation du côté d'Al-Qaïda et enfin un prix qui a tendance à augmenter de manière exponentielle au fil des années.

Dès 2004, des vidéos et des guides très précis sur la manière de conduire un enlèvement circulent. Ils détaillent la manière de s'occuper des otages, de les conduire, de fouiller leurs affaires
etc... Ces éléments ont répondu à une volonté de professionnalisation des personnes en charge de ces kidnappings. Aujourd'hui, le New-York Times va jusqu'à évoquer une "externalisation" de cette
tâche à des groupes affiliés à Al-Qaïda.

Au fil des années, la manne financière dégagée par les rançons est devenu un enjeu de plus en plus important pour Al-Qaïda qui s'est alors attaché à montrer sa force sur ce point. Les refus
occidentaux de payer des rançons ont conduit à des exécutions immédiates. Les communications entre leaders des diverses composantes d'Al-Qaïda traduisent une compréhension partagée de l'importance
de tels enlèvements pour les finances du groupe. Dans une lettre datée de 2012, les responsables d'Al-Qaïda au Maghreb Islamique ont même réprimandé Mokhtar Belmoktar pour avoir négocié la
libération d'otages canadiens à un prix trop faible et sans en avoir référé au noyau dur du groupe.

Le négociateur en chef d'Al-Qaïda pour les enlèvements, même lorsque ceux-ci se produisent en Afrique ou dans la péninsule Arabique, se trouve au Pakistan au commandement central d'Al-Qaïda qui
supervise l'activité des autres composantes et affiliés du réseau terroriste. Ces autres groupes semblent se coordonner pour établir des protocoles commun lorsqu'ils détiennent des otages d'après
des témoignages d'ex-otages recueillis par le New-York Times.

On ne peut que noter l'accroissement du montant des rançons par rapport à 2008, ainsi que la contribution énorme de la France au total. La France semble mobiliser ses réseaux diplomatiques et
d'affaires pour parvenir à négocier plus discrètement et ainsi continuer à nier officiellement le versement de rançons. D'après le NYT, qui ne visait pas explicitement la France sur ce point, une
partie des rançons est parfois budgétée en temps qu'aide au développement pour ne pas éveiller les soupçons. (N.d.R : Ce ne serait pas la première fois que l'aide au développement ne va pas là où
l'on pourrait penser qu'elle va). Alors que de nombreux otages français sont encore prisonniers en Afrique, la situation doit être très tendue au Quai d'Orsay.

On peut discuter certaines tournures dans l'article. Le message implicite à destination des européens est le suivant : soyez plus prudents. Le message explicite à destination des gouvernements est
: vous êtes des "souscripteurs par inadvertance" d'Al-Qaïda. Au vu de la croissance du montant des rançons, il est évident que les États-Unis doivent faire du lobbying pour éviter que des sommes
aussi considérables ne passent aux mains d'Al-Qaïda. Rendre public et étaler largement dans les médias les méthodes et montants des rançons versés par les européens est probablement mal vu
diplomatiquement. Cependant, avant de glorifier la posture, toute noble soit-elle, du "nous ne verserons pas un centime aux terroristes", il convient de rappeler que les États-Unis disposent,
contrairement à d'autres pays de plus de moyens de négociation, qu'ils n'ont pas hésité à mobiliser récemment. La libération du sergent Bowe Bergdahl s'est ainsi accompagnée de la libération de
cinq prisonniers de Guantanamo. Mais on peut imaginer d'autres méthodes (intermédiaires via les pays du Golfe, échange d'informations...).

ahura 28/07/2014 13:03

Eva...alors que nous assistons en direct à un génocide dans la bande de Gaza , les grands de ce monde se bouchent les oreilles, ferment les yeux et se taisent délivrant ainsi à Netanyahu un permis
de tuer le maximum de palestiniens ! Notre Président évite le sujet et se polarise sur le crash de l'avion au Nord du Mali ! Il en fait trop je trouve et ça cache quelque chose suspect ! J'ai eu
dès le début des doutes sur la version officielle et sur les explications fumeuses des experts montés au créneau pour tenter de nous convaincre que c'était un accident. La taille des débris m'a de
suite interpelé . Si on compare au crash survenu sur le territoire ukrainien ou sur la tentative d'attentat sur le Pentagone (????) pas de trace des ailes, de la queue, et des moteurs , des sièges
ou du cockpit . L'avion a été pulvérisé et les débris sont éparpillés sur un carré de 300m par 300m ! ce qui est bien peu ! Admettons que ce soit de la faute à l'orage pourquoi notre Président en
fait tant ! Stèle, drapeau en berne durant 3 jours , accueil des restes des victimes sur le territoire français ...c'est trop vrai pour être honnête ! Les boîtes noires parleront-elles ? J'en doute
. On nous prévient ...il y en a déjà une qui est endommagée et les mettent plus de temps à arriver que les victimes parmi lesquelles il y aurait des militaires français (à vérifier !) . Encore une
fois je crains qu'on nous cache tout et qu'on nous donne une version douteuse